S'annuler en tant que personne : d'où vient cette attitude et comment l'éradiquer ?

S'annuler en tant que personne : d'où vient cette attitude et comment l'éradiquer ?

Il n'y a rien de pire que de s'annuler en tant que personne. La personne qui s'annule croit qu'elle n'est pas digne d'amour et de respect parce qu'elle ne se donne pas l'amour et le respect dont elle a besoin. Il ne fait pas confiance à ses capacités.

Une personne qui s'annule se rabaisse, croit qu'elle n'a rien à donner aux autres ou au monde. Elle n'a pas la force de se battre pour elle-même parce qu'elle a abandonné tôt. Il pense qu'il ne vaut pas assez.



La personne qui s'annule est incapable de faire valoir ses droits assertifs, elle se retrouve donc piégée dans des relations de dépendance affective dans lesquelles elle est manipulée ou maltraitée. Avec une estime de soi extrêmement fragile et un critique intérieur impitoyable, cette personne ne peut pas mener une vie bien remplie dans laquelle se sentir satisfaite d'elle-même.

L'origine de la critique intérieure implacable de la personne annulée

La personne qui s'annule a un profond problème d'estime de soi. L'estime de soi reflète à quel point nous nous aimons et nous valorisons. Cependant, ce n'est pas une formation statique, mais a tendance à fluctuer tout au long de la vie et tout au long de la journée. Lorsque nous faisons quelque chose de bien, nous sentons que nous pouvons tout faire, lorsque nous commettons une erreur, nous nous sentons inutiles.

Notre estime de soi fluctue car les sentiments que nous avons envers nous-mêmes dépendent aussi des circonstances et de nos performances. L'estime de soi dépend dans une large mesure de la façon dont notre critique intérieur assume les revers et les échecs. Chez certaines personnes, cette voix intérieure agit comme une sorte de motivation qui les aide à maintenir une solide estime de soi malgré les erreurs, tandis que chez d'autres, elle agit comme un critique impitoyable qui les couvre de réprimandes et d'insultes.


La voix intérieure critique est un modèle intégré et relativement cohérent de pensées envers nous-mêmes et les autres. Cette critique intérieure commence à prendre forme dans nos premières expériences de vie. En fait, cela finit par affecter notre identité. Tout comme les expériences d'amour, de chaleur et de sécurité contribuent à cultiver une image positive de nous-mêmes ; les expériences négatives de critique, de punition et de blâme alimentent un critique intérieur implacable.


Ce modèle de pensée critique est une tentative de donner un sens aux expériences douloureuses que nous avons vécues, à nos revers et à nos échecs. De ces revers, nous tirons des conclusions sur qui nous sommes, combien nous valons et comment les autres nous voient. La personne qui s'annule pense que toute la faute est la sienne, quels que soient les facteurs contextuels. Ainsi, il développe une attitude hypercritique et autolimitative qui alimente une faible estime de soi.

Le côté curieux est que bon nombre des attitudes critiques que nous assumons ont tendance à provenir d'attitudes négatives de nos parents, enseignants et / ou figures d'autorité, ainsi que de blâmer les interactions avec les frères et sœurs ou les pairs. Des parents dédaigneux peuvent nous faire sentir un fardeau et que nous ne savons rien faire, tandis que des parents trop critiques peuvent nous faire sentir imparfaits et nous faire penser que rien de ce que nous faisons ne sera assez bien.

Au fur et à mesure que nous grandissons, ces attitudes restent dans notre esprit, formant notre critique intérieur. Nous introjectons le discours pessimiste et démoralisant des autres, le supposant comme le nôtre. En fait, il est probable que beaucoup de phrases que nous nous répétons lorsque nous nous plaignons d'une erreur ou d'un échec ne soient pas les nôtres, mais proviennent de notre enfance ou de notre adolescence.


Un critique intérieur impitoyable est généralement l'accumulation d'évaluations négatives que nous avons reçues au cours de notre vie. Créditer ce discours toxique et penser qu'il est réel peut amener quelqu'un à s'annihiler en tant que personne.

Le piège du critique intérieur : un cercle vicieux de doutes et d'insécurités

La personne qui s'annule cède généralement le contrôle à son critique intérieur. Chaque fois que cette voix critique est activée, elle soulève des doutes, lance des fléchettes empoisonnées et fait des évaluations caustiques qui ébranleraient même la plus forte estime de soi.

Lorsqu'une personne rejetée se regarde dans le miroir avant de quitter la maison, par exemple, son critique intérieur peut dire : « Tu as l'air terrible, comment es-tu habillé ! » Avant de présenter un projet, il dira : « N'essayez pas de faire un effort, cela ne servira à rien. Vous ne pourrez pas le faire correctement".


Bien sûr, la perspective de l'échec se transforme souvent en une prophétie auto-réalisatrice. Le critique intérieur active des doutes, des insécurités et des angoisses, alors quand la personne fait une erreur, elle continue son attaque : « Je te l'ai dit ! Vous ne valez rien."

Ce dialogue intérieur, répété jour après jour, ad nauseam, peut conduire quelqu'un à s'anéantir en tant que personne, lui faisant croire qu'il ne vaut vraiment rien ou qu'il ne mérite pas d'être aimé. Cette voix qui martèle dans sa tête devient la seule réalité, il arrive donc un moment où la personne défaite ne remet même pas en question la véracité de ces affirmations ou n'envisage pas de les changer.


En réalité, le piège du critique intérieur est de renvoyer cette personne, d'une certaine manière, à son enfance ou à ces moments d'échec, de vulnérabilité et d'impuissance dans lesquels elle n'avait pas les outils psychologiques pour se défendre et acceptait simplement les retours négatifs de les figures d'autorité.

En pratique, le critique intérieur lui fait revivre le rejet et la critique, en activant des sentiments qui l'empêchent d'analyser d'un point de vue logique et mature ce qui se passe. Cela enferme la personne qui s'annule dans un cycle qui l'amène à s'annuler encore plus.

Comment arrêter de s'annihiler en tant que personne ?

L'ensemble du processus qui déclenche le critique intérieur pour amener quelqu'un à s'annuler est généralement inconscient. La personne n'est pas consciente que la critique qu'elle s'adresse n'est pas la sienne, pas plus qu'elle n'est consciente des sentiments primaires qui sont déclenchés. Ainsi le cercle vicieux se perpétue.

La bonne nouvelle est que comprendre ce mécanisme est la première étape pour le briser. Il existe plusieurs techniques de défusion cognitive pour nous libérer de notre « dictateur intérieur ». Un bon exercice est de rechercher la source des critiques négatives que nous adressons ou de revenir en arrière pour savoir qui nous a fait ressentir cela. Il ne s'agit pas de rechercher des coupables qui prennent en charge nos insécurités, mais de briser l'influence que ces figures autoritaires continuent d'avoir sur notre pensée, nos décisions et nos comportements.


À partir de ce moment, nous pouvons commencer à reconstruire notre dialogue intérieur. La deuxième étape consiste à construire des affirmations qui nous aident à atteindre nos objectifs dans la vie et à nous valoriser, plutôt que de nous annihiler en tant que personnes. Pour ce faire, un exercice consiste à analyser attentivement nos déclarations critiques les plus courantes et à nous demander : est-ce que cela m'aide à atteindre mes objectifs ? Si la réponse est non, nous devons la remplacer par une déclaration qui nous aide à grandir, qui nous motive à réaliser nos rêves.

Last but not least, nous devons mener à bien ce processus de restructuration de la critique intérieure en commençant par la compassion. Pour désactiver un critique intérieur impitoyable, il n'est pas nécessaire de le combattre, mais seulement de détecter quand il s'active, de comprendre d'où il vient, de se séparer et d'affronter le comportement qu'il perpétue. Et nous ne pouvons pas faire tout cela sans la troisième étape : l'auto-compassion.

S'en prendre à la voix qui nous critique n'a aucun sens. Au lieu de cela, il est plus utile de se voir comme un petit enfant qui a besoin de compréhension et d'affection. L'auto-compassion implique d'être gentil avec nous-mêmes, surtout lorsque nous commettons des erreurs. Cela implique d'être compréhensif, de se connecter avec notre souffrance et de rediriger la bonté vers nous.

L'auto-compassion nous permet d'entrer en relation avec notre critique intérieur avec empathie car elle nous aide à comprendre qu'il n'est pas un ennemi, mais veut "nous aider", seulement qu'il ne sait pas ou n'a pas appris à le faire correctement. Ainsi, nous pouvons apprendre à nous connaître et devenir la personne que nous voulons et pouvons être.

  • 26
ajouter un commentaire de S'annuler en tant que personne : d'où vient cette attitude et comment l'éradiquer ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load