Les 4 peurs qui bloquent votre croissance personnelle

Qui suis-je
Louise Hay
@louisehay
SOURCES CONSULT√ČES:

wikipedia.org

Quelles sont les 4 peurs les plus nocives pour notre croissance personnelle ? Voyons ensemble quelles sont leurs caractéristiques et comment les surmonter.

On sait que la peur a une fonction biologique précise : elle est née pour Protège nous et nous permettent de réagir efficacement aux risques externes.

Bref, si nous sommes ici, après des millions d'années de sopravvivenza de l'espèce, nous le devons aussi à la peur.


Mais attention : les peurs bénéfiques, qui ont permis à l'homme d'atteindre 2020, sont celles relatives à un danger réel.


Le tigre, la tempête, le serpent venimeux.

C'est pourquoi même maintenant, si vous vous trouvez face à un ours qui s'est échappé du zoo, l'instinct de te paralyser et retenir votre souffle peut peut-être vous sauver de la colère fatale de la pauvre bête (pauvre pour ainsi dire).

A c√īt√© de ceux-ci, cependant, il y a des craintes que ils ne m√®nent nulle part.

  • Ils ne vous sauvent pas la vie.
  • Ils ne vous abritent pas.
  • Ils ne vous permettent pas d'aller mieux et de vivre plus longtemps.

En effet.

Plus précisément, il y a 4 peurs qui peuvent gêner notre croissance personnelle et la réalisation de nos objectifs les plus ambitieux.

Ou, en d'autres termes, ils peuvent ruiner nos vies !

Dans cet article, nous voyons ensemble les caractéristiques de ces 4 peurs (qui sont d'ailleurs les plus répandues dans le monde) et quelques stratégies pratiques pour y faire face :

  1. Peur du jugement des autres.
  2. Peur de parler en public.
  3. La peur du changement.
  4. La peur de faire des erreurs.

(Bien entendu, nous ne parlerons pas de phobies, d'attaques de panique ou d'états émotionnels et psychiques qui nécessitent l'intervention d'un spécialiste).



Commençons par la peur du jugement des autres.

1. Peur du jugement des autres

Nous avons déjà parlé de cette peur en détail dans cet article, et elle est tellement répandue qu'elle ne peut manquer de mériter la première place !

Parfois, c'est inné.

Il vient plus souvent chez nous transmissible enfants, lorsque nous faisons quelque chose d'original, diff√©rent de l'habituel ou agr√©ablement √©go√Įste, nous sommes entour√©s d'une s√©rie de voix d'adultes qui nous disent :

  • "Mais que pouvait dire Giggino ?",
  • "As-tu pens√© √† ce que Genoveffa penserait?",
  • "si on faisait tous √ßa, ce qui se passerait? ".

Ici, après quelques années, ceux voix nous les portons dans notre tête.

Comment pouvons-nous y remédier?

Je vous propose un exercice...

Pour une journ√©e enti√®re garder une trace de toutes les fois o√Ļ une pens√©e surgit dans votre t√™te √† propos de ce que les autres diraient ou penseraient.

Je l'anticipe : il y en aura beaucoup !

Très bien.

√Ä ce stade, je suis d√©sol√© de contredire vos professeurs de maternelle, mais je dois vous dire quelque chose : Giggino et Genoveffa auraient tr√®s bien v√©cu m√™me si vous aviez fait ces choses que vous n'auriez pas d√Ľ faire.

Il est beaucoup plus probable qu'ils étaient engagés à s'occuper de leurs propres affaires.


Ou de penser à ce que vous auriez pensé d'eux.

Pensez aunon-sens de la chose!

Alors je dirais que tu as passé assez d'années de ta vie à penser à ce que les divers Giggini et Genoveffe pensaient de toi ! Il est temps de faire un peu nettoyage entre tes pensées et finalement partir espace à ce qui compte vraiment.


Alors, comment se débarrasser de la peur du jugement ?

  • Pense pour toi m√™me.

Concentrer à propos de ce que vous voulez, de ce que vous aimez, de ce pour quoi vous êtes doué.

Passez du temps sur ce qui vous intéresse et vous intrigue.

Regarde les choses ce travail, autour de vous.

Pensez à vos projets. Comment vous pouvez les faire fonctionner. Aux personnes que vous pouvez impliquer.

Pensez à ce qui vous fait vous sentir bien et vous donne plus d'énergie.

Chaque fois que vous remarquez que vos pens√©es deviennent incontr√īlables et se tournent vers ¬ę les autres ¬Ľ, ramenez-les √† la case d√©part : se concentrer sur ce que vous avez et ce que vous voulez le plus positivement.

  • Mettez-vous aussi en col√®re.

Très souvent, la peur du jugement des autres est liée à notre propre désir d'approbation.

Nous voulons être considéré d'une manière positive. Parce que nous sommes convaincus que cela nous fera sentir meglio.


Mais c'est un putain cercle vicieux.

Nous ne faisons pas certaines choses pour obtenir une approbation qui nous ferait nous sentir mieux, mais ce sont les choses mêmes que nous évitions qui nous feraient sentir. très bien.

Donc, le moyen le plus simple est d'assumer la responsabilité de notre bien-être et d'arrêter dépendre des pensées et des opinions de quelqu'un d'autre.

Bon, passons à la deuxième peur maintenant.

2. Peur de parler en public

Pour gérer à art oratoire aujourd'hui est l'un des compétences le plus important, pour votre carrière et votre vie.


Pourtant, la grande majorité des gens sont effrayé juste l'idée.

Cela peut sembler fou, mais d'après certains sondages, cette peur l'emporte même sur la peur de mourir !

Cette seconde peur est aussi profondément liée à la peur du jugement des autres et à celle de faire des erreurs (que nous verrons plus loin).

Heureusement, cependant, avec les bonnes stratégies, vous pouvez y faire face efficacement.

  • Trouvez quelque chose qui vous passionne profond√©ment.

Surtout les premi√®res fois que vous parlez en public, si vous le pouvez, choisissez des sujets qui vous semblent particuli√®rement les v√ītres, ou ins√©rez-en aspects personnels dans ce que tu as √† dire.

Il peut s'agir d'une anecdote, d'une citation biographique d'un personnage qui admirer, l'histoire d'une émotion. Vous obtiendrez beaucoup plus spontané organisez le discours et, d'une manière ou d'une autre, vous viendrez 'trasportato'du thème qui vous intéresse.

  • Concentrez-vous sur votre pr√©paration.

Qu'il s'agisse d'un sujet qui vous passionne ou non, votre préparation est dans tous les cas indispensable.

Bien s√Ľr, il n'est pas n√©cessaire de tout m√©moriser (c'est le meilleur moyen de se tendre et de se figer au milieu d'un discours), mais bien s'organiser la programmation puis le cons√©quence logique de vos arguments.

De cette façon, même si vous oubliez quelques détails, vous saurez quels autres aspects connexes doivent être abordés.

Répéter quelques fois votre discours, même en changeant certains éléments, et vous verrez que déjà la troisième fois que vous aurez dit votre discours au plan de votre table de chevet (:-D) il sera devenu une partie de vous et vous vous sentirez beaucoup plus fluide.

  • Arr√™te de penser √† toi.

André, je me sens confus! D'abord tu me dis de penser à moi pour vaincre la peur du jugement des autres, maintenant de ne plus y penser ! Oh mon Dieu que dois-je faire ?! Il s'avère que la peur de mourir est vraiment plus facile à gérer...

mouvement votre attention de vous et vos préoccupations au sujet à traiter et à votre public. L'anxiété de scène résulte d'unobservation trop obsessionnel d'eux-mêmes et de leurs sentiments.

[NEWS !!!] : les personnes à qui vous parlerez ils ne s'intéressent pas à toi. Au contraire, al thème de votre discours. Alors, détendez-vous.

N'oubliez pas que vous n'êtes pas le centre d'attention, mais votre sujet.

  • Faites un peu d'activit√© physique avant de parler. 

Si l'endroit o√Ļ vous allez prononcer votre discours n'est pas trop √©loign√©, allez-y marche.

Si, par contre, vous êtes obligé de prendre la voiture, avant de parler, allez aux toilettes et sautez sur place, secouer un peu de bras ou de jambes, ouvrez et fermez plusieurs fois vos doigts.

De cette façon, vous libérerez de l'adrénaline et serez plus détendu quand il s'agira de monter sur scène.

  • Transformez votre tension en √©nergie.

Il est tout à fait normal d'être tendu avant un discours public. Tous les grands orateurs de notre histoire ont été et sont.

Mais tu sais ce qui les fait si convaincant?

Soyez tendu !

Oui, vous avez bien lu, seuls ces conférenciers professionnels ont appris à utiliser le potentiel énergétique de tension.

Entre leurs mains, l'angoisse se transforme en charisme, en discours passionné.

Puis, N'ayez pas peur si votre cŇďur bat plus vite, si votre respiration est diff√©rente. Si vous ressentez le besoin de bouger. Pensez que vous avez un niveau d'√©nergie bien plus haut que d'habitude et que vous pouvez l'utiliser pour rendre votre discours encore meilleur.

Tenir un ton de la voix haut. Regardez les gens dans le yeux. Avancez, en prenant des mesures sur place et en accompagnant vos mots avec i gestes mains. Vos propos n'en seront que plus convaincants !

3. La peur du changement

"Si nous voulons que tout reste tel qu'il est, tout doit changer."

Giuseppe Tomasi di Lampedusa.

Inoxydable, c'est l'une des peurs les plus ancrées des gens. Oui, même les aficionados du changements constants: leur manège incessant est la zone de confort à laquelle ils sont habitués.

Quand on se rend compte que, √† la perspective d'un changement de travail, de relation ou de vie, des pens√©es li√©es √† la peur de ce que l'on pourrait trouver d'un autre c√īt√© d√©passent de loin ceux li√©s au d√©sir et aux bienfaits, cela signifie que nous devons‚Ķ changer de mentalit√©.

En dessous, ces pensées cachent la peur de ne pas suffire à surmonter les épreuves de la vie.

Comment pouvez-vous l'éviter?

  • Si vous avez identifi√© certaines comp√©tences n√©cessaires que vous n'avez pas encore, occupez-vous et d√©veloppez-les.

Dans tous les autres cas, pensez que ne pas changer peut signifier éviter d'être plus heureux. Reste dans ça routine grise qui depuis quelque temps ne vous satisfait pas.

  • Habituez-vous-y.

Commencez immédiatement à faire quelques petits changements, jour après jour, pour vous familiariser progressivement avec les changements les plus importants. trouver différentes inspirations ici pour commencer la "formation".

  • Notez toutes vos pens√©es n√©gatives, anxi√©t√©s, inqui√©tudes sur un morceau de papier.

Ensuite, faites ce test : inverser le signe de - √† + pour chacune des affirmations. Bref, essayez de trouver un aspect positif dans chacun de ces sc√©narios catastrophiques. Vous verrez que de bonnes id√©es en sortiront... ;-)

  • Et s'il n'y a pas de risque ?

Essayez de penser à ce que vous feriez s'il n'y avait aucun risque à changer. Pas de pression ou la limitation des personnes proches. Aucune menace. Vous pouvez revenir quand vous voulez. Sur un coup de tête, que choisiriez-vous ?

  • Pensez aux fois o√Ļ vous avez chang√© quelque chose dans votre vie.

O√Ļ ces changements de cours vous ont-ils conduit ? Quelles comp√©tences avez-vous mises en place ? Si vous l'avez fait d'autres fois, cela signifie que vous pourrez le faire plus c'est toujours. Peut-√™tre en utilisant simplement les m√™mes qualit√©s que vous avez prouv√©es dans le pass√©.

4. La peur de faire des erreurs

C'est aussi une peur liée à peur du jugement des autres vu dans le premier point (également mélangé avec une faible estime de soi).

Cela nous g√™ne profond√©ment sur le chemin de nos objectifs, nous poussant √† √™tre excessivement en regardant, constamment tourment√© par doutes, assid√Ľment procrastinateurs.

Si à la fin de la journée tu te retrouves Stanco pour la quantité de dilemmes et d'inquiétudes qui ont peuplé vos pensées, et vous en avez conclu bien moins que vous ne le pensiez, c'est probablement votre peur !

Vous avez besoin d'un régime mental particulier.

Voici quelques conseils pratiques pour vous...

  • Faire des erreurs est naturel.

Tout ce que nous avons appris depuis que nous sommes nés, c'est le résultat de tentatives, d'erreurs et d'ajustements continus. Si nous avions eu peur de faire des erreurs étant enfants, maintenant nous ne saurions pas manger seuls, marcher, nous laver, écrire.

L'important est d'apprendre le cours et en faire bon usage pour l'avenir.

Rappelez-vous : les gens qui réussissent ne sont pas des individus parfaits qui n'ont jamais fait d'erreurs, mais des gens qui sont capables de tirer les bonnes leçons de leurs inévitables erreurs.

  • "Ce n'est pas vraiment si important."

Pour en revenir à la comparaison ci-dessus, si vous vous en souvenez, vous ne portiez pas comme un enfant pression inutile. Vous ne vous êtes pas donné une seule occasion d'apprendre à manger avec une fourchette et un couteau ou, quelques années plus tard, de sauter sur une planche à roulettes.

Vous n'avez pas non plus pens√© du matin au soir √† l'√©nigme de la semaine du puzzle qui ne vous est pas venue, vous traitant de stupide !

Tu viens d'essayer de faire ce que vous vouliez jusqu'à ce que vous réussissiez.

En tant qu'adultes, cependant, nous commen√ßons √† planer limite de conditionnements de toutes sortes et d'examiner les probl√®mes de vie ou de mort il 90 % absurde, et, par co√Įncidence, nous n√©gligeons le 10 % des choses qui sont vraiment importantes pour nous.

Il est temps de remettre les bonnes priorités.

Sauf dans de rares cas exceptionnels, je peux vous dire par expérience personnelle que il est erreurs qui peuvent vous compromettre sérieusement.

La vita ti offre toujours une seconde (une troisième, une quatrième, une ...) chance et vous aurez, ou pourrez développer, les caractéristiques qui vous permettront de se débrouiller au mieux de ce que vous aurez à affronter.

C'est beaucoup plus péricoloso se raidir et se figer en répétant ce que vous savez déjà.

Au premier inattendu (in√©vitable) vous aurez beaucoup plus de mal √† r√©agir et vous n'aurez pas d√©velopp√© ces muscles que seules les difficult√©s peuvent entra√ģner.

Au cas o√Ļ par peur de vous tromper vous √™tes plein de doutes, Prof. Giorgio Nardone, dans son livre 'Cogito ergo je souffre', sugg√®re de faire cet exercice :

Pendant quelques jours, demandez-vous : o√Ļ aimeriez-vous √™tre, faire quoi, et avec qui, dans sept ans ?

Demandez le sans faire des évaluations rationnelles et des raisonnements sur les possibilités réelles.

√Čcrivez peut-√™tre les r√©ponses et lisez-les toutes ensemble √† la fin.

Tes mots sauront vous étonner.

ajouter un commentaire de Les 4 peurs qui bloquent votre croissance personnelle
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.