Supercompensation musculaire | Tout expliqué !

Par l'écrivain Healthyiergang Léonard Cesanelli, diplômé en science et technologie de l'alimentation, avec spécialisation en nutrition et aliments fonctionnels.

Surcompensation musculaire

Nous introduisons maintenant un concept très important, le surcompensation, qui peut être défini comme un processus physiologique qui se produit à la suite d'un travail/stress musculaire, capable d'amener le tissu musculaire à une phase de stress (phase catabolique) puis à la suite d'une période de récupération/repos pour le conduire à une phase réparatrice ultérieure, de croissance et adaptation musculaire (phase anabolique).



Dans la phase anabolique, le corps va d'abord compenser le stress créé dans la phase catabolique en revenant à la situation de départ mais s'il est placé dans les bonnes conditions, il surcompensera le même en amplifiant les effets anabolisants de la première phase et en jetant les bases de l'amélioration.

Par conséquent, si l'organisme est soumis à une série de stimuli homogènes proches, de quantités croissantes, et avec les phases de récupération nécessaires, sa réponse consistera, au fil du temps, en des modifications de plus en plus stables et consolidées.

En définitive donc, l'organisme aura tendance à répondre à toute action qui modifie son équilibre, avec une réaction qui peut dépasser l'action, déplaçant la normalité initiale à un niveau plus élevé, plus élevé. Ce concept, qui est à la base de l'entraînement sportif moderne, est défini par les experts sportifs précisément comme la capacité du corps à surcompenser.

1. Études

Les études sur ce phénomène remontent au début des années 900 à Pathologiste allemand Weigert, qui étudie les processus de réparation (cicatrisation) des tissus endommagés a remarqué comment l'organisme va d'abord restaurer le tissu endommagé puis générer un excès, un phénomène défini précisément "la loi de Weigert".


Ce phénomène a été confirmé plus tard par Pavlov, physiologiste russe Prix Nobel de médecine (1904) ainsi que d'autres chercheurs et médecins dans les années suivantes. En particulier, Jakovlev au début des années 50 a établi comme principe selon lequel : « le processus primaire de désintégration provoque ou renforce toujours la réaction responsable de la resynthèse » également en ce qui concerne les processus de resynthèse du glycogène.


En fait, il a remarqué à quel point la teneur en glycogène a diminué après le travail, pendant la période de repos, il a non seulement augmenté jusqu'au niveau initial, mais a dépassé cet état initial.

D'autres recherches, menées par N. Jakovlev et ses collaborateurs, ont montré que le phénomène de surcompensation est également correct pour la créatine phosphate, pour les protéines enzymatiques et structurelles, pour les phospholipides, pour la quantité de mitochondries dans les fibres musculaires, c'est-à-dire pour toutes les substances qui sont utilisés ou modifiés, dans une certaine mesure, pendant l'activité musculaire et sont resynthétisés dans la période post-travail (Jakovlev 1983; Jakovlev 1986).

Supercompensation musculaire | Tout expliqué !

2. L'importance du repos

Donc il est facile de comprendre l'importance du repos après un travail musculaire, un moment où le potentiel énergétique et l'état musculaire normal sont non seulement restaurés, mais pendant une certaine période, les conditions d'une capacité de travail plus élevée sont créées.

L'Ă©tendue de ce processus et la vitesse de son dĂ©veloppement sont directement proportionnelles Ă  l'intensitĂ© de l'utilisation de substances pendant le travail (par exemple les rĂ©serves de glycogène ou les « dommages Â» musculaires), tandis que la durĂ©e du maintien de la phase de surcompensation il est proportionnel Ă  l'entitĂ© absolue des substances utilisĂ©es.


Yakovlev explique dans ses études comment ce procédé s'étend à toutes les substances utilisées et démolies lors du travail musculaire à l'exception de l'ATP, qui est en grande partie resynthétisée lors du travail musculaire, quant à la synthèse des protéines, celle-ci nécessite une dépense énergétique importante elle ne démarrera donc que lorsque toutes les sources d'énergie auparavant épuisées et nécessaires à l'usage seront récupérées (créatinophosphate et glycogène).

Des études menées à la fin des années 900 (Verchoshanskij, 1983) ont montré comment l'administration de charges concentrées caractérisées par un effort de force explosif isolé (volumes élevés de charges spécialisées de force concentrées sur une courte période de temps) lors de l'entraînement de athlètes de niveau , tous les paramètres de la puissance de travail mécanique (externe) ont diminué puis sont revenus au niveau initial et l'ont ensuite dépassé de même 30%.


Cet effet a d'abord été défini comme EARLT "effet d'entraînement retardé à long terme" par rapport aux charges de force concentrées.

Essayons d'être un peu plus clair : par charge de force concentrée, nous entendons une période de temps relativement courte de 2 à 10 semaines maximum et non de forte intensité, étant donné qu'en soi la "concentration" des charges de travail représente déjà l'"intensification " facteur.

Dans tous les cas, l'intensité doit être croissante. Verchoshanskij a rapporté comment cette approche s'est avérée efficace non seulement pour favoriser le développement de la force musculaire, mais aussi comme moyen d'intensifier le travail de l'organisme pour augmenter le potentiel énergétique de l'organisme de l'athlète en question.


Revenons à la notion de surcompensation : les stimuli d'entraînement concentrés, provoquant comme mentionné une altération prolongée de l'homéostasie, forcent un organisme spécifiquement adapté à mobiliser ses propres possibilités de réserve, activant et stabilisant tous les mécanismes de compensation du métabolisme, garantissant un passage à un niveau d'adaptation nouveau et "supérieur".

En réalité lorsque les charges sont diminuées et l'intensité des mêmes changements, le résultat sera celui d'une augmentation du niveau des fonctions psychophysiologiques avec passage ultérieur à la phase de surcompensation, associée à une amélioration de la capacité de travail, de l'état fonctionnel du système cardiovasculaire et du tonus musculaire (Susman, 1985).

Des effets similaires semblent se produire suite Ă  des sĂ©ances d'entraĂ®nement de courte durĂ©e Ă  moyenne altitude (2000 m d'altitude) ou dans des conditions d'hypoxie naturelle comme « facteur supplĂ©mentaire Â», une pratique utilisĂ©e dans la prĂ©paration de divers sports. De retour Ă  l'altitude normale (niveau de la mer) les athlètes tels que les cyclistes, les nageurs, les coureurs ont montrĂ© des paramètres relatifs Ă  la capacitĂ© aĂ©robie maximale, Ă  la consommation maximale d'oxygène VO2max, etc... similaires Ă  ceux vĂ©rifiĂ©s avec l'EARLT et donc avec des amĂ©liorations de performances.


Supercompensation musculaire | Tout expliqué !

3. PĂ©riodisation et programmation

Nous avons utilisé ces exemples pour démontrer quelle est l'importance des concepts de périodisation et de planification de la formation donner du sens à des considérations et des discours comme ceux liés à la surcompensation.

Essayons d'analyser encore plus en détail ce qui se passe à la suite de ces altérations de l'homéostasie de l'organisme. D'un point de vue biochimique à la base il y a une première intensification de la démolition des acides nucléiques et des protéines tissulaires (phase catabolique) et une augmentation subséquente de leur biosynthèse (phase anabolique) ce qui augmentera le niveau initial de celui-ci.

Les principaux inducteurs de cette nouvelle biosynthèse « adaptative » sont tous les métabolites cellulaires issus de la démolition des protéines et donc les protéines en question feront l'objet de resynthèse, donc le matériau constitutif des cellules et le kit enzymatique catalysant toutes les réactions biochimiques impliquées dans ces processus.

La période de récupération se caractérise non seulement par l'augmentation de la phase anabolique mais aussi par une plus grande vitesse de circulation des protéines dans les muscles, capable de déterminer un renouvellement plus rapide et plus efficace de la structure moléculaire et du complexe acto-myosine et d'autres protéines musculaires, éliminant les métabolites des déchets et améliorant la stabilité de la fonction contractile (Jakovlev 1986, Viru 1994).

4. Problèmes de surcompensation

Le plus gros problème avec la surcompensation est que beaucoup d'hypothèses ont été faites à ce jour mais toujours n'a pas été Il est possible de structurer une méthode ou un outil capable de fournir instantanément des données totalement fiables sur l'état de récupération de l'athlète et s'il était donc prêt pour un nouveau stimulus grâce à l'entraînement, ou à l'intensité de celui-ci ou au contraire si son corps avait besoin d'une récupération supplémentaire.

En effet, tout programme d'entraînement ne peut ignorer les variables liées aux caractéristiques du sujet en question et, bien que théoriquement, scientifiquement correct, il conviendra plus à un athlète et moins à l'autre athlète.

La même charge externe peut représenter une charge interne très différente entre différents sujets (réponses différentes au même stimulus), donc let les méthodes de récupération ne peuvent certainement pas être appliquées de la même manière à tous les athlètes uniquement selon le type de formation effectuée.

Ce faisant, le risque sera d'obtenir des améliorations dans des matières dans lesquelles le prochain entraînement coïncidera avec la fin de la phase de surcompensation tandis que dans d'autres dans lesquelles la récupération n'était pas encore terminée, il y aura stagnation ou pire, diminution des performances.

5. Paramètres physiologiques de l'athlète

En plus des caractéristiques intrinsèques du sujet, d'autres variables qui influenceront la possibilité d'évaluer les paramètres physiologiques de l'athlète établissant quotidiennement dans quelles conditions il en est de même des facteurs extérieurs à la « formation » tels que le travail, les relations sociales, les facteurs psychologiques, le sommeil, les facteurs de stress se superposent à ceux provoqués par l'entraînement.

A ce jour, les paramètres les plus utilisés pour évaluer l'état de stress et de récupération du sportif sont : fréquence cardiaque et tension artérielle, le premier avec des limites liées à l'impact du système nerveux lié aux pensées, souvenirs et prédictions et à l'encombrement des éventuels appareils à porter pendant la nuit, par exemple, le second (pression maximale/systolique et minimale/diastolique) limité principalement par obligation d'utiliser des sphygmomanomètres de bras.

Supercompensation musculaire | Tout expliqué !

D'autres tests comme le pH urinaire ou des marqueurs hormonaux comme la testostérone et le cortisol (y compris leur rapport relatif) ont au contraire la limite, surtout les derniers, du fait de la difficulté d'obtenir des réponses et donc de mettre en évidence le problème dans des délais acceptables ainsi que frais.

Un paramètre plus récemment utilisé s'est avéré être le variabilité cardiaque, soit en mesurant la distance entre un battement cardiaque et un autre, non fixe mais influencée par les deux sous-systèmes du système nerveux autonome, le sympathique (accélération du battement) et le parasympathique (ralentissement du battement). Par des analyses mathématiques, des systèmes ont été développés capables d'évaluer cette variabilité liée à la prédominance du système d'activation (sympathique) ou à celle de récupération (parasympathique).

Des problèmes cependant liés à l'enquête et à la modalité (l'athlète doit respirer de manière contrôlée et rester en position verticale pendant la période d'analyse) et donc l'exactitude/la fiabilité des données recueillies dans ce sens a soulevé beaucoup de perplexité.

Les derniers outils développés, les appareils numériques capables d'ajouter bon nombre des paramètres énumérés ci-dessus semblent être à jour les outils les plus fiables et pratiques pour les athlètes et les entraîneurs, cependant, il faudrait certainement attendre un peu plus longtemps pour obtenir des méthodes et des outils de haute précision à cet égard.

ajouter un commentaire de Supercompensation musculaire | Tout expliqué !
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.