close
    search Buscar

    On mûrit grâce aux dégâts pas aux années

    Qui suis-je
    Robert Maurer
    @robertmaurer
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Vieillir est inévitable, mais être vieux ne signifie pas nécessairement être mature. Ce n'est pas le temps qui nous fait changer de perspective et nous fait grandir, mais les expériences que nous avons vécues. Car lorsqu'il s'agit de cheminer dans la vie, ce qui compte souvent, ce ne sont pas les résultats obtenus, mais la personne que nous sommes devenus en prenant nos décisions.En fait, pendant des décennies, on a cru que la vieillesse était une période de perte. Aujourd'hui, nous savons que, comme le reste des étapes de notre vie, dans la vieillesse, nous perdons certaines compétences mais en gagnons d'autres. Par exemple, notre intelligence se cristallise, ce qui veut dire qu'elle s'appuie davantage sur l'expérience et les compétences acquises au cours de la vie. Nous sommes également plus prudents, empathiques, compréhensifs et beaucoup plus intelligents émotionnellement, mais ce n'est pas le temps qui nous donne tout cela, ce sont nos expériences, les situations difficiles auxquelles nous avons été confrontées et les conflits que nous avons résolus. Par conséquent, il y a aussi des très jeunes qui font preuve d'une grande maturité et d'une bonne résilience, tandis que certains adultes continuent à avoir des pensées enfantines pleines de stéréotypes. Ce n'est pas le moment qui nous fait prendre conscience que nous devons apprendre de nos erreurs et de nos échecs, ils sont les dommages que nous avons subis, qui nous poussent à renouveler notre esprit. Sortir blessé des combats de la vie nous apprend qu'il y a mille causes qui peuvent nous faire souffrir, mais qu'il y a mille et une raisons de se relever et de continuer.

    Le piment de la vie

    Un jour, un sage professeur hindou, fatigué d'entendre les plaintes de son élève, décida de lui donner une leçon. Il l'envoya chercher une poignée de sel. A son retour, il lui a demandé de prendre un peu de sel, de le mettre dans un verre d'eau et de boire. - Ca a quel goût? - Le professeur a alors demandé. - C'est salé et amer ! - Répondit l'élève. Alors le professeur, souriant, lui a demandé de l'accompagner au bord d'un lac. Il lui a demandé de jeter la même quantité de sel dans l'eau du lac et d'en boire ensuite. Le jeune homme aussi. - Quel est le goût de l'eau ? - Il a encore demandé. - C'est très frais. - C'est salé ? - Pas du tout. Alors le maître lui dit : « La douleur dans la vie est comme le sel. La quantité de douleur est toujours la même, mais le degré d'amertume que nous percevons dépend du récipient dans lequel nous déversons la douleur. Par conséquent, lorsque vous souffrez, tout ce que vous avez à faire est d'élargir votre perspective sur les choses. Cessez d'être un verre d'eau et devenez un lac".

    La valeur des années

    Les années sont aussi précieuses. Le passage du temps nous permet de prendre un certain recul, de nous éloigner des passions et des sentiments que nous éprouvons en ce moment pour évaluer la situation avec plus d'objectivité. Au fil des années, nous sommes capables de regarder en arrière et de trouver une place pour tout, en donnant à chaque événement la bonne dimension. Après de nombreuses années, nous pouvons rire de la peur que le professeur nous a donnée à l'école ou de l'anxiété qui nous a donné la perspective du premier embrasser. Le temps n'efface pas les expériences, mais adoucit leur impact émotionnel, nous rend plus sereins pour que nous puissions regarder en arrière et, d'une certaine manière, nous pouvons mieux réécrire notre histoire, mais pour réaliser le changement de perspective qui nous fait grandir, pour arrêter étant un verre et devenir un lac, nous devons être prêts à changer, accepter et lâcher prise. Le simple passage du temps ne suffit généralement pas pour oublier un amour ou se pardonner une erreur, nous devons faire notre part.

    La valeur de la douleur

    La douleur, le doute, l'incertitude, les conflits, les pertes et les erreurs sont également d'excellents maîtres de la vie. Ils sont tous nécessaires pour comprendre les choses dans leur dimension réelle. Les larmes peuvent être salées et brûler dans la plaie, mais elles ont aussi le pouvoir de purifier nos yeux et de nous permettre de voir le monde avec plus de clarté. Ce n'est que lorsque nous avons souffert que nous pouvons comprendre que le monde est beau et qu'il y a des choses qui la peine de se battre. À ce moment-là, nous nous sommes rendu compte que la route n'est ni trop longue ni pénible si la destination en vaut la peine. Après avoir souffert, nous comprenons que tout est relatif et nous pouvons voir le monde sous un nouveau jour, cessant d'être un petit verre pour devenir un lac. difficile d'existence, le leur. Ces personnes ont dû regarder à l'intérieur pour comprendre leurs émotions, prendre des décisions difficiles et passer à autre chose. C'est dans ce processus qu'ils ont trouvé leur vrai « moi » et ont grandi.Dans la peur, ils ont appris à ne pas avoir peur et dans la douleur, ils ont appris à gérer la souffrance. Ces enseignements sont des cicatrices de guerre, mais ils seront les miettes de pain qui leur montreront la voie la prochaine fois qu'ils feront face à des obstacles similaires. Parce qu'en regardant en arrière, ils ont appris la leçon la plus importante de toutes : rien n'est permanent, tout passe. La douleur nous rend plus humains, plus sages et nous permet de grandir. N'oubliez pas que le choix vous appartient toujours : versez la douleur dans un verre ou un lac.
    ajouter un commentaire de On mûrit grâce aux dégâts pas aux années
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.