close
    search Buscar

    Pourquoi sommes-nous anxieux ?

    Qui suis-je
    Louise Hay
    @louisehay
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    L'anxiété est un état de malaise et d'inquiétude, elle implique d'attendre que quelque chose de négatif se produise. Ce n'est certainement pas un état agréable, mais il est important de comprendre pourquoi il survient. En fait, c'est un mécanisme défensif, tout comme la peur.

    L'anxiété est un sentiment qui agit comme un mécanisme d'alerte face à des situations que nous jugeons dangereuses ou menaçantes. C'est une réaction normale que tout le monde éprouve et il serait inquiétant qu'elle ne s'active pas dans certaines situations. Par conséquent, il est important de comprendre que l'anxiété généralisée en elle-même n'est pas mauvaise.



    Les fonctions de l'anxiété

    - Protection. L'une des fonctions de l'anxiété est de nous protéger des dangers possibles qui nous menacent. Si quelque chose nous inquiète, notre niveau d'attention augmente immédiatement et nos sens s'aiguisent pour nous permettre de mieux surveiller l'environnement. Le problème, c'est quand nous devenons hyper vigilants et craintifs, nous isolant du monde pour éviter le danger. Dans ces cas, la fonction protectrice de l'anxiété allait beaucoup plus loin.

    - Motivation. L'anxiété est un puissant moteur du comportement. Lorsque nous voulons faire quelque chose de bien et donner le meilleur de nous-mêmes, l'anxiété est activée, nous donnant une dose d'énergie supplémentaire pour avancer dans nos projets et en tirer le meilleur parti. Là encore, le problème se pose lorsque le niveau d'anxiété est trop élevé et nous fait remettre en question nos capacités ou nous pousse au perfectionnisme.

    - La croissance et le développement. Un certain degré d'anxiété peut stimuler la croissance personnelle. En effet, ressentir une anxiété un peu généralisée à propos de ce qui se passe dans notre vie et s'inquiéter un peu de l'avenir peut nous inciter à sortir de notre zone de confort. L'anxiété nous pousse à découvrir ce que nous voulons changer, puis nous pousse à le faire. Mais parfois l'angoisse prend racine et on se retrouve piégé dans un mécanisme de rumination qui, au lieu de nous pousser à grandir, nous bloque.



    Quelles sont les causes de l'anxiété ?

    L'anxiété, en tant que mécanisme adaptatif, est positive et fonctionnelle, et ne constitue pas un problème. Cependant, dans certains cas, il ne fonctionne pas correctement et un trouble anxieux apparaît, qui peut devenir très invalidant et provoquer un énorme inconfort, tant psychologique que physique.

    Facteurs prédisposants

    - Facteurs biologiques. Il a été démontré que le fait d'avoir des parents directs qui souffrent d'un trouble anxieux augmente le risque de souffrir de ce problème. Dans l'anxiété généralisée, par exemple, on estime qu'un tiers du risque de souffrir de ce trouble a une composante génétique.

    - Facteurs de tempérament et personnalité. Les personnes qui inhibent souvent constamment leurs comportements et celles qui ont une tendance à la névrose en maintenant des affects négatifs ont un risque plus élevé de souffrir d'un trouble anxieux.

    - Facteurs environnementaux. L'anxiété peut également s'imposer comme un modèle d'adaptation appris dans l'enfance. Certains modes de vie marqués par le stress font apparaître l'anxiété.

    Facteurs déclencheurs

    - Des situations qui dépassent nos ressources psychologiques d'adaptation (coping/stratégies d'adaptation), comme la perte d'un emploi ou d'un être cher.

    - Evénements d'importance vitale qui nécessitent un effort d'ajustement important, comme un divorce ou le diagnostic d'une maladie grave.

    - Obstacles qui limitent notre capacité à atteindre nos objectifs ou à maintenir ce que nous avons déjà réalisé.

    Facteurs d'entretien

    - Peur de l'anxiété. Lorsque vous souffrez d'anxiété, en particulier lorsque vous souffrez de crises d'angoisse ou de crises de panique, vous avez généralement peur de subir à nouveau ces crises. Cette peur de l'anxiété ne fait que l'aggraver.


    - Perte de faculté due à l'anxiété elle-même, ce qui signifie que nous avons encore moins de ressources pour faire face aux problèmes ou même de nouveaux problèmes apparaissent dans des domaines qui n'étaient pas en conflit.


    - Des stratégies d'adaptation inadéquates qui accentuent le problème et le sentiment d'incapacité à le résoudre, ce qui génère un énorme désespoir.

    Normalement, il n'y a pas de facteur unique qui peut expliquer pourquoi l'anxiété survient et dure dans le temps, cela dépend généralement d'une confluence de situations et de façons de la gérer.

    Le mécanisme par lequel l'anxiété est générée

    Chaque jour, notre cerveau évalue en permanence tous les stimuli provenant de l'environnement, pour analyser si certains peuvent être dangereux. Dans ce mécanisme sont impliqués à la fois les zones liées aux émotions de base, telles que l'amygdale et le thalamus, tel que le cortex cérébral, qui est chargé de donner un sens logique à ce que nous vivons.

    En gros, voici ce qui se passe dans le cerveau :

    Phase un - Évaluation initiale de la menace. Il y a une reconnaissance automatique et très rapide des stimuli. De cette façon, nous pouvons les classer comme menaçants ou non.

    Deuxième phase - Première activation face à la menace. Les réactions cognitives, émotionnelles, physiologiques et comportementales typiques de l'anxiété sont mises en mouvement. Dans cette phase, nous agissons essentiellement par instinct, nous pouvons donc ressentir le besoin de nous échapper de l'endroit ou de nous cacher. Des pensées anxieuses automatiques sur la situation apparaissent également qui nous conduisent à surestimer les dommages et la probabilité qu'ils se produisent, ainsi qu'à éprouver une forte intolérance à l'incertitude.


    Troisième étape - Pensée réflexive. A ce stade, nous sommes déjà capables de penser plus ou moins clairement à ces idées automatiques et à ce que nous ressentons. Le cortex préfrontal entre en action et évalue la véritable taille de la menace, ainsi que les ressources disponibles pour y faire face. Évidemment, le traitement de l'information est un peu plus complexe et prend plus de temps.

    Un problème à l'une de ces étapes peut expliquer pourquoi l'anxiété survient. Par exemple, notre système de reconnaissance des risques peut être hyper réactif, ce qui signifie qu'il réagira également à des situations qui ne présentent pas de risque réel. En fait, c'est un problème courant dans notre société et en particulier dans le cas de l'anxiété sociale, dans laquelle nous valorisons de nombreuses situations sociales comme des dangers qui sont au contraire totalement inoffensifs.


    Il peut aussi arriver que nous soyons piégés dans la deuxième phase, dans ce cas les pensées ruminatives prennent le dessus sur notre esprit et nous ne pouvons penser qu'aux pires conséquences, et cela nous maintient coincé dans l'anxiété.

    Enfin, il se peut que nous n'ayons pas les compétences cognitives nécessaires pour faire face exactement à la situation et combattre l'anxiété, auquel cas les inquiétudes qui génèrent l'état d'anxiété sont maintenues.

    ajouter un commentaire de Pourquoi sommes-nous anxieux ?
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.