Obsession du succès : épidémie du XNUMXe siècle ?

Qui suis-je
Louise Hay
@louisehay
SOURCES CONSULTÉES:

wikipedia.org

Auteur et références
Obsession du succès : épidémie du XNUMXe siècle ?

Nous vivons dans une société constamment obsédée par le succès. Mais dans quelle mesure la notion de réussite est-elle naturelle ou culturelle ?

Dernière mise à jour: 13 décembre 2020

Nous avons une telle obsession du succès au point qu'il semble définir le notre valeur personnelle. Si quelqu'un n'a pas pour objectif de gagner beaucoup ou d'avoir un travail "enviable", on lui demande : "Alors, quelle est votre aspiration ?". Comme si le succès, traduit en argent, devait être l'épine dorsale de la vie de chacun de nous, à tout moment.



Combien de fois avons-nous rencontré quelqu'un qui a plus de succès que nous ? Combien de fois avons-nous comparé notre voiture à une autre plus récente ? Ou notre maison à une plus grande ?

Pourquoi en veut-on toujours plus ? Pourquoi nous accrochons-nous parfois à cette aspiration alors que nous sommes conscients de la douleur que nous recevrons en retour ? Mais la vraie question est : Atteindre le maximum de succès est-il inhérent à l'être humain ou est-ce une condition imposée par la société ?

L'obsession du succès : naturelle ou culturelle ?

Dès l'enfance nous sommes bombardés de messages qui parlent du projet de vie idéal. Une certaine idéologie nous est imposée qui nous empêche souvent d'avoir d'autres points de vue. S'ils nous apprennent à penser que réussir signifie avoir beaucoup d'argent, on ne peut que croire que le but de l'être humain est d'accumuler de l'argent.

Si on nous enseigne que le succès signifie bien traiter les autres, notre objectif sera d'être de bonnes personnes. C'est ainsi que l'influence sociale joue un rôle fondamental dans nos aspirations sociales et personnelles.


Il n'y a pas de loi naturelle qui stipule que les êtres humains doivent accumuler beaucoup d'argent ou posséder beaucoup de biens. L'obsession du succès est une imposition sociale et culturelle. Beaucoup, cependant, ne s'en rendent pas compte.


Les besoins surréalistes et déraisonnables ont toujours prévalu dans la société. Si dès le plus jeune âge nous associons le succès au fait d'avoir le meilleur emploi, c'est probablement l'idée du succès pour nous.

"De toutes les qualités qui apportent le bonheur, je suis profondément convaincu que l'amour désintéressé est le plus efficace."

-Mathieu Ricard-

L'obsession du succès et de la frustration

Les épidémies les plus courantes au XNUMXe siècle sont la dépression et l'anxiété. En 2016, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) a déclaré que plus de 350 millions de personnes souffraient de dépression. Et en 2012, il déclarait que l'aspect le plus inquiétant est que "dans 20 ans, la dépression sera la maladie qui frappera le plus l'homme, vainquant le cancer et les maladies cardiovasculaires".

Cela pourrait-il avoir quelque chose à voir avec une obsession du succès ? Absolument oui. Vouloir atteindre à tout prix des objectifs irréels nous rend frustrés lorsque nous échouons. Beaucoup de gens disent que leur vie est un échec parce qu'ils n'ont pas un bon travail, qu'ils ont une voiture "normale" et qu'ils vivent dans une maison "pas si grande".

Il est évident qu'ils n'apprécient pas ce qu'ils ont, même s'ils sont plus riches que la plupart de la population mondiale. C'est comme s'ils marchaient en regardant le ciel plutôt que de regarder l'horizon ou la terre. Peu à peu, cependant, nous nous rapprochons d'une conception plus saine du succès : être heureux ici et maintenant.


Apprécier ce que nous avons et aller dans une direction moralement correcte est beaucoup plus admirable que le désir et l'anxiété d'accumuler des possessions matérielles et du prestige. Si nous examinons de plus près ceux qui sont obsédés par le succès, nous verrons qu'ils souffrent le plus.

Au contraire, ceux qui se soucient des autres et apprécient ce qu'ils ont sont plus heureux. Être heureux avec ce que vous avez ne signifie pas être satisfait, mais plutôt savoir apprécier ce que l'on a en soi moment présent.


"Celui qui a plus n'est pas riche, mais celui qui a besoin de moins."

Diogène et Alexandre le Grand

L'histoire raconte qu'Alexandre le Grand voulait rencontrer Diogène, qui vivait dans un tonneau, l'une des rares choses qu'il possédait. Certains le considéraient comme un fainéant, d'autres comme un sage. Quand Alexandre le Grand est allé lui rendre visite, espérant qu'il le féliciterait, ils ont engagé une conversation.

Alexandre se tourna vers Diogène, qui était allongé au soleil, en disant : "Demande moi ce que tu veux. Je peux te donner tout ce que tu veux, même ceux dont les hommes les plus riches d'Athènes n'auraient jamais le courage de rêver ».

Diogène avait la possibilité de changer radicalement de vie, d'aller vivre dans un palais, d'avoir une grande fortune. Mais sa réponse n'était pas celle à laquelle nous nous attendions tous. Diogène a répondu: «Bien sûr. Ce n'est pas moi qui t'empêcherai de me témoigner ton affection. Je vous demande de vous éloigner du soleil. Être touché par ses rayons en ce moment est mon plus grand désir. Je n'ai besoin de rien d'autre, et toi seul peux me donner cette joie ».


Alexandre aurait dit : « Si je n'étais pas Alexandre, j'aimerais être Diogène. Cette anecdote reflète à quel point certains besoins sont culturels. Pour Diogène, le succès consistait à rester tranquille et à profiter du soleil ; pour Alexandre le Grand, c'était l'ambition sans bornes de conquérir de plus en plus de terres.

De l'obsession du succès à la compassion

Matthieu Ricard, docteur en biologie moléculaire et moine bouddhiste, a été surnommé "l'homme le plus heureux du monde". Ricard affirme que « la compassion, l'intention d'éliminer la souffrance d'autrui et les causes de la souffrance, ainsi que l'altruisme, le désir de faire du bien aux autres, est le seul concept fédérateur qui il nous permet de nous repérer dans ce dédale de soucis complexes" .


Ricard utilise "labyrinthe des soucis" comme synonyme du monde dans lequel nous vivons et que, d'une certaine manière, nous avons créé. Et il soutient que la compassion donne un sens à notre existence. Ainsi, au lieu de simplement regarder notre succès, le bonheur est une grande partie du sens de la vie dépend de l'attention portée aux intérêts des autres.

Il ajoute que « le bonheur n'est pas qu'une succession d'expériences agréables. C'est une manière d'être qui s'obtient en cultivant une série de qualités humaines fondamentales, comme la compassion, la liberté intérieure, la paix intérieure, la résilience, etc ".

Et il révèle aussi le secret pour développer ces qualités : « chacune de ces qualités peut être cultivée par l'entraînement mental et l'altruisme ».

Tout bonheur dans le monde vient de penser aux autres. Toute la souffrance du monde vient du fait de ne penser qu'à soi.

-Shantideva-

ajouter un commentaire de Obsession du succès : épidémie du XNUMXe siècle ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.