close
    search Buscar

    Désinformation ou quoi ? Les erreurs que l'on trouve dans les journaux tous les jours

    Qui suis-je
    Robert Maurer
    @robertmaurer
    SOURCES CONSULT√ČES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Il était une fois un peintre et un cordonnier. Le peintre s'appelait Apelle et il était l'un des artistes les plus illustres de l'époque, célèbre surtout pour être un critique très exigeant précisément envers son travail. A tel point qu'il avait l'habitude de
    exposer ses toiles sur la place publique puis se cacher pour écouter les commentaires des passants.

    On raconte qu'un jour un cordonnier passa et fit des remarques sur la forme d'une paire de sandales. Apelle a corrig√© le d√©faut avec diligence. Le lendemain, lorsque le cordonnier revint passer la place, voyant que les sandales √©taient parfaites, il fut pris de vaine gloire et se mit √† critiquer d'autres parties du tableau. √Čvidemment, √† ce moment-l√†, le peintre sortit de sa cachette et pronon√ßa l'une des phrases les plus c√©l√®bres de l'histoire : "Ne juge pas la sandale du cordonnier", qui en espagnol serait quelque chose comme :"le cordonnier ne va pas au-del√† des chaussures". Malheureusement, depuis quelques ann√©es, s'immiscer dans le m√©tier d'autrui est un comportement qui reprend du poil de la b√™te, notamment sur Internet. M√™me si je dois admettre que la psychologie a toujours √©t√© l'une des sciences qui s'y est le plus pr√™t√©e.

    Peut-être parce qu'il est difficile de trouver quelqu'un qui essaie de supplanter un physicien nucléaire ou un ingénieur civil, mais... supplanter un psychologue est un jeu facile ! Au final, nous sommes tous un peu psychologues. Ou du moins c'est l'une des croyances les plus profondément enracinées dans l'imaginaire populaire. En fait, nous, psychologues, nous sommes déjà habitués à cette idée, mais quand il s'agit de la presse, des médias qui ont une certaine autorité et une certaine circulation, c'est vraiment triste de voir comment ils déforment l'information.


    D√©sinformation : jamais de conclusions tu existes L'un des probl√®mes les plus courants rencontr√©s dans les m√©dias est la tendance √† pr√©senter des dieux manchettes sensationnalistes qui finissent par √©tablir des conclusions inexistantes. Un exemple en est un titre paru en 2005 dans le journal espagnol El D√≠a, qui rapportait ce qui suit : ¬ę La t√©l√©vision, les jeux vid√©o et une mauvaise lecture rendent les √©l√®ves plus violents. Dans ce cas, ils se sont r√©f√©r√©s √† une √©tude men√©e par l'Universit√©



    Complutense et, dit ainsi, semble indiquer que les chercheurs ont
    trouvé une relation de cause à effet. Cependant, dans leur étude, ils se sont limités
    faire des corrélations et à aucun moment précisé que la cause
    violence chez les enfants, que ce soit dans les jeux vidéo ou à la télévision. Un autre journal
    L'espagnol, ABC, rapporte la m√™me nouvelle de mani√®re plus discr√®te, mais toujours erron√©e : ¬ę Gli
    les √©l√®ves sont d'autant plus violents qu'ils regardent la t√©l√©vision et qu'ils font moins de devoirs. ¬Ľ En fait,
    dans l'√©tude en question le m√™me auteur rapporte : ¬ę Nos r√©sultats ne distinguent pas si un √©l√®ve est moins agressif parce que
    faire vos devoirs ou prendre du temps pour la lecture extra-scolaire ou si vous vous consacrez à
    ces activités parce qu'il est moins agressif. De toute évidence,
    des titres comme ceux-ci, vous pouvez en trouver d'innombrables dans les médias du monde entier.
    Pour ne citer qu'un autre exemple, le quotidien espagnol 20 Minutos a publi√© : ¬ę Bere
    la bière, avec modération, prévient Alzheimer". Toujours la même nouvelle
    rapport√© par ABC √©tait plus r√©serv√© : ¬ę Boire deux bi√®res par jour peut r√©duire le risque d'Alzheimer. Il est certain que cette √©tude d√©velopp√©e par l'Universit√© d'Alcal√° de Henares indique que ¬ę Une consommation mod√©r√©e de bi√®re pourrait
    peut-être prévenir la maladie d'Alzheimer et peut-être qu'elle pourrait être attrapée dans
    envisager d'introduire cette habitude dans l'alimentation des
    population." L'utilisation des mots ¬ę peut-√™tre ¬Ľ et ¬ę possiblement ¬Ľ et ¬ę pourrait ¬Ľ,
    cela est d√Ľ au fait que l'√©tude a √©t√© r√©alis√©e avec des animaux de laboratoire et,
    nous savons tous combien il est compliqué de transférer les résultats dans les êtres
    humains. Désinformation : les statistiques des mutants Malheureusement, d'autres erreurs très courantes sont représentées par la modification des résultats de
    statistiques ou les ajuster à des facteurs totalement inadéquats. Par exemple, un
    de l'actualité qui a fait le tour de presque tous les journaux espagnols et
    Europ√©ens, selon El Mundo √©tait : ¬ę La maladie mentale tue 58.000 XNUMX Europ√©ens chaque ann√©e ¬Ľ, selon ABC : ¬ę Le
    la maladie mentale tue 58.000 XNUMX Européens chaque année, plus que les accidents
    route. " Heureusement, le quotidien El Pa√≠s s'est montr√© plus prudent et a publi√© : ¬ę Le
    le nombre de décès par suicide dans l'UE dépasse celui des décès par accident
    route. " Publiée en 2005, cette nouvelle faisait référence à une intervention faite par le
    Commissaire européen à la santé et à la consommation, Markos Kyprianus, qui oui
    il se référait exactement à la taxe suicide. En fait, il existe plusieurs études
    qui signalent la relation entre la maladie mentale et le suicide, mais identifient
    les deux idées me semblent excessives. Par exemple, en 2003, on a fait
    étude très intéressante à la Wellington School of Medicine de l'Université d'Otago, Nouvelle-Zélande, dans laquelle il était précisé qu'au moins la moitié des suicides
    celle liée à la maladie mentale peut en fait être due
    à d'autres causes. Comme vous pouvez l'imaginer, en référence aux statistiques, l'autre des erreurs les plus
    est de généraliser les résultats d'un très petit échantillon pour
    les relier à l'ensemble de la population. En effet, les résultats des études devraient être
    lire attentivement car ces dernières années, beaucoup d'entre eux ont
    développer en utilisant un échantillon trop petit de la population et, par conséquent,
    pas représentatif. Pour ne donner qu'un exemple, à la fin de l'année dernière, le journal espagnol Nueva Tribuna a publié un article avec
    ce titre : ¬ę La soci√©t√© espagnole continue d'√™tre machiste ¬Ľ en r√©f√©rence √† une
    dossier offert par la F√©d√©ration des femmes progressistes. El Mundo s'est montr√© plus prudent, titrant : ¬ę 80 %
    des jeunes pensent que les filles devraient plaire √† leur petit ami. ¬Ľ Dans
    réalité, cette recherche n'a compté que 1.396 14 entretiens réalisés auprès de jeunes de XNUMX à
    18 ans étudiant à Madrid et Burgos. Ainsi, ces résultats ne
    seulement elles ne peuvent s'appliquer à tous les jeunes Espagnols mais encore moins à l'ensemble
    soci√©t√©. D√©sinformation : nombre total d'erreurs Bien s√Ľr,
    il y a aussi des erreurs totales qui font dresser nos cheveux sur la tête.
    Ceux-ci n'ont tout simplement aucune explication. C'est le cas de l'un des
    nouvelles plus récentes dont presque tous les médias ont traité
    Des journaux espagnols et m√™me am√©ricains. L'ABC titrait : ¬ę Les scientifiques
    Les Espagnols expliquent pour la première fois le phénomène de l'aura des gens "
    et La Vanguardia : ¬ę Les scientifiques espagnols expliquent en d√©tail en quoi consiste le ph√©nom√®ne de l'aura ¬Ľ. Dans
    premièrement, l'étude en question part d'une hypothèse antérieure formulée en
    2004, pour que l'idée originale ne soit pas de l'Université des chercheurs
    Grenade. Aussi, lorsque vous lisez l'étude en question, vous vous rendez compte que
    il est bas√© sur des comparaisons et des descriptions subjectives, qui bien s√Ľr, non
    constitue une preuve irréfutable. Et si ça ne suffit pas, tout à la fin
    de l'article, les m√™mes savants pr√©cisent : ¬ę Les √©carts rencontr√©s (faisant r√©f√©rence √† la comparaison d'exp√©riences
    entre des personnes atteintes de synesthésie et divers guérisseurs, qui prétendaient tous voir l'aura)
    suggèrent que nous avons affaire à des phénomènes différents. Je n'ai pas de mots... En résumé,
    peut-être la pression exercée par certains pour être le premier à publier les nouvelles
    et le manque d'information dans le domaine de la recherche, sont autant de facteurs qui
    ils contribuent à dénaturer la véritable essence des études scientifiques. Les
    le résultat est sous nos yeux : les nouvelles nous parviennent avec des erreurs, certaines d'entre elles
    passable, d'autres tout simplement inacceptable. Quelle est la morale ? Que quelle que soit la source, nous devons toujours prendre le temps de vérifier la véracité des informations que nous lisons.



    ajouter un commentaire depuis Désinformation ou quoi ? Les erreurs que l'on trouve dans les journaux tous les jours
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.