Tristesse : bien la comprendre pour laisser place à la joie

Qui suis-je
Louise Hay
@louisehay
SOURCES CONSULT√ČES:

wikipedia.org

Auteur et références

La Tristezza c'est l'une des émotions négatives les plus courantes que nous pouvons ressentir.

Les gens sugg√®rent souvent qu'il est important d'√™tre triste afin d'appr√©cier les moments o√Ļ nous sommes heureux.
Cela me semble être une excuse pour essayer de justifier le malaise que nous ressentons, car nous sommes incapables de le comprendre ou de le laisser partir.

Il n'y a pas de "mauvaises" émotions.
Il n'y a rien de mal à être triste.


Ma comprends ta tristesse?
√ätes-vous capable de comprendre pourquoi vous le ressentez, de le laisser partir et de vous r√©tablir ?


Aussi parce que personne n'aime se sentir mal (et la tristesse fait partie des émotions qui nous font nous sentir mal).

Aujourd'hui je veux vous aider à mieux comprendre la tristesse pour la vivre autrement, Laisser aller et ne le laissez pas troubler votre bonheur.

  1. D'o√Ļ vient la tristesse.
  2. Les erreurs qui nous emprisonnent dans la tristesse.
  3. Être triste n'est pas mal.
  4. Comment se débarrasser de la tristesse et retrouver la joie (avec vidéo pratique).

Commençons!

 

La tristesse - d'o√Ļ vient-elle ?


il m'est souvent arrivé de se sentir triste, jusque récemment.

Les moments o√Ļ j'√©tais envahi par un sentiment paralysant et inconsolable de m√©lancolie, de vide et de solitude √©taient si fr√©quents, au point qu'au fil des ann√©es Je me suis m√™me convaincu que c'√©tait une marque de ma personnalit√©, ou du moins quelque chose qui s'√©tait install√© en moi et avait ses racines dans mon enfance et dans la fa√ßon dont j'avais grandi.


En fait, depuis que je suis enfant, il m'arrive souvent d'être triste.


Je l'attribuais au fait d'avoir √©t√© enfant unique, n'ayant pas eu beaucoup d'occasions de jouer joyeusement avec des enfants de mon √Ęge.

Des parents beaucoup plus √Ęg√©s que moi, qui m'emmenaient souvent rendre visite √† des personnes √Ęg√©es qui passaient leurs journ√©es dans la m√©lancolie et le silence.

Pas de sorties scolaires, pas de soirées entre amis.

Une sorte de lien étroit de cause à effet s'était formé dans mon esprit entre la façon dont j'avais passé mon enfance et les émotions que je me trouvais souvent à ressentir.

J'étais convaincu que c'était inévitable.
Mais qu'est ce que ça veut dire?

Que j'étais condamnée à ressentir de la tristesse pour toujours, jusqu'à la fin de mes jours, car cela ne dépendait pas de moi mais des événements de ma vie !

Pas une mauvaise perspective, non? ?

J'ai essay√© de r√©fl√©chir √† ce que signifie ressentir de la tristesse, √† quels moments nous la ressentons. Consid√©rant que depuis quelques mois c'est une √©motion qui √ßa ne fait presque plus partie de moi. Quelque chose a d√Ľ arriver !

Mais quoi?

La tristesse est sans aucun doute liée à la manque. Ce qui crée un sentiment de vide.

Quand tu te sens triste, à quoi penses-tu ?

  • Quelque chose qui te manque.
  • √Ä quelque chose que vous n'avez plus ou √† quelqu'un qui n'est plus l√†.
  • √Ä quelque chose qui est sur le point de se terminer ou qui est termin√©.

Mais r√©fl√©chis-y : o√Ļ vont tes pens√©es, quand tu entends √ßa manque, ce sentiment de vide ?


Dans le pass√© o√Ļ il y avait quelque chose qui aujourd'hui n'existe plus.

Ou vers le futur, même le futur proche, dans lequel quelque chose que vous avez peut-être encore maintenant, se terminera ou pourrait se terminer.


Vous vous sentez triste parce que, jeune homme, vous aviez tellement d'amis avec qui passer des soirées insouciantes et amusantes, mais ces dernières années, vous vous retrouvez souvent seul ou seul.

Vous ressentez une grande nostalgie et mélancolie en repensant au garçon avec qui vous avez partagé tant de moments spéciaux et intenses mais il vous a quitté et maintenant vous n'êtes plus ensemble, et il vous manque.

Le merveilleux voyage tant attendu que vous avez planifié et dont vous avez rêvé toute l'année est sur le point de se terminer et vous devrez retourner à la routine de travail ennuyeuse et fatigante.

Vous pouvez aussi vous sentir triste sans raison particulière parce que vous sentez que votre vie est vide. Encore une fois, il y a un manque.

Mais qu'est-ce qui te manque vraiment ?

  • Les amis vous manquent, ou la joie que vous ressentiez en leur compagnie vous manque-t-elle ?
  • Votre copain, ¬ę ce ¬Ľ copain vous manque, ou les moments de partage, les exp√©riences que vous avez v√©cues ensemble ?
  • √ätes-vous triste que le voyage soit termin√© ou √™tes-vous triste de retourner √† une vie o√Ļ vous ne pouvez pas ressentir d'√©motions positives ?
  • √Ä un travail que vous n'aimez pas ?

Si votre vie semble vide, qu'est-ce qui vous manque ?


Vous manquez le plaisir, la joie, la passion, l'enthousiasme, la sérénité, toutes ces émotions positives que vous avez pu vivre dans le passé et que vous craignez de ne plus pouvoir savourer à l'avenir.

L'une des stratégies les moins efficaces mais les plus utilisées pour faire face à la tristesse est de courir.
Et Serena l'explique bien.

 

 

Fuir ne sert à rien si tu es triste


Celui qui s'arrête est perdu, dit le proverbe.
Vrai! N'arrête jamais.


Vous savez que vous seriez malade s'il le fallait, car vous savez que le secret pour se sentir bien est d'obtenir des résultats en réalisant tout ce en quoi vous croyez.
Et beaucoup. Co√Ľtez ce que vous co√Ľtez.
Mais en sera-t-il ainsi?

Il arrive qu'à un moment donné quelque chose ne va pas. Heureux et satisfait parfois, mais fondamentalement là Tristezza c'est un bourdonnement assourdissant.

Vous vous sentez vide et comprenez que tout ce que vous avez fait n'a servi à rien. Une belle collection de tubes enfermés dans une armoire à médailles accrochée au mur.
Beaucoup d'efforts, mais vous commencez à croire que vous ne serez jamais heureux.
Pourtant tu n'as jamais arrêté !

Mais si tu cours sans t'arrêter pour vivre, alors oui tu l'es encore !
Cours Cours cours.

Vous courez après vos objectifs, puis vous réalisez que vous n'avez pas fait un pas et, maintenant, vous vous sentez vaincu. Celui qui ne gagnera jamais.
Et peut-être avez-vous vécu ce sentiment aussi.

Mais savez-vous ce que tout cela a en commun ?
Vous avez perdu espoir !

Là, s'arrêta pour subir la réalité. Vous restez si immobile que, si vous ne bougez pas de là, vous risquez de tomber en proie à l'angoisse, jusqu'à vous retrouver au fond. Plus bas et plus bas.

Mais vous pouvez choisir !

Vous pouvez choisir de vous lever et de vous déplacer dans une direction spécifique, et à mesure que l'angoisse s'en va, la tristesse passe en un claquement de doigts. Presque ?

Il arrive alors que vous vous retourniez, que vous regardiez en arrière et que vous ne trouviez rien.
Seuls des résultats vides qui ne vous ont jamais suffi.

Alors, vous comprenez les règles du jeu, vous en cherchiez un autre, à prendre plus au sérieux, celui qui, selon vous, vous ferait vraiment plaisir. Mais comme ça ne t'a jamais rendu heureux.

Et combien de fois êtes-vous allé droit au mur !
Arrête d'attendre des gens qui, après tout, tu savais qu'ils ne reviendraient jamais. Et tu te fais encore plus mal !

 

Et il y a donc de nombreuses raisons pour lesquelles vous pourriez être triste, mais toutes liées au sentiment de manque.
Manque de choses, de personnes, de possibilités, de solutions, d'alternatives.

Avant de vous expliquer le secret pour surmonter la tristesse, je laisse la parole à Alessandra pour vous rappeler qu'il n'y a pas de "mauvaises" émotions.

 

 

Être triste n'est pas un problème, c'est un signal


La tristesse doit rester un espion, un signal, un instant. Cela ne peut pas devenir un mode de vie.
Et pourtant, pour beaucoup de gens, c'est comme ça.
Des gens qui vont bien.
Des gens qui n'ont jamais manqué de manger.

Et faire du shopping.
Et sortir avec des amis.
Mais ils ont fait de la tristesse leur habillement.

Des gens qui ¬ę ont besoin de souffrir et de mourir un peu chaque jour ¬Ľ.
Je dis ces choses parce que je me suis rendu compte que je vis comme ça depuis longtemps.

Peut-être proclamant des idéaux opposés, mais dans le dernier coin de mon être, l'endroit le plus secret et le plus précieux était dédié à la tristesse. Parce que vous ne savez jamais que quelque chose de mal va arriver.

Parce qu'il est plus facile de vivre triste et inquiet de quelque chose qui pourrait √™tre, sera probablement, √©tant donn√© les nombreuses mauvaises choses qui se produisent, plut√īt que reconna√ģtre que je n'ai jamais manqu√© de rien et que je peux imm√©diatement commencer √† vivre pleinement le pr√©sent.

Que je n'ai besoin que du courage de sourire.

Et cela ne m'épargnera pas de futurs ennuis (comme la tristesse ne m'épargnerait pas), mais, au moins, je ne les vivrai qu'une seule fois.

Avec l'habitude mentale de la tristesse, cependant, Je les vis mille et mille fois, je les fouille constamment dans mon cerveau et mon cŇďur, jusqu'√† ce que je presse la derni√®re goutte de jus.

Ce n'est pas très sain.

Vivre triste, c'est comme dire : je ne peux pas, je ne suis pas à la hauteur.
Un peu comme abdiquer. Peu de responsabilit√©, mais aussi peu de go√Ľt.

La tristesse est aussi la paresse, en retraçant les routes déjà parcourues, évitant ainsi l'effort d'en tracer de nouvelles, faites de notre créativité et de notre unicité.

Je me souviens d'un homme que j'ai connu il y a des ann√©es, un vrai leader charismatique suivi par des dizaines de milliers de personnes. Un jour, il dit : ¬ę Tout le monde me demande ce que j'ai, ce qui me permet d'√™tre comme je suis ; Je n'ai rien de plus que toi, rien, sinon mon oui".

mon oui.

Quel est le contraire de tristesse ?
A mon avis, c'est l'amour.

Et aimer ne peut commencer qu'en acceptant.

Dites oui, embrassez, bienvenue.
Dites oui, je suis là, je m'engage, je donne tout.
Avec joie.

Alors, pour commencer à enlever la robe de la tristesse, j'ai suivi deux directions principales :

  1. Chaque fois que mon visage est peint de tristesse, je me souviens de sorridere.
  2. Chaque fois que je me projette dans le temps et que je m'inquiète de ce qui va se passer, je me force à rester concentré sur le présent et d'engager mon cerveau dans trouver les milliers d'opportunités et d'activités que la situation actuelle m'offre.

Ce n'est qu'un d√©but, mais comme tous les d√©buts, √ßa a le go√Ľt du bonheur.

 

Mais je ne me contente pas de vous proposer un début.
Le mot revient à Megumì, pour te montrer comment peux-tu arrêter d'être triste.

 

 

Je suis triste : que puis-je faire ?


Une fille m'a dit qu'elle était comblée d'une grande tristesse en regardant les photos que parents et amis lui avaient envoyées en grande quantité.

C'est quelque chose qui m'est réellement arrivé aussi.

Ces photos dépeignaient des moments insouciants et joyeux. Comment des photos aussi gaies suscitent-elles un sentiment de tristesse ?

Cela dépend de la direction que vous regardez.

Si vous pensez √† ce que vous n'avez pas (¬ę eh bien, ils s'amusent, ils sont ensemble, mais je n'ai personne ¬Ľ), il sera in√©vitable que ces pens√©es provoquent de la tristesse en vous.

Il m'arrivait souvent d'√©prouver une grande tristesse en regardant les photos que mes oncles ou cousins ‚Äč‚Äčjaponais m'envoyaient.

Mais comment?!
Avec tant d'amour ils ont partagé avec moi de beaux moments qu'ils voulaient, même à distance, partager avec moi, et je me sentais triste ?

Qu'est-ce que je regardais ?
Ce qui me manquait.
Qu'est-ce que je pensais manquer?

Mes cousins ‚Äč‚Äč‚Äč‚Äčtous deux mari√©s avec de nombreux enfants, des tables grandes et gaies o√Ļ plusieurs familles se sont r√©unies, la pens√©e que j'aurais aim√© √™tre l√†-bas avec eux au lieu d'ici en Espagne o√Ļ j'ai tr√®s peu de parents...

Au lieu d'être reconnaissante de les avoir aussi dans ma vie, reconnaissante et heureuse de leur geste de me faire "participer" d'une certaine manière, de me faire sentir comme l'une d'elles dans les moments importants de partage, je manquais l'opportunité d'être heureux, regarder dans la mauvaise direction.

Et cette direction, vous la choisissez toujours, et vous pouvez la faire à tout moment.

Si vous restez dans le pr√©sent, plut√īt que de laisser votre esprit vagabonder dans un pass√© qui n'existe plus ou un avenir √† venir, si vous regardez autour de vous et observez toutes les merveilles dont vous pouvez profiter, les personnes qui vous entourent ( combien il y en a). Je suis dans le monde !), toutes les opportunit√©s que vous avez, d'aimer et de donner votre contribution, ne commencez-vous pas √† combler ce ¬ę vide ¬Ľ ?

Ce vide que rien ni personne, à part toi, ne peut vraiment combler, car en plus tu crées ta tristesse, selon la direction dans laquelle vous avez l'habitude de regarder, c'est toujours vous qui avez le pouvoir de commencer à construire un merveilleux kaléidoscope de couleurs excitantes en vous.

Au lieu de penser à des vacances qui sont sur le point de se terminer, pourquoi ne pas commencer mettre du soin, de la passion et de l'amour dans le travail que vous faites, tous les jours ?

Dans chacune des t√Ęches quotidiennes que vous effectuez peut-√™tre aujourd'hui distraitement et presque avec un sentiment d'agacement ?

Pourquoi souffrir pour le renvoi d'une personne, quand il y en a des milliers ils attendent ton sourire, ton c√Ęlin, ta parole?

A chaque instant de votre vie, si vous détournez le regard de ce qui vous manque, de ce que vous n'avez pas, vous pourrez remarquer le opportunités infinies qui vous entourent, et attend juste d'être remarqué et saisi par vous.

Et cela, vous pouvez toujours le faire, √† tout moment, dans n'importe quelle situation et √† tout √Ęge.

Ma tante, par exemple, a près de quatre-vingt-dix ans. Elle était autosuffisante jusqu'à il y a quelques mois, elle a vécu une vie vraiment riche, pleine d'enthousiasme, de passions, entourée d'amis merveilleux.

Depuis, à cause d'une maladie, elle a été privée de ses forces, de son autonomie, elle est tombée dans une grande tristesse, la peur de l'avenir, l'anxiété, et aussi tout ce qui auparavant lui procurait de la joie, la laisse souvent désormais indifférente. .

C'est tr√®s courant pour moi de dire : ¬ę Avant ce n'√©tait pas comme √ßa ¬Ľ.

Je dis que c'était le premier différent. Il y avait juste d'autres choses avant.

Mais maintenant, il y en a d'autres. Les opportunités sont toujours là.

J'essaie donc toujours de déplacer son attention vers ce qu'il peut encore, malgré tout, faire.

  • marche, m√™me accompagn√©.
  • Lire, quoique avec plus de difficult√©.
  • √Čcouter de la musique, qu'elle a aim√©e toute sa vie, m√™me si avec les films √ßa la d√©range de rater plusieurs lignes.
  • Avoir de la compagnie le mien et celui de mon mari m√™me si la plupart de ses amis sont partis.
  • Ne pas avoir de douleur physique, m√™me s'il n'a peut-√™tre pas la force et l'√©nergie du pass√©.

Si vous sentez que la tristesse vous envahit, demandez-vous : "Que puis-je faire maintenant? ¬Ľ

Comment pouvez-vous donner votre contribution, comment pouvez-vous faire une diff√©rence dans la vie de quelqu'un, que pouvez-vous faire de beau et d'int√©ressant ?

Tourne ton regard vers la direction de la joie, de la présence, des opportunités et commencez à combler ce "vide" qui ne dépend que de vous pour remplir de bonheur.

 

Nous pensons généralement que la tristesse arrive.
Au lieu de cela, nous le choisissons des nombreuses manières que nous avons vues jusqu'à présent.

Et pour l√Ęcher prise il faut se diriger (regarder) vers ce que j'appelle ¬ę Les 10 Lois du Bonheur ¬Ľ, c'est √† dire les r√®gles qui r√©gissent vos √©motions positives.

Si vous appliquez ces lois maintenant, si vous le faites √† chaque instant (le ¬ę pr√©sent ¬Ľ que vous lisez et dans lequel vous vivez), alors la tristesse laisserait place √† la joie, la gratitude, l'amour.

Voulez-vous essayer?
Bon, pour conclure, je vous montre une vidéo dans laquelle j'explique ce que sont ces lois : vous découvrirez qu'elles sont tout à votre disposition aujourd'hui, et qui ne nécessitent rien de plus que votre désir de les vivre.

Bon voyage.

ajouter un commentaire de Tristesse : bien la comprendre pour laisser place à la joie
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.