close
    search Buscar

    Neuroplasticité : comment pouvons-nous changer notre cerveau

    Qui suis-je
    Joe Dispenza
    @joedispenza
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    « Nous sommes Ă  l'aube d'une rĂ©volution, celle de neuroplasticitĂ©. Il est en effet dĂ©sormais clair que la machine cĂ©rĂ©brale peut ĂŞtre constamment reprogrammĂ© et rĂ©visĂ© dans ses fonctions, pour tout le cours de notre vie et sous notre contrĂ´le direct ». Michel Merzenich, Neuroscientifique, pionnier des Ă©tudes modernes sur la plasticitĂ© cĂ©rĂ©brale. 

    Qu'est-ce que la neuroplasticité ?

    Et la capacité de notre cerveau à changement d'un point de vue structurel et fonctionnel en réponse à des stimuli externes.



    Il s'agit d'un champ d'investigation extrĂŞmement complexe, encore Ă  explorer.

    Cependant, il y a une chose très importante qui peut maintenant être dite avec certitude.

    Le vieux paradigme selon lequel le cerveau, après l'adolescence, a une architecture fixe et a perdu sa capacité à grandir, s'adapter et s'améliorer, n'est plus valable.

    Au contraire, il est maintenant universellement admis que nous sommes capables de agir sur nos structures cérébrales de manière positive (et négatif) tout au long de notre vie.

    Ceci, bien sûr, nous donne un grand pouvoir.

    Celui d'améliorer nos capacités cérébrales et de lutter, au moins en partie, contre la détérioration qui se produit au fil des années.

    Comment fonctionne la neuroplasticité

    Lorsque vous commencez à apprendre n'importe quelle compétence, que ce soit jouer au tennis, jouer de la guitare, parler une langue étrangère aussi un groupe de neurones dans votre cerveau, il commence à s'y consacrer.

    Au début, ils sont peu nombreux et peu spécialisés.

    Ils fonctionnent de manière non coordonnée les uns avec les autres, ils émettent des signaux faibles, lents, souvent même complètement faux.


    Et donc vous manquez la balle, vous manquez les cordes Ă  frapper, vous ne reconnaissez pas le son de ce qu'on vous dit.


    Pendant que vous répétez l'activité Cependant, à mesure que vous devenez de plus en plus compétent, un certain nombre de choses intéressantes se produisent dans le cerveau.

    De plus en plus de neurones sont recrutés - dans certains cas, cela semble même venir créer nouveaux - de plus en plus de connexions sont formées, des signaux plus forts sont envoyés, de nouveaux modèles d'interaction sont générés.

    De même, lorsque vous arrêtez de vous engager dans une activité, votre cerveau commence lentement à s'en débarrasser également.

    Les signaux s'affaiblissent, de nombreuses connexions intercellulaires sont perdues, la coordination entre les neurones diminue et toute la zone cĂ©rĂ©brale qui lui est dĂ©diĂ©e subit une paupĂ©risation progressive. 

    Dans les deux cas, nous sommes confrontés au phénomène de neuroplasticité, seulement que la modalité dans laquelle cela se produit et le résultat final sont de signe opposé

    Neuroplasticité positive et négative.

    Comme tous les changements, la plasticité cérébrale peut être positive ou négative.

    Parlons neuroplasticité positive lorsque le cerveau augmente le nombre de connexions synaptiques, leur efficacité, leur spécialisation et par conséquent est capable d'obtenir une série d'effets notables :

    • Apprendre plus vite
    • AmĂ©liorer la mĂ©moire et la concentration
    • RĂ©sistez au stress et adaptez-vous plus rapidement
    • Mieux gĂ©rer les Ă©motions
    • Se remettre de tout dommage
    • MĂŞme dĂ©velopper capacitĂ©s supra-humaines (Je vais vous raconter sous peu un exemple vraiment Ă  la limite de la rĂ©alitĂ©)

    D'autre part, lorsque la neuroplasticité est négative, le cerveau est réduit en taille et le nombre et l'efficacité de ses connexions diminuent, avec pour conséquence une dégradation fonctionnelle.


    Ce dernier est l'expérience typique que beaucoup vivent dans la vieillesse, mais qui commence en réalité beaucoup plus tôt.


    Comment pouvons-nous le contrĂ´ler?

    Facteurs affectant la neuroplasticité

    Des études scientifiques ont mis en évidence de nombreux facteurs qui interagissent positivement et négativement avec la neuroplasticité.

    Les principaux sont :

    Stimuli sociaux et environnementaux

    Une vie sociale riche et variée maintient le cerveau plus jeune. À l'inverse, la réduction des interactions sociales est associée à une plus grande probabilité de déclin cognitif.

    C'est ce qui peut arriver aux personnes âgées quand, à la retraite, ils ne remplacent pas les stimuli de la vie active par d'autres tout aussi forts.

    Mais aussi Aux enfants vivant dans des milieux sociaux difficiles, démunis d'un point de vue culturel et social.

    Stress

    Le stress supprime la neuroplasticité, qui est stimulée par toute activité pouvant la réduire : par exemple, méditation, yoga, pleine conscience, exercice.

    En particulier pour la méditation, des études de neuro-imagerie ont montré qu'elle est capable de :

    • rĂ©duire la rĂ©activitĂ© de l'amygdale, une petite partie du cerveau qui est liĂ©e aux sentiments de stress et de peur (crf: Buddha's Brain: Neuroplasticity and Meditation)
    • favoriser Ă©paississant le cortex cĂ©rĂ©bral frontal et l'hippocampe (la zone du cerveau la plus impliquĂ©e dans la mĂ©moire)

    Qualité du sommeil

    L'un des mythes de la productivité moderne est de ne dormir que 4 à 5 heures par nuit.


    Cependant, c'est un grosse erreur.

    Le manque de sommeil provoque en effet déséquilibres hormonaux (notamment en ce qui concerne la sécrétion de cortisol, qui est entre autres l'une des hormones du stress) e déclin cognitif.

    Dormir peu et mal est un problème qui ne doit pas être sous-estimé, mais confronté à une décision, même avec l'aide d'experts.


    RĂ©gime et exercice

    Ce sont des variables complexes à analyser, mais il y a maintenant un certain accord pour croire que les oméga 3, les antioxydants et la restriction calorique modérée sont capables de favoriser la neuroplasticité.

    Cet effet est encore plus évident lorsque le régime est associé à l'exercice.

    À l'inverse, le surpoids, une faible activité physique et les gras trans sont corrélés à une diminution de la neuroplasticité.

    Entrainement Cerebral

    L'entraînement cérébral, comme je le dis dans un de mes articles, est encore un "champ de mines". Il existe et fonctionne, mais on ne sait toujours pas comment, quand, dans quelle mesure.

    A la fin de l'article, je vais vous donner quelques conseils.

    Et pour plus d'idées, vous pouvez lire cette collection d'exercices d'entraînement de l'esprit faciles et bien connus.

    Ici à la place, Je veux vous parler d'une expérience célèbre qui vous montrera comment la neuroplasticité est une réponse naturelle à l'entraînement cérébral.

    Il faut savoir que, pour passer le permis de conduire de taxi à Londres, il faut passer un examen pour lequel le candidat doit avoir mémorisé un labyrinthe de plus de 25 XNUMX rues et ruelles à moins de 10 kilomètres de Charing Cross au cœur de la ville.

    Il faut normalement environ 4 ans de préparation.

    Eleanor Maguire, de l'University College London, a analysé un groupe de 79 aspirants chauffeurs de taxi en mesurant taille de leur hippocampe au début de la préparation à l'examen et 4 ans plus tard, à la fin de l'examen.

    L'hippocampe est une structure cérébrale profonde fortement impliquée dans les processus de mémorisation.

    Le Dr Maguire a découvert qu'au cours de ces 4 années, la taille de l'hippocampe avait considérablement augmenté.

    Grâce à la formation, le cerveau des aspirants chauffeurs de taxi était devenu incontestablement plus efficace.

    Pour ce faire, il avait subi des modifications structurelles (résultat de la neuroplasticité !) si remarquables qu'elles pouvaient être mesurées par résonance magnétique.

    État d'esprit et neuroplasticité

    L'état d'esprit avec lequel vous réfléchissez aux capacités de votre cerveau est encore plus important que les facteurs que nous venons de voir, ou plutôt les conditions préalables à leur efficacité.

    Pour les amĂ©liorer, vous devez d'abord vous convaincre que vous pouvez vraiment le faire. 

    Laissez-moi vous dire pourquoi.

    Dans un article il y a quelque temps, j'ai dit que les gens peuvent avoir deux types d'Ă©tat d'esprit :

    État d'esprit fixe : ces personnes sont convaincues qu'elles sont nĂ©es avec un bagage de capacitĂ© spĂ©cifique et immuable, une « quantitĂ© d'intelligence » qui reste fixe Ă  vie ou du moins diminue avec l'âge.

    Mentalité de croissance: ces personnes croient que leurs capacités peuvent évoluer positivement et s'accroître tout au long de leur existence.

    Il y a quelque temps, nous venons de voir comment l'alimentation, l'exercice, le contrôle du stress, le sommeil, l'entraînement mental peuvent affecter positivement ou négativement votre neuroplasticité.

    Si vous avez une attitude de "Croissance", il sera naturel que vous vous occupiez de tous ces aspects pour obtenir des résultats.

    Si, en revanche, vous avez une attitude « Fixe », il vous sera plus difficile de mettre en œuvre les stratégies nécessaires pour modéliser positivement votre cerveau.

    Pour tous les "états d'esprit fixes" qui lisent cet article, voici une histoire vraiment incroyable et inspirante de la neuroplasticité.

    Un cas sensationnel de Neuroplasticité : l'écholocation humaine

    Sur la liste des choses que nous pouvons faire avec la neuroplasticité, je vous ai dit qu'il y en avait vraiment surhumaines.

    Parmi eux, celui que je trouve le plus excitant est le Ă©cholocation humaine.

    L'écholocation est la capacité d'identifier la position et la taille des objets dans l'environnement créer des sons et analyser mentalement leur écho.

    Les chauves-souris, les baleines, les dauphins l'utilisent, et cela leur permet de se déplacer dans l'obscurité totale en évitant les obstacles et en reconnaissant les dangers.

    Incroyablement, c'est une compétence qui même les humains Je suis capable d'évoluer.

    En particulier, certaines personnes aveugles sont capables d'utiliser l'Ă©cholocation d'une manière extraordinairement efficace, en enregistrant non seulement la position et la taille des objets, mais mĂŞme la matière dont est faite leur surface. 

    Et ils le font grâce à l'écho sonore qu'ils reçoivent en faisant claquer leur langue ou en frappant le sol avec une canne.

    A la base de cette capacité, il y a, encore une fois, la neuroplasticité.

    En réalisant une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle d'individus capables d'écholocaliser des objets, le professeur Thaler de l'Université de Durham a fait une découverte surprenante.

    Ce ne sont pas les zones du cortex auditif qui enregistrent le son qui sont activées lorsque l'écho est entendu, mais celles du cortex visuel !

    Chez les aveugles experts en écholocation, on arrive donc conversion fonctionnelle complète d'une aire corticale normalement affectée à une fonction complètement différente.

    Le cortex visuel, qui convertit normalement les stimuli visuels en images, apprend Ă  convertir les signaux sonores en images.

    Evidemment ces images n'ont pas la même précision de détail que celles perçues avec les yeux.

    Cependant, ils sont suffisants pour permettre à la personne aveugle de faire des choses comme faire du vélo et esquiver les obstacles, marcher dans une forêt pleine d'arbres, s'orienter dans un environnement inconnu.

    C'est un phénomène vraiment incroyable, qui ouvre entre autres des scénarios futuristes grâce à des études sur rehaussement des signaux par l'implantation d'électrodes cérébral.

    Qu'est-ce que l'avenir a Ă  offrir

    je souhaite maintenant que vous avez rĂ©flĂ©chi Ă  une chose. 

    Cela peut sembler incroyable aujourd'hui, mais il y a encore quelques décennies, il y avait très peu de gymnases et ceux qui les fréquentaient étaient souvent considérés comme quelqu'un de bizarre, d'obsédé.

    De même, ceux qui allaient courir le matin ou décidaient de se déplacer principalement à vélo étaient considérés soit comme des hippies, soit comme des fanatiques de la mode américaine.

    Aujourd'hui, cependant, pratiquement tout le monde sait que l'exercice fait partie intégrante d'une vie saine et heureuse.

    De même, en quelques années, entraînement cérébral et neuroplasticité ils deviendront des concepts largement connus et partagés par tous.

    Partie naturelle de notre vie quotidienne et de notre santé.

    Le concept de maintenir le cerveau en entraînement comme s'il s'agissait d'un muscle n'est donc pas simplement un cliché, un mythe ou un dicton pseudo-scientifique.

    Des études de neuroplasticité ont montré que il est possible d'exercer notre cerveau modifier sa structure et la rendre plus performante.

    En plus d'avoir montré que mauvaises habitudes et désuétude ils l'appauvrissent et l'endommagent.

    Il faudra probablement encore longtemps avant que ces études nous aident à trouver un remède aux maladies dégénératives du cerveau.

    Cependant, il est bon de savoir que notre cerveau et sa santé sont également en partie sous notre contrôle.

    Quel que soit votre âge, quelle que soit votre condition, utilisez votre cerveau au maximum.

    Entourez-vous de stimuli intellectuels et sociaux.

    Bien manger, bien dormir, bouger, méditer, se détendre.

    Étudiez, lisez, jouez, faites des mots croisés, des sudokus, des énigmes.

    Essayez toujours d'apprendre de nouvelles choses.

    Gardez votre esprit ouvert aux nouvelles idées, aux nouvelles tendances, aux nouvelles façons de voir les choses.

    Faites vĂ´tres les paroles de Sherlock Holmes :

    « Mon cerveau se rebelle face à toutes les formes de stase, de stagnation intellectuelle. Donnez-moi des problèmes à résoudre, donnez-moi du travail à faire, donnez-moi le cryptogramme le plus abscons à décrypter, ou examinez l'enchevêtrement analytique le plus complexe et je me retrouverai dans mon élément. »

    Une salutation! Antoine.

    ajouter un commentaire depuis Neuroplasticité : comment pouvons-nous changer notre cerveau
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.