Régime Barf

Régime Barf

Qu'est-ce que le régime BARF ?

Le régime BARF (ou barf) est un régime conçu par le Dr Ian Billinghurst pour nourrir certains animaux de compagnie, notamment les chiens, les chats et les furets (les deux derniers étant des carnivores obligatoires).


Barf est l'acronyme de Bones And Raw Food, inventé par Debra Tripp.
Le régime Barf appartient à la catégorie Raw Feeding et est basé sur la sélection d'aliments NON cuits contenant une quantité "physiologique" du cinquième quart (os et abats).
Concrètement, le régime barf consiste en :


  • 60-80% d'os avec pulpe de viande (viande jusqu'à 50%), par exemple cou, carcasse, ailes et cuisses de poulet.
  • 20-40% de fruits et légumes, abats, viande, Å“ufs et produits laitiers.

Prémisse

Les os, les organes et la peau sont bons pour vous

En vérité, le cinquième trimestre devrait être encore classé selon le but dans :



  • Nourriture (en particulier les organes et les coupes de viande non commerciales).
  • Industriel (fourrure, cornes, téguments, etc.).

En ce qui concerne la nutrition vétérinaire, cette distinction est conceptuellement erronée.
C'est l'animal lui-même qui doit choisir ce qu'il veut manger ou jeter, quels que soient les intérêts économiques qui gravitent autour de l'industrie alimentaire et vétérinaire.
De plus, n'oublions pas que les carnivores ont évolué pour digérer n'importe quel tissu animal (dans les bonnes proportions, bien sûr).
Les mammifères prédateurs sauvages (comme les félins et les canidés), en particulier les petits ou moyens, ne laissent pas de restes ou ne le font que marginalement. Les raisons sont au nombre de deux :

  • Avec une faible disponibilité de nourriture, ils optimisent toujours le rapport « énergie dépensée avec la chasse / énergie acquise avec la prédation ».
  • Les restes ne sont en corrélation qu'avec la taille excessive des repas. Dans la nature, cela n'arrive presque jamais, car la chasse aux grosses proies implique toujours un risque accru de blessure. De plus, les restes de nourriture ont tendance à se perdre et sont souvent volés par d'autres animaux. Avec le choix, les chasseurs solitaires ciblent de nombreuses petites victimes plutôt qu'une seule grande. Les espèces grégaires peuvent se comporter en sens inverse.

Bref, dans les bonnes quantités, le cinquième quartier est considéré comme faisant partie intégrante du régime alimentaire des mammifères chasseurs.

Une seule exception

Les conditions ci-dessus s'appliquent UNIQUEMENT aux animaux sauvages, tandis que les petits carnivores domestiques sont souvent nourris avec de grandes portions de viande provenant d'animaux beaucoup plus gros que la normale (porc, bœuf, cheval, thon, autruche, etc.).
Avec ces matières premières, il est inévitable que l'alimentation du carnivore domestique comporte un écart important.
Ce sont : les cornes, les os, les ongles, la peau, les plumes, les nageoires, les écailles, etc. provenant de grands animaux qui ne sont pas les proies naturelles des petits et moyens mammifères carnivores domestiques.
Souvent, certains composants du cinquième quartier sont transformés de manière à augmenter leur appétence (notamment pour la mastication) et leur conservation ; les méthodes les plus utilisées sont le broyage et la cuisson.
D'un point de vue chimico-nutritionnel, ces mesures ont l'avantage d'augmenter la part comestible des grosses proies, mais ont en même temps l'inconvénient de sacrifier certains nutriments utiles (acides aminés, vitamines, etc.).



PRINCIPES BARF

Le point de vue des pro-BARF

Les partisans de la méthode croient que le régime barf est un régime naturel.
Par rapport à la nourriture commerciale et même à la viande cuite, les os, la viande crue et les organes sont plus riches sur le plan nutritionnel.
Un programme d'alimentation « crue Â», c'est-à-dire naturel, confère à l'animal plusieurs avantages pour la santé, notamment :

  • Manteau plus sain.
  • Dents propres et solides.
  • Pas mauvaise haleine
  • Réduction des risques de surpoids, de maladies métaboliques ou de défaillance d'organes (diabète, maladie rénale, etc.).

La critique

Ceux qui contestent le système barf disent qu'il peut augmenter le risque de :

  • Déséquilibre nutritionnel.
  • Perforations de l'intestin ou d'autres voies du tractus gastro-intestinal.
  • Infections toxiques et parasites alimentaires (y compris les zoonoses transmissibles à l'homme)

En ce sens, les contre-indications pourraient l'emporter sur les avantages.
L'affirmation selon laquelle l'alimentation des aboiements peut être intrinsèquement meilleure parce qu'elle est naturelle a été contestée en particulier par les promoteurs commerciaux d'aliments pour animaux de compagnie (ils peuvent avoir agi par intérêt économique).


Objectivement

Le nombre de vétérinaires qui soutiennent l'adéquation du régime alimentaire du vomi est en constante augmentation.
En 2014, la "Raw Feeding Veterinary Society" (RFVS) a été fondée au Royaume-Uni, un organisme qui organise des conférences ou des discussions sur la nutrition et d'autres sujets liés à la médecine vétérinaire.
Les avantages offerts par le régime barf sont incontestables ; personne qui a expérimenté la méthode pendant un temps suffisant ne peut prétendre le contraire.
Concernant les inconvénients, il faut se rappeler que :


  • Le risque de déséquilibre nutritionnel est facilement réduit par la dégradation des muscles, des graisses, des organes, des os et de la peau en quantités appropriées.
  • Le risque de perforation n'existe que pour les animaux qui n'ont JAMAIS mangé les os et ne savent donc pas les mâcher. Dans ce cas, il convient d'éviter dans un premier temps ceux des oiseaux, des arêtes de poisson et des morceaux trop gros qui peuvent être augmentés progressivement. Il est possible de les broyer mais dans ce cas on renonce à l'effet bénéfique de la mastication sur la santé des dents.
  • En ce qui concerne les maladies alimentaires, il suffit d'utiliser des produits issus de fermes certifiées et NON gaspillées. Il est possible de les acheter et de les congeler.

Pourquoi éviter les aliments commerciaux ?

Les aliments commerciaux, en particulier pour les chats et les furets, peuvent être nocifs.
D'après l'expérience de nombreux vétérinaires, les maladies les plus fréquemment rencontrées chez les félins doivent en grande partie leur apparition à la consommation d'aliments secs, riches en farines féculentes (céréales, légumineuses et tubercules) et peu hygiéniques.
Les troubles en question sont :

  • Embonpoint.
  • Diabète.
  • Carie.
  • Blocages des voies urinaires.
  • Cystite.
  • Calculs rénaux.
  • Maladies inflammatoires de l'intestin.
  • Tumeurs.

N'oublions pas que les carnivores obligés (comme les chats et les furets) ne sont pas prédisposés à une bonne digestion des aliments végétaux et en particulier des protéines.
De plus, l'organisme de ces créatures régule de manière autonome la glycémie sans qu'il soit nécessaire d'introduire des glucides avec des aliments qui, étant en excès, provoquent diverses maladies.
La plupart des gens pensent que tout le monde peut bénéficier de la cuisson des aliments en termes de digestibilité ; en effet, bien que cela exerce un effet dénaturant (voir l'article "Cooking Proteins") sur les protéines, il semble modifier négativement les plus petites structures, entravant à terme la digestion pour certains animaux 1.
De plus, la cuisson inactive la taurine, un acide aminé essentiel pour le chat. Le nourrir uniquement avec de la viande cuite non additionnée de taurine augmente considérablement le risque que l'animal tombe gravement malade2.

Bibliographie

1 Le traitement thermique modifie la qualité des protéines des aliments en conserve pour chats, telle que mesurée avec un essai biologique sur rat - Hendriks, WH ; MMA Emmens; B. Trass ; JR Pluske (1999) - (PDF) J. Anim. Sci. 77 (3) : 669–76. PMID 10229363. Récupéré le 2007-07-26.
2 L'APPEL DE LA SAUVAGE Amy Graves, The Boston Globe. 16 mars 2003.

ajouter un commentaire de Régime Barf
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load