Chômage chronique : conséquences émotionnelles

Chômage chronique : conséquences émotionnelles

Connaissez-vous les conséquences du chômage de longue durée ? Dans cet article, nous tenterons de les identifier en nous concentrant sur ceux qui sont aujourd'hui coupés du monde du travail.

Chômage chronique : conséquences émotionnelles

Dernière mise à jour: 05 septembre, 2020

De la fin de nos études et jusqu'à la retraite, nous nous consacrons au travail. Travailler pour vivre et, en partie, vivre pour travailler. La plupart des entreprises ne voient pas une personne de plus de 50 ans, voire 45 ans, et un jeune ayant le même intérêt. Si nous jetons un coup d'œil aux offres d'emploi sur n'importe quel portail, nous verrons que le profil demandé, de manière claire et explicite, est jeune. En conséquence, les seniors se retrouvent piégés dans une situation de chômage chronique.



Comme nous le verrons, les entreprises ont diverses raisons de rejeter les profils seniors. Nous n'avons pas l'intention d'émettre un jugement à ce sujet, mais nous essaierons de les analyser. Les entreprises réfléchissent-elles aux conséquences psychologiques de cet état de chômage chronique ? On en parle dans cet article.

"Les circonstances sont si compliquées ces derniers temps qu'avoir un emploi est vraiment une bénédiction."

-Jorge Bucay-

Chômage chronique : pourquoi les entreprises ne veulent-elles pas de seniors ?

La première chose à demander est : une personne de plus de 40-50 ans est-elle moins apte à travailler ? Avez-vous perdu la capacité de travailler, d'apprendre ou de vous mettre à jour ? Avez-vous moins de connaissances sur un domaine dans lequel, peut-être, vous avez travaillé pendant tant d'années ? Ou ai-je perdu de la capacité et de l'efficacité ? Êtes-vous moins responsable qu'un jeune?

Vous avez probablement répondu non à toutes ou à la plupart des questions. Sauf cas particuliers nécessitant force physique ou agilité, cas de maladie ou de troubles cognitifs, une personne de 40-50 ans est parfaitement capable de travailler.


Les entreprises déclarent cependant avoir des raisons valables de ne pas embaucher. Dans la dernière enquête menée par la Fondation Adecco, 200 employés des ressources humaines ont été interrogés sur les raisons pour lesquelles les profils plus anciens sont rejetés. Voici quelques réponses :


  • 75% pensent qu'il n'est pas pratique d'embaucher des profils seniors car je les problèmes de santé pourraient entraîner plus d'absentéisme.
  • 66% pensent qu'ils auraient du mal à s'intégrer dans une équipe jeune et surtout ils n'accepteraient pas volontiers le leadership d'une personne plus jeune.
  • 40% pensent qu'ils seront moins flexibles.
  • Selon 25 %, leurs connaissances et leurs compétences ont tendance à être dépassées. On pense que les personnes âgées sont obsolète, peu flexible, réticent à acquérir de nouvelles connaissances ou pour apprendre de nouvelles procédures.
  • Les responsabilités familiales ne permettent pas la mobilité.
  • Une personne plus grande donne une moins bonne image d'entreprise. Un jeune homme donne à l'entreprise un air frais, innovant et flexible.
  • Ils n'acceptent pas les bas salaires parce qu'ils ont de l'expérience et les entreprises veulent réduire leurs dépenses. C'est la raison la plus courante.

Démystifier... les croyances irrationnelles ?

Le principal problème est la soi-disant généralisation ou hypergénéralisation. Il y a probablement des profils avec plus de 25 ans d'expérience qui n'accepteront pas le même salaire qu'une personne qui n'en a que deux derrière eux. Il a sa propre logique. Mais il y en aura d'autres qui, en désespoir de cause ou par "amour de l'art", seront prêts à l'accepter. Alors pourquoi ne pas essayer de demander, avant de supposer qu'ils refuseront ?


Il en va de même pour les autres points. Il y aura beaucoup de candidats qui ne seront pas intéressés à poursuivre leur formation, car ils pensent avoir tout appris sur le terrain.

D'autres professionnels restent à jour pendant toute leur vie professionnelle, en continuant à suivre des cours, des conférences ou encore en enrichissant le cursus avec d'autres diplômes ou masters. En tant que professionnels, ils doivent savoir s'adapter aux changements si une amélioration de l'efficacité de l'entreprise en dépend.


Quant aux engagements familiaux, c'est un euphémisme de penser que toutes les personnes d'un certain âge ont une famille à charge ou que les responsabilités familiales doivent interférer avec le travail. Et il est tout aussi réducteur de penser qu'à partir d'un certain âge on a des problèmes de santé. Il est vrai qu'ils sont plus fréquents avec les années, mais même un jeune peut avoir des problèmes chroniques ou passés.

Par rapport à l'incapacité à s'adapter à un groupe jeune, un senior peut être à l'aise avec un manager plus jeune car il peut ainsi profiter de sa « fraîcheur » et apprendre. À la fin, nous pouvons apprendre de tout le monde.

Ne pensez-vous pas que la peur peut plutôt être celle du plus jeune ? Qui peut demander "qu'est-ce que j'ai à enseigner?" ou "comment puis-je être son patron s'il était directeur d'une multinationale jusqu'à il y a deux ans?". Il ne serait pas déraisonnable de le penser.

Les personnes avec plus d'années sont l'image du professionnalisme

N'est-ce pas une bonne chose d'avoir un professionnel dans votre effectif ? Il est certainement important apparaître comme une entreprise ouverte, démontrant qu'il est possible de combiner des profils juniors et seniors, et tirer le meilleur parti de cette combinaison.


Mais les croyances vues dans le paragraphe précédent sont tellement enracinées et généralisées que les Curriculum vitae sont rejetés sur la base de la date de naissance. Les entreprises sont incapables de réfléchir aux avantages offerts par un profil plus âgé et plus expérimenté. Le résultat est un chômage chronique.

Conséquences psychologiques du chômage chronique

Essayons de nous mettre à la place d'une personne qui a été rejetée par plus de 300 emplois, avec quatre ans de chômage, des enfants en âge d'être scolarisés et un conjoint dans la même situation. Le simple fait d'y penser vous rend anxieux, n'est-ce pas ? Entre les conséquences psychologiques du chômage de longue durée nous pouvons trouver:


  • Anxiété et stress qui découlent non seulement du fait de ne pas trouver de travail, mais aussi de l'impossibilité de faire face aux dépenses élémentaires : eau, électricité, nourriture, logement, école pour les enfants, etc.
  • Faible estime de soi, sentiment d'inefficacité et même dépression. Ne pas se sentir qualifié pour un travail peut conduire à repenser toute votre carrière et à déterminer si vous êtes vraiment capable de travailler.
  • Sentiment de culpabilité: en dépit d'être des victimes, il est impossible de sortir de l'abîme du désespoir.
  • Troubles physiologiques tels que modifications de l'appétit et insomnie.
  • Sentiment d'impuissance. Conviction que la situation est irréversible.

Si ces perturbations émotionnelles perdurent dans le temps et interfèrent avec la vie quotidienne, il est nécessaire de bénéficier d'un soutien psychologique professionnel.

Le praticien ne donnera pas la pilule qui résout tous les problèmes, mais il peut certainement montrer quelques lignes directrices utiles pour maintenir une routine saine, libre de culpabilité et d'impuissance et faire face à la situation délicate d'une manière saine.

Nous protégeons les seniors : ils ont beaucoup à apprendre

L'OMS place la discrimination fondée sur l'âge (âgisme) sur le même plan que la discrimination raciale ou sexuelle. En même temps, il reconnaît qu'il s'agit de la forme de discrimination la plus normalisée.

Vous avez probablement vu plus d'un slogan sur les mérites des personnes mûres, c'est triste qu'il y en ait besoin, pourtant c'est le cas. Il est impératif que quelqu'un nous rappelle que les talents seniors ont beaucoup à apprendre aux nanas qui viennent de s'ouvrir au monde du travail. Et aussi à ceux qui ne sont plus une nana.

Si nous voyions l'être humain pour ce qu'il est, et non comme un ensemble de données, peut-être que le monde serait un peu différent. Entreprises, détrompez-vous, vous passez à côté de talents.

ajouter un commentaire de Chômage chronique : conséquences émotionnelles
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load