close
    search Buscar

    Tous les maux ne sont pas nocifs

    Qui suis-je
    Robert Maurer
    @robertmaurer
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    À maintes reprises, nous avons pleuré sans être pleinement conscients que la vie nous rendait service. Il y a des situations qui à un moment donné nous ont mis le dos au mur, générant une profonde tristesse ou colère et dans certains cas nous faisant même questionner le sens de la vie. Cependant, plus tard, en les regardant en perspective, nous nous sommes rendu compte que ces situations nous ont renforcés, nous ont appris une leçon, nous ont transformés en personnes meilleures ou au moins plus sensibles. Bref, tous les maux ne sont pas nuisibles.



    À cet égard, Albert Einstein avait l'habitude de dire que s'il y avait quelque chose dont il était reconnaissant dans la vie, c'était d'avoir rencontré tant de gens qui lui avaient dit « non ». Sigmund Freud a dit qu'il était un homme chanceux parce que rien n'était facile pour lui dans la vie. Toutes les grandes personnalités de l'histoire partageaient une caractéristique : elles refusaient d'être des marionnettes entre les mains du destin, elles étaient conscientes que les problèmes et les revers sont des opportunités de croissance.

    En fait, Thomas A. Edison a déclaré: "Je n'ai pas échoué, je n'ai découvert que 999 façons de ne pas fabriquer une ampoule." Pour les génies, chaque erreur, chaque événement négatif ou "échec" devient une sorte de carburant qui alimente leur persévérance. Cela ne veut pas dire qu'ils ne souffrent pas lorsque les choses ne se passent pas comme prévu, mais ils décident de transformer cette douleur en un encouragement à passer à autre chose.

    Les grandes personnalités de l'histoire, ainsi que de nombreux anonymes qui ont cultivé la résilience, étaient conscients du fait que tous les maux ne viennent pas nuire et que, même si au début ils ne pouvaient pas comprendre le sens ou la leçon qu'il contenait, la situation leur a permis de grandir.


    Parfois c'est juste une question de changer de perspective

    Nous avons tendance à penser que toute perte, revers ou déception est quelque chose de négatif qui nous fera du mal. En effet, nous nous concentrons sur le côté négatif et sommes incapables d'analyser la situation dans une perspective plus large.


    À cet égard, lorsque nous nous trouvons dans une telle situation, nous pourrions penser à la métaphore du tapis. C'est-à-dire que chaque tapis a deux côtés, si nous regardons simplement le côté inférieur, celui en contact avec le sol, nous ne verrons qu'un enchevêtrement de fils sans signification, nous ne pourrons pas trouver le sens ou voir le design. Le problème réside uniquement dans le fait que nous regardons du mauvais point de vue, une perspective qui peut nous amener à tirer des conclusions erronées qui alimenteraient des souffrances inutiles. Mais si nous sommes capables de comprendre que nous pouvons tourner le tapis et le regarder devant lui, nous pourrons non seulement découvrir son design, mais il est également probable que nous soyons émerveillés par sa beauté.

    Notre esprit fonctionne à peu près de la même manière. En fait, nous avons une sorte de fixation sur la recherche du sens des choses. Quand nous ne parvenons pas à « insérer » une situation dans l'histoire de notre vie, c'est comme si elle restait suspendue, bloquée, se transformant en un disque rayé qui joue sans fin.

    À cet égard, une étude menée à l'Université Harvard a révélé comment les événements douloureux sont enregistrés dans le cerveau. Ces psychologues ont veillé à ce que certaines personnes ayant subi un traumatisme écoutent la description de ce qui s'est passé. Pendant ce temps, leurs cerveaux subissaient une imagerie par résonance magnétique. Ainsi on a vu que lorsque les gens revivaient des expériences douloureuses, certaines parties du cerveau, comme l'amygdale, le noyau de la peur, et le cortex visuel, étaient activées, mais en même temps la zone de Broca, qui est responsable pour cela, a été désactivé.


    Cela signifie que lorsque les gens vivent un traumatisme, ils le revivent comme s'il s'agissait d'une situation réelle, au moins jusqu'à ce qu'ils soient capables de lui donner un sens et de l'intégrer dans leurs expériences de vie. Pour cela, il suffit souvent de changer de perspective, de regarder sous un autre angle, si possible plus constructif.


    La souffrance est utile

    Le fait que certaines situations puissent nous aider à grandir, à devenir des personnes meilleures et plus résilientes, ne signifie pas qu'elles ne blessent pas ou ne causent pas de souffrance. Mais il est important de faire la distinction entre souffrance utile et souffrance inutile.

    La souffrance inutile est ce qui nous maintient coincés, nous rend prisonniers et ne nous permet pas de suivre le cours naturel de la vie. Cette souffrance n'a aucun pouvoir thérapeutique, au contraire, elle se nourrit de tristesse, de haine et de ressentiment.

    Au contraire, la souffrance utile est ce qui nous régénère, nous permettant de nous libérer de la colère, de la tristesse et de l'indignation. La souffrance utile est comme une rivière qui coule naturellement et se jette finalement dans une leçon de vie.

    La souffrance utile nous permet de prendre le chemin adverse et d'arriver renforcés à notre destination. Ce type de souffrance nous brise en mille morceaux pour nous rassembler à nouveau, nous donnant une version plus sensible et en même temps plus forte de nous-mêmes.

    Un exemple de cela vient d'une étude menée par un groupe de chercheurs de l'Université de Californie qui a montré que nous pouvons profiter de l'adversité pour grandir et apporter des changements drastiques dans nos vies. Ces psychologues ont examiné 209 femmes diagnostiquées avec un cancer du sein et ont constaté que 60 % d'entre elles estimaient que les changements qu'elles avaient vécus au cours de la maladie étaient positifs et qu'elles avaient donc appris à voir la vie d'un point de vue positif et à en profiter davantage.


    Bien sûr, personne ne veut tomber malade, subir une perte ou connaître un échec, mais c'est à nous de profiter de la situation pour apprendre et grandir ou, au contraire, sombrer dans une mer de plaintes qui nous conduisent nulle part.

    Après la souffrance vient l'opportunité

    Dans la plupart des cas, il est difficile de voir l'opportunité de croissance des difficultés. Il faut donc rester vigilant et conserver l'idée que tous les maux ne viennent pas nuire. Il existe des maux « nécessaires » qui contiennent des leçons de vie et il serait vraiment dommage de ne pas en profiter.


    Par conséquent, rappelez-vous que parfois la vie ne vous dit pas "non", mais juste "attendez", parfois les meilleures opportunités se présentent déguisées en problèmes, parfois la difficulté représente une possibilité de changer de voie. Ainsi, la prochaine fois que vous ferez une erreur, subirez une perte ou subirez un revers, demandez-vous ce que vous pouvez apprendre de la situation. C'est un changement de perspective qui en vaut certainement la peine.

     

    ajouter un commentaire de Tous les maux ne sont pas nocifs
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.