close
    search Buscar

    Les interrogatoires mènent au mensonge

    Qui suis-je
    Robert Maurer
    @robertmaurer
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Vous croyez que les interrogatoires favorisent les aveux
    faux? Tout le monde répondrait probablement oui. En effet tu as raison mais
    peut-être faites-vous une légère association entre interrogatoire et torture, que
    ce n'est pas la même chose.

    L'un des films qui met en évidence de manière palpable la
    relation entre la torture et les faux aveux est « le dernier inquisiteur », avec
    protagoniste Javier Bardem. Dans ce film, le père d'une jeune femme qui était
    fait prisonnière par l'Inquisition espagnole, elle fait signer des aveux à Bardem
    dans lequel il prétend être un âne (précisément l'animal). Le sien
    intention? Montrez-lui que, sous la torture, n'importe qui avouerait n'importe quel
    atrocités, même les plus improbables. Quoi qu'il en soit, je vais maintenant me référer à d'autres confessions :
    précisément celles qui se produisent quotidiennement dans les tribunaux et qui
    ont pour objectif la condamnation de l'accusé. Jessica Klaver, psychologue universitaire
    Simon Fraser, au Canada, a conçu une expérience très particulière, dans laquelle
    non seulement est-il analysé comment les interrogatoires induisent le mensonge mais aussi dans
    dans quelle mesure cela se produit. Pour cela, deux techniques de
    interrogation : « minimisation » (celle où le dommage produit est minimisé
    du comportement de l'accusé) et de la « maximisation » (où le
    dommages et la gravité des actes). Deux cents étudiants ont été invités à participer à
    un test de personnalité et de capacité en mécanographie. Au moment précis où
    la tâche mécanographique devait être développée, ils ont été prévenus que si
    avait appuyé sur la touche "Alt" aurait pu provoquer la rupture du
    ordinateur et, par conséquent, toutes les données seraient perdues. Lorsque les élèves ont appuyé sur la touche correspondante
    au "z", très proche de la touche "Alt", les chercheurs ont simulé la rupture du
    ordinateur et les a accusés d'avoir appuyé sur la touche interdite. L'étape suivante consistait à soumettre le
    étudiants dans des interrogations de minimisation dans lesquelles les phrases typiques étaient : « pas
    s'inquiéter ", " ce n'était qu'un accident ", tôt ou tard cela devait arriver ", " le
    le programme était déjà ancien." Alors que d'autres élèves ont été soumis à
    interrogations de maximisation dans lesquelles on a tenté de les faire entendre
    coupable avec des phrases comme : « vous devez avoir appuyé sur le bouton », « sur ce
    des ordinateurs de plus de 50 personnes sont passés cette semaine et cela ne s'était pas produit
    rien". Les résultats? 43% des étudiants en ont signé un
    aveu dans lequel il jurait faux, c'est-à-dire qu'ils avaient appuyé sur la touche « Alt ».
    Mais… contrairement à ce que l'on aurait pu imaginer, l'indice plus élevé de
    confessions (4 fois plus) ont eu lieu parmi les étudiants qu'ils avaient
    supporté les interrogations de minimisation. Pouquoi? Probablement parce que dans la vraie vie les techniques de
    la minimisation donne un faux sentiment de sécurité, car ils offrent des excuses morales
    ou légales à saisir. Ils aident également à conceptualiser la
    actions comme accidentelles. Bref, ils rejettent le blâme sur la victime et
    souligner le peu d'importance des charges imputées au coupable, en le soustrayant
    partie de la responsabilité. De cette façon, la personne se sent plus libre que
    prendre ses responsabilités, même si ce n'est pas le sien. Un deuxième résultat surprenant est que
    les étudiantes étaient plus susceptibles de faire semblant
    confessions, autant que les étudiants que dans le test de suggestibilité
    ils avaient obtenu le score le plus élevé.
    ajouter un commentaire de Les interrogatoires mènent au mensonge
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.