Sexe chez la femme : le cerveau détendu plus bas que le ventre

Sexe chez la femme : le cerveau détendu plus bas que le ventre

Sexe chez la femme : le cerveau détendu plus bas que le ventre

Rédigé et vérifié par le psychologue GetPersonalGrowth.

Dernière mise à jour: 14 décembre 2022

C'est curieux, mais les femmes n'apprécient le sexe que lorsque leur cerveau se déconnecte et que les constellations neurochimiques et neurologiques s'alignent dans le sens de l'orgasme, du plaisir et du plaisir.

Disons que lorsqu'une femme devient excit√©e, les impulsions c√©r√©brales reviennent au centre du plaisir et ¬ę d√©clenchent ¬Ľ l'orgasme, toujours et lorsque l'amygdale, la structure responsable de la peur et de l'anxi√©t√© c√©r√©brales, est d√©sactiv√©e.



Le plaisir de l'√©change sexuel exige que, d'une certaine mani√®re, l'amygdale se d√©connecte des soucis et des d√©cisions qui p√®sent sur notre esprit, qui pourraient ruiner l'acte sexuel √† la derni√®re minute.

Laissez-vous emporter par les impulsions

Le fait qu'une femme ait besoin de ce ¬ę passage extra neuronal ¬Ľ explique pourquoi l'orgasme prend plus de temps qu'un homme. Sachant cela, nos partenaires sexuels doivent √™tre patients et lents afin que chacun puisse profiter pleinement du moment.

En fait, le clitoris a une seule fonction : donner du plaisir et faire jouir la femme. La stimulation de celui-ci active à elle seule l'activité électrochimique et déclenche une multitude de sensations.

Ainsi le climax est atteint, favorisé par l'action de la dopamine, de l'ocytocine et des endorphines. Cependant, si la stimulation est inefficace, le clitoris est insensible ou les soucis inondent le chemin, l'impulsion peut ne pas atteindre le cerveau.

Cela explique pourquoi l'extase n'est pas possible si la femme n'est pas d√©tendue, confortable ou satisfaite. Comme on dit, il faut garder les pieds au chaud pour profiter du sexe. 

La délicate interconnexion psycho-physique

Curieusement, la délicate interconnexion psychologique, émotionnelle et physique dans le plaisir féminin est quelque chose qui déroute la science ainsi que les hommes.


Cependant, avec les progr√®s des neurosciences, nous en sommes venus √† comprendre ce qui arrive √† notre cerveau lorsque nous sommes sur le point d'avoir un orgasme. Voyons ce qui se passerait si on soumettait une femme, au comble du plaisir, √† une r√©sonance magn√©tique fonctionnelle.  

Imaginons que la femme est au lit et que son partenaire la caresse. Avec les baisers, les caresses et les c√Ęlins, certaines zones du cerveau diminueraient leur activit√©, tandis que celles li√©es aux organes g√©nitaux et aux seins s'illumineraient.

A lire aussi : Amour sans sexe ou sexe sans amour ?

Avant la stimulation sexuelle, des zones telles que l'amygdale et le cortex préfrontal auront une activité réduite. Cela signifie que, chez la femme, les constellations neurochimiques doivent s'aligner avant d'atteindre le plaisir de l'orgasme.

Chez les hommes, l'orgasme est quelque chose de beaucoup plus physique, car c'est le sang qui doit couler vers le pénis pour faciliter l'orgasme. Les experts ont tenté en vain un mécanisme tout aussi simple chez la femme.

Mais les résultats scientifiques concernant la réaction sexuelle féminine sont loin derrière ceux de l'homme. Il en résulte une méconnaissance quasi totale de l'anatomie du clitoris et, de nos jours, personne n'a pu mesurer en profondeur les modifications de notre petit organe lorsqu'il est en phase d'éveil.

La voie de l'émotion

Les diff√©rences c√©r√©brales concernant le sexe chez les femmes et les hommes se transforment en √©motions de la m√™me mani√®re.  Il est scientifiquement prouv√© que si les femmes disposent de 8 canaux diff√©rents pour traiter les √©motions, les hommes n'en ont qu'un, ce qui conduit toujours au sexe.

Les hommes ressentent une certaine "pression" dans les testicules lorsqu'ils n'éjaculent pas fréquemment. Les femmes n'ont besoin d'"éjaculer" que lorsqu'elles se sentent à l'aise et en sécurité.


Pour cette raison, il est courant que lorsqu'une femme se rend compte que son partenaire a cessé d'avoir une réponse émotionnelle, elle finit par penser que le même partenaire ne l'approuve pas, qu'elle a fait quelque chose de mal ou qu'elle a cessé de l'aimer.

L'√©change sexuel est un donnant-donnant. Une femme a besoin d'√™tre dans une situation confortable, de se sentir d√©tendue et confortable. √Ä tout le moins, elle a besoin que son cerveau se d√©connecte et ses √©motions ne l'emp√™chent pas de s'√©panouir sexuellement.

C'est l'explication de la raison pour laquelle une femme ne peut pas √™tre en col√®re parce qu'elle aime le sexe. √Ä savoir, comme le disent les sexologues, les pr√©liminaires sont tout ce qui pr√©c√®de 24 heures avant le rapport sexuel.  


Pour conclure, nous avons besoin de concentration, de confort et de déconnexion, c'est pourquoi les vacances sont généralement un excellent aphrodisiaque. Comme dirait Isabel Allende, le point G est dans les oreilles, celui qui cherche plus bas perd du temps.

Sources bibliographiques consult√©es : ¬ę The female brain ¬Ľ par Louann Brizendinne et ¬ę Physiology of conduct ¬Ľ par Neil Carlson

A lire aussi : Comment fonctionne le cerveau d'un accro au sexe ?

ajouter un commentaire de Sexe chez la femme : le cerveau détendu plus bas que le ventre
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.