Effet Pygmalion : qu'est-ce que c'est, comment en tirer parti

Effet Pygmalion : qu'est-ce que c'est, comment en tirer parti

L'effet Pygmalion ou effet Rosenthal - du nom du psychologue allemand qui l'a étudié le premier - est un mécanisme de suggestion psychologique pour laquelle les réalisations d'une personne viennent influencé par les attentes de ceux qui l'entourent.

Le nom dérive d'un mythe grec ancien, celui du sculpteur Pygmalion : il désirait tellement que la statue d'une femme qu'il avait faite soit humaine qu'elle, à un certain moment, prenne vie.



L'effet Pygmalion explique donc le ph√©nom√®ne de la soi-disant "auto-proph√©tiese r√©aliser‚ÄĚ, Dans lequel ses propres attentes et celles des autres finissent par devenir r√©alit√©.

Et ainsi, par exemple :

d'autres s'attendent à ce que vous soyez capable de faire une certaine chose -> vous vous convainquez que vous êtes réellement capable de le faire -> et le voici ce la fai!

Il ne s'agit pas, comme certains le souhaiteraient, d'une "loi d'attraction" surréaliste et anti-scientifique, mais d'un mécanisme psychologique bien connu, démontré il y a plus de 50 ans dans une expérience célèbre.

Effet Pygmalion : l'expérience de Rosenthal

Rosenthal a mené son expérience en 1964, dans une école primaire américaine.

Tout d'abord, il a fait passer à tous les enfants un test de QI.

Puis:

  • communiqu√© aux enseignants la liste des √©l√®ves ¬ę plus intelligents ¬Ľ
  • il leur a ordonn√© de garder le secret, √† la fois vis-√†-vis des √©l√®ves eux-m√™mes et de leurs parents
  • il leur a demand√© de traiter les enfants plus intelligents comme tout le monde

Mais en fait - oh, comme les expériences psychologiques sont parfois cool ! - les noms sur la liste avaient été extrait à l'aveugle parmi ceux de tous les étudiants….



Il ne s'agissait donc pas des enfants les plus intelligents, mais d'un groupe d'enfants pris au hasard parmi tous ceux qui sont scolarisés.

Pourtant, lorsqu'un an plus tard Rosenthal est revenu pour mesurer le QI de tous les élèves, il a vu que ceux sur la liste s'étaient améliorés, en moyenne, bien plus que ceux de la liste.

Il a donc conclu que l'attente des enseignants au cours de l'année, cela a eu un impact positif sur les performances des enfants de la liste.

Remarquable était alors le fait que cette conditionnement il avait été complètement imprimé inconscient.

Nous avons vu en effet que les enseignants avaient reçu pour consigne de traiter ces enfants exactement comme tout le monde, et ils étaient donc convaincus de l'avoir fait.

Pourtant, d'une certaine mani√®re, ils avaient transmis aux suppos√©s ¬ę plus intelligents ¬Ľ diff√©rents signaux de ceux transmis au reste de la classe.

Effet Pygmalion négatif

Par conséquent, les attentes positives de ceux qui nous entourent peuvent affecter positivement nos résultats.

Malheureusement, l'inverse est également vrai : attentes négatives de ceux qui nous entourent peuvent nous faire croire que nous avons des limites qu'en réalité nous n'avons pas du tout.

Cela déclenche un phénomène inverse à ce que nous avons vu au début de l'article.

D'autres s'attendent à ce que vous ne puissiez PAS faire une certaine chose -> vous vous convainquez que vous ne l'êtes PAS -> et le voici Tu ne peux pas faire ça!


Une autre fois la prophétie auto-réalisatrice, en somme, mais vue sous l'angle inverse.

C'est ce qu'on appelle effet Pygmalion négatif, ou effet GOLEM, du nom du géant d'argile dont parle le folklore juif.


Il exerce une pouss√©e oppos√©e √† celle de l'effet positif Pygmalion, et avec lui, il joue un r√īle d√©cisif dans la formation de votre √©tat d'esprit.

Le système de croyances sur la base duquel vous pensez et agissez est donc, en grande partie, le résultat d'un conditionnement externe :

Lentement, de manière subtile, vous êtes programmé. Des croyances sont créées pour vous et se cimentent dans votre personnalité. Sans que vous vous en rendiez compte, avant que vous n'ayez 10 ans, d'autres ont façonné votre façon de penser en ce qui concerne les relations, la réussite, vos capacités et les possibilités que le monde vous offre.

Que les conséquences de cette programmation soient négatives en ce qui concerne l'effet Golem est clair pour tout le monde.

Beaucoup cependant ne r√©alisent pas que m√™me l'effet Pygmalion peut cacher des pi√®ges. 

En fait, n'oubliez pas - pour revenir au mythe grec originel - que Pygmalion √©tait un sculpteur, et la statue d'une femme qu'il a cr√©√©e il l'a r√©alis√©e √† son go√Ľt et √† son go√Ľt, sans qu'il y ait un espace de libert√© pour lui. 

L'effet Pygmalion peut donc aussi faire des d√©g√Ęts, notamment dans 3 cas :

  • Quand le attentes auxquels on est soumis sont excessif, stressant, irr√©aliste. Quiconque a eu des parents ou des enseignants trop exigeants le sait tr√®s bien.
  • Quand les attentes sont tu ne veux pas du sujet, et repr√©sentent plut√īt les projections des d√©sirs des autres. C'est le cas, par exemple, des nombreux gar√ßons qui ils choisissent leur avenir pour faire plaisir √† leurs parents, ne pas vraiment suivre sa vocation.
  • Quand le attentes, juste parce que tr√®s positif, faire asseoir le destinataire sur ses lauriers. Et cela explique le ph√©nom√®ne de ces nombreux mecs "bons mais pas engag√©s" et qui peut-√™tre √† la fin, malgr√© leur talent, ils combinent peu avec leur vie.

Il semblerait donc, d'après ce que j'ai dit jusqu'ici, que :



  • Si quelqu'un vous fait comprendre que vous √™tes pauvre et qu'il n'attend rien de vous, cela vous enl√®ve votre pouvoir et votre croyance en vous-m√™me‚Ķ.
  • Si, par contre, tout le monde vous r√©v√®le √† quel point vous √™tes bon et combien de choses merveilleuses ils attendent de vous, ils risquent vous faire peur, vous faire de mauvais choix ou vous rendre paresseux‚Ķ.

Comment sortir de cette impasse alors e faire de l'effet Pygmalion quelque chose de vraiment positif pour nous-mêmes et pour les autres ?

Arrêter de penser à nous-mêmes en termes absolus et entrer à la place du point de vue du Growth Mindset.

Laissez-moi vous dire comment. 

Effet Pygmalion et état d'esprit

Carol Dwek, professeure à l'Université de Stanford, a identifié deux types d'état d'esprit chez ses étudiants dans une série d'expériences célèbres.

  1. √Čtat d'esprit fixe: les gens qui croient que leurs comp√©tences de base, leur intelligence, leurs talents, sont des dieux traits √©tablisavec limites tr√®s fixes, au-del√† duquel ils sont incapables d'aller.
  2. Mentalit√© de croissance: des personnes qui croient que leurs comp√©tences, leur intelligence et leurs talents peut √™tre d√©velopp√© √† travers effort, bon enseignement et pers√©v√©rance.

Pour en savoir plus, vous pouvez aller à l'article spécifique dans lequel je traite de l'état d'esprit.

Ici, je me limiterai à parler d'un aspect fondamental pour utiliser l'effet Pygmalion à votre avantage.

Vous voyez, selon l'opposition Fixed Vs Growth, le but de la question n'est pas de penser si vous êtes bon ou mauvais, si vous avez moins que cette capacité, si vous êtes capable ou non de le faire.

Il s'agit de penser en termes de :

  • ¬ę Je peux m'am√©liorer ¬Ľ, comme le font les personnes ayant une mentalit√© de croissance,
  • ou ¬ę Je ne peux pas m'am√©liorer ¬Ľ, comme cela arrive √† ceux qui ont un √©tat d'esprit fixe.

L'effet Pygmalion donc, pour √™tre vraiment positif, ne doit pas simplement v√©hiculer le message ¬ę tu es bon / beau / bon / intelligent ¬Ľ.

Au lieu de cela, vous devez transmettre le message ¬ę si vous le souhaitez, vous pouvez vous am√©liorer ¬Ľ.

De cette façon les contraintes ne se créent pas et il n'y a pas de fossilisation sur une vision préétablie de l'autre ou de soi.

Au lieu de cela, l'accent est mis sur la dimension de ¬ę possibilit√© ¬Ľ, le subordonnant en tout cas au d√©sir de la personne.

Différence subtile, en somme, mais décidément substantielle.

Effet Pygmalion : comment l'utiliser en votre faveur.

Maintenant que vous connaissez l'effet Pygmalion et l'effet Golem, vous pouvez commencer à vous défendre de leurs conséquences négatives :

  • Analyser les attentes, m√™me inconscients, que les autres ont sur vous
  • R√©sister √† la tentation de l'uniforme √† eux (oui, parce que rester l√† o√Ļ ils vous ont catalogu√© depuis l'enfance est aussi confortable, avouons-le. Se lever pour dire "je suis diff√©rent de ce que vous m'avez d√©fini" est un peu effrayant.)
  • Se concevoir comme un individu en transformation continue, pas cristallis√© par les opinions des autres, qu'elles soient positives ou n√©gatives.

En plus de vous défendre des aspects négatifs, vous pouvez également profiter des aspects positifs.

Comment?

Agissant sur l'environnement dans lequel vous vivez.

Selon ce que nous avons vu jusqu'à présent, votre entourage peut, plus ou moins consciemment, vous transmettre 4 grands types d'attentes :

  1. Tu es pauvre
  2. Aussi dur que tu sois, tu ne peux pas aller mieux
  3. Vous êtes doué
  4. Si vous le souhaitez, vous pouvez améliorer

Les personnes qui vous transmettent les deux premières attentes, je suis désolé de le dire, doivent être identifiées et ensuite, éventuellement, évitées comme la peste.

En fait, ils jettent un mélange d'effet Golem + état d'esprit fixe capable de couper les ailes de même des personnes ayant une plus grande estime de soi.

Ils sont ce que j'appelle "personnes toxiques ¬Ľ.

Parfois, malheureusement, ils sont si proches que vous ne pouvez pas vous empêcher de passer du temps avec eux, même pour des raisons émotionnelles : essayez donc, maintenant que vous connaissez leur jeu, de limiter les effets négatifs qu'il a sur vous.

Les personnes de type 3, en revanche, ont un effet particulièrement positif.

Le problème est que, avec leur estime et leur confiance, ils vous donnent une façon limitante de vous regarder.

Attention donc à ne pas vous laisser enfermer par leurs attentes !

Enfin, ce sont les personnes de type 4 qu'il faut essayer de s'entourer si vous voulez que l'effet Pygmalion vous donne un maximum de résultats.

Ils vous font confiance et votre capacité à vous améliorer, mais ils ne vous classent pas sous une forme préétablie par eux.

Et c'est aussi le genre de personnes qu'il faut essayer d'être avec les autres.

Effet Pygmalion "en subjectif"

Jusqu'à présent, nous avons parlé de la façon dont l'effet Pygmalion peut affecter vos comportements et vos résultats en affectant l'opinion que vous avez de vous-même.

Avant de terminer, cependant, il convient de rappeler que l'inverse est également vrai.

Toi aussi, c'est-à-dire projeter les attentes sur les autres.

Et √† travers eux, vous contribuez √† cr√©er en eux des croyances valorisantes ou limitantes, une mentalit√© ¬ę fixe ¬Ľ ou une mentalit√© de ¬ę croissance ¬Ľ, une estime de soi ou une m√©fiance.

De plus, plus le lien affectif ou votre autorité à leur égard est fort, plus l'effet que vous pourriez avoir sur eux est important.

C'est une grande responsabilité !

D'autant plus que, comme nous l'avons vu dans l'expérience de Rosenthal, les attentes et les croyances peuvent aussi transpirer inconsciemment.

Demandez-vous ensuite, face à vos proches, quel modèle de projection des attentes vous utilisez :

  • Communiquez-vous des croyances valorisantes ou limitantes ?
  • Cela nourrit-il leur estime de soi ou leur m√©fiance ?
  • Les avez-vous catalogu√©s sous une forme ou laissez-vous toutes les possibilit√©s ouvertes ?

Maintenant que vous connaissez l'effet Pygmalion, j'espère que vous pourrez mieux gérer cette responsabilité ! Une salutation. Armando.

ajouter un commentaire de Effet Pygmalion : qu'est-ce que c'est, comment en tirer parti
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.