Peurs apprises, la peur que les autres nous transmettent

Peurs apprises, la peur que les autres nous transmettent

La peur est l'une des émotions de base les plus puissantes qui existent. Il nous permet d'éviter des situations potentiellement dangereuses en activant une réponse adaptative. Par conséquent, il est essentiel de nous garder en sécurité. Le problème commence lorsque la peur devient omniprésente ou est générée par des situations qui ne représentent pas vraiment un risque physique ou psychologique. Le problème commence lorsque nous sommes étouffés par des peurs apprises qui nous empêchent de développer notre potentiel en nous maintenant dans une zone de confort trop étroite.



Nous sommes nés avec la capacité de ressentir la peur, mais nous acquérons nos peurs

La capacité à ressentir la peur est innée. C'est un mécanisme évolutif qui nous aide à nous protéger. Cependant, nos craintes sont apprises. En fait, les bébés ne montrent pas de peur avant l'âge de 8 à 12 mois, généralement en réponse à des personnes inconnues ou à des événements étranges. Et tous les enfants n'ont pas peur des étrangers.

Une étude menée à Rutgers et à l'Université de New York a révélé que les enfants sont plus susceptibles de considérer un étranger comme une menace lorsqu'ils ne sont pas dans un endroit sûr. À l'inverse, lorsqu'ils sont à la maison ou sur les genoux de leur mère, ils sont moins susceptibles de réagir de manière craintive à l'approche d'un étranger.

Cela signifie que nous avons acquis nos peurs à un moment de la vie. Certains d'entre eux proviennent de notre expérience directe. Par exemple, nous pouvons avoir peur des chiens si à un moment donné un chien nous a mordus.

Mais nous pouvons aussi développer des peurs conditionnées. Ce type de peur se développe lorsque nous observons une réaction de peur chez les autres. Il n'est même pas nécessaire de voir un chien mordre quelqu'un, il peut suffire qu'une personne nous raconte une mauvaise expérience ou nous montre simplement sa peur des chiens.



Les peurs des autres, le poids psychologique qui ne nous correspond pas

Les proches, ceux qui sont une référence pour nous, ont une plus grande influence sur la formation de notre identité et, par conséquent, il est plus facile pour eux de nous infecter par leurs peurs. Les comportements des personnages voisins sont essentiels pour transmettre la sécurité, le bien-être et la confiance ou, au contraire, pour générer de l'anxiété et de la peur chez les enfants.

Les enfants n'ayant pas encore formé une image du monde, ils utilisent leurs parents comme références pour obtenir des informations et savoir comment ils doivent se comporter dans de nouvelles situations. En fait, les enfants sont de véritables experts du langage non verbal et perçoivent facilement les réactions de peur de leurs parents. S'ils voient que la mère ou le père réagit avec peur aux chiens, ils supposent probablement que ce sont des animaux dangereux et qu'ils doivent être évités.

N'ayant pas la capacité de traiter logiquement les peurs des parents, ils les font siennes, comme le révèle une étude menée à l'Université du Limbourg. Pour cette raison, il est courant que les enfants développent les mêmes peurs que leurs parents, en particulier leur mère.

Cela signifie que même si nous sommes des adultes, il est probable que bon nombre de nos peurs apprises appartiennent en fait à nos parents ou à nos figures d'attachement dans l'enfance. Le problème est que beaucoup de ces peurs apprises ne se limitent pas à la peur des araignées ou des chiens, mais sont des peurs beaucoup plus complexes qui nous limitent énormément.


Ils peuvent « nous contaminer », par exemple, avec la peur de l'échec. Ou la peur de sortir de la zone de confort parce que nos parents nous ont donné l'idée que le monde est un endroit hostile et dangereux. Dans ces cas, nous laissons les peurs des autres affecter notre vision du monde, nos décisions et nos opportunités.


Si nous voulons nous débarrasser de ce «fardeau psychologique», il convient de réfléchir à toutes les peurs apprises qui nous gênent ou génèrent de l'inconfort mais qui ne sont pas basées sur nos expériences directes et n'ont aucune raison d'exister.

Comment surmonter les peurs apprises?

Le fait que les peurs apprises ne proviennent pas de nos expériences directes ne les rend pas moins effrayantes car elles sont gravées dans nos esprits. Une étude menée à l'Université de Columbia a révélé que les peurs apprises font partie de notre mémoire cérébrale. Ils dépendent à la fois de l'activité de l'amygdale et des régions impliquées dans la cognition sociale. Et lorsqu'elles sont activées, nous y réagissons de la même manière que nous réagissons aux peurs qui viennent de nos expériences directes. En d'autres termes, notre cerveau ne fait aucune différence entre les peurs apprises transmises par les autres et les nôtres.


La première étape pour se débarrasser de ces peurs apprises est de comprendre leur origine. Lorsque nous détectons une peur limitante, nous devons nous demander: d'où vient-elle? Connaissons-nous quelqu'un dans notre voisinage immédiat qui partage cette peur? Avons-nous eu des expériences négatives qui peuvent expliquer cette peur?

Lorsque nous réalisons qu'il s'agit de peurs apprises, nous sommes capables d'assumer une distance psychologique qui nous permet de les analyser d'un point de vue plus détaché. Cela ne veut pas dire qu'ils disparaîtront comme par magie, mais nous pouvons commencer à remettre en question leur validité et réaliser à quel point ils limitent nos vies. À ce stade, nous pouvons nous demander : quelle preuve directe soutient cette peur ? Dans quelle mesure est-il adaptatif ? Comment cela limite-t-il ma vie ? Que ferais-je si je ne ressentais pas cette peur ?


ajouter un commentaire de Peurs apprises, la peur que les autres nous transmettent
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load