Sociosexualité : relations sans engagement

Sociosexualité : relations sans engagement

Il y a des gens qui préfèrent les relations informelles sans lien émotionnel ou affectif les uns avec les autres. Cette tendance s'appelle la socosexualité.

Sociosexualité : relations sans engagement

Dernière mise à jour: 09 juillet 2022

La sexualité est enfin dépouillée de certains tabous et cela se traduit par la reconnaissance et l'acceptation croissantes des différentes orientations et pratiques sexuelles. Parmi ceux-ci, il y a la socosexualité, l'habitude d'avoir des relations intimes pour le pur plaisir physique, sans aucune sorte de connexion émotionnelle ou personnelle.



Le terme a été inventé par le biologiste et sexologue Alfred Kinsey dans la première moitié du XXe siècle. Cependant, il est devenu populaire depuis les années 90. Des tests psychométriques ont même été développés pour mesurer le niveau de socosexualité.

Il ne s'agit pas d'une orientation sexuelle, le terme fait référence à un modèle comportemental qui a toujours existé et que beaucoup choisissent. Dans le passé, cependant, il a été stigmatisé, en particulier dans le cas des femmes. Aujourd'hui pourtant, on assiste à une certaine ouverture.

De nos jours, en effet, il existe des applications qui permettent la connexion entre personnes socio-sexuelles, afin qu'elles puissent profiter de rencontres intimes sans obligation.

Comment la sociosexualité est-elle mesurée ?

Comment la socosexualité se manifeste-t-elle chez les gens ? Est-ce un concept catégorique ou peut-il être exprimé en degrés ? Le professeur de psychologie Lars Penke a créé un outil pour mesurer ce comportement, qu'il a appelé Sociosexual Orientation Inventory (SOI-R). Ce test consiste en un questionnaire de neuf questions, regroupées en trois catégories :

  • Comportement: indique le nombre de personnes avec qui la personne a eu des relations sexuelles occasionnelles, c'est-√†-dire sans aucun lien affectif.
  • Mentalit√©: fait r√©f√©rence √† l'opinion que l'on a sur la socosexualit√©.
  • Desiderio: d√©signe le d√©sir de la personne d'entretenir des relations socio-sexuelles.

A partir des données obtenues, le profil de compatibilité, ou non, de la personne vis-à-vis de la socio-sexualité est obtenu.


Différences entre hommes et femmes

Il est bien connu que la société a davantage stigmatisé les femmes que les hommes en termes d'ouverture sexuelle. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, mais de nombreux préjugés culturels subsistent encore et déterminent de manière significative la manière dont les femmes et les hommes vivent leur sexualité.

Cela étant dit, il est tout à fait légitime de se demander s'il existe des différences de genre dans la manifestation de la socosexualité. Les chercheurs ont considéré cette variable comme un facteur déterminant, c'est pourquoi ils ont utilisé le SOI-R pour vérifier les éventuelles différences entre les hommes et les femmes.

Les hommes ont obtenu de meilleurs résultats dans le SOI-R que les femmes. Autrement dit, selon cet outil, les hommes se sentent plus à l'aise avec la socosexualité. Il faut cependant veiller à ne pas généraliser, car il faut tenir compte des différences individuelles.

De leur c√īt√©, la psychologue Anna Campbell et la sociologue Paula England ont montr√© que les hommes h√©t√©rosexuels sont plus satisfaits. Les femmes ont tendance √† se sentir coupables apr√®s une relation intime sans affection ou d√©ception quand ils se rendent compte que la relation ne va pas au-del√† du contact sexuel.

Cependant, il est pertinent de rappeler que ces résultats varient si la variable d'orientation sexuelle est introduite. Par exemple, les femmes qui se sont identifiées comme bisexuelles avaient des scores de socosexualité plus élevés que celles qui se sont identifiées comme hétérosexuelles ou lesbiennes.

Dans le cas des hommes, les hommes homosexuels ont montré des niveaux plus élevés de socosexualité dans la catégorie de la mentalité que les hommes bisexuels et hétérosexuels.

Autres facteurs associés à la socosexualité

En plus du genre et de l'orientation sexuelle, il y en a d'autres variables qui influencent de manière significative la manifestation de la socosexualité.

Les résultats semblent indiquer que les personnes qui présentent certaines caractéristiques individuelles, telles que l'ouverture à l'expérience, l'extraversion ou l'impulsivité, obtiennent des scores plus élevés au SOI-R.


De même, les personnes ayant des traits tels que la gentillesse, l'humilité et l'honnêteté obtiennent des scores inférieurs en matière de comportement socosexuel.

En revanche, les personnes ayant un style d'attachement évitant sont plus susceptibles de développer un modèle de comportement socio-sexuel. À l'inverse, les personnes ayant un attachement sécure sont moins susceptibles de développer ce comportement.

Une autre variable est la religion. Dans ce cas, les personnes ayant une orientation religieuse intrinsèque (pour qui la religion est une fin en soi) ont tendance à avoir une socio-sexualité basse. À l'inverse, les sujets qui comprennent la religion comme extrinsèque (comme un moyen d'atteindre certains objectifs) ont tendance à obtenir des scores plus élevés au SOI-R.


Les facteurs associ√©s √† la socosexualit√© ne s'arr√™tent pas l√†, ils ont √©galement √©t√© li√©s √† des variables telles que l'√Ęge et la psychopathie, entre autres. On peut donc dire qu'il s'agit d'un comportement sexuel qui ne peut √™tre appr√©hend√© isol√©ment. Au-del√†, tout le monde ne le vit pas de la m√™me mani√®re ou avec la m√™me intensit√©.

ajouter un commentaire de Sociosexualité : relations sans engagement
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.