Posture et Ă©valuation posturale

    Posture et Ă©valuation posturale



    POSITION....
    "Assurez-vous que les fondations sont bien nivelées et tout ira bien" AT STILL

     

    En 330 après JC, Aristote avait déjà compris la position des parties du corps les unes par rapport aux autres ainsi que leur position par rapport à l'environnement, c'est-à-dire la posture du corps.
    Sir Charles Scott Sherrington dans son "Action intégrée du système nerveux" a écrit : "La plupart des actions réflexes exprimées par les muscles squelettiques sont posturales." Le système squelettique du corps humain est maintenu dans certaines attitudes posturales par rapport à l'horizontalité du regard, à l'axe vertical ; ces attitudes sont liées les unes aux autres.
    Charles Bell en 1837 csi a demandé : « Comment un homme maintient-il une posture droite ou inclinée contre le vent qui souffle contre lui ? Il est évident qu'il possède un sens par lequel il connaît l'inclinaison de son corps et qu'il possède la capacité de se réajuster. et corriger tous les écarts par rapport à la verticale".


    C'est alors dĂ» Ă 

    • ROMBERG le rĂ´le de la vue et de la proprioception podale.
    • FLOURENS le rĂ´le du vestibule.
    • LONGET le rĂ´le de la proprioception des muscles paravertĂ©braux
    • DE CYON le rĂ´le de la proprioception oculo-motrice
    • MAGNUS le rĂ´le de la plante du pied. isi de nombreuses variables.

    Jungmann, McClure et Backaches en 1963 dans « Postural Declin, Aging and Gravity-Strain » ont écrit « Si nous considérons la posture comme le résultat de l'interaction dynamique entre deux groupes de forces (la force de gravité environnementale d'une part et la force de individu de l'autre), alors la posture n'est rien d'autre que la forme sous laquelle s'exprime le rapport de force qui existe à tout moment entre ces deux groupes de forces. Ainsi, toute détérioration de la posture indique que l'individu perd du terrain dans sa lutte avec la force de gravité environnementale."
    Le terme "posture" vient du latin "positura" qui signifie position, terme lui-même dérivé de pònere. Par posture, nous entendons donc la relation avec laquelle les différents segments du corps contribuent à la mise en œuvre de tout geste ou position



     

    La posture est influencée par divers facteurs que diverses parties de notre corps perçoivent et transmettent au système nerveux, qui à son tour traite une série de réponses. Tout cela peut être appelé le système postural. Il apparaît comme un tout très complexe, constitué de diverses structures du système nerveux central et périphérique, dont :

    • l'oeil
    • le pied
    • le système cutanĂ©
    • les muscles
    • les articulations
    • le système stomatognathique (système occlusal et langue)
    • l'oreille interne

    Pour évaluer le degré d'adaptation des différents sous-systèmes de la posture, des tests cliniques, des examens instrumentaux, ainsi que l'histoire et l'observation du sujet sont utilisés. L'individu sera analysé en position orthostatique (debout), dans les trois plans de l'espace (frontal, sagittal et transversal) et pourra être positionné derrière un posturoscope, instrument à grille à taille humaine sur lequel sera tracée la verticale de Barrè ou sagittale. ligne. En antéro-postérieur, en l'absence de posturoscope, on utilise le fil à plomb qui coïncide avec l'axe de gravité qui passe par :

    • le centre de gravitĂ© de la tĂŞte qui se situe au niveau des processus clinoĂŻdes postĂ©rieurs de la selle turcique du sphĂ©noĂŻde
    • devant l'apophyse odontoĂŻde
    • les corps vertĂ©braux de C3, C4, C5
    • le promontoire sacrĂ©
    • moitiĂ© de l'articulation coxo-fĂ©morale
    • la moitiĂ© du genou
    • l'articulation du talus scaphoĂŻde.

    Cette ligne de gravité, lorsque le sujet est examiné de profil, se matérialise avec les repères suivants :



    • le tragus de l'oreille
    • l'articulation acromio-claviculaire
    • le grand trochanter
    • moitiĂ© du condyle externe du tibia
    • la cheville devant la mallĂ©ole externe.

    En plus de la verticale de Barrè, lors de l'évaluation posturale du sujet, il est observé et évalué si différents points sont en équilibre et en symétrie. Auparavant nous aurons comme point de référence :

    • la ligne bipupillaire
    • la ligne bichrome
    • la ligne intermammaire
    • la ligne des Ă©pines iliaques antĂ©ro-supĂ©rieures
    • la ligne des poignets.

    Toujours en avant, on appréciera si le menton, l'apophyse xiphoïde du sternum et le nombril sont positionnés sur la même ligne. Un autre point d'évaluation sera le soi-disant triangle de taille formé par la ligne de la hanche avec le bras. Les personnes atteintes de scoliose en ont généralement une plus courte que l'autre.


    Plus tard nous aurons comme point de référence :

    • la ligne bichrome
    • la ligne des omoplates
    • la ligne bis iliaque
    • la ligne fessière
    • la ligne des plis des genoux

    Toujours en arrière, on appréciera si la septième vertèbre cervicale et la crête médiale du sacrum sont positionnées sur la même ligne.

     

    A partir de l'observation, il sera possible de détecter tout changement de position par rapport à un modèle idéal. Nous évaluerons également les asymétries et rotations des segments squelettiques ainsi que la présence de zones de trophisme et/ou de tonus musculaire altérés.



    Parallèlement à l'évaluation de la verticale de Barrè, les différents sous-systèmes (œil, pieds et ceux énumérés ci-dessus) doivent être étudiés pour comprendre lesquels d'entre eux sont en dysfonctionnement, donc à l'origine de problèmes posturaux. Laissant aux chiffres appropriés l'évaluation des yeux et des oreilles, la fonctionnalité du pied doit plutôt être évaluée. Ce dernier doit être évalué à la fois en conditions statiques et dynamiques pour s'assurer de la présence de paramorphismes tels que planéité, cavisme ou excès de pronation et de supination.

    Dans les années 70, le professeur Martins da Cuhna, physiatre à Lisbonne, a décrit le syndrome de déficience posturale comme un ensemble de signes et de symptômes qui configurent un état dysfonctionnel du sujet.
    Les divers symptômes peuvent sembler sans rapport les uns avec les autres ou mal liés. Si, en revanche, le déficit postural est considéré comme un problème d'un seul système (le système postural), mais capable d'interagir directement ou indirectement sur différents organes et systèmes, alors il sera plus simple et plus logique d'expliquer le diversité apparente des symptômes.
    Les symptômes manifestés par le sujet signifient souvent que la médecine est incapable de placer le patient dans une catégorie spécifique car les symptômes migrent et affectent les systèmes les plus variés.
    Bien entendu, le moniteur ne doit pas se substituer au médecin, mais une fois que ce dernier aura déclaré le client apte à l'activité physique, il sera alors possible, après une évaluation posturale minutieuse, d'essayer de résoudre les différents problèmes du client à travers une activité physique visant à résoudre des problèmes posturaux.

     

    SYNDROME DE DÉFICIENCE POSTURALE 


    MAL

    TURBÉ D'ÉQUILIBRE

    SIGNES OPHTALMOLOGIQUES

    mal de tĂŞte

    douleur rétro-oculaire

    douleur thoracique ou abdominale

    gastralgie

    rachialgie

    nausée

    hébéter

    vertiges

    chutes inexplicables

    asthénopie

    Vision floue

    diplopie monoculaire ou binoculaire

    scotomes directionnels

    mauvaise localisation de

    objets dans l'espace

    SIGNES DE PROPRIOCEPTION

    SIGNES ARTICULAIRES

    SIGNES NEURO-MUSCULAIRES

    dysmétrie

    somatoagnosie

    erreurs d'appréciation de son propre schéma corporel

    syndrome articulaire

    temporo-mandibulaire

    torticolis

    lumbago

    périarthrite

    distorsioni

    paresthésie

    défauts de contrôle moteur dans les extrémités

    SIGNES NEURO-VASCULAIRES

    SIGNES DE CIRCULATION CARDIAQUE

    SIGNES RESPIRATOIRES

    paresthésie des extrémités

    Phénomène de raynaud

    tachicarde

    lipotimie

    dyspnée

    fatigue

    SIGNES ORL

    SIGNES PSYCHIQUES

     

    bourdonnement

    surdité

    sensation de corps Ă©tranger dans la glotte

    dysphonie

    dyslexie

    agoraphobie

    manque de concentration

    perte de mémoire

    asthénie

    anxiété

    dépression

     


    ajouter un commentaire de Posture et Ă©valuation posturale
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.