Acceptation et rejet par les autres

Acceptation et rejet par les autres

Notre valeur relationnelle est une variable que nous prenons en compte dans nombre de nos actions. Habituellement, avoir le sentiment de l'augmenter est un renforcement pour nous et à de nombreuses reprises, nous avons également tendance à proposer des plans pour y arriver.

Acceptation et rejet par les autres

Dernière mise à jour: 28 juin 2021

L'acceptation et le rejet par les autres sont des expériences qui font partie de notre développement personnel. Cette idée est basée sur le fait que les êtres humains sont par nature des êtres sociaux.



En conséquence, nous avons tendance à établir des interactions avec nos semblables et nous voulons aussi que les autres veuillent créer des liens avec nous. Le désir que nous ressentons d'être accepté et d'appartenir est à la base de bon nombre de nos comportements.

Pour cette raison, nous essayons d'adapter notre conduite à des modèles qui encouragent les autres à nous accepter. De même, en règle générale, nous nous engageons à empêcher que les relations que nous établissons ne se terminent, même si cela signifie que nous devons payer un prix assez élevé pour les maintenir.

Malgré cela, à de nombreuses reprises nous sommes rejetés ou nous pensons que c'est le cas. Pourquoi cela arrive-t-il? Comment retracer l'origine de ces expériences ? Explorons le sujet dans les lignes suivantes.

Acceptation et rejet par les autres

Peut-être que la meilleure façon d'expliquer ces expériences hautement subjectives est de les considérer comme faisant partie d'un "Valeur relationnelle perçue". Ce concept exprime le degré auquel une personne croit que les autres la considèrent comme précieuse ou importante en fonction de la relation qu'elle a établie avec elles.


En d'autres termes, si nous percevons que notre valeur relationnelle pour une autre personne ou un groupe est √©lev√©e, nous aurons le sentiment d'√™tre accept√©s. Au contraire, un sentiment de rejet appara√ģt lorsque nous percevons que les autres n'appr√©cient pas la relation qu'ils entretiennent avec nous.


Il s'agit donc d'une expérience subjective, intérieure et personnelle, qui n'a que peu à voir avec le degré d'acceptation ou de rejet réel. Par conséquent, être valorisé relationnellement augmente la probabilité d'acceptation. Et beaucoup de nos comportements visent à promouvoir et maintenir notre valeur relationnelle.

Mesurer la valeur relationnelle

Il est possible de mesurer la valeur relationnelle gr√Ęce √† la th√©orie dite du sociom√®tre. Selon cette th√©orie, les gens ont un syst√®me psychologique qui suit les signaux de l'environnement social qui sont pertinents pour la valeur relationnelle. C'est-√†-dire interpr√®te les signaux d'acceptation et de rejet.

De plus, il avertit en quelque sorte la personne lorsque des signaux de valeur relationnelle faible ou en d√©clin sont d√©tect√©s. Ces sympt√īmes entra√ģneraient une humeur n√©gative, par cons√©quent une diminution de l'estime de soi. Mais cela ne s'arr√™te pas l√†.

Une branche de la théorie du sociomètre soutient que les gens ont également un système de surveillance sociale à leur disposition. Ce système entre en jeu lorsque nous sommes préoccupés par notre niveau d'acceptation et d'intégration.

Un plus grand besoin d'appartenance augmente la sensibilit√© des gens √† l'information sociale, les aider √† g√©rer avec succ√®s les contextes sociaux. Il semblerait que ce syst√®me soit activ√© √† des moments o√Ļ les gens s'inqui√®tent du rejet social. En r√©sum√©, on pourrait dire que ces syst√®mes :


  • Ils recherchent des indices pertinents d'acceptation et de rejet.
  • Ils avertissent l'individu lorsque des menaces potentielles √† sa valeur relationnelle sont d√©tect√©es.
  • Ils motivent des comportements qui prot√®gent ou restaurent cette valeur.
  • Ils augmentent la sensibilit√© des gens aux informations sociales, ce qui les rendra plus susceptibles d'√™tre accept√©s.

Cependant, l'intention de vouloir interagir avec les autres, et d'être estimé et accepté par eux, ne se manifeste pas avec la même intensité envers tous : il se manifeste davantage envers ceux qui nous attirent.




Acceptation et rejet : attirance interpersonnelle

L'attirance se traduit par une évaluation positive d'une autre personne et un désir de se rapprocher. Mais il n'y a pas de définition précise du terme.

L'une des th√©ories les plus influentes consid√®re l'attirance interpersonnelle comme une tendance ou une pr√©disposition individuelle √† valoriser une autre personne de mani√®re positive ou n√©gative. Plus l'√©valuation est positive, plus l'attirance que nous ressentons pour lui est grande.


L'attirance est considérée comme une attitude avec des composantes cognitives, affectives et comportementales. Au fil du temps, les aspects émotionnels s'accentuent, d'autant plus que l'attirance implique non seulement une évaluation, mais aussi le désir d'initier un contact ou d'établir une intimité.

ajouter un commentaire de Acceptation et rejet par les autres
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.