close
    search Buscar

    Peur de faire des erreurs : comment la surmonter

    Qui suis-je
    Joe Dispenza
    @joedispenza
    SOURCES CONSULT√ČES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Peur de faire des erreurs, d'échouer, de se tromper, de ne pas être à la hauteur, d'échouer.

    Il existe de nombreuses manières d'exprimer la même sensation que nous avons tous essayé à un moment ou à un autre.

    Dans certaines limites, la peur de faire des erreurs c'est une bénédiction : il agit comme un mécanisme de défense ancestral, qui nous empêche de faire des choses stupides, téméraires, dangereuses.


    Bref, des choses qui, il y a quelques dizaines de milliers d'années, nous auraient conduits à être mangés par un tigre à dents de sabre ou à être éloignés de notre tribu (ce qui, à cette époque, signifiait presque toujours une mort certaine).


    Cependant, cela devient un problème lorsque :

    • Il vous emp√™che d'agir. Et donc vous ne devenez pas ce que vous voulez, vous n'essayez pas de r√©aliser vos r√™ves, vous redimensionnez continuellement vos d√©sirs. Vous avez toujours voulu √™tre m√©decin, √©crivain, sportif professionnel, mais n'avez-vous jamais essay√© s√©rieusement ? Vous souhaitez inviter la personne de vos r√™ves mais ne vous d√©cidez jamais √† le faire ? Vous avez de bonnes id√©es mais n'avez jamais essay√© de les r√©aliser ? Ce sont tous des blocages dus √† la peur de ne pas r√©ussir, qui est en fait l'une des principales raisons qui pousse √† tergiverser. 
    • √áa te d√©traque, te faisant faire des erreurs que, avec moins d'anxi√©t√© sur vous, vous n'auriez jamais fait. Vous √™tes arriv√© tout pr√©par√© pour un examen et vous vous √™tes soudain retrouv√© la t√™te vide ? Vous √™tes mont√© sur sc√®ne et vous ne vous souvenez plus quoi dire ? C'√©tait la finale du tournoi et tu as tir√© le penalty vers les √©toiles ? Avec moins de peur de faire des erreurs, ces choses ne seraient probablement pas arriv√©es.

    Qu'est-ce qui cause la peur de faire des erreurs

    Comme nous l'avons vu, la peur de faire des erreurs tout d'abord, il a une composante ancestrale : nous l'avons écrit à l'intérieur et il a pour fonction de nous protéger.



    Cependant, deux institutions fondamentales pour notre développement psychologique peuvent contribuer à l'exacerber : famille et école.

    Certains parents sont tellement surprotecteurs qu'ils évitent simplement d'exposer leurs enfants au risque d'erreur, leur ouvrant continuellement la voie dans chaque activité.

    Quand ces enfants ils grandissent et rencontrent les premières difficultésn'ayant pas appris à réagir face à eux, ils découvrent soudain la peur de se tromper. Et, pour l'éviter, ils ne quittent jamais leur zone de confort, c'est-à-dire du domaine des choses qu'ils savent déjà faire.

    D'autres parents, en revanche, √† l'autre extr√™me, ils sont trop exigeants et critiques : dans ce cas, l'enfant apprend la peur de faire des erreurs d√®s son plus jeune √Ęge, quels que soient ses r√©sultats, une faible estime de soi.

    Même l'école, dans ce désastre éducatif - souvent fait pour une bonne cause - met la sienne.

    En effet, la réussite scolaire se mesure le plus souvent avec de bonnes notes et donc les erreurs sont, par définition, à éviter.

    Et donc ¬ę Nous √©levons des g√©n√©rations d'enfants qui sont terrifi√©s √† l'id√©e de faire des erreurs. De l'√©chec. Ou m√™me simplement de devoir s'asseoir en classe pendant quelques minutes sans savoir quelque chose. Mais si les √©l√®ves ont peur de faire des erreurs, ils ont aussi peur d'essayer de nouvelles choses, d'√™tre cr√©atifs, de penser diff√©remment". Alina Tugend, auteur de Better by Mistake: The Unexpected Benefits of Being Wrong

    Mais comment le problème de la peur de faire des erreurs est-il résolu ?


    Eh bien, en r√©fl√©chissant √† son objet principal : l'erreur.

    Eloge de l'erreur

    Il y a des erreurs qui peuvent avoir des conséquences désastreuses, équivalentes à être mangées par un tigre à dents de sabre. Heureusement, ils ne sont qu'une toute petite minorité, et c'est pour nous en défendre que, comme mentionné au début, nous avons développé la peur de faire des erreurs.


    En dehors de ces cas, l'erreur tant redoutée est fondamentalement un fait positif, pour au moins trois raisons :

    Se tromper est signe que vous vous ¬ę entra√ģnez ¬Ľ bien, c'est-√†-dire √† la limite de vos possibilit√©s.

    Dans ma vie j'ai raté plus de neuf mille tirs, j'ai perdu près de trois cents matchs, vingt-six fois mes coéquipiers m'ont confié le tir décisif et je l'ai raté. J'ai échoué plusieurs fois. Et c'est pourquoi j'ai tout gagné à la fin. (Michael Jordan)

    √ßa va vraiment mieux quand tu t'engages dans les limites de ses propres possibilit√©s, ou √† des niveaux o√Ļ il est facile de faire des erreurs :

    • Si tu ne tombes jamais en skiant, c'est parce que tu vas trop lentement
    • Si votre balle de tennis ne quitte jamais le court, c'est que vous ne tirez pas assez fort
    • Si vous obtenez des r√©sultats sans peine, c'est que vous vous √™tes fix√© des objectifs trop bas.

    Ceux qui se fixent pour objectif de ne jamais commettre d'erreurs ne peuvent vivre que en dessous de son talent.


    Se tromper est le mécanisme d'apprentissage le plus efficace qui soit

    As-tu remarqué? Dans n'importe quel domaine, les gens se souviennent beaucoup mieux de ce qu'ils ont fait de mal que de ce qu'ils ont fait de bien.

    Cette observation empirique peut être facilement expliquée en regardant ce qui se passe dans le cerveau dans les deux situations.

    Il existe des tests, par exemple PET / CT, qui montrent - à travers des représentations chromatiques - je différents niveaux d'activité cérébrale en réponse à différents stimuli psychologiques.

    Si, avec l'un de ces tests, vous regardez un cerveau qui vient d'avoir raison, vous voyez une s√©rie de zones qui augmentent discr√®tement leur coloration : il s'agit d'un nombre limit√© de neurones et de synapses, le plus souvent li√©s aux zones de gratification et de positif. renfort, qui f√™te ton petit succ√®s avec un ¬ę hourra ¬Ľ mental.


    D'autre part, lorsque vous regardez un cerveau qui vient de se tromper, il vous appara√ģtra - si vous le comparez avec le hourra vu au point pr√©c√©dent - comme toute la courbe d'un stade qui crie des gros mots.

    Le fait est que, lorsque nous commettons une erreur, notre cerveau se met à déclencher des décharges électriques et des neurotransmetteurs à plein régime, déclenchant des mécanismes émotionnels, cognitifs et de rétroaction très puissants, dont le but est :

    • Comprendre ce que nous avons fait de mal
    • √Čviter que cela se reproduise √† l'avenir

    C'est pour cette raison que, dans de nombreux sports professionnels, les athlètes regardent leurs compétitions au ralenti : ils recherchent des erreurs pour en tirer des leçons.

    Et c'est pour cette même raison que je recommande toujours aux étudiants de commencer à mémoriser ou à faire des exercices bien avant d'avoir atteint une préparation complète.

    De cette fa√ßon, ils feront des erreurs beaucoup plus souvent et, par cons√©quent, ils commenceront √† se souvenir beaucoup plus t√īt et beaucoup mieux.

    La technique de rappel actif, mais aussi les flashcards, s'appuient fortement sur l'acceptation et la correction des erreurs comme outil pour mémoriser plus rapidement.

    Se tromper est la condition préalable à la créativité et à la découverte.

    Isaac Asimov aimait à dire que

    La phrase la plus excitante en science n'est pas ¬ę Eureka ! ¬Ľ Mais 'C'est dr√īle...'

    C'est-à-dire que la phrase la plus excitante en science n'est pas "J'ai trouvé", mais "Hé, comme c'est étrange ..."

    Par là, le grand écrivain entendait que derrière une erreur, derrière une expérience qui ne donne pas les résultats attendus ou une observation autre que ce qui était attendu, souvent une découverte est cachée.

    Celui qui a peur de se tromper se retrouve face aux surprises et aux incertitudes.

    En revanche, ceux qui n'ont pas peur des erreurs, face à l'étonnement et au doute activent immédiatement les antennes de leur curiosité et commencent à essayer de comprendre ce qui ne va pas...

    Souvent, cette curiosité est récompensée par la grande joie de la découverte.

    Et je ne parle pas seulement de science, mais aussi de la vie quotidienne : l'erreur nous incite toujours à chercher plus profondément la vérité, ouvrant des possibilités auxquelles nous n'avions pas pensé.

    Surmonter la peur de faire des erreurs

    Peut-être que vos parents, au lieu de vous dire que vous aviez tort, vous ont involontairement fait penser que vous aviez tort

    Peut-être que vous avez passé des années, à l'école, à plat ventre sur le bureau avec la peur que le professeur vous appelle et ne vous trouve pas avec la réponse prête.

    Peut-être que personne ne vous a jamais dit que, à moins que vous ne soyez mangé par un tigre à dents de sabre, il n'y a rien de mal à faire des erreurs.

    Et ainsi, même aujourd'hui, lors d'une réunion d'affaires ou dans un laboratoire pédagogique, vous vous retrouvez à ne pas exprimer vos doutes et vos idées. par peur de faire des erreurs et d'être jugé négativement des autres.

    Ou, pire encore, vous avez renoncé à vos désirs de peur de ne pas être à la hauteur d'eux.

    Si tel est le cas, le moment est venu de se rebeller contre cette façon de voir les choses, et d'arrêter une fois pour toutes d'avoir peur de se tromper.

    Comment?

    Eh bien, avec un changement complet de mentalit√©. 

    Comme nous venons de le voir, les erreurs sont le plus souvent quelque chose de intrinsèquement positif.

    Alors si, jusqu'à hier, vous avez travaillé dur pour les éviter, à partir d'aujourd'hui il faut s'engager à en engager au moins un certain nombre !

    Pas d√©lib√©r√©ment, c'est-√†-dire faire une erreur volontairement, mais s'attaquer √† des t√Ęches qui sont √† la limite de vos capacit√©s, et dans lequel donc l'erreur est au coin de la rue.

    Bien s√Ľr, je ne parle pas des situations de ¬ę tigre √† dents de sabre ¬Ľ, qui peuvent √™tre nocives pour vous ou pour les autres.

    Mais de toutes ces situations dans lesquelles l'erreur, si vous regardez attentivement, cela ne justifie aucune crainte réelle.

    √ätes-vous un √©tudiant perfectionniste qui ne passe un examen que s'il est s√Ľr de le r√©ussir ?

    Alors fixez-vous l'objectif, cette ann√©e, d'√©chouer au moins une fois. √Čcoute, je ne plaisante pas : dans mon article ¬ę Tu reportes tes examens ? C'est peut-√™tre parce que tu √©tudies trop ¬Ľ, j'ai vraiment expliqu√© pourquoi accepter qu'un examen puisse mal tourner multiplier les chances d'obtenir un dipl√īme rapidement.

    Ne pas donner d'avis si vous n'√™tes pas s√Ľr de l'approbation de tout le monde ?

    Alors donnez-vous l'objectif ce mois-ci de insatisfait de vos idées au moins 2-3 personnes.

    Vous aimeriez écrire un livre mais vous ne le faites pas parce que vous ne vous en sentez pas capable ?

    Fixez-vous comme objectif, cette année, que la personne dont vous craignez le plus le jugement lise quelque chose de ce que vous avez écrit.

    Le schéma que vous devrez suivre est un peu celui de la désensibilisation systématique, technique de psychologie comportementale qui aide à surmonter les peurs et les phobies : vous vous exposez progressivement au stimulus qui vous fait peur, pour qu'il perde progressivement de son pouvoir sur vous.

    Et ainsi, comme ceux qui ont peur des chiens doivent progressivement apprendre à les avoir près, qui a peur de faire des erreurs il doit apprendre lentement à faire des erreurs.

    De cette façon, vous vous libérerez de nombreuses peurs et vous pourrez profiter pleinement de toute la magie d'une erreur réussie.

    Une salutation et √† bient√īt. Antoine.

    ajouter un commentaire depuis Peur de faire des erreurs : comment la surmonter
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.