Les 4 obstacles qui nous empĂŞchent de penser librement, selon Francis Bacon

Qui suis-je
Louise Hay
@louisehay
SOURCES CONSULTÉES:

wikipedia.org

Auteur et références

A l'heure où chacun veut nous imposer une vérité absolue, catégorique et indiscutable, il vaut la peine de revenir en arrière pour retrouver les idées du philosophe Francis Bacon.

Fervent défenseur de l'empirisme et de la méthode inductive Francis Bacon, également connu sous le nom de Bacon, a souligné le rôle de l'expérience et de l'évidence dans la connaissance. Mais il a aussi réalisé les obstacles qui nous empêchent de voir la réalité telle qu'elle est.

Il a identifié les biais de pensée les plus courants 400 ans avant que la psychologie moderne ne reconnaisse l'existence de biais cognitifs. Pionnier de la pensée scientifique moderne, Bacon croyait que si nous décidons de plonger dans la réalité et de chercher notre vérité, nous devons nous débarrasser de nos préjugés.



La première étape est de reconnaître que nous ne sommes pas objectifs. Nous sommes tous conditionnés par un ensemble d'expériences, d'attentes, de sentiments, de préjugés et de préoccupations qui influencent nos jugements. De plus, la culture dans laquelle nous avons grandi nous donne la lentille à travers laquelle nous regardons le monde.

Chacune de ces variables est une sorte de voile qui, posés les uns après les autres, déforment notre vision du monde. Cela ne signifie pas que la réalité est inconnaissable et que nous ne pouvons pas accéder à notre vérité, cela implique simplement que nous devons travailler plus fort pour enlever les voiles qui obstruent notre vision.

Francis Bacon a mentionné quatre préjugés qui peuvent être considérés comme des obstacles à la vérité qu'il a appelés « idoles et fausses notions ». Il les a décrits dans le "Novum organum scientiarum" et est connu comme la "théorie des idoles" (idoles).

La théorie des idoles de Francis Bacon

1. Idòla tribus ou idoles de la tribu


C'est un préjugé inhérent à la condition humaine qui nous amène à nous projeter sur le monde, déformant la réalité et tirant des conclusions erronées. Bacon a dit : « l'intellect humain finit par être un miroir qui reflète inégalement les rayons de la nature, puisqu'il mélange sa nature avec la nature des choses, déformant et couvrant cette dernière ».


« L'intellect humain, lorsqu'il trouve une notion qui la satisfait parce qu'il la croit vraie ou parce qu'elle est convaincante et agréable, il utilise tout le reste pour la légitimer et coïncider avec elle. Et même si la force ou la quantité des revendications opposées est plus grande, elles sont diminuées sans les prendre en compte, ou elles sont intentionnellement confondues et rejetées, avec de graves préjudices et préjudices, pour garder intacte l'autorité des premières déclarations ».

Nos attentes, nos désirs et nos émotions influencent nos jugements. « Cela se produit parce que l'homme croit que ce qu'il préfère est vrai et rejette les choses difficiles en raison de son manque de patience pour enquêter ; il évite complètement la réalité, car cela déprime ses espoirs », a déclaré Bacon. Par conséquent, nous devons apprendre à comprendre dans quelle mesure nous projetons nos désirs sur la réalité, afin de ne pas avoir une vision objective.

2. L'idole de la grotte o l'idole de la grotte

«Chacun de nous, en plus des aberrations typiques de l'humanitĂ©, a une caverne ou une grotte particulière, dans laquelle la lumière de la nature est dispersĂ©e et corrompue; cela se produit en raison de la nature propre et individuelle de chacun; Ă  cause de son Ă©ducation et de ses conversations avec les autres, ou Ă  cause des livres qu'il lit ou Ă  cause de l'autoritĂ© de ceux qu'il admire ou honore ; soit Ă  cause de la diversitĂ© des impressions, selon qu'elles dĂ©couvrent que l'esprit est occupĂ© par des idĂ©es prĂ©conçues, ou qu'il est oisif et calme », a expliquĂ© Bacon.


Ce biais renvoie aux préjugés formés à la suite de l'éducation reçue, aux théories sur lesquelles nous nous appuyons pour expliquer le monde ou aux figures d'autorité auxquelles nous nous identifions. Toutes ces idées préconçues deviennent des limites pour comprendre la réalité et arriver à une vérité la plus objective possible.

En fait, c'est le mécanisme sur lequel s'appuient les réseaux sociaux car ils tendent à nous montrer des contenus en phase avec nos croyances, qui finissent par restreindre encore plus notre perspective. Lorsque nous adhérons à certains systèmes de pensée fermés, nous nous fermons et voyons tout à travers leurs lentilles, perdant ainsi une partie de la richesse et de la complexité du monde qui nous entoure.


3. Idòla forums ou idoles de la place

Ce préjugé naît de l'entente et de l'association de personnes, c'est pourquoi on l'appelle idoles de la place ou du marché. Francis Bacon l'associe à la parole et à la parole parce que la langue n'est pas seulement l'outil qui nous permet de nous comprendre, mais qui façonne aussi notre pensée.

Bacon a dit que « les mots exercent une violence extraordinaire sur l'intellect et perturbent tout, conduisant les hommes à d'innombrables controverses et fictions insensées ». Les politiciens, par exemple, sont particulièrement habiles à utiliser la rhétorique pour persuader les masses, provoquer certaines réactions ou générer des tendances d'opinion. Mais les mots ne sont pas la réalité, ils en sont une déformation.

Bacon nous a mis en garde contre les mots « confus et mal définis [...] qui découlent d'une abstraction fallacieuse et inadéquate » mais qui sont profondément ancrés dans notre esprit et guident nos réactions à travers les émotions, sans que nous sachions vraiment ce qu'elles signifient. C'est le cas de concepts comme la démocratie, la liberté ou les droits qui cachent des significations faibles et conflictuelles, mais génèrent des émotions intenses qui les sauvent des critiques et des réfutations ou reformulations. C'est pourquoi les mots, et le sens qu'on leur attribue, deviennent souvent un piège pour comprendre la réalité.


4. L'idole du théâtre o l'idole du théâtre

Les modes et les systèmes actuels en vogue influencent également notre façon de voir le monde. Même les intellectuels n'échappent pas aux modes, qui peuvent aller des croyances religieuses à certains agendas sociaux, mouvements politiques ou simplement ce que l'on appelle « l'esprit du temps ».

Bacon lui-même a dit que ces modes ne se limitent pas aux « philosophies générales, mais aussi à de nombreux principes et axiomes des sciences, qui ont été imposés par la tradition, la crédulité et la négligence ». Selon le philosophe, ce sont des modèles qui « ont été acceptés ou élaborés comme tant d'autres fables propres à être représentées sur scène et utiles à la construction de mondes fictifs et théâtraux ».


Les idoles du théâtre sont donc des récits à caractère éminemment social ou culturel qui ne sont pas tout à fait vrais mais qui, une fois adoptés par de nombreuses personnes, s'imposent comme des vérités absolues. Cependant, selon la théorie des idoles de Francis Bacon, ces récits ne sont qu'un scénario partagé qui nous empêche de voir au-delà et qui perdra probablement de sa validité avec le temps.

ajouter un commentaire de Les 4 obstacles qui nous empĂŞchent de penser librement, selon Francis Bacon
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.