Les schèmes mentaux : pourquoi nous conditionnent-ils ?

Qui suis-je
Joe Dispenza
@joedispenza
SOURCES CONSULT√ČES:

wikipedia.org

Auteur et références
Les schèmes mentaux : pourquoi nous conditionnent-ils ?

Selon Young, les schémas mentaux sont des schémas enracinés et durables qui se développent et s'élaborent tout au long de la vie. Ils affectent notre façon de penser, de ressentir et d'agir.

Dernière mise à jour: 10 octobre 2021

Comme l'explique Young, quand on parle de schèmes mentaux, on se réfère à des modèles préétablis, enracinés et pérennes qui se développent et se produisent tout au long de la vie d'une personne.


Plus simplement, ils sont "notre façon d'être et de se comporter dans le monde". Si ces schémas sont dysfonctionnels, il peut arriver, par exemple, de rencontrer souvent les mauvaises personnes, de manifester des comportements toxiques ou destructeurs, des réactions disproportionnées et, de manière générale, de se heurter à des problèmes et à des situations indésirables.


Ces circonstances se produisent fréquemment. La personne n'est généralement pas consciente du modèle qu'elle crée et se sent confuse car elle est incapable d'expliquer ce qui lui arrive.

Selon la Schema Therapy de J. Young, les schémas sont considérés comme des vérités a priori, ils se perpétuent, résistent au changement, sont dysfonctionnels, sont générés et activés par des expériences environnementales, et ont des effets néfastes.

A part ça, parfois les schémas mentaux sont alimentés ou éveillés par des expériences traumatisantes ou négatives, qui acquièrent une permanence précisément à travers le schéma qu'ils nourrissent.

Les schémas mentaux nous conditionnent

Pourquoi les schémas mentaux nous affectent-ils ? Puisqu'il s'agit d'une expérience profondément enracinée, intérieure et émotionnelle, quand on veut réfléchir à la situation dans laquelle on se trouve, le schéma a déjà marqué la voie à suivre : a déjà commencé.


Pensez aux situations de votre quotidien qui se r√©p√®tent : d√©pendance affective dans un couple, faire passer les besoins des autres avant les v√ītres, c√©der aux addictions. Il peut s'agir de n'importe quel comportement qui nuit, mais qui est toujours l√†, dont s'en d√©barrasser semble impossible malgr√© la souffrance occasionn√©e.


Réfléchissons maintenant : nous savons que ce n'est pas la voie à suivre, qu'il y a d'autres directions à prendre, qu'après l'avoir fait, nous nous sentons mal. Mais malgré cela, nous continuons à nous comporter de la même manière toxique. Cela se produit parce que le modèle a déjà reproduit le modèle de comportement auquel nous sommes habitués.

De plus, si quelqu'un nous demande pourquoi nous continuons à nous comporter de la même manière, nous sommes incapables de donner une réponse valable. Nous savons que ce n'est pas juste, que nous nuisons à nos vies, mais il est très difficile ou presque impossible d'y renoncer.

C'est parce que l'√©tat d'esprit est tr√®s √©motionnel. Elle na√ģt en nous, dans les profondeurs. Il est le r√©sultat de diverses exp√©riences d'enfance et ressemble √† une b√™te indomptable. Lorsque nous avons cette "situation risqu√©e" devant nous, nous perdons le contr√īle. Le r√©gime a d√©j√† fait son devoir.

Comment pouvons-nous changer ces modèles ?

Être passif ne servira à rien. Il est très difficile que ce miracle se produise. Nous aurons donc à faire un exercice d'analyse consciente dans lequel décision et entreront en jeu.

Il est différentes stratégies et techniques psychologiques qui peuvent aider, cognitives, comportementales ou émotionnelles.


Tout d'abord, nous devons commencer à enregistrer, à surveiller les situations qui, d'une certaine manière, nous dérangent émotionnellement. Et pas seulement cela, mais aussi ceux qui nous font agir aveuglément par la raison.

Par exemple, un enfant dont les parents ne sont pas assez pr√©sents peut d√©velopper le sch√©ma mental ¬ę d'abandon ¬Ľ. √Ä l'√Ęge adulte, la personne d√©veloppe une d√©pendance affective et reproduit le m√™me sch√©ma avec des partenaires, qui finissent par l'abandonner.

Il est donc important de comprendre et appr√©hender le mod√®le, le visualiser dans la vie quotidienne et ma√ģtriser les situations o√Ļ la d√©pendance √©motionnelle est pr√©sente, avec toutes les cons√©quences qui en d√©coulent.



Une fois consign√©s dans un journal th√©rapeutique personnel, les comportements et les pens√©es que ces situations ont en commun peuvent √™tre analys√©s. Avez-vous tendance √† c√©der dans les relations sociales ? Trouvez-vous difficile de rompre des relations m√™me si elles n'apportent aucun avantage ?

Après avoir identifié les faiblesses, des stratégies peuvent être élaborées pour éviter que cela ne se reproduise autant que possible. Briser le moule, c'est affronter, non pas avec opposition mais avec intelligence, ce que le modèle nous demande.

Si vous avez du mal √† dire non, essayez de ne pas fuir les situations o√Ļ vous devez vous affirmer. Si vous construisez des relations toxiques par peur d'√™tre seul, commencez √† explorer tous les aspects positifs que la solitude redout√©e peut vous offrir.


Ce sera difficile au début et vous devrez être prêt à tolérer l'inconfort. Pensez que vous n'êtes pas habitué à choisir cette façon d'agir : vos automatismes vont dans le sens inverse.

D'un autre c√īt√©, parfois, peu importe nos efforts, nous n'aurons pas d'autre choix que de vivre longtemps avec les vestiges de ces sch√©mas.

Ainsi, il faudra plus de temps pour changer la fa√ßon dont nous sommes dans le monde. Mais si nous √©tendons le Locus de contr√īle √† nos sch√©mas mentaux, nous atteindrons notre objectif.

ajouter un commentaire de Les schèmes mentaux : pourquoi nous conditionnent-ils ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.