Nous devons apprendre à être en désaccord sans attaquer

Nous devons apprendre à être en désaccord sans attaquer

Les écarts ne sont pas mauvais. Ce qui est mauvais, c'est de ne pas savoir être en désaccord. Attaquer ceux qui pensent différemment. Exclure le dissident. Se fermer à la confrontation uniquement parce qu'elle remet en question ce en quoi nous croyons.

Au lieu de cela, le dialogue socratique facilite une confrontation respectueuse entre deux personnes qui utilisent des arguments convaincants qui favorisent la réflexion et le raisonnement pour parvenir à la réponse la plus précise possible. Les deux personnes ont la possibilité de pratiquer l'art de la dissidence. Ouvertement.


Cependant, nous ne sommes ni Socrate ni dans l'Athènes classique. Nous vivons dans une société de plus en plus polarisée où les gens sont attaqués plus que leurs arguments dans le but d'imposer une vérité qui limite la pensée critique. Il n'est donc pas surprenant que les discussions dégénèrent rapidement en insultes et attaques personnelles.


S'identifier à outrance aux idées, se croire ce que l'on pense

Il n'est pas rare d'avoir une discussion animée avec quelqu'un sur quelque chose dont nous ne sommes pas assez sûrs ou sur lequel nous n'avons pas assez d'informations. Il est probable que plus tard, la tête froide, nous nous rendions compte que nous avons exagéré. Nous avons pris ses propos comme une attaque personnelle, comme si le simple fait d'être en désaccord impliquait que l'autre était devenu notre ennemi.

Les émotions sont un énorme obstacle qui nous empêche d'être respectueusement en désaccord. Lorsque les mots volent dans les airs comme des fléchettes télécommandées, ils frappent notre cerveau reptilien, avant même que nous en ayons pleinement conscience. Puis les émotions prennent le dessus et la raison s'éteint.

Les mots que nous qualifions de « dangereux » et qui déclenchent ce processus d'enlèvement émotionnel sont ceux qui « attaquent » notre identité. Le problème est que lorsque nous nous identifions trop à nos idées, tout ce qui les remet en question est perçu comme une attaque personnelle.



Si nous croyons que nous sommes ce que nous pensons, lorsque quelqu'un n'est pas d'accord et remet en question certaines de nos croyances les plus profondes, nous le percevons comme une attaque contre notre « moi ». Nous sommes incapables de prendre la distance psychologique nécessaire, alors les émotions prennent le dessus et nous répondons sans logique ni argument. Par conséquent, pour maîtriser l'art de la dissidence, nous devons maintenir une certaine équidistance de nos idées.

Lorsque l'écart est perçu comme une trahison

Nous ne donnons pas la même valeur à tous les mots. La dissidence qui vient de nos cercles de confiance les plus intimes, ou de groupes avec lesquels nous nous sentons identifiés, peut être plus douloureuse et générer des réactions émotionnelles plus intenses. Nous ne prenons pas les paroles d'une personne qui ne nous connaît pas sur les réseaux sociaux aussi au sérieux que les critiques d'un ami.

Nous devons partir du fait que les opinions, les idées et les récits nous aident à déterminer « qui est de notre côté ». Ce sont des sortes d'indicateurs qui nous disent de manière plus ou moins fiable à qui nous pouvons faire confiance et à qui nous ne pouvons pas faire confiance.

Par conséquent, même si cela peut sembler paradoxal, le prix à payer pour un désaccord peut être moins élevé lorsque nous sommes en désaccord avec des personnes qui ne pensent pas comme nous et ne font pas partie de notre cercle de confiance ou des groupes auxquels nous nous identifions.

Quello che è veramente difficile è imparare a non essere d'accordo con chi abbiamo accanto, con il gruppo che ci accoglie e di cui sentiamo di far parte, il gruppo in cui riponiamo i nostri affetti e in cui confidiamo per sostenerci quando le cose vanno mal. La dissidence dans ce groupe est souvent perçue comme une trahison personnelle difficile à gérer.


Ceci est confirmé par une étude menée à l'Université Monash, dans laquelle il a été constaté que lorsque nous devons être en désaccord avec nos proches, nous pouvons ressentir une forte dissonance cognitive. Fondamentalement, notre cerveau réagit comme si les idées de l'autre étaient les nôtres, ce qui génère cette division interne qui provoque l'anxiété.


Niveaux de divergence, de l'insulte à la réfutation

Nous sommes tous pleins de contradictions. Nous avons besoin de contacts avec les autres, ainsi que d'un certain degré d'approbation et de validation sociale. Nous avons besoin de nous sentir comme faisant partie du groupe. Mais nous devons aussi nous sentir uniques et différents. C'est pourquoi nous ressentons le besoin de ne pas être d'accord. Nous nous affirmons à travers les différences, littéralement ou symboliquement.

Dans ce dialogue social, il est normal que nous oscillions entre accord et désaccord. En fait, les idées les plus brillantes et les plus innovantes naissent généralement de la dissidence, c'est une fenêtre ouverte sur de nouvelles façons de voir et de comprendre le monde. Mais nous devons apprendre à être en désaccord avec respect et logique, car ce n'est qu'ainsi qu'un changement positif se produit.

L'essayiste Paul Graham a déterminé un certain nombre de niveaux de désaccord qui peuvent nous guider sur la voie d'une dissidence respectueuse, nous permettant également d'identifier les personnes qui nous manquent de respect dans cet échange d'idées.

• Les insultes. C'est la forme de désaccord la plus basse et probablement la plus courante. Dans ce cas, il n'y a pas de rationalité ou d'argumentation car la dissidence est basée sur l'insulte. Vous ne faites même pas attention à l'idée, vous allez droit aux insultes de manière grossière, empêchant ainsi toute possibilité de dialogue.


• Une dispute avec une personne. C'est une forme de dissidence dans laquelle les raisons impérieuses ne sont pas données, mais la personne est attaquée directement pour qui elle est ou pour ses actions, qui sont complètement sans rapport avec l'affaire. En pratique, au lieu de réfuter les arguments, ceux qui recourent à l'argumentum ad hominen se limitent à dire que l'autre manque d'autorité parce qu'il ne circule pas dans des cercles respectables ou a consommé de la drogue, par exemple.

• Réponse au ton. Dans ce cas, l'argument n'est pas attaqué, mais le ton que l'autre personne a utilisé. Au lieu d'indiquer l'erreur dans le raisonnement inverse, la personne attaque simplement le ton arrogant, frivole ou colérique. L'idée centrale n'est donc pas réfutée, mais l'attaque est dirigée contre les formes.


• Contradiction. À ce niveau de dissidence, vous arrêtez d'attaquer la personne pour vous concentrer sur l'idée en discussion. Cependant, l'argument contre présente simplement une idée opposée avec peu ou pas de justification. En pratique, la personne dit simplement le contraire, mais sans fournir aucune preuve à l'appui de sa demande.

• Contre argument. C'est la première forme impérieuse de désaccord qui essaie de prouver quelque chose. Le problème est que le contre-argument est généralement une contradiction plutôt qu'un argument en soi puisqu'il touche généralement à un sujet différent. Par exemple, étant donné l'idée que « les enfants ont besoin de jouets pour développer leurs compétences », un contre-argument indiquera que « la chose la plus importante est l'amour, l'attention et les soins que les enfants reçoivent ». Dans ce cas, même si le contre-argument est vrai, il ne réfute pas l'idée première.

• Réfutation. La forme de désaccord la plus convaincante est la réfutation, bien qu'elle soit aussi la plus rare, car elle nécessite plus de travail intellectuel. Dans ce cas on part des arguments de l'autre pour expliquer pourquoi sa thèse ne tient pas. Elle consiste à trouver l'erreur dans un sujet et à l'expliquer en utilisant des données, en donnant des raisons ou en utilisant des preuves.

Dans tous les cas, pour réussir à pratiquer l'art de la dissidence, il est important que l'on se concentre sur la réfutation du point central, en évitant de le contourner pour ne pas tomber dans des discussions inutiles et hors de propos. Une fois que nous avons identifié l'idée centrale sur laquelle porte la discussion, nous devons rechercher des arguments solides pour la réfuter.

Nous devons nous rappeler que dans la mer sociale dans laquelle nous nageons, il n'est pas toujours facile de s'orienter et nous ne sommes souvent pas pleinement conscients des courants qui nous poussent dans un sens ou dans l'autre. Néanmoins, l'art du désaccord consiste à exercer notre liberté de désaccord en permettant à l'autre de l'exercer aussi.

Après tout, être en désaccord vient du mot latin "discrepāre", qui signifie sonner différemment ou avoir une opinion différente. Cela n'implique pas d'avoir raison ou de détenir la vérité, mais seulement de présenter un point de vue différent qui peut offrir une perspective différente sur les problèmes complexes du monde.

ajouter un commentaire de Nous devons apprendre à être en désaccord sans attaquer
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load