RĂ©gime anti-inflammatoire

Edité par le Docteur Simone Marata


Le régime anti-inflammatoire

La consommation de fruits et légumes a été liée à la réduction de la morbidité et de la mortalité dues aux maladies dégénératives chroniques. On ne sait pas encore clairement comment les constituants de l'alimentation sont responsables de cette association, mais il semble que les antioxydants jouent un rôle plus important dans la réalisation de cet effet protecteur [1]. La quantité d'un seul antioxydant (par exemple vitamine E ou tocophérol, vitamine C ou acide ascorbique, etc.) contenue dans un aliment ne reflète pas nécessairement sa capacité antioxydante totale (capacité antioxydante totale TAC) [2] ; cela dépend plutôt de la synergie et des interactions redox entre les différentes molécules présentes dans l'aliment [3]. La capacité antioxydante totale (TAC) est la capacité d'un aliment antioxydant à éliminer les radicaux libres préformés. La tomodensitométrie a été suggérée comme un outil pour étudier les effets sur la santé des antioxydants présents dans le régime mixte, rapportant une corrélation inverse entre la tomodensitométrie du régime alimentaire et les marqueurs d'un état d'inflammation systémique (réactive protéine C PCR et leucocytes) [4]. Par conséquent, dans l'élaboration du régime anti-inflammatoire, les tables de composition des aliments ne sont pas un outil totalement fiable, car elles ne prennent en compte que la quantité de la molécule unique à pouvoir antioxydant, sans tenir compte de la synergie et de l'interaction qui se crée entre les d'autres substances contenues dans l'aliment, qu'elles aient ou non également un pouvoir antioxydant. Pour résoudre cette limitation, nous sommes aidés par de nombreuses études, dans le monde et dans votre pays, qui ont porté sur l'évaluation, par des méthodes validées, du TAC (capacité antioxydante totale) des aliments individuels. Ainsi, ces dernières années, le concept de régime anti-inflammatoire s'est imposé comme un régime capable de contrer les processus inflammatoires et le stress oxydatif qui caractérise de nombreuses maladies chroniques dégénératives telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires, etc., mais aussi une activité physique intense et blessures musculaires et tendineuses liées au sport. Avant d'entrer dans les détails du régime anti-inflammatoire, il est donc nécessaire de passer en revue les notions d'inflammation et de stress oxydatif qui seront abordées ci-dessous.





[1] Pellegrini N., Serafini M, Colombi B., et al. "La capacité antioxydante totale des aliments végétaux, des boissons et des huiles consommées en Spagne, évaluée par trois dosages in vitro différents". J Nutr. 2003, 133:2812-2819.

[2] La Vecchia, C., Altieri, A. & Tavani, A. (2001) "LĂ©gumes, fruits, antioxydants et cancer: une revue des Ă©tudes il tuo paesean". EUR. J. Nutr. 40 : 261-267.

[3] Pellegrini N., Serafini M, Colombi B., et al. "La capacité antioxydante totale des aliments végétaux, des boissons et des huiles consommées en Spagne, évaluée par trois dosages in vitro différents". J Nutr. 2003, 133:2812-2819.

[4] Brighenti F, Valtuena S, Pellegrini N, et al. "La capacité antioxydante totale de l'alimentation est inversement et indépendamment liée à la concentration plasmatique de la protéine C réactive à haute sensibilité chez les sujets adultes il tuo paesean." Br J Nutr 2005;93:619 -25.

Inflammation

Par inflammation ou phlogose, nous entendons l'ensemble des changements qui se produisent dans un quartier de l'organisme affecté par des dommages d'une intensité telle qu'ils n'affectent pas le vil pays de toutes les cellules de ce quartier. Ces dommages peuvent être causés par des agents physiques (traumatisme, chaleur, etc.), par des agents chimiques (composés toxiques, acides, etc.) et par des agents biologiques (bactéries, virus, etc.). , est donnée par les cellules qui ont survécu à l'action de celle-ci et c'est donc principalement une réaction locale que la terminologie médicale désigne en ajoutant le suffixe -ite au nom de l'organe concerné (par exemple les termes tendinite, hépatite désignent respectivement une inflammation , à un tendon et au foie). Il est dit réaction majoritairement locale et non exclusivement locale car différentes molécules synthétisées et libérées par les cellules qui participent au phénomène d'inflammation passent dans le sang et agissent sur les organes à distance, notamment sur le foie, stimulant les cellules hépatiques. pour libérer d'autres substances qui sont responsables de la réponse de phase aiguë à l'inflammation. L'apparition de fièvre et la leucocytose (augmentation du nombre de leucocytes circulant dans le sang) représentent d'autres manifestations systémiques de l'inflammation. En soi, l'inflammation est un processus utile pour le corps, car elle permet de neutraliser (s'il est présent) l'agent qui a causé les dommages et de rétablir l'état normal préexistant à l'événement nocif. Dans le cas d'une lésion musculaire, par exemple, le processus inflammatoire qui en résulte sera avant tout nécessaire pour activer un processus de répartition de la lésion elle-même (dans ce cas, l'agent qui a causé la lésion sera un agent physique, par ex. traumatisme, et il ne sera donc pas nécessaire d'éliminer l'agent qui a causé les dommages, comme cela arrive dans d'autres cas). Les symptômes les plus connus de l'inflammation sont l'augmentation de la température locale, un gonflement, une rougeur, une douleur et une altération fonctionnelle. Les phénomènes à l'origine de ces symptômes sont principalement dus à des événements impliquant la microcirculation sanguine. Une vasoconstriction initiale très rapide sera suivie d'un relâchement des cellules musculaires lisses présentes sur les parois des artérioles terminales, avec pour conséquence une vasodilatation et une plus grande circulation sanguine dans la zone du traumatisme (d'où l'apparition de l'augmentation locale de la température et rougeur). Par la suite, le flux sanguin plus important « stagne » dans la zone du traumatisme, augmentant ainsi la viscosité du sang (en raison de l'agrégation des globules rouges et de la sortie vers les jonctions intracellulaires de la partie « liquide » du du sang); les leucocytes commenceront également à sortir du sang vers le compartiment extravasculaire où ils sont rappelés par des cytokines particulières. De cette manière, un exsudat se forme, cause du gonflement dans la zone du traumatisme, constitué d'une partie liquide et d'une partie de cellules en suspension.
L'ensemble des processus qui viennent d'être décrits est médié par de nombreuses molécules qui déclenchent, entretiennent et même limitent les modifications de la microcirculation. Ces molécules sont appelées médiateurs chimiques de l'inflammation, et peuvent avoir des origines et des destins différents. Ce sont l'histamine, la sérotonine, les métabolites de l'acide arachidonique (prostaglandines, leucotriènes et thromboxanes), les enzymes lysosomales, les cytokines (type 1 et type 2), le monoxyde d'azote, le système quinine et le système du complément. Au lieu de cela, les cellules impliquées dans les processus inflammatoires sont constituées de mastocytes, de granulocytes basophiles, de neutrophiles et d'éosinophiles, de monocytes / macrophages, de cellules Natural Killer, de plaquettes, de lymphocytes, de plasmocytes, d'endothéliocytes et de fibroblastes. L'inflammation est donc un processus temporaire de régénération et de réintégration de l'état normal suite à un dommage ; cependant, si les agents qui causent les dommages persistent ou s'il y a une production préférentielle de cytokines de type 1, elle peut devenir chronique. Dans ce cas, il y a tout d'abord une réduction progressive des processus décrits ci-dessus dans la microcirculation - comme cela se produit dans la cicatrisation -, alors qu'en même temps l'infiltrat cellulaire est progressivement constitué de macrophages et de lymphocytes qui s'organisent fréquemment autour de la paroi vasculaire comme un manchon qu'il induit sa compression. Il en résulte un état de souffrance tissulaire, déterminé à la fois par la présence de l'infiltrat et par la diminution de l'apport sanguin provoquée par l'atteinte vasculaire. Par la suite, les fibroblastes peuvent être stimulés pour proliférer avec pour conséquence que de nombreuses inflammations chroniques aboutissent à une formation excessive de tissu conjonctif qui constitue ce qu'on appelle la fibrose ou la sclérose. C'est par exemple le cas de la cellulite, une imperfection esthétique qui touche de nombreuses femmes, causée par l'augmentation du volume des cellules graisseuses dans certaines parties du corps (cuisses, fesses, etc.) avec un manque de drainage des fluides et une inflammation locale. processus qu'ils peuvent conduire, dans les stades les plus avancés, à la fibrose et à la sclérose avec la formation de micronodules qui donnent à la peau l'aspect classique de "peau d'orange".



Stress oxydant

Les radicaux libres sont des molécules ou fragments de molécules caractérisés par la présence d'un ou plusieurs électrons non appariés et d'existence indépendante ; ils ont un fort pouvoir oxydant ou réducteur et sont très instables, en tant que tels ils donnent lieu à une série d'effets redox avec une nette prédominance d'effets oxydants. La formation de radicaux libres est un processus qui se produit dans de nombreuses réactions biochimiques cellulaires - par exemple ils peuvent se former au cours de la chaîne respiratoire - mais aussi dû à l'action physique exercée par l'énergie rayonnante sur notre organisme ; parmi les radicaux libres les plus connus, l'anion superoxyde et le peroxyde d'hydrogène méritent d'être mentionnés.
Le stress oxydatif est lié à un déséquilibre entre la production d'espèces réactives (radicaux libres) et les défenses antioxydantes. En pratique, le stress oxydatif peut être défini comme une perturbation de la relation entre les molécules pro-oxydantes et les molécules antioxydantes, capable de provoquer des dommages cellulaires potentiels. Le stress oxydatif est en effet impliqué dans l'étiologie de nombreuses maladies dégénératives chroniques, telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer et les processus neurodégénératifs (par exemple Alzheimer [1]). Lors d'une activité physique intense, le stress oxydatif est un facteur pouvant affecter les performances sportives. L'exercice physique intense est connu pour provoquer une augmentation des réactions biochimiques liées au besoin de produire l'énergie nécessaire pour effectuer le travail musculaire et cela provoque par conséquent également une augmentation de la production de radicaux libres d'oxygène, ce qui peut contribuer à des dommages directs au muscle. et l'apparition de symptômes de douleur musculaire post-entraînement.



[1] FrlichI, Riederer P (1995) "Les mécanismes des radicaux libres dans la démence de type Alzheimer et le potentiel de traitement antioxydant." Drug Res 45:443-449.

Composition du régime anti-inflammatoire

Nous avons dit au dĂ©but de ce court article que la quantitĂ© d'un seul antioxydant (par exemple vitamine E ou tocophĂ©rol, vitamine C ou acide ascorbique etc.) contenue dans un aliment ne reflète pas nĂ©cessairement sa capacitĂ© antioxydante totale (capacitĂ© antioxydante totale TAC) [ 1], mais que cela dĂ©pend plutĂ´t de la synergie et des interactions redox entre les diffĂ©rentes molĂ©cules prĂ©sentes dans l'aliment [2]. Comme les composĂ©s antioxydants in vivo agissent avec des mĂ©canismes diffĂ©rents, une seule mĂ©thode ne peut donc pas ĂŞtre utilisĂ©e pour Ă©valuer le TAC d'un nourriture [3]. Les trois outils proposĂ©s par l'Ă©tude susmentionnĂ©e sont : la capacitĂ© antioxydante Ă©quivalente du Trolox (TEAC) [4], le paramètre antioxydant total piĂ©geant les radicaux (TRAP) [5] et le pouvoir antioxydant rĂ©ducteur ferrique (FRAP) [6]. ] a donc pris soin de dĂ©terminer ces trois paramètres pour les principaux aliments vĂ©gĂ©taux, fruits, boissons et huiles consommĂ©s dans votre pays, crĂ©ant ainsi une base de donnĂ©es Ă  partir de laquelle il est possible de puiser un rĂ©gime anti-inflammatoire. D'autres Ă©tudes Ă  travers le monde ont Ă©galement effectuĂ© ces dĂ©terminations, et parmi les nombreuses, il convient de mentionner l'Ă©tude intitulĂ©e "The total antioxydant content of more than 7 fodds, drinks, epices, herbs and supplements used worlwide" qui est parue dans le Nutrition Journal en 3100 [2010]. Lors de l'Ă©laboration du rĂ©gime anti-inflammatoire, il faut tenir compte du fait que ce ne sera pas un seul aliment qui sera efficace, car ce ne sera jamais un complĂ©ment alimentaire - mais ce sera plutĂ´t la synergie entre les aliments qui fournissent diffĂ©rentes molĂ©cules antioxydantes - pour contrer les processus inflammatoires qui se produisent, par exemple, après une blessure musculaire, ou pour contrer l'action des radicaux libres. Par consĂ©quent, un exemple de plan de repas anti-inflammatoire devrait inclure :


  • 5 portions de fruits et lĂ©gumes Ă  haut pouvoir antioxydant (ex. baies, prunes rouges, Ă©pinards, brocolis etc.) ;
  • 2 portions de boissons chaudes telles que cafĂ©, thĂ© et chocolat ;
  • 1 portion de 200 ml d'une boisson telle que jus d'orange, mĂ©lange de jus (orange, carotte, citron) etc.;
  • 1-2 verres de vin rouge;
  • Huile d'olive vierge extra.

Il a été démontré qu'un tel régime est capable de réduire un marqueur systémique de l'inflammation tel que la protéine C réactive [9].


[1] La Vecchia, C., Altieri, A. & Tavani, A. (2001) "LĂ©gumes, fruits, antioxydants et cancer: une revue des Ă©tudes il tuo paesean." EUR. J. Nutr. 40 : 261-267.

[2] Pellegrini N., Serafini M, Colombi B., et al. "Capacité antioxydante totale des aliments végétaux, des boissons et des huiles consommés en Spagne, évaluée par trois tests in vitro différents." J Nutr. 2003, 133:2812-2819.

[3] Pellegrini N., Serafini M, Colombi B., et al. "Capacité antioxydante totale des aliments végétaux, des boissons et des huiles consommés en Spagne, évaluée par trois tests in vitro différents." J Nutr. 2003, 133:2812-2819.

[4] Pellegrini, N., Re, R., Yang, M. & Rice-Evans, CA (1999) "DĂ©pistage des carotĂ©noĂŻdes alimentaires et des extraits de fruits riches en carotĂ©noĂŻdes pour les activitĂ©s antioxydantes en appliquant le 2, 2_-azobis(3- essai de dĂ©coloration des radicaux cations de l'acide Ă©thylènebenzothiazoline-6-sulfonique). MĂ©thodes Enzymol. 299 : 379-389.

[5] 13. Ghiselli, A., Serafini, M., Maiani, G., Azzini, E. & Ferro-Luzzi, A. (1995) "Une mĂ©thode basĂ©e sur la fluorescence pour mesurer la capacitĂ© antioxydante totale du plasma". Radic libre. Biol. MĂ©d. 18 : 29-36.

[6] Benzie, IFF & Strain, JJ (1999) "Essai du pouvoir antioxydant rĂ©ducteur ferrique: mesure directe de l'activitĂ© antioxydante totale des fluides biologiques et version modifiĂ©e pour la mesure simultanĂ©e du pouvoir antioxydant total et de la concentration en acide ascorbique." MĂ©thodes Enzymol. 299 : 15-27.

[7] Pellegrini N., Serafini M, Colombi B., et al. "Capacité antioxydante totale des aliments végétaux, des boissons et des huiles consommés en Spagne, évaluée par trois tests in vitro différents." J Nutr. 2003, 133:2812-2819.

[8] Carlsen et al. "La teneur totale en antioxydants de plus de 3100 aliments, boissons, épices, herbes et suppléments utilisés dans le monde". J Nutr 2010, 9:3.

[9] Valtuena S, Pellegrini N, Franzini L, et al. "La sélection des aliments basée sur la capacité antioxydante totale peut modifier l'apport en antioxydants, l'inflammation systémique et la fonction hépatique sans altérer les marqueurs du stress oxydatif". Suis J Clin Nutr 2008; 87:1290-7.

RĂ©gime anti-inflammatoire dans le sport

Pendant l'exercice musculaire, des niveaux Ă©levĂ©s de ROS (espèces rĂ©actives de l'oxygène), les radicaux libres de l'oxygène, sont produits, qui sont associĂ©s Ă  une augmentation des dommages musculaires avec une perte de la fonction musculaire. Pour cette raison, au fil des ans, l'accent a Ă©tĂ© mis sur la possibilitĂ© de soutenir le système de dĂ©fense antioxydant avec des substances exogènes, afin de prĂ©venir les blessures musculaires et d'amĂ©liorer les performances sportives. Il existe de nombreux articles publiĂ©s sur ce sujet, et le rĂ©sultat cohĂ©rent est que la supplĂ©mentation en antioxydants attĂ©nue le stress oxydatif induit par l'exercice. Inversement, il existe de plus en plus de preuves indiquant les effets nĂ©fastes de la supplĂ©mentation en antioxydants sur les bienfaits de l'exercice pour la santĂ© et les performances. Une revue rĂ©cente [1] sur le sujet a conclu que « davantage de recherches sont nĂ©cessaires pour produire des lignes directrices fondĂ©es sur des preuves concernant l'utilisation de supplĂ©ments antioxydants pendant l'exercice. Un apport adĂ©quat en vitamines et minĂ©raux est recommandĂ©. reste la meilleure mĂ©thode pour maintenir l'Ă©tat optimal d'antioxydants chez les individus qui font du sport. »


[1] Peterlenj TT, Coombes JS « La supplĂ©mentation en antioxydants pendant l'entraĂ®nement physique : bĂ©nĂ©fique ou nĂ©faste ? Â» MĂ©d. Sportive. 2011;41(12):1043-69.


ajouter un commentaire de RĂ©gime anti-inflammatoire
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.