Surcompensation | Qu'est-ce que c'est?

La surcompensation : qu'est-ce que c'est ?

Qu'est-ce que la surcompensation ?

La supercompensation est un mod√®le th√©orique qui explique le processus d'adaptation du corps √† un stimulus d'entra√ģnement sp√©cifique. Ce concept est bas√© sur l'√©tat d'√©quilibre dynamique, appel√© hom√©ostasie, qui r√©gule toutes les activit√©s de notre corps.

On peut donc d√©finir la surcompensation que la r√©ponse physiologique √† la perturbation de l'hom√©ostasie par le stimulus d'entra√ģnement.


Afin de ne pas succomber à la récurrence d'une charge de travail de même intensité, le corps déclenche ainsi un processus de surcompensation, qui vise à améliorer le niveau de performance initial. Les réserves métaboliques, le métabolisme et les différentes structures anatomiques sollicitées ne reviennent donc pas à l'état initial mais, pendant un certain temps, le dépassent, se plaçant à une valeur légèrement supérieure.


Surcompensation | Qu'est-ce que c'est?

Le processus d'am√©lioration des performances passe par un processus fondamental qui, de l'entra√ģnement (administration d'un √©l√©ment organique de stress), conduit √† l'am√©lioration des performances (adaptation organique au stress induit).

Ce processus se déroule comme suit :

Gestion du stress √† alt√©ration de l'√©quilibre √† adaptation et compensation √† atteinte d'un niveau fonctionnel sup√©rieur : surcompensation.

Que faut-il pour induire une surcompensation ?

Surcompensation | Qu'est-ce que c'est?

1. Un stimulus d'entra√ģnement de la bonne intensit√©: si la charge utilis√©e ne cr√©e pas de stress, il n'y aura pas les conditions pour induire notre corps √† une r√©action (voir la ligne pointill√©e dans le graphique). A l'inverse, si l'entra√ģnement est trop stressant, notre corps ne pourra pas d√©clencher le processus d'am√©lioration (voir ligne pointill√©e).

2. Une p√©riode de remboursement admissible: si nous imposons un nouveau stress trop t√īt, nous ne laissons pas √† notre corps le temps de surcompenser et donc de s'am√©liorer (voir point A). M√™me si nous passons trop de jours entre un stimulus et le suivant, nous n'obtiendrons pas de bons r√©sultats, puisque notre corps sera revenu √† l'√©tat de d√©part (voir point C).



Le but est de s'entra√ģner √† nouveau au pic de la phase de surcompensation (point B).

Si nous nous entra√ģnons avec la bonne intensit√© et la bonne fr√©quence, nos performances augmenteront d'entra√ģnement en entra√ģnement (au moins th√©oriquement).

Au contraire, si nous ne r√©cup√©rons pas et encore moins surcompenser, nous pourrions faire face √† cet autre sc√©nario o√Ļ nos performances se d√©gradent d'entra√ģnement en entra√ģnement.

Quand devez-vous vous entra√ģner √† nouveau ?

Zatsiorsky d√©clare que le rapport entre la fatigue et la surcompensation est de 1: 3. Par exemple, si l'entra√ģnement a une intensit√© telle qu'on se fatigue pendant 24 heures (parabole n√©gative), alors la supercompensation se produira environ 3 jours apr√®s le stimulus initial, si nous nous entra√ģnons plus intens√©ment avec une fatigue qui peut durer 2/3 jours, il faudra peut-√™tre 6-9 jours pour atteindre la supercompensation.

Evidemment ce n'est pas une r√®gle absolue : il faut aussi tenir compte de la subjectivit√© de chacun, il y a ceux qui s'en remettent plus facilement et d'autres moinsDe plus, l'√Ęge, l'anciennet√© d'entra√ģnement, le mode de vie, le bon r√©gime alimentaire, le repos, compris non seulement comme quantit√©, mais aussi comme qualit√© et int√©gration, sont des param√®tres qui influencent in√©vitablement les temps de r√©cup√©ration et de surcompensation.

Limites de la théorie et conclusions

Le mod√®le de surcompensation est simple et fournit une base pour expliquer ce qui se passe lorsque nous nous entra√ģnons.


L'entra√ģnement brise l'hom√©ostasie de notre organisme qui r√©agit en mettant en place des syst√®mes de compensation du d√©s√©quilibre √©nerg√©tique (stocks de glycog√®ne et de phosphate) induit par le stress de l'entra√ģnement.

Ce syst√®me de compensation ne se limite pas √† la r√©cup√©ration de l'√©nergie d√©pens√©e, donc √† un r√©tablissement de la condition de d√©part, mais r√©alise une augmentation de cette derni√®re visant √† mieux pr√©venir tout nouveau stimulus. Il s'ensuit que, face au stimulus d'entra√ģnement, d√©coule une adaptation corporelle qui met l'organisme dans une meilleure situation d'un point de vue athl√©tique.



Surcompensation | Qu'est-ce que c'est?

La compensation et la surpondération prennent un certain temps. Plus court ou plus long selon
le volume et l'intensit√© du stimulus fourni et la situation de d√©part de l'athl√®te. Les sujets plus entra√ģn√©s ont tendance √† compenser (r√©cup√©rer) plus t√īt, les entra√ģnements particuli√®rement lourds n√©cessitent des p√©riodes de r√©cup√©ration plus longues.

La nutrition, le repos et la supplémentation affectent fortement le temps qu'il faut à notre corps pour surcompenser.

Cependant, le modèle de surcompensation a des limites :

1. Notre corps est régi par des milliers de réactions chimiques qui impliquent des milliers de substances dans des processus rétroactifs et interdépendants. Penser pouvoir expliquer le comportement de la machine la plus complexe du monde avec une seule loi est très réducteur... C'est fascinant de trouver la réponse à vos pourquoi sous cette forme simple, mais cela peut être trompeur.


2. Il existe de nombreux processus √©nerg√©tiques au sein de notre corps, et un ¬ę stress ¬Ľ les soumet tous √† un stimulus. Tous surcompensent, mais pas en m√™me temps. Imaginez qu'√† un moment donn√©, des milliers de ces graphiques se d√©roulent. Des processus qui surcompensent en quelques heures, d'autres en plusieurs heures, d'autres en jours.

3. En supposant qu'il soit possible de d√©terminer une relation pour chaque processus qui se produit dans notre corps, alors si nous ne pouvons pas prendre de mesures, nous ne savons en fait pas o√Ļ nous en sommes sur la courbe.

ajouter un commentaire de Surcompensation | Qu'est-ce que c'est?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.