Protéines et glucides

Protéines et glucides

Introduction

Il arrive de plus en plus souvent de rencontrer des sportifs ou de simples passionnés de fitness qui font des protéines leur repas de base, comme si elles étaient le macronutriment fondamental de l'alimentation.


En réalité, les protéines jouent un rôle fondamental dans la reconstruction des tissus, alors que le véritable carburant principal de notre organisme reste toujours les glucides.


Glucides ou Protéines ?

Si nous devions comparer le corps humain à une voiture, nous pourrions imaginer les protéines comme pièces détachées ou pièces d'usure de la voiture (par exemple les pneus à remplacer, le filtre à changer, etc.) tandis que les glucides comme une sorte d'essence . On sait très bien qu'une voiture sans essence ne pourrait pas bouger, heureusement pour le corps humain elle ne fonctionne pas de la même manière, sans glucides, elle est capable de continuer à remplir ses fonctions cellulaires à l'aide de protéines ; il s'agira cependant d'un régime hypoglucidique ou pauvre en glucides (Low Carbohydrate Content) qui conduira à l'apparition d'une cétose, une altération métabolique caractérisée par l'accumulation de corps cétoniques, secondaire à la diminution de la glycémie qui, dans les cas prolongés, va entraîner des complications désagréables.



Alors pourquoi différents sportifs ou simples passionnés de fitness ont-ils de plus en plus souvent recours à ces régimes hyperprotéinés ?

La réponse semblerait reposer sur des principes endocrinologiques (facteurs hormonaux), en effet un régime hyperprotéiné et fortement hypoglucidique permettrait, en combinaison avec un plan d'entraînement physique adéquat, d'obtenir une augmentation rapide et cohérente de la masse musculaire, l'hypothèse théorique est représenté par un vrai et propre axiome : l'accumulation de protéines dans les muscles sous forme de myofilaments est due à une alimentation riche en protéines plutôt qu'au stimulus produit par l'exercice physique. Cet axiome trouverait confirmation dans deux de ces points :

  • Preuve inattaquable : les fonctions remplies par les protĂ©ines et les huit acides aminĂ©s essentiels ont une valeur critique pour l'organisme ; il est donc impensable que l'organisme gaspille ces macromolĂ©cules sans prĂ©voir la formation d'un dĂ©pĂ´t adĂ©quat. Les muscles filiformes seraient suffisants pour soutenir les fonctions vitales normales, l'existence d'un tel surplus Ă©vident ne peut qu'ĂŞtre interprĂ©tĂ©e dans le sens d'un dĂ©pĂ´t de rĂ©serve
  • Facteurs hormonaux : la surnutrition protĂ©ique et calorique minimise la production de testostĂ©rone et augmente Ă©galement l'excrĂ©tion urinaire ; les repas riches en protĂ©ines ont augmentĂ© la synthèse de stockage des protĂ©ines, surtout si la majeure partie de la portion de protĂ©ines est prise en un seul repas; de plus, l'effet anabolisant de l'hormone de croissance (GH) semble ĂŞtre attribuĂ© Ă  la suppression du catabolisme plutĂ´t qu'Ă  la vĂ©ritable augmentation de la synthèse protĂ©ique. L'insuline joue un rĂ´le important en assurant un niveau Ă©levĂ© de stockage des protĂ©ines dans le muscle qu'elle exĂ©cute le plus efficacement Ă  des niveaux modĂ©rĂ©s. On en dĂ©duit la nĂ©cessitĂ© de limiter l'apport en glucides (ou hydrates de carbone) nocifs pour le dĂ©pĂ´t de protĂ©ines.

Ainsi, un régime presque totalement protéiné et hypercalorique crée des situations hormonales favorables au dépôt de protéines dans les muscles sous forme de myofilaments, les rendant sensiblement plus gros (hypertrophiques). Mais quelles sont les conséquences possibles d'un tel régime ?



criticité

Les connaissances actuelles dans le domaine nutritionnel indiquent l'altération des homéostats protéiques comme un risque réel pour la santé, le problème principal comme évoqué précédemment concerne la surcharge rénale et hépatique - même si, chez le sujet sain, il est difficile de prouver de réels dommages mesurables. Un autre élément important apparaît le risque d'altération de la microflore intestinale dont le bon développement est étroitement lié à la présence dans l'alimentation de glucides, fibres, vitamines et sels minéraux, nutriments éliminés dans les régimes hyperprotéinés. Le dernier aspect mais non le moindre est la conséquence d'une déshydratation extracellulaire toujours induite par un trop grand nombre de protéines.


Body Building

Beaucoup ajoutent à cette situation déjà désastreuse des périodes de 5 à 6 jours de régime alimentaire brillant pendant des séances d'entraînement intenses, suivies d'environ 10 jours de régime riche en protéines pendant la récupération musculaire et les séances d'entraînement légères. En effet, comme mentionné précédemment, de faibles quantités d'insuline (régimes hyperprotéinés) garantissent une synthèse protéique plus élevée que celle favorisée par un excès d'hormone (régimes hyperprotéinés). Il ne faut pas oublier que la récupération rapide de la masse musculaire après une période de disette est un mécanisme de défense biologique (Urgence) sélectionné au fil des millénaires d'évolution, et non un système physiologique sur lequel puiser sans limite.

note: pour ceux qui ne souhaitent pas augmenter l'apport calorique des glucides et diminuer l'apport en protéines, il est recommandé de boire beaucoup d'eau, ce qui permet de réduire légèrement le stress rénal.


ajouter un commentaire de Protéines et glucides
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load