Régime après coloscopie

Régime après coloscopie

Coloscopie

La coloscopie est un examen endoscopique visant à observer la muqueuse intestinale du gros intestin et la partie distale de l'intestin grêle.


Il utilise une caméra à fibre optique, montée au sommet d'un tube flexible qui est inséré à travers l'anus. La coloscopie peut ainsi fournir un diagnostic visuel (par exemple des ulcères, des polypes, des diverticules, des lésions cancéreuses, etc.) ; en cas de besoin, cet examen offre également la possibilité d'effectuer une biopsie ou l'ablation de lésions suspectes cancéreuses ou précancéreuses (polypes) dans la région rectale du côlon ; ceux-ci, une fois prélevés, doivent être étudiés au microscope pour déterminer leur type histologique (bénigne, maligne, stade, etc.).


ATTENTION! Afin d'éviter un alarmisme inutile, nous vous rappelons qu'un polype intestinal peut mettre jusqu'à 15 ans pour se transformer en lésion cancéreuse ; cependant, à un certain âge (environ 55-60 ans), la coloscopie doit être considérée comme un test de dépistage.


Chez certains sujets considérés comme potentiellement à risque (en raison de la familiarité, des antécédents cliniques d'autres lésions, des souffrances intestinales inflammatoires, etc.), il serait souhaitable qu'il soit systématiquement programmé et répété dès l'âge de 40 ans.
S'agissant d'un examen visuel, la coloscopie nécessite une phase préparatoire de nettoyage du côlon, dans laquelle l'alimentation joue un rôle très important (pour plus d'informations lire l'article : L'alimentation en préparation à la coloscopie).
En revanche, tout le monde ne sait pas quel régime suivre immédiatement après l'examen. Dans le chapitre suivant, nous décrirons le régime le plus approprié pour la phase de récupération de la coloscopie.


Après la coloscopie : que manger ?

La restauration de la régularité intestinale après coloscopie dépend du temps de remplissage du tube digestif ; autrement dit, tant que l'intestin n'est pas plein, les évacuations ne seront guère régulières.
Cependant, il faut garder à l'esprit qu'après une coloscopie, le côlon est :

  1. Presque dépourvu de flore bactérienne intestinale
  2. Sous-alimenté (comme le reste du corps)
  3. Lavé du mucus physiologique protecteur.

Les principes de base pour éviter les symptômes intestinaux classiques (notamment la constipation, mais aussi la diarrhée) sont :

  1. Évitez l'alcool et les boissons/aliments ou suppléments contenant des molécules nerveuses (caféine, théobromine, théine, etc.) pendant au moins 12 à 24 heures ; parmi ceux-ci : vin, bière, grappa, café, chocolat, cacao, thés fermentés, boissons énergisantes, compléments thermogéniques, etc.
  2. Évitez les aliments trop gras et les recettes qui utilisent beaucoup d'assaisonnements, y compris le sel et les épices (ragoûts, rôtis au lard rôti, pâtes amatriciana, épinards poêlés avec des saucisses, etc.).
  3. Dans le cas où la coloscopie a prévu une sédation importante, ou que le sujet est particulièrement touché, il est conseillé de structurer une alimentation liquide ou semi-liquide ; les aliments les plus adaptés sont les fruits, légumes et légumineuses épluchés et bien cuits (par exemple, purée de légumes et/ou de légumineuses - non en purée - et cuites - épluchées - pommes).
    Cette recommandation est nécessaire car, dans certains cas, l'anesthésie provoque des nausées et/ou des vomissements ; un esprit embrumé n'est pas capable de mieux gérer ce genre d'impulsions, c'est pourquoi il serait préférable d'optimiser le processus d'expulsion.
  4. Choisissez une alimentation à faible teneur en résidus insolubles, augmentant l'apport en fibres solubles. Ceux-ci ont une action prébiotique, améliorent la consistance des selles et régulent l'activité intestinale sans trop solliciter le péristaltisme.
  5. Evitez les recettes cuisinées avec des systèmes qui ont tendance à produire des molécules toxiques ; évitez également les aliments qui contiennent des nitrates et des nitrites. C'est aussi un critère valable pour les personnes en bonne santé, cependant, considérant que l'intestin est plus vulnérable, il vaut mieux éviter que ces éléments potentiellement cancérigènes n'entrent en contact avec la muqueuse.
    Pour limiter les nitrates et les nitrites, il est indispensable d'éviter les conserves de viandes (saucisses) et de laver soigneusement les légumes. Pour limiter les molécules toxiques, il est indispensable d'écarter les cuissons au grill, à la plancha, à la broche, à la friture et à la poêle à feu trop élevé. En revanche, nous recommandons la cuisson à l'ébullition, à la pression, à la vapeur, sous vide et en bocaux.
  6. Introduisez progressivement les aliments, surtout ceux mal tolérés. Par exemple, le premier jour ne consommez que : du riz, du veau, de la laitue et de l'huile d'olive extra vierge, qui font partie des aliments les plus universellement tolérés.
  7. Respecter le critère de tolérance subjective, basé sur la connaissance de son propre organisme ; par exemple, sachant que le gingembre ou le piment pourraient irriter l'intestin provoquant diarrhées et crampes, reporter leur utilisation jusqu'à guérison complète.
  8. Augmenter la quantité d'eau et de minéraux dans l'alimentation. Les patients subissant une coloscopie ont tendance à être déshydratés en raison du régime alimentaire et des solutions de préparation pour la visite (essentiellement osmotique). En mangeant des entrées veloutées, la consommation d'eau augmente considérablement et n'entre pas en conflit avec les autres recommandations mentionnées ci-dessus. De plus, il est recommandé de boire peu et souvent ; Des boissons isotoniques avec supplémentation hydro-saline peuvent être souhaitables.
  9. Dans les cas les plus difficiles, c'est-à-dire ceux dans lesquels il y a une altération de l'alve (constipation ou diarrhée), de l'alimentation, ou des compléments ou médicaments, avec une action probiotique (avec lactobacilles et bifidobactéries), prébiotique et nourrissante, pourrait être très utile. entérocytes. Il s'agit notamment du yaourt, des produits fermentés à base de soja (tofu, miso, tempeh, etc.), du babeurre, du kéfir, du yaourt ajouté (à boire), de l'entérogermine, etc. Il est toujours bon de se fier à ses propres sentiments et expériences, en évitant de prendre des aliments qui n'ont jamais été essayés auparavant.
    Les produits à action prébiotique sont essentiellement des glucides complexes et gélatinisés (par exemple, dans le riz étuvé) et des fibres solubles (d'algues comme les glucomannanes, de légumes comme l'inuline et de fruits comme la pectine). Les probiotiques et prébiotiques aident à nourrir les cellules de l'intestin (avec la production d'acide butyrique et de polyamines) mais, si cela ne suffisait pas, rappelons que certaines molécules comme l'acide laurique (huile de coco) et l'acide butyrique alimentaire (de beurre) peuvent améliorer l'état de la membrane muqueuse.

Régime après polypectomie

L'ablation endoscopique d'un polype, également appelée polypectomie, compromet le style alimentaire de manière variable selon la taille du polype et la technique d'intervention ; évidemment, le cas le moins problématique est celui de l'ablation endoscopique d'un polype de moins d'un centimètre de diamètre.
Les mesures diététiques à adopter suite à une polypectomie sont les suivantes :



  • 48 premières heures : régime liquide, sans aliments solides ; Par ailleurs, il est conseillé de structurer un régime nutritionnel basé sur des aliments faciles à digérer, pauvres en fibres insolubles (écorce de légumineuse, son de céréales, etc.) et exempts d'épices et de stimulants (café, cacao, thé rouge ou noir, etc.).
  • 72 premières heures : évitez l'alcool et autres irritants en incluant des aliments solides.
  • Sur 96 heures : respectez les critères du régime post coloscopie en évitant les lavements de la manière la plus absolue. En cas de saignement anal ou d'autres symptômes, il est conseillé de reprendre le jeûne et de se rendre aux urgences pour examen.

Autres articles sur 'Régime après coloscopie'

  1. Se préparer à la coloscopie avec des herbes
  2. Coloscopie
  3. Préparation à la coloscopie
  4. Régime de coloscopie
  5. Coloscopie virtuelle
ajouter un commentaire de Régime après coloscopie
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load