Les hypocrites : les mille visages du mensonge

Les hypocrites ont un visage public et un visage privé. Ils utilisent des masques différents selon la situation. Ils prétendent être ce qu'ils ne sont pas pour recevoir l'approbation sociale.

Les relations avec une fausse personne sont souvent compliquées car on ne sait jamais vraiment ce qu'elle pense ou ressent. Et il n'a probablement aucun scrupule à nous manipuler pour atteindre ses objectifs.

Personne hypocrite : définition

L'hypocrisie est l'incohérence entre ce qui est dit et ce qui est fait, ou entre ce qui est pensé et ressenti et ce qui est extériorisé. C'est un moyen de cacher ou de réprimer les vrais désirs, pensées et émotions pour s'adapter aux attentes de l'environnement.



En fait, le mot hypocrisie vient du grec hupokrisis qui signifie « scène ». Dans ce contexte, un hypocrite, ou hupokrités, était simplement un acteur, quelqu'un se faisant passer pour quelqu'un d'autre sur scène.

Mais peut-être que la meilleure définition de l'hypocrisie vient du politicien américain Adlai E. Stevenson, qui a dit : « Un hypocrite est le genre de personne qui abattrait un séquoia, construirait une scène puis ferait un discours sur la conservation de la nature.

Il est vrai qu'en tant qu'êtres sociaux, nous vivons tous un conflit entre nos intérêts et ceux des autres. Il n'est pas toujours possible de faire correspondre nos désirs avec ceux des autres. Pour résoudre ce conflit sans renoncer à notre ego et sans créer de frictions sociales excessives, nous développons diverses stratégies plus ou moins assertives qui nous permettent de conjuguer intérêts publics et privés.

Mais il y a des gens qui n'ont pas développé ces stratégies, mais préfèrent cacher ce qu'ils pensent ou ressentent. Ce ne sont pas des personnes dépendantes ou soumises, mais ils utilisent l'hypocrisie pour atteindre leurs objectifs, même si au final il s'agit d'une stratégie inadaptée qui crée une profonde dissonance entre les comportements et les émotions, les croyances et les idées.



Comment démasquer une fausse personne ? Les 5 comportements des hypocrites

  1. Ils sont toujours prêts à punir quelqu'un. Leurs normes morales « élevées » les amènent à pointer du doigt quelqu'un accusateur et il n'est pas rare qu'ils humilient publiquement les autres. Il s'agit d'une stratégie de compensation à travers laquelle ils essaient d'attirer l'attention sur les prétendues erreurs, faiblesses ou lacunes de l'autre afin que les personnes qui les entourent ne réalisent pas leurs écarts et/ou leur hypocrisie.
  2. Ils ont une aura de supériorité morale. Les gens bien-pensants se situent généralement quelque part entre le narcissisme et la supériorité intellectuelle. Ils sont souvent victimes de l'effet Dunning-Kruger, leur arrogance peut donc nous faire nous sentir inférieur et immature vis-à-vis d'eux.
  3. Les règles ne s'appliquent jamais à eux. Il y a des règles et des règlements, mais ils ne s'appliquent qu'aux autres. Les hypocrites croient que parce qu'ils ont un sens inné de la loi et de la morale, ils sont au-dessus de la loi et ne sont pas obligés d'y obéir.
  4. Ils ne sont jamais coupables, ils ont toujours une excuse à portée de main. Les gens bien-pensants ne reconnaissent pas leurs divergences et leurs erreurs, même si elles sont très évidentes. Ces personnes ne s'excusent pas ou n'admettent pas leur responsabilité, mais recourent continuellement à des excuses. Pour eux, les circonstances sont toujours un facteur atténuant.
  5. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Ce pourrait être la maxime des hypocrites. Leurs actions ne coïncident presque jamais avec leurs paroles ou leur attitude avec leurs vraies valeurs. C'est parce que leur principale motivation est de bien paraître devant les autres et d'en tirer le meilleur parti.

Les 3 stratégies que les hypocrites et les faux utilisent

  1. Duplicité morale. Des gens bien-pensants qui invoquent continuellement des raisons irréprochables, mais qui n'agissent pas réellement selon elles. Par exemple, une personne peut parler continuellement de l'importance d'aider les autres, mais face à quelqu'un qui a besoin d'aide, elle détourne le regard. Ou il loue des valeurs comme la fidélité et l'importance de dire la vérité, mais est ensuite infidèle au partenaire.
  2. Doubles normes morales. Des personnes fausses et négligentes lorsqu'il s'agit de se juger, mais qui appliquent une norme morale stricte aux autres. Par exemple, ils se fâchent si un conducteur ne s'arrête pas devant un passage pour piétons, mais lorsqu'ils sont au volant, ils font de même, ils recourent à des excuses pour expliquer pourquoi ils ne se sont pas arrêtés. Ils voient la tache dans l'œil des autres mais pas la poutre dans le leur.
  3. Faiblesse morale. Personnes en conflit avec leurs attitudes en raison de la dissonance cognitive. Par exemple, une personne peut parler de l'importance d'aller voter, mais elle ne participe pas le jour du scrutin. Dans ce cas, la maîtrise de soi fait défaut, la personne croit vraiment ce qu'elle dit, mais au moment de la mettre en pratique elle n'a pas la volonté nécessaire, même si elle n'ose pas le reconnaître publiquement et continue à donner du moral cours.

Pourquoi les gens sont-ils si hypocrites ?

Il y a de fortes chances que vous rencontriez plus d'un hypocrite dans votre environnement. Et il est aussi probable que vous vous demandiez comment il est possible que vous ne remarquiez pas l'incohérence entre ses propos et ses actes.



L'explication de ce phĂ©nomène vient de la psychologue Patricia Linville, qui a travaillĂ© Ă  l'UniversitĂ© de Yale et a inventĂ© le terme « auto-complexitĂ© Â» au milieu des annĂ©es 80. Son hypothèse est que moins la reprĂ©sentation cognitive de l'ego est complexe, plus les fluctuations de l'humeur et des attitudes de la personne seront extrĂŞmes.

En d'autres termes, certaines personnes ont tendance à se percevoir dans une perspective très limitée, par exemple, elles se définissent à travers les rôles qu'elles jouent, alors elles pensent qu'elles sont une "mère sacrificielle" ou une "gestionnaire à succès". Le problème est qu'avoir une définition aussi limitée de nous-mêmes nous rend psychologiquement plus instable et nous empêche d'affronter les contradictions inhérentes à la complexité de la personnalité et de l'environnement.

Pour mieux comprendre ce phénomène, nous pouvons jeter un oeil à une expérience menée à l'Université de Miami. Ces psychologues ont demandé à des étudiants d'évaluer l'importance des compétences d'étude. Par la suite, ils leur ont demandé de se souvenir de toutes les fois où ils avaient négligé l'étude, afin de démasquer l'hypocrisie possible derrière les premières réponses.

Il est donc intĂ©ressant de noter que les Ă©tudiants qui avaient moins d'auto-complexitĂ© Ă©taient plus susceptibles de changer leurs premières opinions ; c'est-Ă -dire qu'ils ont rectifiĂ© en indiquant qu'après tout, l'Ă©tude n'Ă©tait pas si importante.

Cela peut expliquer pourquoi certaines personnes disent une chose et en font une autre. Leurs commentaires proviennent d'une représentation de soi qui est complètement séparée du soi agissant dans d'autres circonstances. Dans la pratique, les personnes bien-pensantes essaient simplement de préserver l'identité qu'elles ont construite en séparant leurs paroles de leurs actions.


Dans le cas des hommes politiques par exemple, il est normal qu'ils tiennent un discours lié à leur « ego politique » tout en faisant quelque chose de diamétralement opposé dans leur « ego commercial » ou « familial ». De cette façon, ils sont capables de sauvegarder leurs différents « je », car ils ne sont pas capables de les intégrer.


Ces études indiquent que beaucoup de gens sont pharisaïques sans s'en rendre compte. En fait, souvent lorsque nous les confrontons à leurs contradictions, ils ne les reconnaissent pas et se cachent derrière des excuses.

Bien sûr, tout le monde ne vit pas dans cet état d'"ignorance pharisaïque". Il y a aussi ceux qui apprennent à exploiter l'hypocrisie, surtout lorsqu'ils se rendent compte que suivre certaines idées n'est ni pratique ni bénéfique. Ces personnes n'ont aucun problème à proclamer quelque chose et à faire exactement le contraire s'ils pensent que c'est plus pratique. Mais ils ne reconnaîtront pas ouvertement leur hypocrisie parce que c'est trop douloureux et serait un coup dur pour leur « moi », alors ils diront qu'ils ont été émus par les circonstances.

Pourquoi les gens bien-pensants nous dérangent-ils autant ?

La réponse, ou du moins une partie de celle-ci, vient d'une étude menée à l'Université de Yale. Ces psychologues ont découvert que ce qui nous agace le plus chez les gens bien-pensants, ce n'est pas l'incohérence entre leurs paroles et leurs actions, mais que leurs prétentions morales sont fausses et prétendent être plus vertueuses qu'elles ne le sont.

Fondamentalement, nous n'aimons pas les hypocrites parce qu'ils nous déçoivent. En fait, il a été démontré que nous avons tendance à croire et à préférer les affirmations ou déclarations morales qui impliquent un degré de généralisation pour expliquer les comportements. Par exemple, si une personne abandonne un projet, nous préférons l'explication « cela n'a aucun sens de gaspiller plus d'énergie » plutôt que « je ne veux pas gaspiller plus d'énergie ». Par conséquent, lorsque nous découvrons la vérité, nous nous sentons plus déçus et trompés.

Cela signifie que, d'une certaine manière, nous aussi contribuons à l'hypocrisie qui persiste dans la société. En fait, dans certaines situations, il se peut que nous ayons aussi agi de manière hypocrite pour essayer de donner une meilleure image de nous-mêmes.

Comment traiter avec les gens bien-pensants ?

La meilleure façon de combattre l'hypocrisie est d'être authentique et de comprendre que de nombreuses contradictions coexistent en chacun de nous. Nous pouvons tous nous comporter de manière hypocrite dans certaines situations, mais il existe une ligne importante entre le niveau d'hypocrisie sociale et tolérable et l'hypocrisie intolérable qui vise à donner des leçons de morale. Nous n'avons pas besoin de répondre aux attentes des autres ni de devenir des prédicateurs de la moralité. Nous n'avons qu'à vivre et laisser vivre.

  1. Écoute le. Bien que la première réaction aux critiques d'un hypocrite soit de se mettre sur la défensive, la chose la plus intelligente est de se calmer et d'écouter. Peut-être que ses paroles viennent d'un véritable souci pour nous. C'est pourquoi nous devons apprendre à séparer le bon grain de l'ivraie et, si votre idée est valable, nous pouvons l'accepter. Si ce n'est pas le cas, nous avons toujours la possibilité de l'ignorer.
  2. Ne l'attaque pas. Accuser directement une personne hypocrite de ne pas pratiquer ce qu'il prêche est inutile car cela va générer une réaction défensive. Très probablement, la personne réagira en contre-attaquant, tombant dans un argument dénué de sens pour découvrir qui est le moins bien-pensant des deux. Par conséquent, autant que ses paroles vous agacent, ne perdez pas patience et ne l'attaquez pas. N'oubliez pas que celui qui vous met en colère vous contrôle.
  3. Ne vous sentez pas coupable. L'hypocrite est susceptible de vous faire sentir coupable de ne pas être assez capable. Si vous connaissez les raisons de votre comportement, il est important que vous gardiez du recul et que vous ne vous sentiez pas coupable. N'oubliez pas qu'après tout, seul ce à quoi vous accordez trop d'importance peut vous blesser.
  4. Clarifier la conversation. Souvent, les hypocrites déraillent, font un discours général et vague dans lequel tout le monde est coupable et pécheur, mais ne pointent le doigt accusateur sur personne en particulier. Si vous pensez qu'il fait référence à vous dans son discours, demandez-lui si c'est le cas. Souvent, il suffit de demander des éclaircissements sur ses propos pour mettre un terme à son attitude.
  5. Fixez vos limites. Si l'hypocrite franchit les lignes rouges, n'hésitez pas à le lui dire clairement. Vous pouvez lui faire savoir que vous n'acceptez pas les paroles morales ou les reproches immérités qui vous font vous sentir mal. Parlez calmement et fermement. Si la personne bien-pensante se rend compte que son discours ne vous affecte pas, tôt ou tard, elle vous laissera tranquille.

ajouter un commentaire de Les hypocrites : les mille visages du mensonge
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.