Peut-on vivre sans amis ?

Peut-on vivre sans amis ?

Peut-on vraiment vivre sans amis ? Cet aspect peut-il avoir des conséquences sur notre santé psychologique ? De nos jours, de nombreuses personnes passent leurs journées sans un contact, un mot de réconfort et l'amitié de quelqu'un. On en parle dans cet espace.

Peut-on vivre sans amis ?

Rédigé et vérifié par le psychologue GetPersonalGrowth.

Dernière mise à jour: Novembre 15, 2022

Peut-on vivre sans amis ? Beaucoup d'entre nous pourraient probablement r√©pondre √† cette question : ¬ę Bien s√Ľr que vous le pouvez ! Je le fais, je n'ai pas d'amis et pourtant je suis en vie ¬Ľ. Certes, personne n'est laiss√© sans oxyg√®ne par manque de liens sociaux, le cŇďur ne s'arr√™te pas ni ne se dissout dans le vent √† cause de cela. Mais comment vivre sans amis ? Ressentez-vous un √©tat de bien-√™tre ou vous sentez-vous parfois saisi par une pinc√©e de vide ?



En fait, personne n'est jamais mort parce qu'il n'avait même pas d'ami, mais très souvent cette expérience est vécue avec tristesse, déception et désespoir. Considérez simplement que l'une des raisons les plus fréquentes pour lesquelles les gens ont recours à la thérapie est la solitude, l'incapacité d'établir des liens sociaux solides et de ne pas avoir quelqu'un à qui parler, rire et partager les joies de la vie.

Les humains sont des êtres sociaux et leur cerveau a besoin d'interactions de qualité avec leurs pairs, des personnes avec qui vivre des émotions positives, se sentir appréciés et trouver refuge. Comme le souligne la psychologie évolutionniste, avoir des amis n'est pas essentiel à notre survie, mais il rend la vie meilleure et nous donne l'occasion de vivre des moments de bonheur de temps en temps.


Peut-on vivre sans amis ?

On dit souvent que la qualit√© de nos relations sociales se nourrit des exp√©riences v√©cues en famille. Ce n'est pas tout √† fait le cas. Il y a ceux qui ont un pass√© traumatique d√Ľ √† des parents abusifs ou √† un manque d'affection, mais qui ont n√©anmoins une vraie famille gr√Ęce aux amis. Parfois, en revanche, c'est l'inverse qui se produit : avoir une famille aimante n'est pas une garantie d'amiti√©s fortes.


Au-delà de ça, personne ne peut nier que les bons amis colorent la vie. Des rencontres aléatoires qui, contrairement à la famille, ne nous sont pas données. Et presque sans savoir comment, les amis se transforment en complices, en trésors inattendus qui voyagent avec nous à certains moments ou, parfois, pour toujours.

Il y a des amis qui vont et viennent, c'est vrai. Il y a de fausses amitiés et des amitiés qui font de nous de meilleures personnes. Pourtant, il y a ceux qui, parce qu'ils manquent de sociabilité ou qu'ils ont été déçus par le passé, il passe sa vie sans ces chiffres. La question qui se pose est donc : peut-on vivre sans amis ?

On peut vivre sans amis, car on se retrouve dans une société de plus en plus individualiste

Bien s√Ľr, vous pouvez vivre sans amis. En fait, une √©tude de recherche men√©e √† l'Universit√© de l'Arizona par les Drs Melika Demir et Ingrid Davidson a montr√© un aspect int√©ressant. Il s'est av√©r√© que l'amiti√© est l'une des variantes qui permettent de vivre le bonheur; cependant, ce n'est pas l'√©l√©ment que les gens consid√®rent comme le plus important.


L'aspect décisif est la satisfaction des besoins les plus élémentaires, ainsi que le sentiment d'être capable. Se sentir indépendant, pouvoir subvenir à nos besoins les plus élémentaires, comme se nourrir, avoir un travail, un logement et même un partenaire sont des besoins plus forts. Puis un autre aspect s'ajoute, à savoir celui des relations liquides.

Comme le dirait le philosophe et sociologue Zygmunt Bauman, la société est de plus en plus individualiste. Cela rend les relations plus fragiles, peu fiables et même insaisissables. Les amis vont et viennent, ils durent rarement et même si cela peut déclencher le détachement, il y en a qui s'y habituent.

Je n'ai pas besoin d'amis, car j'interagis avec beaucoup de gens

Les gens ont besoin d'avoir accès à l'interaction sociale tous les jours, du moins dans sa forme la plus élémentaire. Discuter avec des collègues de travail, discuter avec des voisins, avec le boulanger de confiance… Ce sont des moments qui nous font du bien, au point que beaucoup n'ont pas besoin d'aller plus loin. C'est-à-dire qu'ils ne veulent pas ou n'ont pas l'intention de consolider les liens pour qu'ils deviennent de véritables amitiés.



Cette interaction superficielle suffit à ces gens, qui pourraient dire avec certitude qu'en effet on peut vivre sans amis.

Combien √ßa co√Ľte de ne pas pouvoir compter sur des amiti√©s solides ?

Nous avons maintenant d√©couvert que vous pouvez vivre sans amis. Beaucoup de gens n'appr√©cient pas ces liens pour une raison ou une autre et ce n'est pas grave, ils passent leurs journ√©es. Mais Cet aspect a-t-il un co√Ľt psychologique ?

Certes, chacun de nous est un monde en soi et il y a ceux qui sont satisfaits des relations avec leurs familles et avec leur partenaire. D'autres peuvent même se sentir satisfaits de leur propre solitude. Pourtant, ce n'est ni normal ni conseillé.

Il y a un autre fait dont il faut tenir compte : les suicides sont de plus en plus fréquents dans cette société individualiste aux relations fragiles. Ne pas avoir d'amis ne nous tue pas en soi, mais cela rend la vie plus difficile.

Les gens ont besoin de vrais amis, de personnes en qui ils peuvent avoir confiance pour créer des espaces qui les nourrissent émotionnellement. L'amitié enrichit l'existence, lui donne un sens et offre un soutien qui affecte si fortement la santé mentale.


L'absence de cette dimension crée des lacunes et des blessures dans lesquelles naviguent le manque d'affection et la solitude, qui s'attachent à nous de manière douloureuse et déforment notre réalité. Ne nous privons pas d'affection, cherchons des personnes avec qui partager des passions et des moments, grandir, rire… Les bénéfices sont immenses.

ajouter un commentaire de Peut-on vivre sans amis ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.