Libérer ses émotions après un traumatisme aide-t-il à prévenir le stress ?

    Libérer ses émotions après un traumatisme aide-t-il à prévenir le stress ? Après avoir subi une expérience traumatisante, le bon sens et de nombreuses voix autour de nous suggèrent de libérer nos émotions, mais… Normalement après une catastrophe naturelle majeure, les gouvernements mobilisent une équipe de psychologues sur les lieux des événements, pour aider les gens à gérer leurs émotions, mais… quelle est l'efficacité de cette stratégie ? Telles sont les questions du Dr. Seery de l'Université de Buffalo et son équipe, qui ont examiné comment les gens ont perturbé les réalités de la vie quotidienne après l'attaque terroriste du 11 septembre à New York. Les résultats indiquent que parler de nos pensées et de nos mouvements après un traumatisme peut être psychologiquement préjudiciable. Cette étude a porté sur 36 XNUMX personnes d'un échantillon représentatif de tout le pays qui ont été contactées via Internet immédiatement après l'attaque terroriste. On leur a demandé d'exprimer librement leurs pensées et leurs émotions. Parmi tous ceux-ci, 2.138 XNUMX personnes ont été suivies au cours des années suivantes pour évaluer comment elles ont fait face aux traumatismes collectifs. Sur ce nouvel échantillon, seuls 579 sont restés silencieux, préférant ne pas exprimer leurs sentiments ou idées à respecter. Les résultats ont également été d'un grand impact pour les chercheurs eux-mêmes : une corrélation positive a été mise en évidence entre la libération d'émotions et le stress post-traumatique. C'est-à-dire que les personnes qui libéraient leurs émotions présentaient plus tard des symptômes de stress post-traumatique tandis que celles qui résistaient avaient des niveaux de stress plus faibles. Cela suggère que la théorie populaire, selon laquelle la libération des émotions après un traumatisme agit comme une "valve de libération positive", n'est peut-être pas certaine, et que même cela pourrait avoir des répercussions négatives sur la santé mentale d'une personne. Bien que la recherche ait porté sur un échantillon considérable, il y a quelques explications alternatives que je vous soumets : - Les causes qui ont motivé les gens à ne pas lâcher leurs sentiments sont très variées ; l'un d'eux pourrait être que l'événement ne les a peut-être pas vraiment affectés et qu'ils ont gardé leur sang-froid face à la situation. C'est une hypothèse possible même si je la considère particulièrement improbable étant donné que l'attentat terroriste a été un événement qui a ému de nombreuses personnes à travers le monde. - Ceux qui ont libéré leurs émotions immédiatement ont été plus traumatisés au début que ceux qui ne l'ont pas fait, il est donc normal qu'ils présentent plus de symptômes de stress post-traumatique. Cette idée m'est plus sensible que la précédente, même si elle a sa faiblesse : la libération émotionnelle ne dépend pas uniquement de l'intensité de ce que l'on a vécu mais aussi de particularités personnelles ; ainsi, les personnes qui ont tendance à être plus expressives émotionnellement ne sont pas celles qui ressentent le plus la situation, mais plutôt celles qui l'extériorisent le plus. Cependant, outre les résultats de l'étude, la validité de la théorie dite de la « cocotte-minute » est toujours en discussion. Je résumerai rapidement cette théorie populaire qui a rempli les annales de la thérapie psychologique : les émotions s'accumulent en nous jusqu'au moment où notre esprit n'est plus capable de supporter la tension et explose en libérant toute la pression concentrée, de cette façon l'humeur s'améliore considérablement . Les personnes qui ne libèrent pas leurs émotions les nieraient, et puisque le déni est un processus nocif et pathologique, elles se feraient du mal. Certains psychologues avancent que les personnes qui n'expriment pas leurs émotions face à une situation traumatisante ne seraient pas forcément des « négateurs » mais plutôt des personnes plus résilientes face à l'adversité. A cela s'ajoute la recherche développée par l'Université catholique de Louvain qui affirme que partager des sentiments après avoir souffert d'une émotion forte favoriserait une récupération plus rapide. Cependant, nous savons déjà que dans ces cas, nous parlons toujours en termes de chiffres et de statistiques alors que dans la psychologie quotidienne, la réalité est souvent présentée sous différents aspects. Cette recherche doit s'inscrire dans une pause de réflexion sur le chemin qui nous pousse à enrichir nos activités thérapeutiques et à élargir notre vision du monde.



    ajouter un commentaire de Libérer ses émotions après un traumatisme aide-t-il à prévenir le stress ?
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

    End of content

    No more pages to load