Quand l'autocritique est excessive : 10 signes que vous vous faites du mal

L'autocritique est importante car elle augmente la prise de conscience de nos erreurs et de nos faiblesses. Mais nous critiquer et nous dĂ©nigrer pour quoi que ce soit est tout simplement masochiste. Si nous ne faisons pas attention Ă  la critique que nous portons en nous, nous pouvons finir par devenir nos pires ennemis. Il est impossible de se sentir bien dans sa peau et de se motiver Ă  se battre pour ses rĂȘves si on se critique constamment.


L'autocritique excessive, qui ne produit pas d'amĂ©lioration mais nous fait nous sentir mal, est gĂ©nĂ©ralement un symptĂŽme d'une faible estime de soi. En fait, si nous prĂȘtons attention Ă  notre critique intĂ©rieur, nous nous rendrons compte que les mots que nous dirigeons ne sont mĂȘme pas les nĂŽtres mais une rĂ©pĂ©tition des critiques que quelqu'un nous a faites dans le passĂ©, qu'il s'agisse de parents, d'enseignants, de partenaires ou d'autres personnalitĂ©s importantes au cours de notre vie.


SymptĂŽmes d'une autocritique excessive

  1. Tu te blĂąmes pour chaque mauvaise chose qui arrive

Thomas Harris a dit : " BlĂąmer la nature de vos erreurs ne change pas la nature de vos erreurs. " C'est bien d'assumer la responsabilitĂ© de ses erreurs, mais Ă  partir de lĂ  se culpabiliser pour tout ce qui se passe il y a un abĂźme. Il existe de nombreux facteurs externes hors de notre contrĂŽle, donc si nous voulons maintenir un bon Ă©quilibre Ă©motionnel, il est essentiel d'ĂȘtre conscient que notre responsabilitĂ© face aux Ă©vĂ©nements a une limite. Se sentir coupable de tout implique de porter un poids qui ne nous correspond pas.

  1. Vous appliquez des étiquettes générales

Lorsque nous commettons une erreur, nous nous sentons frustrĂ©s, il est donc important de rĂ©flĂ©chir pour comprendre oĂč nous nous sommes trompĂ©s. Cependant, appliquer des Ă©tiquettes gĂ©nĂ©rales telles que « je suis un Ă©chec total » ou « je suis incapable de faire quoi que ce soit » ne nous aide pas mais finit par miner notre confiance. La critique constructive qui nous aide vraiment Ă  nous amĂ©liorer implique d'ĂȘtre spĂ©cifique. Chaque Ă©tiquette devient une limite, une limite qui, fixĂ©e dans notre esprit, finit par devenir un obstacle insurmontable.



  1. Vous n'ĂȘtes jamais satisfait de vos rĂ©sultats

Quoi que nous fassions, nous voyons toujours des erreurs. MĂȘme si nous avons accompli quelque chose de merveilleux, au lieu de nous rĂ©jouir ou de nous sentir satisfaits, nous nous concentrons sur les petites erreurs, les dĂ©fauts presque imperceptibles ou les problĂšmes que nous avons rencontrĂ©s en cours de route. De cette façon, nous abritons une insatisfaction permanente qui nous empĂȘche de nous sentir bien dans notre peau.

  1. Vous vous fixez des normes impossibles

Être autocritique Ă  outrance est gĂ©nĂ©ralement liĂ© au perfectionnisme. Dans ce cas, nous pensons que nous ne pouvons pas ĂȘtre heureux ou satisfaits tant que nous n'avons pas atteint certaines normes que nous nous sommes fixĂ©es. Le problĂšme est que ces normes sont difficiles Ă  atteindre car elles sont si Ă©levĂ©es qu'elles sont pratiquement impossibles, par consĂ©quent nous nous condamnons Ă  un Ă©tat permanent d'insatisfaction car nous poursuivons des objectifs inaccessibles.

  1. Analysez Ă  plusieurs reprises vos erreurs

Nous faisons tous des erreurs. Parfois, nous pouvons le rĂ©parer, parfois non. Mais si nous sommes excessivement autocritiques, nous resterons coincĂ©s dans ces erreurs, nous reviendrons continuellement sur nos pas, mĂȘme si nous savons qu'il n'y a rien Ă  faire. Le critique qui habite en nous alimente le genre de pensĂ©es nĂ©gatives qui gĂ©nĂšrent de la culpabilitĂ© et nous empĂȘchent d'avancer.

  1. Tu ne te complimentes jamais

Il est important d'ĂȘtre autocritique, mais il est Ă©galement important de se fĂ©liciter du travail bien fait. Il est indiquĂ© que pour chaque critique, nous devons recevoir au moins 8 compliments. Ainsi, nous sommes en mesure de contrer l'effet nĂ©gatif sur notre estime de soi. Mais si nous ne faisons que nous critiquer sans reconnaĂźtre ce que nous faisons bien, notre estime de soi finira par s'effondrer. Il est impossible de se sentir comme une personne prĂ©cieuse si nous ne faisons que nous critiquer.


  1. Pensez noir et blanc

L'autocritique chronique est gĂ©nĂ©ralement le rĂ©sultat d'une pensĂ©e dichotomique. Nous pensons que les choses sont en noir et blanc, quelles que soient les nuances entre les deux. Nous pensons que les choses doivent ĂȘtre faites d'une certaine maniĂšre et si nous n'obtenons pas les rĂ©sultats souhaitĂ©s, ce sera un Ă©chec. DĂ©velopper une pensĂ©e plus flexible nous aidera Ă  ĂȘtre des critiques moins impitoyables. Nous devons toujours nous rappeler que l'Ă©tablissement d'idĂ©aux absolus nous fait ignorer les succĂšs partiels et nous dĂ©motive.


  1. Vous comparez constamment et perdez toujours

L'autocritique implique la confrontation. Le problÚme commence lorsque nous nous confrontons trop souvent et perdons toujours. Cela arrive parce que nous avons tendu un piÚge : nous ne regardons que les caractéristiques et les choses des autres et qui, à notre avis, les rendent meilleurs ou supérieurs. Fondamentalement, nous minimisons nos qualités et nos réalisations, tout en maximisant celles des autres, nous sommes donc toujours désavantagés. Par conséquent, à chaque fois que nous nous confrontons, nous nous retrouvons avec un mauvais goût en bouche.


  1. Le risque vous fait peur

L'autocritique chronique finit par miner notre estime de soi. Puisque nous nous concentrons uniquement sur le nĂ©gatif et ce qui doit ĂȘtre amĂ©liorĂ©, nous finissons par dĂ©velopper une image nĂ©gative de nous-mĂȘmes. Par consĂ©quent, nous avons peur des dĂ©fis, car nous pensons que nous allons Ă©chouer ou ne pas nous comporter comme nous le devrions.


  1. Tu ne te pardonne pas facilement

Pardonner signifie mettre de cÎté la critique. Mais si nous sommes englués dans l'autocritique, il nous sera plus difficile de tourner la page. Pour vivre pleinement, il faut savoir pardonner et mettre à jour notre « je », afin que le passé ne détermine pas notre avenir.

  • 91
ajouter un commentaire de Quand l'autocritique est excessive : 10 signes que vous vous faites du mal
Commentaire envoyé avec succÚs ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.