Pourquoi ne pouvons-nous pas - et ne devrions-nous pas - changer les attitudes des autres ?

Pourquoi ne pouvons-nous pas - et ne devrions-nous pas - changer les attitudes des autres ?

"S'il n'en était pas ainsi, tout irait mieux". "Je sacrifie beaucoup et c'est comme ça que ça me rapporte." "Ça me met en colère quand il fait ça." La liste des plaintes concernant les attitudes des autres est interminable. Qui sait, peut-être aimeriez-vous que vos parents soient plus compréhensifs, votre partenaire plus précis, vos amis plus serviables, vos collègues plus collaboratifs, votre patron plus sympathique...

Quand les gens ne se comportent pas selon vos attentes, c'est tr√®s frustrant. Sans aucun doute, il est frustrant qu'ils ne reconnaissent pas ce que vous faites pour eux ou qu'ils ne rendent pas la pareille de la m√™me mani√®re. Mais se plaindre de l'attitude des autres, pour tout ce qu'ils doivent faire mais ne font pas ou pour tout ce qu'ils font et ne doivent pas faire, est la recette la plus s√Ľre pour tomber dans l'insatisfaction permanente.



La v√©rit√© est que nous avons tous des aspects de notre personnalit√© que nous pouvons am√©liorer. Nous pourrions tous √™tre plus sympathiques, compr√©hensifs, serviables, amicaux, coop√©ratifs ou attentionn√©s. Cependant, nous ne pouvons que nous changer nous-m√™mes. Nous ne pouvons pas changer les autres. Et plus t√īt nous le comprendrons, mieux ce sera.

¬ę √Čvang√©lisateurs ¬Ľ avec un pr√©jug√© √©gocentrique

Nous avons tendance à penser que si les autres se comportaient comme nous, tout irait bien. C'est évidemment une erreur. Le monde a besoin de diversité. Tout est un équilibre des contraires. Et cela signifie qu'il y a de la place pour tout et tout le monde. Pour ce qu'on aime et ce qu'on n'aime pas. Pour ce qui nous rend heureux et pour ce qui nous rend triste.

En effet, penser que les autres devraient se comporter comme nous repose sur la conviction que seules nos d√©cisions, nos attitudes et nos valeurs sont positives, louables et dignes d'√™tre imit√©es. Ce sont donc les autres qui font des erreurs et doivent changer. Ainsi nous risquons de devenir des ¬ę √©vang√©lisateurs ¬Ľ qui ¬ę pr√™chent bien mais grattent mal ¬Ľ. Nous ne r√©alisons pas qu'ainsi nous nous condamnons d'avance √† l'√©chec car nous ne pouvons pas changer les autres s'ils ne se compromettent pas pour changer.



Les parents, par exemple, peuvent éduquer leurs enfants en leur transmettant certaines valeurs et normes de comportement, mais cela ne veut pas dire qu'ils peuvent les modeler à leur image et ressemblance, encore moins prétendre qu'ils sont comme ils le souhaitent. Chaque personne est indépendante et doit prendre ses propres décisions de manière indépendante.

Cela ne signifie pas que nous devons souffrir dans des relations toxiques ou que nous devons accepter passivement les critiques destructrices, les insultes ou l'humiliation des autres. Des problèmes et des conflits surviennent dans toutes les relations qui doivent être abordés et corrigés pour faciliter la coexistence.

Nous n'avons pas à cacher ce que nous pensons ou à ignorer les choses qui sont importantes pour nous. Il ne s'agit pas d'accepter les abus, mais de comprendre que notre vision et notre chemin ne sont pas les seuls possibles. Par conséquent, nous n'avons pas besoin de changer les autres, nous avons juste besoin de changer le type de relation que nous entretenons avec eux.

La diff√©rence n'est pas simplement terminologique, mais implique une nouvelle r√©partition des responsabilit√©s et de la ¬ę culpabilit√© ¬Ľ car elle signifie que l'autre n'a pas quelque chose de intrins√®quement mauvais ou n√©gatif, mais que certains comportements et attitudes ne sont pas compatibles avec nous et avec le type de relation que nous voulons garder.

Si nous ne pouvons pas changer les autres, que pouvons-nous faire ?

Essayer de comprendre le comportement des gens qui nous entourent, en particulier ceux de nos cercles de confiance, sera beaucoup plus bénéfique à long terme que de se plaindre. Pour ce faire, nous devons arrêter d'essayer de changer les autres en pensant que nous avons la vérité en main et que nous connaissons le bon chemin. On peut à la place :


1. Découvrez leurs déclencheurs. Nous avons tous des déclencheurs émotionnels ou des déclencheurs. Ce sont des boutons rouges qui, lorsqu'on les appuie, nous font réagir viscéralement. Les personnes avec lesquelles nous sommes liés ont également ces déclencheurs. Comprendre ce qu'ils sont nous aidera à améliorer la relation. Par exemple, la personne a peut-être des sujets sensibles qu'il vaut mieux ne pas toucher ou réagit mal lorsqu'elle est sous pression. Il s'agit d'identifier quelles sont les choses qu'il ne peut pas supporter afin d'essayer de les éviter.


2. Pour approfondir nos raisons. Une relation est toujours une question de deux. Par cons√©quent, nous ne pouvons pas simplement regarder dehors, bl√Ęmer l'autre, nous devons rediriger notre attention vers nous-m√™mes. Pourquoi une certaine attitude ou comportement vous irrite-t-il ? Tant qu'il ne s'agit pas d'une personne qui nous maltraite, nos attentes, nos d√©sirs et nos exp√©riences fa√ßonnent √©galement l'image que nous avons de cette personne. Par cons√©quent, cela vaut la peine de se demander : pourquoi cela me d√©range-t-il ? √Čtait-ce vraiment si grave ou l'ai-je pris trop au s√©rieux ? Nous sommes susceptibles de constater que nous exag√©rons ou tout cela est d√Ľ au fait qu'ils n'ont pas r√©pondu √† nos attentes.


3. Concentrez-vous sur ce que nous attendons de la relation. Nous ne pouvons pas changer les attitudes des autres, mais nous pouvons changer la relation que nous √©tablissons avec eux. Cela signifie que nous devons cesser de nous concentrer sur tout ce que l'autre fait de mal afin de nous concentrer sur ce qui ne fonctionne pas dans la relation. Ainsi, au lieu de bl√Ęmer cette personne pour tout ce qui ne fonctionne pas, nous nous concentrons sur ce que nous consid√©rons comme insatisfaisant dans la relation et nous nous demandons comment nous pouvons tous les deux l'am√©liorer.

Enfin, nous devons garder à l'esprit que souvent, les gens ne nous font pas de mal intentionnellement. Chacun porte son lot d'inquiétudes, d'anxiétés, de peurs, d'insécurités et de problèmes. Nous faisons tous des erreurs. Nous ne pouvons pas changer les attitudes des autres, leurs idées ou influencer leurs comportements pour les adapter à nos besoins ou à notre façon de voir le monde. La tolérance et la flexibilité sont les clés pour maintenir des relations satisfaisantes et protéger notre équilibre mental.


  • 20
ajouter un commentaire de Pourquoi ne pouvons-nous pas - et ne devrions-nous pas - changer les attitudes des autres ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.