Ovaire polykystique : fait-il grossir ? RĂ©gime alimentaire pour l'ovaire polykystique


L'ovaire polykystique (OPC) est en corrélation avec le surpoids/l'obésité dans près de 50% des cas. Mais est-ce le PCO qui augmente le poids corporel ou vice versa ?


Qu'est-ce que l'ovaire polykystique ?

DĂ©finition, causes et symptĂ´mes

L'ovaire polykystique (OPC) est un syndrome qui n'affecte que le sexe féminin ; le nom dérive de la présence de nombreux (et plus ou moins gros) kystes ovariens.

Les principaux symptômes des ovaires polykystiques sont : aménorrhée/cycles irréguliers, hirsutisme et obésité. Les symptômes sont dus à l'augmentation des hormones androgènes et à l'absence d'ovulation. Pour cette raison, les problèmes d'acné, d'alopécie androgénétique et d'infertilité sont également fréquents, tandis que la répartition de la graisse corporelle prend des caractéristiques typiquement masculines, avec une accumulation préférentielle dans la zone du tronc et de l'abdomen.


L'ovaire polykystique peut être de nature métabolique ou héréditaire mais la prévalence de l'un ou de l'autre facteur, souvent imbriquée, n'est pas encore bien connue. Rarement, les symptômes de l'OPC sont associés au syndrome de Cushing, à l'hyperplasie des surrénales ou à des tumeurs ovariennes et/ou surrénales.

L'ovaire polykystique est dû à l'augmentation immodérée de la synthèse des hormones sexuelles mâles par l'ovaire ; cela se produit principalement sous le stimulus d'une augmentation des niveaux de LH sécrétée par l'hypophyse et circulant dans le sang. Parfois, il y a aussi une augmentation de la prolactine, alors que les taux de FSH sont - en proportion - toujours inférieurs à la norme ; ces altérations endocriniennes empêchent la maturation des follicules et cela donne naissance à de petits kystes ovariens. Il est également important de souligner que, par un système de feed-back, l'altération de l'équilibre entre les hormones sexuelles stéroïdes circulantes contribue à fomenter le dysfonctionnement de l'hypophyse dans la libération de LH (cycle perpétuel de l'ovaire polykystique).
En ce qui concerne la corrélation entre surpoids et ovaire polykystique, nous verrons ci-dessous plus en détail quels sont les mécanismes impliqués dans la prise de poids (compromis métaboliques), quelles actions préventives ou curatives prendre, et comment perdre du poids en souffrant d'ovaire polykystique.



Corrélation avec surpoids / obésité

Parmi les facteurs métaboliques liés à l'ovaire polykystique, la résistance à l'insuline est mise en évidence, c'est-à-dire l'absorption réduite de l'hormone qui entraîne une hyper-insulinémie.

L'insuline est une hormone d'engraissement, car elle a un effet anabolisant indiscriminé, à la fois pour les muscles et pour le tissu adipeux. L'augmentation de l'insuline dans le sang est typiquement liée à une hyperproduction de l'hormone par le pancréas (stimulée par l'alimentation), associée à une capacité réduite à la capter par les récepteurs présents dans différentes cellules tissulaires (ex : muscle squelettique) ; ce dernier défaut a une forte composante génétique.

L'ovaire peut également être affecté par la résistance à l'insuline et cela conduirait à une augmentation de la sécrétion d'hormones sexuelles stéroïdes.

Rappelons que l'hypersécrétion ovarienne concerne principalement la libération d'œstrogènes, et non d'androgènes ; cependant, ces hormones sexuelles stéroïdes subissent une conversion en androgènes en raison du traitement par les cellules adipeuses (graisse sous-cutanée - voir enzyme aromatase).
Pour compléter le cycle : l'augmentation des androgènes provoque l'altération des taux de LH et le déclenchement consécutif du mécanisme perpétuel typique de l'ovaire polykystique.

 

Dans de nombreux cas, la résolution de la résistance à l'insuline et la diminution de la graisse adipeuse conduisent à l'amélioration de la fertilité et à la réduction des complications induites par l'ovaire polykystique.


En conclusion, la résistance à l'insuline augmente le risque de développer des ovaires polykystiques indépendamment de la prédisposition héréditaire à un dysfonctionnement endocrinien des ovaires. Dans le même temps, l'obésité (induite ou déclenchant une résistance à l'insuline) augmente la transformation des hormones sexuelles, aggravant le tableau clinique global. Par conséquent, afin de prévenir/traiter le surpoids et la résistance à l'insuline, donc l'hyperproduction d'œstrogènes et la conversion associée d'androgènes, il faut :


  • maintenir un poids normal ou entreprendre une thĂ©rapie diĂ©tĂ©tique (rĂ©gime des ovaires polykystiques)
  • maintenir ou initier un cours de thĂ©rapie motrice
  • Ă©valuer la pertinence d'autres moyens thĂ©rapeutiques (mĂ©dicaments et chirurgie).

Prévention et traitement

La première action préventive à prendre pour l'ovaire polykystique est de maintenir un poids normal dans l'enfance puis à l'adolescence (donc pendant toute la période pubertaire). Ceci peut être réalisé par :


  1. Éducation (pas seulement la nourriture) et enseignement
  2. Promotion de l'activité physique et motrice/sportive
  3. Garantie d'une alimentation équilibrée, avec peu de malbouffe et soin de l'alimentation à domicile (il est conseillé d'encourager la consommation du repas en famille).

Notamment, l'évaluation médicale de la familiarité des ovaires polykystiques dans la période suivant immédiatement la ménarche (en particulier en cas de symptômes et de signes cliniques évidents).
Concernant le traitement des complications des ovaires polykystiques, en cas d'insulinorésistance, il est FONDAMENTAL d'appliquer un régime à index et charge glycémique bas ; de plus, dans le cas où il existe également une image de surpoids / obésité, ce régime alimentaire doit également poursuivre une véritable perte de poids en réduisant les calories (régime hypocalorique) et en l'associant à un programme d'activité physique souhaitable.
Plus généralement, l'ovaire polykystique peut être prévenu et traité en réduisant les androgènes ; cela peut être réalisé

  • par administration mĂ©dicamenteuse (pilule contraceptive, bloqueur des rĂ©cepteurs androgènes, favorisant la sĂ©crĂ©tion de FSH)
  • chirurgicalement (rĂ©section tissulaire de l'ovaire ou - rarement - liposuccion)
  • pour mincir.

régime

Le régime alimentaire de l'ovaire polykystique, en présence d'insulinorésistance et de surpoids/obésité, doit suivre certains principes fondamentaux. Parmi ceux-ci, les principaux sont :


  1. Apport énergétique adapté à la modération de la graisse corporelle. Il s'agit d'un régime hypocalorique visant à l'amincissement, c'est-à-dire au rééquilibrage entre la masse maigre (FFM) et la masse grasse (FM). Les calories totales devraient être d'environ 70 % de celles nécessaires au maintien du poids, ce qui entraîne une diminution approximative de 2,5 à 3,5 kg par mois. Mieux vaut ne pas dépasser avec la restriction énergétique pour éviter un épuisement nutritionnel ou un stress psychologique inutile.
  2. Équilibre nutritionnel grâce à une répartition correcte des calories totales :
    • 25 % (adultes) ou 30 % (sujets en croissance) des lipides totaux ; les saturĂ©s ne doivent pas dĂ©passer 10 % de l'Ă©nergie TOT ;
    • les protĂ©ines doivent ĂŞtre comprises entre 0,8 et 1,2g/kg de poids PHYSIOLOGIQUE ;
    • le reste de l'Ă©nergie est fourni par les glucides. Nous vous rappelons de NE PAS dĂ©passer avec l'apport de sucres simples, notamment ceux ajoutĂ©s ou contenus dans les aliments transformĂ©s ; mieux vaut rester dans une fourchette comprise entre 10 et 12 % des calories totales.
  3. Assurez-vous qu'un apport en cholestérol ne dépasse JAMAIS 300mg/jour.
  4. Privilégiez les acides gras polyinsaturés, avec un apport adéquat en oméga-6 et oméga-3, afin d'améliorer une condition physique potentiellement à risque d'autres complications métaboliques, même sur une base inflammatoire.
  5. Les fibres doivent être prises AU MOINS à raison de 30g/jour, car en plus de préserver la fonction intestinale, elles faciliteront la modération de l'index glycémique des repas. Toutes les vitamines et minéraux doivent être inclus dans les rations recommandées.
  6. La distribution des repas doit comprendre au moins 5 repas par jour (de préférence 6), précaution qui garantit une charge glycémique modérée ; pour la même raison, les portions doivent également être soigneusement établies.
  7. Choix d'aliments à faible indice glycémique et association de toutes les principales sources de glucides avec de bonnes quantités de fibres alimentaires. Mieux vaut NE PAS dissocier les macronutriments pour assurer une absorption lente des nutriments (modération supplémentaire de l'index glycémique). Privilégiez les sources de glucides entiers et naturels; réduire ceux raffinés ou transformés.
  8. Pour faciliter le chemin de la perte de poids et de la restauration de la sensibilité à l'insuline, il est recommandé de débuter un protocole d'activité physique caractérisé par : une activité aérobie (marche rapide, course à pied, vélo, natation, aviron, canoë, etc.) pendant au moins 4 séances a semaine, et une activité anaérobie (renforcement musculaire) pendant au moins 2 séances par semaine (exercices corporels libres et/ou avec surcharges/machines isocinétiques).

Pour plus de détails sur la structuration du régime alimentaire pour ovaire polykystique il est recommandé de consulter l'article : exemple de régime pour ovaire polykystique.




Autres articles sur « Ovaire polykystique : cela fait-il grossir ? RĂ©gime pour l'ovaire polykystique '

  1. flux polykystique, résistance à l'insuline et nutrition
  2. Ovaire polykystique
  3. Ovaire polykystique : diagnostic et thérapie
  4. MĂ©dicaments pour le traitement du syndrome des ovaires polykystiques
  5. Exemple de régime pour l'ovaire polykystique
ajouter un commentaire de Ovaire polykystique : fait-il grossir ? RĂ©gime alimentaire pour l'ovaire polykystique
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.