close
    search Buscar

    Violence verbale : des mots qui blessent

    Qui suis-je
    Robert Maurer
    @robertmaurer
    SOURCES CONSULT√ČES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    La violence verbale ne laisse aucune trace physique, mais les traces psychologiques sont profondes. Une phrase, prononc√©e √† un moment o√Ļ nous sommes particuli√®rement vuln√©rables, peut rester grav√©e dans notre esprit, se r√©activer en permanence. Les mots ont un pouvoir incroyable. Ils peuvent nous calmer et nous responsabiliser, mais ils peuvent aussi nous abattre et nous blesser.

    Nous ne pouvons pas ignorer que la coexistence g√©n√®re des conflits qui nous laissent souvent des √©motions en surface. Dans une certaine mesure, les conflits sont bons parce qu'ils repr√©sentent une opportunit√© de changement. Mais lorsque la discussion reprend et que les mots deviennent offensants, une situation de violence verbale se produit. Et ¬ę la violence, quelle que soit la mani√®re dont elle se manifeste, est toujours un √©chec ¬Ľ, selon les mots de Jean Paul Sartre.



    Qu'est-ce que la violence verbale ?

    Parfois, au milieu d'une dispute animée, des émotions font surface et la colère ou la frustration peuvent nous faire dire des choses blessantes. Il est compréhensible que, dans certaines circonstances, nous perdions notre sang-froid, mais si cela devient la norme, nous sommes confrontés à une situation de violence verbale.

    La violence verbale est une forme de communication destructrice dans laquelle une personne nuit à une autre. C'est un modèle de communication soutenu dans le temps dans lequel, plus ou moins intentionnellement, s'exerce une violence verbale continue qui affecte l'estime de soi de la victime, provoquant des émotions désagréables et générant des doutes sur sa valeur en tant que personne.

    Quelle est la diff√©rence entre la violence verbale et une dispute anim√©e ?

    Il n'est pas facile de distinguer une dispute houleuse de la violence verbale. En fait, de nombreuses personnes ne sont m√™me pas pleinement conscientes qu'elles sont victimes de violence verbale. Les victimes sous-estiment souvent ce qui se passe ou essaient de justifier le comportement de l'autre en pensant des choses comme ¬ę il ne pensait pas vraiment ce qu'il a dit ¬Ľ.



    Il faut comprendre que si dans une discussion houleuse l'un des deux insulte, humilie et/ou bl√Ęme l'autre, une agression verbale a lieu. Cependant, une situation particuli√®re ne signifie pas qu'une dynamique de violence verbale s'est √©tablie dans la relation. Cela se produit lorsqu'il existe un mod√®le r√©current ; c'est-√†-dire quand des cris, des insultes, des menaces et des humiliations sont continuellement utilis√©s pour soumettre l'autre.

    7 signes de violence verbale : au-delà des cris et des insultes

    1. Insultes et cris

    Les insultes et les cris sont les expressions les plus √©videntes de la violence verbale. Dans ce cas, la personne √©l√®ve constamment la voix pour essayer de s'imposer et n'h√©site pas √† recourir aux insultes et aux offenses pour tenter de vous contr√īler en instillant la peur. Comme l'a dit l'√©crivain John Frederick Boyes : ¬ę la violence dans la voix est souvent la mort de la raison dans la gorge ¬Ľ.

    2. Humiliation et critique destructrice

    Il existe un type d'abus verbal plus subtil mais tr√®s nocif : l'humiliation et la critique destructrice. Dans ce cas, la personne n'a pas recours aux cris mais au sarcasme, √† la honte, aux gestes d√©daigneux et au m√©pris pour exercer le contr√īle. Il peut utiliser des blagues qui vous mettent mal √† l'aise ou utiliser des mots et des gestes qui vous rabaissent et/ou vous font vous sentir incomp√©tent.

    3. Accusations et culpabilité

    Dans certains cas, la violence verbale cache la manipulation. La personne vous fera vous sentir coupable de toutes les mauvaises choses qui se produisent, se d√©chargeant de sa part de responsabilit√© et vous faisant souffrir. Cette personne n'h√©sitera pas √† vous accuser et √† vous bl√Ęmer, vous attribuant toujours de mauvaises intentions ou une incomp√©tence totale.


    4. Banaliser

    Ce type de violence verbale est plus subtil et difficile à détecter puisqu'il consiste à minimiser vos opinions et vos sentiments au point de vous faire sentir complètement insignifiant. Cette personne ne montre aucune empathie, minimise continuellement vos problèmes et refuse même de les affronter.


    5. Menaces

    En plus des menaces typiques par lesquelles une personne essaie de contr√īler votre comportement, il existe √©galement des menaces qui recourent au chantage √©motionnel. L'un des exemples les plus extr√™mes est ¬ę si vous me quittez, je me suicide ¬Ľ, mais il existe de nombreuses autres formes de menaces et de chantage dans toutes sortes de relations.

    6. Cosification

    Dans ce cas, il n'y a généralement pas d'insultes ou de cris, la personne vous traite simplement comme si vous étiez un objet, ce qui signifie qu'elle ne fait pas attention à vous ou ne répond pas à vos besoins émotionnels. Cette personne vous ignore systématiquement, prétendant que vous n'existez pas.

    7. Empêcher le dialogue

    Nous assimilons généralement l'agression verbale à des cris et des insultes, mais le silence peut également être utilisé pour blesser gravement. Ne pas parler à une personne, dans le but de la faire se sentir mal, empêcher le dialogue qui peut résoudre les conflits qui existent dans la relation, est une forme de violence verbale.

    Les conséquences de la violence verbale affectent votre cerveau et votre santé

    Le fait qu'ils nous crient dessus, nous humilient ou ignorent nos besoins émotionnels finit par changer notre esprit, notre cerveau et même notre corps. Lorsqu'une réaction de peur est déclenchée à plusieurs reprises en raison d'un environnement hostile, tel que celui caractérisé par des cris ou une froideur émotionnelle, des réactions physiques et émotionnelles automatiques se produisent et peuvent provoquer un traumatisme psychologique. En fait, il n'est pas rare que les victimes de violence verbale continue souffrent de dépression ou d'anxiété.


    De plus, la violence verbale augmente l'activité de l'amygdale, elle devient donc plus réactive et nous maintient dans un état d'excitation nerveuse constante. Il augmente également la production d'hormones de stress et génère des tensions musculaires, ce qui signifie qu'il aura des répercussions négatives sur notre santé à moyen et long terme, déclenchant des maladies à composante psychosomatique.


    La violence verbale finit également par changer la façon dont nous pensons et ressentons nous-mêmes. En effet, les connexions neuronales de notre cerveau dépendent en grande partie de nos expériences. Et si ces expériences sont marquées par la violence verbale, il est difficile d'y échapper. En d'autres termes : si quelqu'un nous fait sentir que nous ne valons rien, nous finirons probablement par le croire.

    Les études liées à la relation entre la mère et l'enfant confirment ce que nous savons tous intuitivement : en tant qu'êtres humains, nous nous sentons mieux lorsque nous sommes aimés et en sécurité, ce qui signifie, entre autres, recevoir un traitement respectueux.

    Comment arrêter la violence verbale ?

    Si vous êtes victime d'agressions verbales, il est important d'y remédier le plus rapidement possible. Arrêter la violence verbale est un acte d'autodéfense et d'amour-propre, car à long terme cette situation finira par nuire profondément à votre estime de soi et à votre santé.

    Fixez des limites, des lignes rouges que l'autre personne ne doit pas franchir. Faites-lui savoir que vous n'êtes pas disposé à accepter certains comportements.

    √Čtant donn√© que certaines personnes ne sont pas pleinement conscientes de l'impact de leurs paroles, un bon point de d√©part est de leur faire remarquer √† quel point leurs paroles et leurs attitudes vous blessent. Cela les sortira de leur position √©gocentrique pour se mettre √† votre place.

    Vous pouvez √©galement proposer de l'aide pour trouver une solution ensemble. La violence verbale peut √™tre le sympt√īme d'une d√©pression nerveuse, d'une incapacit√© √† adopter un style relationnel plus affirm√©, voire de la peur. En fin de compte, comme l'a dit le psychologue Marshall Rosenberg : ¬ę Tout type de violence est le r√©sultat de personnes se trompant en croyant que leur douleur est caus√©e par d'autres personnes, pensant ainsi qu'elles m√©ritent d'√™tre punies. ¬Ľ L'important est que la personne reconnaisse qu'elle a besoin d'aide pour g√©rer les conflits et les relations de mani√®re plus constructive et enrichissante.

    En dernier recours, si ces stratégies ne fonctionnent pas, car ce n'est pas toujours entre nos mains de changer l'autre, nous avons toujours la possibilité de nous distancer de cette personne qui nous fait du mal.

    • S√©ries 142-
    ajouter un commentaire de Violence verbale : des mots qui blessent
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.