Auto-compassion : pourquoi cela m'arrive-t-il ?

Il est fort probable que face √† un √©v√©nement inattendu, aux r√©percussions √©motionnelles fortement n√©gatives, chacun se soit pos√© avant ou apr√®s la question : ¬ę Quel malheur ! Pourquoi cela m'est-il arriv√© ?" ou peut-√™tre : "Quelle malchance j'ai, tout m'arrive !" Ces expressions et d'autres similaires sont repr√©sentatives d'un large √©ventail de sentiments n√©gatifs tels que la col√®re, le d√©sespoir, la r√©signation, la perte d'espoir et l'auto-compassion. A tout moment, lorsque nous nous sentons particuli√®rement vuln√©rables, nous n'arrivons pas toujours √† trouver le soutien ou la compr√©hension de tous ceux qui nous entourent ; √† partir de l√†, nous comprenons que face √† certaines situations difficiles, il est normal que nous ayons piti√© de nous-m√™mes. Mais ... il y a des gens qui d√©passent dans l'auto-compassion et cela les am√®ne √† se retrouver plong√©s dans un √©tat de d√©sespoir g√©n√©r√© par la perception constante de leur incapacit√©. En un mot : ils commencent √† se consid√©rer comme des perdants et sont plus tard incapables de cesser d'√©chouer. La question la plus courante est : ¬ę Qu'ai-je fait pour m√©riter √ßa ? ¬Ľ. Une personne ayant un certain √©quilibre psychologique, qui se conna√ģt elle-m√™me et son environnement, essaierait de trouver des explications et des causes dans son comportement et ses croyances, essaierait de comprendre comment son action sur l'environnement environnant a produit ou facilit√© la situation difficile et, √† moins c'est impossible, j'essaierais d'√™tre flexible face √† ce qui s'est pass√©. Cette personne a un locus de contr√īle interne ; c'est-√†-dire qu'il cherche sa part de responsabilit√© dans chaque situation dans laquelle il se trouve. Cependant, d'autres personnes ont un locus de contr√īle externe, elles mettent la responsabilit√© de ce qui s'est pass√© en dehors d'elles-m√™mes ; la faute est toujours aux autres, et donc ils ne sont que des victimes (du destin, du sort, de la soci√©t√©...) √† qui il ne reste que l'apitoiement. Les gens qui s'apitoient continuellement sur eux-m√™mes sont convaincus qu'ils sont les seuls √† souffrir des d√©sagr√©ments de la vie, que leur destin ne leur offrira rien de bon et, face √† la moindre difficult√© ou √©chec, ils r√©agissent avec une longue liste de les plaintes et les plaintes qui ne leur serviront en aucun cas √† r√©soudre les probl√®mes. Bref, ce sont des sp√©cialistes de l'utilisation de "l'abstraction s√©lective". Quel est le m√©canisme de l'abstraction s√©lective ? Concentrons-nous sur un exemple : une s√©rie d'√©v√©nements arrivent quotidiennement √† chacun d'entre nous qui ont des effets n√©gatifs et positifs. Les personnes qui suivent leur rythme cessent tout simplement d'appr√©cier les aspects positifs, la vie prend des tons gris. Bien entendu, ce m√©canisme est √©minemment inconscient et tient au fait que, dans son r√īle de victime, la personne est toujours focalis√©e sur l'observation des aspects n√©gatifs de chaque fait qui lui arrive. Cela ne veut pas dire que ces personnes ne vivent pas vraiment d'√©v√©nements traumatisants ou √† fort impact √©motionnel mais que la strat√©gie qu'elles adoptent pour ¬ę les g√©rer ¬Ľ est l'auto-compassion qui les conduit √† l'immobilit√© et au d√©sespoir. Jusqu'√† ce qu'au fil des ans, ce qui √©tait une strat√©gie sp√©cifique face √† des faits isol√©s soit converti en un style toujours utilis√© pour faire face √† n'importe quel √©v√©nement et, ce qui est plus important : cela affecte toute leur vie. Ainsi, l'auto-compassion cache divers dangers : - Elle mine la confiance en soi - Elle conduit √† la solitude et √† l'isolement du reste des personnes - Elle facilite l'immobilit√© et le manque de cr√©ativit√© - Elle ne nous permet pas d'analyser la vie sous diff√©rents angles et donc elle finira par nous exclure de nombreux chemins qui m√®nent au succ√®s Nous vivons tous des moments tristes, certains plus difficiles √† affronter, d'autres plus simples ; la cl√© pour en sortir renforc√© est de les comprendre comme des exp√©riences de vie dont nous sortirons revigor√©s. C'est difficile? Oui, cela ne fait aucun doute, mais il n'est pas toujours impossible d'aimer la vie et de vouloir s'am√©liorer en tant que personnes. Je voudrais donc terminer l'article par une phrase de John W. Gardner : L'autopunition est l'un des narcotiques non-drogue les plus destructeurs.
ajouter un commentaire de Auto-compassion : pourquoi cela m'arrive-t-il ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.