close
    search Buscar

    Les effets d'une nuit horrible

    Qui suis-je
    Robert Maurer
    @robertmaurer
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Les effets incroyables du sommeil sur notre santé mentale ne sont pas un secret : bien dormir améliore non seulement notre humeur, mais nous permet également de prendre de meilleures décisions, favorise la concentration et protège notre cerveau des maladies neurodégénératives. Mais maintenant, les chercheurs ont voulu aller plus loin en se demandant : si nous pensons que nous avons bien dormi, même si ce n'est pas le cas, nos capacités intellectuelles s'amélioreront-elles encore ?

    Quelques curiosités sur les troubles du sommeil

    Des psychologues de l'Université du Colorado ont recruté 50 étudiants et leur ont dit qu'ils les engageraient dans une expérience sur la qualité du sommeil et les performances cognitives. Cependant, ils leur ont également expliqué qu'ils disposaient d'une méthode spécifique pour évaluer la qualité du sommeil qui ne dépendait pas du nombre d'heures de sommeil ou de la sensation de relaxation perçue, mais de mesures plus objectives concernant les ondes cérébrales et la fréquence cardiaque. En d'autres termes, les chercheurs les ont amenés à croire que leur technique de mesure de la qualité du sommeil était bien plus précise et objective que la leur.



    Ensuite, les étudiants ont dormi dans un laboratoire du sommeil où la qualité de leur sommeil était censée être évaluée. Le lendemain, certains ont appris qu'ils n'avaient éprouvé que 16,2 % de sommeil paradoxal la nuit précédente (qualité de sommeil inférieure à la moyenne), tandis que l'autre moitié a appris qu'ils avaient éprouvé un sommeil qualitativement supérieur la nuit précédente en moyenne, avec 28,7 % de sommeil paradoxal.

    Ensuite, chaque élève devait résoudre des tâches arithmétiques complexes. À ce stade, la question était : l'effet placebo sur la qualité du sommeil pourrait-il affecter les résultats ?

    La réponse est oui : ceux à qui on a dit qu'ils avaient un sommeil réparateur l'emportaient sur ceux qui auraient mal dormi. Il est bon de rappeler qu'ils n'ont pas obtenu de très bons résultats, car le score moyen obtenu était de 34 contre 36 pour une condition normale, mais en tout cas, leurs scores étaient encore bien supérieurs à ceux obtenus par ceux qui pensaient avoir mal dormi. , qui avait obtenu une moyenne très faible de seulement 22 points.



    Pourquoi?

    Les explications peuvent être différentes. Par exemple, peut-être que les garçons à qui on a dit qu'ils dormaient mal n'ont pas fait assez d'efforts parce qu'ils pensaient que leurs attentes n'étaient pas élevées, tandis que ceux à qui on a dit qu'ils dormaient bien ont fait plus d'efforts parce qu'ils pensaient qu'ils feraient mieux. Une autre explication, basée sur l'effet placebo classique, est que lorsque les étudiants sont devenus convaincus qu'ils avaient un sommeil réparateur, ils ont fait beaucoup plus d'efforts.


    D'une manière ou d'une autre, le côté intéressant est que cette étude ouvre de nouvelles possibilités pour les personnes souffrant de problèmes comme l'insomnie. Dans quelle mesure sommes-nous capables d'améliorer nos performances en nous convainquant que nous avons bien dormi ? Après avoir passé une nuit horrible, la lenteur et l'irritabilité que nous ressentons sont-elles dues au manque de sommeil ou plutôt à notre perception d'avoir mal dormi ?


    ajouter un commentaire de Les effets d'une nuit horrible
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.