close
    search Buscar

    Si vous voulez croire en vous, vous devez échouer

    Qui suis-je
    Louise Hay
    @louisehay
    SOURCES CONSULT√ČES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Au cours des dernières décennies, l'idée de "succès" nous a hanté, devenant l'un des signes les plus caractéristiques du récit social dominant. Nous tous, en tant qu'enfants parfaits de cette société, poursuivons l'objectif de "réussir dans la vie". Le problème est que ce succès est présenté avec des coordonnées très limitées, qui pointent vers l'accumulation de richesse, de pouvoir et/ou d'influence.

    Evidemment, dans ce contexte, "l'échec" est largement détesté, c'est quelque chose que nous devons éviter à tout prix car cela signifie que nous ne rentrons pas dans les normes sociales, que nous ne sommes pas assez intelligents ou capables d'atteindre l'objectif que tout le monde se fixe à faire. C'est pourquoi, lorsque nous échouons, nous essayons de le cacher, de nier les faits ou de prétendre que rien ne s'est passé. L'obsession du succès et la peur de l'échec nous rendent précaires et vulnérables.



    L'expérience qui a montré les dommages causés par l'exaltation du "succès"

    À la fin des années 90, deux psychologues de l'Université Columbia ont mené une expérience qui a mis au jour les dommages causés par la pression pour réussir. Les chercheurs ont demandé à un groupe d'enfants de réaliser une série d'exercices pour évaluer leur intelligence. Mais ils leur ont donné de faux retours qui n'avaient rien à voir avec leurs performances réelles.

    Certains se sont fait dire qu'ils avaient bien fait, d'autres ont été salués comme de "petits génies" et les autres n'ont tout simplement rien dit.

    Par la suite, les psychologues ont expliqu√© aux enfants qu'ils pouvaient choisir entre des t√Ęches tr√®s faciles, qu'ils r√©soudraient probablement bien mais dont ils apprendraient peu, ou des t√Ęches plus difficiles dans lesquelles ils pourraient faire des erreurs mais aussi apprendre de nouvelles choses.

    Soixante-cinq pour cent des enfants qui ont √©t√© f√©licit√©s et √©tiquet√©s comme ¬ę g√©nies ¬Ľ ont opt√© pour la t√Ęche facile tandis que dans les autres groupes, le pourcentage a diminu√© de pr√®s de la moiti√©.



    Ces enfants n'avaient qu'entre 10 et 12 ans, ce qui signifie qu'√† cet √Ęge nous avons d√©j√† introject√© les concepts de r√©ussite et d'√©chec, de telle sorte qu'ils commencent √† influencer nos d√©cisions, limitant nos possibilit√©s d'apprentissage et de croissance.

    En fait, l'un des principaux problèmes liés à la peur de l'échec est qu'elle limite le succès. Plus nous sommes obsédés par le succès, plus nous craignons l'échec, ce qui nous amènera à prendre des décisions plus prudentes qui, dans de nombreux cas, peuvent nous éloigner de notre objectif. C'est un serpent qui se mord la queue.

    Tu ne sais pas à quel point tu es fort jusqu'à ce qu'être fort soit la seule chance qu'il te reste

    La résilience est une compétence qui grandit dans l'adversité. Ceux qui ont surmonté une maladie grave, par exemple, reconnaissent souvent que l'expérience les a renforcés, leur permettant de découvrir une force intérieure dont ils ne se doutaient pas.

    Lorsque l'adversité frappe à notre porte, elle nous oblige à activer nos ressources psychologiques, révélant ainsi un potentiel que nous ne soupçonnions pas d'avoir. Lorsque nous sortirons enfin de cette situation, quelque chose aura changé en nous : nous saurons que nous sommes capables d'affronter les difficultés et les échecs sans s'effondrer.

    Ainsi, lorsque nous nous retrouvons en difficult√©, nous pouvons compter sur notre capacit√© √† aller de l'avant. Nous pouvons nous faire enti√®rement confiance car nous savons exactement jusqu'o√Ļ nous pouvons aller et ce que nous pouvons endurer.

    Le chanteur et auteur-compositeur Neil Young a évoqué l'idée de l'échec comme catalyseur de la confiance personnelle au Slamdance Film Festival 2012 lorsqu'on lui a demandé quelle était la voie du succès :


    ¬ę L'autre chose que vous devez √™tre pr√™t √† faire est d'√™tre capable d'embrasser, d'accepter et d'accueillir l'√©chec dans votre vie √† bras ouverts et avec une vision tr√®s large. Assurez-vous de toujours ¬ę accueillir ¬Ľ l'√©chec. Dites toujours : "√©chec, content de t'avoir √† tes c√īt√©s, allez". Parce que de cette fa√ßon, vous n'aurez pas peur. Et si vous n'avez pas peur, croyez en vous et √©coutez-vous, vous √™tes le num√©ro un. Tout le reste est derri√®re vous. C'est ta vie, ton film. Putain tout le reste."



    Les échecs auxquels Young se réfère sont ceux liés à nos expériences de vie, ces échecs qui contiennent un enseignement, à la fois sur nous-mêmes et sur nos circonstances, sont des échecs qui nous transforment car ils nous permettent d'entrevoir une force intérieure que nous ne connaissions pas. .

    L'√©chec permet de comprendre qu'il est possible de recommencer et d'avancer. Cela nous rend plus forts et nous donne du pouvoir, nous permettant de savoir qui nous sommes vraiment, de quoi nous sommes capables et o√Ļ nous pouvons aller dans la vie.


     

    ajouter un commentaire depuis Si vous voulez croire en vous, vous devez échouer
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.