close
    search Buscar

    Pratique délibérée : comment apprendre au maximum de vos possibilités

    Qui suis-je
    Joe Dispenza
    @joedispenza
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Le concept de pratique délibérée est de loin l'un de mes sujets préférés : il marque la différence entre faire des choses "juste pour les faire" et s'entraîner pour réussir excellence et savoir-faire dans une activité précise.

    Si vous avez déjà étudié une langue, pratiqué un sport ou joué d'un instrument de musique, vous aurez compris que :

    • Au début, pour vaincre l'inertie du débutant absolu, il faut mettre beaucoup d'efforts. Se tenir droit sur les skis, jouer la première note non désaccordée avec le violon, dire les premières phrases complètes en anglais, sont autant d'activités qui coûtent beaucoup de temps et d'énergie !
    • puis, avec la pratique, vous progressez rapidement et vous vous retrouvez soudainement à dévaler les pentes noires, à jouer décemment Mozart et à vous battre sans tracas par e-mail avec le service client d'Amazon à Seattle.
    • Au bout d'un moment, enfin, votre progression ils s'aplatissent et peu importe le nombre d'heures que vous y consacrez, votre compétence reste plus ou moins la même. Votre meilleur ami descend toujours plus vite que vous, vos mains s'enroulent toujours sur les mêmes cordes, votre prononciation de "chose" continue de sonner terriblement mal.

    Dans ce scénario, la pratique délibérée est ce qui peut vous faire sortir de la zone plate, celui dans lequel vous ne vous améliorez plus, pour vous faire faire un vrai saut en qualité, vous poussant à repousser toujours un peu plus vos limites.



    Avant d'en parler en profondeur, permettez-moi de vous raconter ma première vraie expérience face à face avec elle.

    Mon expérience avec la pratique délibérée

    Il y a de nombreuses années, j'avais un ami - Giulio - qui pratiquait le ski de compétition depuis de nombreuses années, depuis son enfance.



    À un moment donné, marre des skis habituels, Giulio est passé au snowboard et en peu de temps il est devenu très bon.

    Au contraire, j'étais un skieur assez médiocre, un vrai « ours des neiges ».

    Alors, quand Giulio m'a dit "essaye la table, tu verras c'est facile !" Je me suis lancée tête baissée dans cette nouvelle expérience en lui demandant de m'apprendre tous les secrets du parfait "surf".

    J'ai collectionné les chutes et les bleus de toutes sortes, mais au bout de peu de temps j'en étais déjà capable, c'est-à-dire que je sortais de n'importe quelle piste sans risquer à chaque fois l'os du cou.

    Après chaque descente, je demandais à Giulio "comment j'ai fait?"

    La réponse était toujours "tu gardais ton bras dans la mauvaise position" ou "le torse allait bien, mais les jambes étaient raides comme du bois", ou encore - crié directement du bas de la piste - "plie les jambes !!!"

    Disons que le meilleur compliment était "Tu n'étais pas vraiment mauvais, pourtant…" - et puis invariablement commencé par la liste des défauts….

    Pour moi, les cartons ont un peu tourné et je me suis senti assez frustré.

    Mais j'ai compris que Giulio m'avait donné ces jugements car, à son tour, il avait été forgé par des années et des années d'esprit de compétition et d'instructeurs très stricts.

    J'aimais beaucoup le snowboard, en effet, ça m'excitait vraiment, et donc, semaine après semaine, je me suis traîné très tôt sur les pistes pour faire des courbes après courbes, obsédé par l'amélioration de moi-même à chaque fois plus.


    Ce furent les premières années de la diffusion de ce sport, encore peu le pratiquaient.

    Bon, au bout de quelques années, quand tout le monde, absolument tout le monde, s'est mis à "surfer" sur la neige, je me suis rendu compte que moi-même qui n'avais jamais vraiment excellé dans aucun sport, j'avais une classe et une élégance qui faisaient que les autres s'arrêtaient pour regarder moi.


    J'avais atteint - presque inconsciemment - une véritable maîtrise.

    Soit dit en passant, cela ne faisait certainement pas partie de mes objectifs de vie.

    Quand à la place - ironiquement - encore lutté dans des choses qui, théoriquement, auraient dû être fondamentales pour mon avenir.

    Mais j'avais intuitivement découvert quelque chose de vraiment important, qui à partir de ce moment me permettrait de changer profondément mes capacités.

    j'avais découvert l'essence de la pratique délibérée. 

    Qu'est-ce qu'une pratique délibérée ?

    La pratique délibérée (ou « pratique délibérée ») consiste à exercer une discipline spécifique de manière structurée et orientée amélioration continue des performances. 

    Cela la rend, qualitativement, très différente de la pratique "simple".

    En fait, dans ce dernier cas, vous vous entraînez simplement en répétant plus ou moins les mêmes routines encore et encore.

    Un peu comme je faisais quand j'allais skier en m'amusant mais en restant, week-end après week-end, un ours des neiges maladroit.

    Dans la pratique délibérée, cependant :

    • Vous pratiquez toujours un peu en dehors de ta zone de confort, à un niveau un peu plus difficile que ce que vous connaissez déjà. Par exemple, si vous étiez un violoniste qui souhaite améliorer son aisance à jouer un morceau, vous devriez vous entraîner à le jouer plus rapidement que vous ne faites d'erreurs.
    • vous vous concentrez sur des aspects techniques bien définis, avec des objectifs tout aussi bien définis. C'est-à-dire que la pratique délibérée ne vise pas une vague "amélioration" générale. Au lieu de cela, il décompose les performances en éléments de base, qui sont améliorés individuellement et de manière dédiée. Pour reprendre l'exemple du violoniste, la pratique délibérée consiste non pas à rejouer mille fois le même morceau, mais à se concentrer sur certains passages précis, plus difficiles, jusqu'à ce qu'on les maîtrise complètement.
    • Vous avez besoin de rétroaction continuesur la base desquels je modifierais votre effort et votre préparation. C'est pour cette raison que, dans le sport comme dans la musique ou dans toute autre activité, aussi les nombres 1 ils ont besoin d'un professeur ou d'un coach. Pour nous, simples mortels, ce n'est souvent pas possible : lorsque vous n'avez pas de Giulio pour vous aider, vous devrez donc apprendre à contrôler vos performances, identifier les erreurs, vous corriger. Cela peut être très utile, par exemple, pour observer quelqu'un de mieux que vous. Étudiez-le bien. Comment ça marche? Quels sont ses atouts ? Quelles sont les faiblesses possibles ?
    • Devi essere prêt à changer de capacité acquises antérieurement, car elles constituent, en fait, une limite à la progression de la performance. Ceux qui ont appris quelque chose, même bien, en autodidacte le savent bien et, lorsqu'ils se tournent enfin vers un enseignant, se retrouvent à devoir réviser à partir de zéro les fondamentaux.

    Bref, la pratique délibérée exige analyse, effort, intention. 



    Et cela suppose inévitablement qu'à certains moments vous vous sentez frustré, fatigué, ou simplement « pauvre ».

    Ne vous découragez pas !

    Comme nous l'avons vu dans le cycle du changement, c'est un moment psychologique fondamental (je l'ai appelé "la vallée du désespoir") que, si vous voulez vraiment vous améliorer, vous devez toujours surmonter.

    En fait, c'est ce qui, à mes yeux, rend la pratique délibérée si excitante.

    Parce qu'après tout, il n'y a rien qui donne autant de satisfaction que de vraiment bien faire quelque chose qui nous a coûté de la sueur, des efforts et de la discipline.

    conclusions

    Les principes de la pratique délibérée, s'ils sont pris dans le contexte des études ou du travail, ils peuvent vous donner des succès au-delà de votre imagination la plus folle.

    Mais comme vous l'avez vu dans mon histoire, il n'est pas strictement nécessaire d'appliquer une pratique délibérée uniquement aux choses qui vous procurent des avantages concrets et tangibles.

    Au contraire : l'apprendre avec quelque chose qui vous passionne pourrait être le meilleur moyen de comprendre son fonctionnement, puis de l'exporter vers d'autres domaines.

    Dire que je n'ai jamais commencé le snowboard à un niveau compétitif ni commencé à donner des cours, même si j'aurais pu.

    Cependant, ma technique reste pour moi une grande fierté, même après tant d'années.

    Moi seul sais combien j'ai vraiment souffert pour l'avoir ;-)

    Et les leçons que j'ai apprises en me cognant les fesses contre la patinoire, je les porte toujours avec moi dans mon travail aujourd'hui.

    Ouais - j'ai oublié ! - la souffrance.

    Ce mot nous amène au dernier conseil que je vous donne aujourd'hui.

    Vous voyez, lire des livres et des articles sur l'amélioration de soi est une bonne chose en soi, mais c'est une activité qui, à elle seule, ne vous mènera nulle part.

    Beaucoup ont tendance à beaucoup étudier la théorie, croyant que cela peut être bénéfique en soi, sans comprendre fondamentalement que la seule chose qui compte vraiment est l'action.

    Il faut essayer, vraiment s'impliquer, se remettre en question, peut-être même récolter quelques échecs et, comme dans mon cas, beaucoup mais beaucoup de chutes.

    La passion, la ténacité et la capacité/chance de trouver un vrai professeur ils peuvent faire la différence !

    ajouter un commentaire de Pratique délibérée : comment apprendre au maximum de vos possibilités
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.