Perdre du poids, perdre du poids et régime amaigrissant

    Perdre du poids : quand s'inquiéter ?


    Que signifie perdre du poids ?


    La perte de poids, dans le domaine médical, fait référence à une réduction de la masse corporelle totale ; ceci est causé par la réduction : des fluides, de la masse grasse (graisse corporelle et/ou tissu adipeux) et de la masse maigre (c'est-à-dire des dépôts minéraux dans les os, les muscles, les tendons et autres tissus conjonctifs).

    La perte de poids peut survenir soit involontairement, en raison d'une maladie, soit en raison d'un effort conscient visant à améliorer un état de surpoids/obésité réel (ou perçu).

    La soi-disant "perte de poids inexplicable", qui n'est pas causée par la réduction de l'apport calorique par rapport à la dépense énergétique (volontaire ou non), est appelée cachexie et peut être un symptôme médical grave.

    La perte de poids intentionnelle est communément identifiée comme une perte de poids mais, conformément à ce qui est mentionné dans l'introduction, elle représente un processus totalement différent de la cachexie.

    Comment estimer la perte de poids en milieu médical ?

    Une perte de poids involontaire peut être le résultat d'une perte de poids réelle (épuisement des graisses), d'une perte de fluides corporels, d'une fonte musculaire ou même d'une combinaison de ces éléments.


    Une perte de poids non intentionnelle est considérée comme un problème médical lorsqu'elle survient : au moins 10 % de la masse totale en six mois, ou au moins 5 % au cours du dernier mois.

    Un autre critère médical utilisé pour estimer la forme physique du poids total (chez les adultes normaux, pas chez les enfants, encore moins chez les athlètes) est l'indice de masse corporelle (IMC). Il s'agit de placer le patient dans l'une des catégories suivantes (représentatives des gammes) : insuffisance pondérale, poids normal et surpoids. On peut en déduire qu'au sein d'une même catégorie, une variation assez importante peut également se produire (par exemple 10kg). D'un autre côté, chez certaines personnes âgées, des fluctuations similaires ou même inférieures au sein du poids normal peuvent être beaucoup plus préoccupantes que ne l'interprète l'IMC.


    Quelles sont les caractéristiques de la perte de poids involontaire ?

    Une perte de poids involontaire peut survenir en raison d'une alimentation insuffisamment nutritive, en raison de la malnutrition.

    Une perte de poids non intentionnelle peut également provoquer : des processus pathologiques, des modifications du métabolisme, des changements hormonaux, des médicaments ou d'autres traitements, des changements pathologiques et une diminution de l'appétit.

    La malabsorption intestinale peut entraîner une perte de poids involontaire et peut être causée par : des fistules, de la diarrhée, des interactions médicament-nutriment, une absence ou une insuffisance enzymatique et une atrophie des muqueuses.

    Qu'est-ce que la cachexie ?

    Comme prévu, la perte de poids involontaire, progressive et épuisante est parfois appelée cachexie. Cela diffère également de la perte de poids en présence d'une réponse inflammatoire systémique et est souvent lié à de mauvais résultats diagnostiques.


    Dans les stades avancés d'une maladie évolutive, le métabolisme peut changer entraînant une perte de poids même grâce à une alimentation équilibrée, sans induire une augmentation de la sensation de faim. Cette condition est appelée : syndrome d'anorexie cachexie (SCA), souvent impossible à guérir même par intégration.

    Les symptômes d'une perte de poids involontaire pour le SCA comprennent : une déplétion musculaire sévère, une perte d'appétit et une satiété précoce, des nausées, une anémie, une faiblesse et une fatigue.

    La perte de poids involontaire est un critère de diagnostic du cancer, du diabète de type 1, de l'inconfort thyroïdien, etc.

    Quels effets une perte de poids involontaire sévère peut-elle avoir ?

    Une perte de poids involontaire et sévère peut réduire la qualité de vie, compromettre l'efficacité d'un traitement ou la récupération, aggraver les phases de la maladie et constituer un facteur de risque d'augmentation du taux de mortalité.

    La malnutrition qui en résulte peut compromettre toutes les fonctions du corps humain, des cellules individuelles aux fonctions les plus complexes du corps : réponse immunitaire, cicatrisation, force musculaire (par exemple les muscles respiratoires), fonction rénale, thermorégulation, menstruation, etc.

    De plus, la malnutrition associée implique un manque d'électrolytes, de vitamines, etc. L'infirmité qui accompagne souvent une perte de poids importante peut également entraîner d'autres complications telles que des escarres.


    Selon les données du Royaume-Uni (Malnutrition Universal Screening Tool - MUST), jusqu'à 5 % de la population générale souffre d'insuffisance pondérale et plus de 10 % des plus de 65 ans sont à risque de malnutrition.


    Régimes populaires, obésité et santé

    De nos jours, les régimes pour ainsi dire « innovants » (ou plutôt qui s'éloignent des principes nutritionnels d'équilibre scientifiquement fondés) sont devenus presque une « mode » ; en fait, même si cela semble un paradoxe, les régimes qui sont « à la mode » sont justement ceux « à contre-courant ».

    Seront-ils vraiment aussi efficaces ? Qui les suit va réellement perdre du poids ?

    La réponse n'est certainement pas simple ; le seul outil utile pour satisfaire une telle curiosité est la statistique, même si parfois ce moyen tend à déformer la réalité.

    Une étude assez datée, intitulée « Régimes populaires : corrélation avec la santé, la nutrition et l'obésité », a tenté d'évaluer l'efficacité réelle de la perte de poids attribuable aux régimes « à la mode ». Malheureusement, puisqu'il s'agit d'une expérience pas très récente (2001), d'un point de vue scientifique, il faut garder à l'esprit que ses résultats ne correspondent peut-être PAS au cadre général contemporain.

    Personnellement, je pense que la "tendance" diététique populaire est restée assez inchangée et repose sur des principes très différents (encore un sujet de débat) : élimination de la viande et du poisson, réduction des glucides, augmentation des protéines, etc.


    NB. Ces indications sont à contextualiser en référence aux recommandations pour une alimentation équilibrée, dans laquelle les graisses représentent environ 25-30% de l'énergie totale, les protéines environ 0,8-1,5g/kg de poids physiologique (le pourcentage varie beaucoup en fonction de la l'énergie de l'alimentation) et les glucides constituent toutes les calories restantes (50-60%).

    Cependant, ceux qui suivaient un certain type de régime à l'époque pourraient avoir considérablement perdu du poids ou pris du poids aujourd'hui ; même si, selon les statistiques, l'échantillon de recherche était composé de sujets ayant commencé une thérapie nutritionnelle depuis peu ou longtemps. En fin de compte, le résultat de ces recherches doit être considéré comme une référence générale ; certes, ce n'est pas un absolutisme sur lequel fonder des règles alimentaires inaliénables. Pour ce faire, beaucoup plus de statistiques, d'essais cliniques et d'applications expérimentales sur l'homme sont nécessaires ; en d'autres termes, tout ce qui a été fait pour établir des lignes directrices pour une alimentation saine et correcte.

    Revenant à la publication ci-dessus, celle-ci s'est fixé pour objectif d'examiner la corrélation entre un ensemble d'indicateurs nutritionnels et l'état de santé, et l'utilisation de régimes dits populaires.

    Le projet impliquait la participation de l'« Enquête continue sur l'apport alimentaire des individus (CSFII) 1994-1996 » afin d'examiner la corrélation entre les « régimes à la mode » et la « qualité nutritionnelle » ; les paramètres d'évaluation étaient : l'indice d'alimentation saine (HEI), l'indice de masse corporelle (IMC) et les modes de consommation.

    Les régimes « prototypes » analysés étaient végétariens (élimination des viandes, volailles et poissons) et NON végétariens. Ces derniers ont été subdivisés en : faible concentration en glucides (<30%), moyenne (30-55%) et élevée (>55%). Ensuite, au sein de celui à haute teneur en glucides, les sujets sont à nouveau divisés en ceux qui suivent la pyramide alimentaire (USDA Food Guide Pyramid) et ceux qui ne l'utilisent PAS (évidemment, c'est la pyramide en usage en 2001, mais pas trop différent de l'officiel contemporain). Ceux qui suivaient ce principe devaient respecter un pourcentage de lipides <30% et consommer des aliments selon les recommandations. Enfin, le groupe qui n'a pas respecté la pyramide a été encore différencié en : faible en gras (<15%) et modéré (15% -30%). Pour compléter, une revue de la littérature scientifique a également été réalisée.

    L'échantillon de recherche comprenait 10014 19 adultes, âgés de 1994 ans ou plus, qui ont été analysés par le CSFII (1996-XNUMX).

    Les résultats du CSFII indiquent que la qualité de l'alimentation (mesurée par HEI) est apparue plus élevée dans le groupe riche en glucides en respectant la pyramide (82,9) et plus faible dans le groupe pauvre en glucides (44,6 ).

    L'apport énergétique total semble être plus faible chez les végétariens (1606 kcal) et dans le groupe riche en glucides et faible en gras (1360 kcal).

    Chez les femmes, l'IMC est apparu plus faible dans le groupe végétarien (24.6) et dans le groupe riche en glucides et faible en gras (24,4). Chez les hommes, l'IMC semblait plus faible pour les végétariens (25.2) et dans le groupe qui rencontrait la pyramide à forte concentration en glucides (25.2).

    Une revue approfondie de la littérature a également été réalisée, suggérant que la perte de poids est indépendante de la composition du régime (pourcentages nutritionnels). La modération de l'énergie totale est au contraire la variable « clé » associée à la perte de poids à court terme.

    NB. Cette dernière conclusion est à prendre avec précaution, car tant l'impact métabolique des nutriments, tant la charge anabolique des repas (glycémie-insuline, également liée aux portions), que la gestion temporelle de l'alimentation, contribuent à l'équilibre. du poids corporel et le rapport entre la masse maigre et la masse grasse

    En fin de compte, cette étude a montré que les régimes riches en glucides avec une teneur en matières grasses faible ou modérée ont tendance à être moins caloriques que les autres. Cependant, l'apport calorique inférieur a été attribué au régime végétarien. La qualité de l'alimentation, telle que mesurée par HEI, était la plus élevée dans les groupes riches en glucides et la plus faible dans les groupes pauvres en glucides. L'IMC était significativement plus faible chez les hommes et les femmes suivant un régime riche en glucides, tandis que des IMC plus élevés ont été observés chez les sujets suivant un régime pauvre en glucides.

    Techniques thérapeutiques minceur

    Les méthodes thérapeutiques minceur les plus recommandées sont les moins intrusives, à savoir : l'ajustement des habitudes alimentaires et l'augmentation de l'activité physique.

    À cet égard, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) suggère une réduction de la consommation d'aliments transformés, riches en graisses saturées, en sucres et en sel ; en outre, il recommande de modérer l'apport calorique de l'alimentation et d'augmenter le niveau d'activité physique générale. Il est également conseillé d'augmenter l'apport en fibres alimentaires afin de réguler les selles et moduler l'absorption nutritionnelle.

    D'autres méthodes de perte de poids incluent l'utilisation de certains médicaments et suppléments qui réduisent l'appétit, entravent l'absorption de certains nutriments (graisses et sucres) ou réduisent le volume de l'estomac.

    Chirurgie bariatrique

    La chirurgie bariatrique est une technique thérapeutique chirurgicale amincissante et est utilisée exclusivement en cas d'obésité sévère. Il peut être appliqué avec deux procédures distinctes : le bypass gastrique (bypass gastrique) et l'anneau gastrique. Les deux sont efficaces pour modérer l'apport énergétique alimentaire en réduisant la taille de l'estomac ; cependant, comme ils ne sont pas exempts des risques de la chirurgie, leur pertinence doit être estimée et examinée après consultation d'un médecin.

    Ballon intragastrique

    L'insertion du ballon intragastrique, également appelé BIB, est une technique thérapeutique amincissante qui utilise la méthode endoscopique. En pratique, contrairement à la chirurgie bariatrique, la pose du BIB ne nécessite aucune incision. Elle consiste à placer une sphère en plastique, pleine de solution physiologique, à l'intérieur de l'estomac afin de favoriser la sensation de satiété. En mangeant moins, les patients ont tendance à perdre du poids à court ou moyen terme.

    Suppléments pour la perte de poids

    Il existe une vaste gamme de produits en vente libre appelés "suppléments de perte de poids". En fait, les compléments alimentaires (même s'ils sont largement utilisés) ne sont pas considérés comme un bon choix pour perdre du poids.

    Il en existe de toutes sortes et avec des mécanismes d'action très différents les uns des autres. Pour plus d'informations il est conseillé de lire l'article dédié en cliquant ici.

    Contrairement aux médicaments, les compléments alimentaires pour maigrir sont gratuits à l'achat, mais peu d'entre eux semblent vraiment efficaces sur le long terme. Aucun complément alimentaire n'a d'effet amincissant sans un bilan calorique intrinsèquement négatif.

    MĂ©dicaments pour la perte de poids

    Ils nécessitent tous une ordonnance et leur utilisation est extrêmement controversée. Ils vont des chélateurs (empêchent l'absorption intestinale), aux laxatifs, jusqu'aux amphétamines (qui réduisent la sensation d'appétit). Dans ce cas également, il est conseillé d'en lire plus en cliquant ici.

    Bandage gastrique virtuel

    L'anneau gastrique virtuel est une forme d'hypnose. Cette stratégie vise à suggérer l'esprit du patient jusqu'à ce qu'il soit convaincu qu'il ressent un rétrécissement de l'estomac ; par conséquent, la prise alimentaire doit être réduite permettant au sujet de perdre du poids.

    Le pansement virtuel est souvent intégré à un traitement psychologique visant à gérer l'anxiété et à l'hypnopédie (mémorisation de sons, de bruits ou de phrases pendant le sommeil).

    La recherche sur l'utilisation de l'hypnose comme technique alternative de gestion du poids corporel a conclu qu'elle peut être une solution alternative ou intégrée aux méthodes plus classiques de perte de poids.

    En 1996, il a été observé que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), ou thérapie cognitivo-comportementale, pour la réduction de poids est plus efficace lorsqu'elle est associée à l'hypnose.

    La Thérapie d'Acceptation et d'Engagement (ACT) est aussi une approche de « pleine conscience » (conscience de ses pensées, actions et motivations) destinée à la perte de poids ; en particulier, ces dernières années, cela a montré une utilité thérapeutique considérable.

    Crash Diet ou Dieta Crash

    Qu'est-ce que le régime crash ?

    Le régime Crash ou régime Crash est un système de perte de poids corporel drastique. En réalité, il s'agit d'un véritable jeûne contrôlé, visant à réduire le tissu adipeux dans les plus brefs délais. Dans les régimes d'urgence, l'apport énergétique est égal ou inférieur à 30 % de l'apport normocalorique.

    En plus de la perte de poids rapide, l'autre caractéristique unique du régime d'accident est le temps d'application très modeste. En effet, le régime crash est conçu pour être poursuivi pendant une semaine maximum ; d'autre part, il faut aussi préciser qu'il existe (hélas) différentes variantes de crash diet.

    Dans la pratique, les personnes qui n'ont pas le désir, le temps ou l'argent pour gérer un régime amaigrissant sont confrontées à des microcycles hebdomadaires de régime d'urgence essayant d'éliminer 2-8gk en peu de temps. La motivation, en général, n'est pas de nature saine mais purement esthétique.

    Le régime crash fonctionne-t-il ?

    Cela dépend de l'objectif fixé; si vous voulez "brûler" une petite quantité de graisse corporelle en très peu de temps (comme certains athlètes, mais au détriment de la performance), théoriquement cela devrait fonctionner. Cependant, si la perte de poids souhaitée est pertinente, le régime crash devient presque totalement inefficace, car il n'est PAS durable.

    Effets indésirables du régime crash

    La malnutrition, la faim, le stress et la déshydratation sont des effets secondaires qui surviennent facilement même dans les régimes d'urgence les plus généreux. Ceux qui consomment de l'alcool au cours d'un régime intensif risquent d'aggraver la carence en vitamines, la déshydratation et l'hypoglycémie.

    De plus, la plupart des personnes qui suivent un régime d'accident subissent le soi-disant "effet yo-yo" du poids, qui est une fluctuation continue due à la récupération et à la perte d'eau et de graisse corporelle entre les périodes de régime et de compensation.

    Avec la limitation drastique de l'apport calorique, après 1 ou 2 jours, le corps a tendance à abaisser le métabolisme, frustrant (quoique partiellement) la tentative de perte de poids.

    De plus, dans la plupart des cas, les kilos perdus avec le régime d'urgence sont principalement constitués de fluides corporels et seulement une partie mineure de tissu adipeux.

    Dans le cas où vous souhaiteriez associer une activité sportive au régime crash, vous devez garder à l'esprit le risque d'épuisement des tissus musculaires.

    Il faut aussi préciser que les tentatives de régime (surtout drastiques) mettent aussi à rude épreuve la sphère psychologique et émotionnelle de ceux qui les pratiquent (probablement déjà en souffrance) ; surtout, l'estime de soi des gens est compromise après chaque restauration du poids d'origine (effet typique du régime d'accident).

    En conclusion, le régime d'accident représente le stéréotype des habitudes alimentaires malsaines adoptées par les sujets potentiellement affectés (ou à risque) de troubles alimentaires.

    RĂ©gime amaigrissant : faible en glucides ou faible en gras ?

    Une fois pour toutes, il serait utile de comprendre si les régimes amaigrissants, pour être efficaces, doivent être pauvres en graisses ou pauvres en glucides.

    En réalité, le régime qui favorise la perte de poids est tout simplement moins énergétique qu'un régime normal. Compte tenu du fait que les graisses, les glucides et les protéines fournissent des calories, le régime amaigrissant devrait limiter proportionnellement les trois macronutriments.

    Il existe également des différences assez importantes concernant l'impact métabolique des différentes molécules (même au sein d'une même catégorie chimique).

    Les glucides sont généralement considérés comme les plus utiles pour l'apport d'énergie et sont indispensables pour certains tissus qui ne peuvent utiliser les graisses ; en revanche, ils ont un effet insulino-stimulant (et donc aussi grossissant) assez prononcé. Évidemment, cette caractéristique est soulignée par l'abus généralisé de la population envers les aliments qui les contiennent (dans votre pays, en particulier les pâtes). A noter également que, parmi les différents types de glucides, certains sont plus stimulants (glucose et dextrines) et d'autres moins (fructose et galactose ou polymères qui les contiennent) ; de plus, la complexité moléculaire (forme polymère ou monomère) joue également un rôle très important pour la libération d'insuline.

    Il en va de même pour les protéines et les lipides. Les premiers, qui ressemblent à de véritables "chaînes", remplissent de nombreuses fonctions biologiques ; ceux-ci, une fois digérés et absorbés, varient leur impact sur l'hormone d'engraissement (insuline) selon le type d'acides aminés qui les composent. De même, les triglycérides diffèrent en fonction des acides gras contenus ; ceux-ci, dans le corps humain, remplissent (d'un point de vue quantitatif) principalement la tâche de réserve d'énergie, en remplissant le tissu adipeux. Les protéines et les graisses nécessitent moins la sécrétion d'insuline que les glucides même si, en ce qui concerne les lipides, ils constituent un substrat de stockage « prêt à l'emploi » (du sang, directement dans les adipocytes).

    NB. L'utilisation d'acides aminés et de lipides à des fins énergétiques, en l'absence (ou presque) de glucides, détermine l'accumulation de molécules toxiques appelées cétones. Ceux-ci, potentiellement nocifs pour les tissus de l'organisme, ne doivent pas être présents en quantité excessive et/ou pendant de longues périodes. Leur effet sur le système nerveux est anorexigène, c'est pourquoi leur accumulation dans le sang est parfois volontairement induite.

    Un travail expérimental de 2013, intitulé « Very-low-carbohydrate ketogenic diet VS low-fat diet for long-term weight loss : a meta-analysis of randomised control trial », a tenté de déterminer quelle était la stratégie nutritionnelle la plus adaptée pour perdre du poids. . : le faible en glucides (cétogénique) ou le faible en gras.

    La mĂ©ta-analyse visait Ă  vĂ©rifier si les sujets ayant suivi une VLCKD (< 50 g de glucides par jour) et les sujets ayant suivi un rĂ©gime pauvre en graisses (LFD, < 30 % de l'Ă©nergie totale) obtenaient et maintenaient une perte de poids et la rĂ©duction des facteurs de risque cardiovasculaire. Ă  long terme.

    En août 2012, à partir des sources bibliographiques : MEDLINE, CENTRALE, ScienceDirect, Scopus, Lillà, SciELO, ClinicalTrials.gov et des bases de données de la littérature scientifique, les études présentant les caractéristiques souhaitables pour la méta-analyse en question. Ces exigences sont : la randomisation et l'échantillon d'adultes ayant subi un VLCKD ou un LFD (avec 12 mois ou plus de suivi).

    Le paramètre principal de l'étude était l'évaluation du poids corporel; secondaires à la place : TG (triglycérides), cholestérol HDL (HDL-C), cholestérol LDL (LDL-C), pression systolique et diastolique, glycémie, insulinémie, taux d'HbA1c (hémoglobine glyquée) et de protéine C réactive.

    Dans l'analyse globale, cinq des treize études ont révélé des résultats significatifs.

    Les sujets qui ont suivi VLCKD ont connu une diminution du poids corporel (1415 sujets), une diminution de la TG (1258 patients) et une diminution de la pression diastolique (1298 individus) ; alors qu'il y avait une augmentation du cholestérol HDL (1257 patients) et du cholestérol LDL (1255 individus).

    Il a Ă©tĂ© constatĂ© qu'Ă  long terme, les personnes atteintes de VLCKD obtenaient une perte de poids plus importante que celles atteintes de LFD ; en fin de compte, VLCKD peut ĂŞtre considĂ©rĂ© comme un outil potentiel dans la lutte contre l'obĂ©sitĂ©.

    Données en main, le régime cétogène permet de perdre du poids non seulement à court, mais aussi à long terme ; Cependant, déformer son alimentation pour vous permettre de perdre du poids est-il vraiment le bon choix ? Probablement pas.

    Au lieu de cela, il serait souhaitable que les gens restent en bonne santé grâce à une alimentation équilibrée. En revanche, dans les conditions d'obésité et de maladies métaboliques, l'aspect prioritaire n'est lié qu'à la perte de poids (souvent, voire urgente).

    Perdre du poids en buvant

    Perdre du poids, perdre du poids et régime amaigrissant

    Les effets sur la perte de poids liés à la consommation d'eau ont fait l'objet de certaines recherches scientifiques.

    Les scientifiques travaillant sur cette recherche ont utilisé les preuves obtenues pour étayer l'hypothèse selon laquelle l'augmentation de la consommation d'eau alimentaire (avec ou sans repas) peut favoriser la perte de poids en conjonction avec d'autres déterminants, tels que certains régimes alimentaires et l'activité physique.

    À vrai dire, les diététiciens soutiennent cette hypothèse depuis de nombreuses années, avant même qu'elle ne soit confirmée par des publications scientifiques.

    RĂ©glementation de l'eau et de l'Ă©nergie

    Les raisons soutenant l'hypothèse que boire beaucoup d'eau aux repas peut favoriser la perte de poids en conjonction avec un régime hypocalorique sont différentes.

    Tout d'abord, boire de l'eau avant de manger favorise la suppression de l'appétit. Il ne nécessite pas l'apport d'autres substances et est une méthode totalement sûre. Bien qu'il puisse être défini comme un remède populaire utilisé depuis de nombreuses années, également recommandé par les diététiciens, il n'a été soumis que récemment à un processus scientifique randomisé et contrôlé pour vérifier ses effets réels. Voyons-les plus en détail :

    • Une Ă©tude de 2008 a conclu que l'eau potable est associĂ©e Ă  une perte de poids chez les femmes en surpoids, indĂ©pendamment du rĂ©gime alimentaire et de l'activitĂ© physique.
    • Une Ă©tude de 2010 a conclu que les personnes qui consomment deux tasses (500 ml) d'eau avant de manger absorbent entre 75 et 90 kcal de moins.
    • Une Ă©tude de 2011 sur des enfants obèses a conclu que l'eau potable Ă©tait importante sur la dĂ©pense Ă©nergĂ©tique au repos.
    • Une Ă©tude de 2011 menĂ©e sur des adultes d'âge moyen et âgĂ©s (40 ans ou plus) a administrĂ© 500 ml d'eau 30' avant un repas 3 fois par jour pendant 12 semaines ; dans cette expĂ©rience, il a Ă©tĂ© constatĂ© que les individus ont perdu 2 kg de poids corporel par rapport au groupe tĂ©moin
    • Une Ă©tude de 2013 portant sur 18-23 adultes a conclu qu'une rĂ©duction du poids corporel s'est produite avec 500 ml d'eau administrĂ©s 3 fois par jour pendant 8 semaines.
    • Une revue de 2013 a conclu que la rĂ©duction du poids corporel et le maintien de la perte de poids peuvent bĂ©nĂ©ficier d'une augmentation de l'eau alimentaire.

    Eau et Thermorégulation

    Une étude a révélé que boire 500 ml d'eau augmente le taux métabolique de 30 % après 30 à 40 minutes, avec une réponse thermogénique totale de 24 kcal. Environ 40% de l'effet thermogénique est déterminé en chauffant l'eau de 22 à 37°C. Cependant, une étude ultérieure de 2006 a suggéré que boire 500ml d'eau à 3°C provoque une augmentation de la dépense énergétique de 4,5% pendant 60'.

    Changements dans l'eau et l'alimentation

    Une recherche de Barry Popkin et al. ont montré que les personnes qui boivent beaucoup d'eau mangent plus de légumes et de fruits, boivent moins de boissons sucrées et consomment moins de calories au total. La raison de la plus faible consommation de boissons sucrées est qu'elles remplacent souvent l'eau dans l'alimentation ordinaire ; l'eau potable annule la sensation de soif et donc le besoin de boire des boissons sucrées n'est pas perçu.

    L'augmentation de la consommation d'eau, le remplacement des boissons sucrées par des boissons énergisantes gratuites et la consommation d'aliments riches en eau (comme les fruits et légumes) avec une densité énergétique relativement plus faible peuvent aider à la gestion du poids. .

    Perdre du poids avec la cigarette

    Il est communément admis que le tabagisme entraîne une perte de poids. Est-ce vrai ou est-ce une erreur collective ?

    La consommation de tabac a été associée à la suppression de l'appétit depuis l'ère précolombienne, lorsque les Amérindiens l'utilisaient.

    Depuis le vingtième siècle, les compagnies de tabac ont utilisé ces corrélations entre minceur et tabagisme pendant des décennies dans leurs publicités, notamment celles destinées aux femmes, les poussant clairement vers des problèmes psychiatriques d'image corporelle. Par conséquent, d'un point de vue culturel, le lien entre le tabagisme et la perte de poids est profondément enraciné ; cependant, on ne sait pas combien de personnes ont commencé (ou ont continué) à fumer en raison de préoccupations concernant leur poids. Des recherches scientifiques et statistiques révèlent que les adolescentes caucasiennes et les adolescentes, sujettes aux problèmes de poids, sont particulièrement sujettes au tabagisme.

    Bien que les fumeurs soient connus pour avoir un meilleur contrôle de leur appétit, il n'a pas été démontré que les fumeurs sont capables de perdre du poids ou de maintenir un poids santé mieux que les non-fumeurs.

    Nicotine et contrĂ´le du poids

    Bien que le tabagisme soit largement déconseillé pour ses nombreux effets négatifs sur la santé, la nicotine peut être considérée comme un coupe-faim et influence les habitudes alimentaires en modérant l'apport calorique.

    Une étude portant sur les effets de la nicotine sur l'appétit a montré que les effets de la nicotine comprennent : une augmentation de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque et de la motilité gastrique, et une diminution de la prise alimentaire. Les interactions médiées par la nicotine sur le comportement alimentaire impliquent principalement les neurones autonomes, sensoriels et entériques.

    En termes de suppression de l'appétit, le chewing-gum à la nicotine semble avoir des effets similaires à ceux de la cigarette et certaines personnes l'utilisent pour le contrôler.

    La nicotine peut réduire les niveaux d'insuline dans le sang, ce qui est responsable des fringales pour les aliments sucrés. De plus, les effets de la nicotine sur l'adrénaline et les muscles de l'estomac suppriment temporairement l'appétit. D'autres études ont montré que les fumeurs subissent une dépense énergétique plus importante en raison d'un taux métabolique plus élevé. La nicotine a également un certain effet diurétique qui provoque une diminution des concentrations de calcium dans le sang.

    Il y a beaucoup de controverse sur l'incidence du surpoids chez les fumeurs et les non-fumeurs. Certaines recherches ont rapporté que les fumeurs (à long terme et en pratique au moment des enquêtes) pèsent moins que les non-fumeurs et semblent moins susceptibles de prendre du poids au fil du temps. A l'inverse, d'autres études chez les jeunes n'ont montré aucune corrélation entre la perte de poids et le tabagisme. Il est possible que, bien qu'il existe un lien entre la nicotine et la suppression de l'appétit, cette réaction soit moins accentuée chez les fumeurs chroniques. Certaines recherches ont montré que l'âge était un facteur aggravant. Ainsi, la relation causale entre les effets physiologiques de la nicotine et les résultats épidémiologiques sur le poids entre fumeurs et non-fumeurs n'a pas encore été explicitement établie.

    DĂ©pendance au tabac et perception du contrĂ´le du poids chez les adolescents

    Alors que la plupart des adultes ne fument pas pour perdre du poids, des études statistiques ont montré que l'association entre le tabagisme et le désir de contrôler son poids affecte le comportement des jeunes fumeurs. La recherche en question révèle que les adolescentes à la recherche d'une silhouette plus mince sont plus susceptibles de commencer à fumer. De plus, les personnes déjà engagées dans des comportements à risque pour perdre du poids sont davantage impliquées.

    Toujours en ce qui concerne les fumeuses, d'autres enquêtes ont pris en considération d'éventuelles corrélations avec l'ethnicité. Jusqu'à tout récemment, des études montraient que les jeunes femmes blanches étaient plus susceptibles que les autres de fumer pour perdre du poids. En ce sens, les publicités pour certaines marques de cigarettes ont été d'une importance considérable.

    Au cours de la dernière décennie, la question a été approfondie. Il a été observé que bien que les femmes blanches soient plus susceptibles de fumer pour perdre du poids, les hommes et d'autres ethnies sont également touchés par cette attitude potentiellement nocive. Il a été constaté que dans tous les groupes ethniques, les préoccupations concernant le poids et la perception négative de son image corporelle jouent un rôle essentiel dans la décision de fumer. Cependant, il convient de noter que la relation entre le poids et le tabagisme chez les jeunes est statistiquement significative principalement dans les groupes de population blancs ou mixtes.

    Dans le passé, des études ont montré que les adolescentes considéraient la perte de poids ou le contrôle du poids comme des aspects positifs du tabagisme. Plus généralement, les jeunes femmes intéressées à perdre du poids, et en particulier celles qui utilisent déjà des techniques de contrôle du poids malsaines, courent un risque plus élevé de commencer à fumer que les autres.

    Perte de poids et Ă©conomie

    Le marché des produits visant à améliorer, accélérer, rendre la perte de poids moins chère, plus fiable et moins douloureuse, est extrêmement large.

    Ces produits/services sont de diverses natures et comprennent des livres, des DVD, des CD, des crèmes, des lotions, des pilules, des bagues et des boucles d'oreilles, des enveloppements, des ceintures ou des ceintures, des centres de remise en forme, des coachs personnels, des entraîneurs personnels, des groupes d'amaigrissement collectifs, des aliments et des compléments alimentaires. .

    En 2008, entre 33 et 55 milliards de dollars ont été dépensés en produits et services de perte de poids aux États-Unis, y compris des procédures médicales, des médicaments et des centres de perte de poids ; ces derniers se déplacent entre 6 et 12 % du quota total mentionné. Plus de 1,6 milliard de dollars ont été dépensés en suppléments et environ 70 pour cent des tentatives de perte de poids des Américains étaient autonomes.

    En 2009, en Europe de l'Ouest, les ventes de produits amaigrissants à elles seules (hors médicaments sur ordonnance) ont dépassé 1,4 milliard de dollars.

    Perdre du poids : programmes en ligne

    Perdre du poids, perdre du poids et régime amaigrissant

    Le souci de l'image corporelle est de plus en plus répandu dans la population générale. Les femmes, les hommes, les jeunes, les adultes et même certaines personnes âgées en souffrent. Le défaut le plus perçu est l'embonpoint et, pour cette raison, l'activité minceur est extrêmement développée et rentable. En revanche, une grande partie de la population occidentale a vraiment besoin de perdre du poids, car elle souffre d'obésité et de maladies dites du bien-être.

    Les programmes de perte de poids en ligne (Internet) sont des « protocoles » de régime et de sport conçus pour aider les participants à perdre du poids ou éventuellement à améliorer leur condition physique globale.

    Ces programmes comprennent une assistance qui couvre tous les éléments nécessaires à la perte de poids tels que : la fixation d'objectifs, le suivi des progrès, l'organisation des repas, la planification des entraînements et l'accompagnement d'un entraîneur personnel ou d'un coach personnel.

    Les programmes de perte de poids en ligne sont généralement interactifs et fournissent à l'utilisateur des informations sur : le régime alimentaire, les programmes d'exercice, la planification des repas et l'état des objectifs ; en pratique, il gère le feedback entre la personne et le programme.

    Habituellement, il est nĂ©cessaire de remplir un questionnaire avec beaucoup d'informations avant de dĂ©marrer le projet, afin d'estimer toutes les variables nĂ©cessaires. Il s'agit d'informations telles que : les tendances alimentaires, les niveaux de forme physique gĂ©nĂ©raux et les objectifs.

    Les programmes de perte de poids en ligne offrent un plan de repas et un entraînement personnalisés. Une autre caractéristique est l'utilisation d'outils Web pour identifier des améliorations hypothétiques et enregistrer des informations sur l'entraînement et l'alimentation. L'idée de base est de surveiller l'activité quotidienne, car il est possible d'obtenir de meilleurs résultats en visant à effectuer progressivement de petites étapes. Le prix des programmes de perte de poids en ligne varie et varie considérablement de programmes très simples à d'autres conçus par des célébrités du sport ou du fitness. Il en existe également des gratuits mais, bien qu'ils donnent généralement accès à des outils spécifiques, ils ne proposent généralement pas de plans personnalisés.

    Les programmes de perte de poids en ligne contiennent généralement certains de ces éléments :

    • Liste de courses hebdomadaire
    • Programme d'entraĂ®nement et de rĂ©gime
    • Soutien rĂ©gulier d'un entraĂ®neur (certains avec un soutien XNUMX heures sur XNUMX)
    • Suivi rĂ©gulier des progrès
    • VidĂ©o de formation
    • Calendrier de formation

    Dans une étude d'un an publiée dans le Journal of the American Medical Association, les participants à un programme de perte de poids en ligne (non spécifié) ont démontré plus de deux fois la perte de poids des autres participants à un programme traditionnel (non spécifié).

    Il a été démontré que les personnes qui ont utilisé le programme de perte de poids en ligne pendant 18 mois ont également pu maintenir leur perte de poids de manière significative. De nombreuses autres études montrent que les programmes de perte de poids en ligne sont très utiles pour aider les gens à maintenir leurs résultats à long terme.

    Dans une autre étude, un groupe de 250 personnes a perdu du poids au cours des 6 mois et a maintenu le résultat pendant les 12 mois suivants.

    Le coût modéré couplé à l'absence de besoin de rencontrer régulièrement un nutritionniste et/ou un entraîneur personnel (variables émotionnelles, temps, etc.) rendent les programmes de perte de poids en ligne beaucoup plus durables. La nécessité de mettre constamment à jour les poids et autres mesures semble contribuer à sensibiliser les utilisateurs et les aider à gérer la maintenance sur une plus longue période. De nombreuses informations montrent également qu'en moyenne, les participants aux programmes de perte de poids en ligne s'améliorent à mesure que leur expérience avec l'outil augmente.

    Sans surprise, il y a eu récemment une augmentation des entreprises qui ne traitent que des programmes en ligne pour la perte de poids.

    La perte de poids empoisonne-t-elle le corps ?

    Cela peut paraître étrange, mais parmi les innombrables bienfaits qu'apporte - en cas de surpoids - la minceur, il y a aussi un danger pour la santé. Plusieurs études ont en effet montré comment la perte de poids corporel, après un régime hypocalorique ou une chirurgie bariatrique, provoque une augmentation des concentrations plasmatiques de substances toxiques.

    De nombreux polluants environnementaux - par exemple le dioxine, le DDT et ses produits de dĂ©gradation, leesaclorobenzènele biphĂ©nyles polychlorĂ©s et plusieurs autres organismes polluants persistants (POP) - sont molĂ©cules lipophiles; cela signifie qu'ils sont liĂ©s aux lipides (graisses) et capables de s'y dissoudre.

    Une fois introduites dans le corps humain ces substances sont mĂ©tabolisĂ©es avec une extrĂŞme difficultĂ© (le mĂ©tabolisme hĂ©patique des xĂ©nobiotiques a tendance Ă  augmenter leur solubilitĂ© dans l'eau afin de permettre leur Ă©limination urinaire, mais malheureusement le foie ne dispose pas d'enzymes efficaces pour l'Ă©limination des POP). En consĂ©quence, les polluants ont tendance Ă  s'accumuler, en dĂ©posant de prĂ©fĂ©rence dans le tissu adipeux. Ainsi, lorsque vous perdez du poids, avec les acides gras stockĂ©s dans le tissu adipeux sous forme de triglycĂ©rides, la quantitĂ© de polluants stockĂ©s dans les adipocytes est Ă©galement libĂ©rĂ©e.

    L'argument peut aussi ĂŞtre vu Ă  l'envers, en ce sens qu'un des effets nĂ©gatifs de l'obĂ©sitĂ© est d'augmenter le dĂ©pĂ´t de polluants organiques persistants dans l'organisme. Si l'abondance du tissu adipeux est protectrice en cas d'intoxication aiguĂ« par les POP, en mĂŞme temps, en prĂ©servant longtemps les substances dans l'organisme, elle contribue Ă  augmenter leur toxicitĂ© chronique. Sans surprise, des Ă©tudes rĂ©centes suggèrent comment ces polluants sont liĂ©s aux dysfonctionnements mĂ©taboliques associĂ©s Ă  l'obĂ©sitĂ©, activant un phĂ©notype inflammatoire dans le tissu adipeux. Alors, plus qu'une excuse pour Ă©viter de perdre du poids, la question doit ĂŞtre comprise comme une raison de plus pour ne pas grossir.

    Ensuite, il y a un autre revers de la mĂ©daille, celui pour lequel ce serait la mĂŞme exposition aux polluants organiques persistants pour favoriser l'obĂ©sitĂ©. Tel effet, Said obèse, elle serait significative Ă  des stades particuliers de la vie, qui sont ceux du dĂ©veloppement (de la pĂ©riode prĂ©natale Ă  la fin de la pubertĂ©) ; bien qu'un effet Ă©pigĂ©nĂ©tique de ces polluants soit supposĂ©, le mĂ©canisme d'action obĂ©sogène associĂ© n'a pas encore Ă©tĂ© Ă©lucidĂ©.

    ajouter un commentaire de Perdre du poids, perdre du poids et régime amaigrissant
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.