La fatigue décisionnelle lors de la prise de décisions nous épuise

La fatigue décisionnelle lors de la prise de décisions nous épuise

Il y a une bonne raison pour laquelle Steve Jobs, Angela Merkel et Barack Obama s'habillent presque toujours de la même manière : pour éviter la fatigue des décisions. Utiliser le même style chaque jour leur a épargné la peine de prendre des décisions non pertinentes qui pourraient épuiser leur capacité à résoudre des problèmes plus importants.

Selon une étude menée à l'Université Cornell, ils n'avaient pas tort. Chaque jour, nous prenons en moyenne 35.000 226 décisions, dont XNUMX liées à l'alimentation. Cependant, la vérité est que nous prenons souvent ces petites décisions sans en être pleinement conscients.



Ne pas prêter assez d'attention aux petites décisions quotidiennes peut nous amener à vivre en pilote automatique, mais y prêter trop d'attention entraîne une fatigue décisionnelle, nous sommes donc confrontés à un dilemme que nous devons résoudre.

Qu'est-ce que la fatigue décisionnelle ?

Notre cerveau est incapable de faire une distinction claire entre les décisions importantes et non pertinentes, de sorte que les deux peuvent générer les mêmes inquiétudes, stress et doutes. Lorsque de nombreux problèmes non résolus s'accumulent, nous pouvons souffrir d'une fatigue décisionnelle.

La fatigue décisionnelle, ou fatigue cognitive, est un phénomène psychologique découvert pour la première fois chez les personnes souffrant de déficits cognitifs dus à un problème neurologique, un traumatisme, un trouble du développement ou une lésion cérébrale. Les psychologues ont découvert que lorsque ces personnes étaient confrontées à des décisions quotidiennes, elles avaient tendance à se fatiguer plus que les personnes normales.

Ils ont donc conclu que notre "capacité cognitive" est limitée, donc plus nous devons prendre de décisions, plus nous consommons de ressources. Par conséquent, la fatigue décisionnelle survient lorsque nous subissons une surcharge cognitive et émotionnelle après avoir pris plusieurs décisions, de sorte que bon nombre des décisions que nous prenons à partir de ce moment-là ne seront pas bonnes.


En conséquence, nous finissons par souffrir d'une dépression nerveuse semblable à un épuisement physique qui devient une source de stress, de frustration et de regret. C'est l'une des raisons pour lesquelles, à la fin de la journée, nous avons tendance à prendre des décisions pires que le matin, lorsque notre esprit est plus frais.


Qui est le plus susceptible de souffrir de fatigue décisionnelle ?

La recherche a révélé que personne n'est à l'abri de la fatigue décisionnelle. Ce problème a été rencontré tant chez les juges conduisant plusieurs audiences de probation, que chez les rédacteurs de revues examinant les manuscrits soumis et chez les agents de contrôle aérien.

Cependant, certaines personnes se sont également avérées plus sujettes à la fatigue décisionnelle que d'autres :

• Ceux qui adoptent des stratégies d'adaptation évitantes ils ont tendance à tergiverser, de sorte que les décisions s'accumulent et sont plus susceptibles de développer une fatigue décisionnelle.

• Ceux qui adoptent un comportement passif après avoir pris une décision, de sorte que ceux-ci sont inefficaces car ils ne sont pas mis en pratique, comme le constate une étude menée à l'Université du Minnesota. Par conséquent, la prise de décision devient un processus inutile qui ne sert qu'à consommer de l'énergie mentale sans résoudre les problèmes pratiques.

• Ceux qui souffrent de "myopie psychologique", qui est la tendance à se concentrer sur les informations directement liées à une décision et à ignorer les données de base. De cette façon, les gens jugent mal les alternatives, pesant de manière disproportionnée les pertes potentielles et les gains possibles, ce qui les amène à reconsidérer continuellement leurs décisions et les fatigue énormément.


Les conséquences insoupçonnées de la fatigue décisionnelle

Les personnes qui souffrent de fatigue décisionnelle sont plus susceptibles de développer des comportements impulsifs et de prendre des décisions irréfléchies en raison de la pression psychologique qu'elles subissent. Le fait que leurs capacités de raisonnement soient altérées les amène à voir les choses d'un point de vue déformé et à prendre de pires décisions.

Une étude menée à l'Université catholique de Louvain a révélé que la fatigue de la prise de décision peut également nous faire vivre des situations, des problèmes et des conflits avec une plus grande intensité, de sorte que les frustrations et les échecs quotidiens sont beaucoup plus irritants qu'ils ne le sont réellement.


La fatigue décisionnelle affecte également nos performances, nous ralentissant et nous faisant faire plus d'erreurs. Enfin, des psychologues de l'Université du Minnesota ont découvert que cet état réduit même notre endurance physique, nous rendant plus sensibles et diminuant notre tolérance à la douleur.

Comment lutter contre la fatigue décisionnelle ?

1. Apprenez à distinguer l'urgent de l'important

Dwight Eisenhower, le général en charge de la planification des opérations militaires du débarquement en Normandie, a dû prendre de nombreuses décisions difficiles. Ils disent que son secret était de comprendre que « ce qui est important n'est presque jamais urgent et ce qui est urgent n'est presque jamais important ». En pratique, il s'agit de différencier les décisions vraiment importantes qui nécessitent plus de ressources cognitives, des imprévus qui sont urgents mais pas importants. De cette façon, nous pouvons répartir nos ressources cognitives en fonction de la situation.


2. Réduire le nombre de décisions quotidiennes

Il ne s'agit pas de vivre en pilote automatique, il s'agit de concentrer notre énergie mentale sur ce qui compte vraiment et qui peut faire la différence. Une façon d'y parvenir est d'automatiser les décisions les moins pertinentes que nous prenons chaque jour. Pensez, par exemple, à toutes les petites décisions que vous prenez tout le temps et laissez-les simplement « programmées » pour réserver votre énergie pour des décisions plus importantes. Ainsi, vous n'êtes pas obligé de vous retrouver plusieurs fois au même carrefour. Créer des routines pratiques qui vous font vous sentir bien et vous allègent est une excellente stratégie pour éliminer ces décisions.

3. Prendre des décisions importantes tôt le matin

Le matin, nous avons généralement l'esprit plus frais et les idées plus claires. Le sommeil a nivelé et calmé les émotions de la veille, et nous n'avons pas encore réglé les problèmes du nouveau jour. Notre cerveau est rechargé et prêt, il peut donc évaluer différentes options plus efficacement. De plus, prendre des décisions au début de la journée génère un sentiment d'efficacité qui peut nous accompagner tout au long de la journée et nous permet de commencer à nous sentir plus léger.


Optimisation oui, paresse cognitive non

La fatigue décisionnelle ne devrait pas devenir une excuse pour ne pas prendre de décisions, car nous finirions par être victimes de la procrastination. La frontière entre l'optimisation de la prise de décision et la paresse cognitive peut être très mince et facile à surmonter.

Nous devons garder à l'esprit que les routines et les habitudes ajoutent de la valeur, mais pas l'homogénéité. Suivre certaines routines envoie des signaux clairs à notre corps pour nous préparer à la prochaine action et nous permet d'économiser beaucoup d'énergie.

Cependant, aplatir nos journées conduit à l'ennui affectif et à l'apathie, qui menacent de vider notre vie de tout sens. Ne pas changer les routines qui ont cessé de fonctionner ou reporter des décisions importantes en raison d'une simple fatigue ne nous rendra pas plus heureux.

ajouter un commentaire de La fatigue décisionnelle lors de la prise de décisions nous épuise
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load