Les mots sont aussi importants que les faits

Les mots sont aussi importants que les faits

Les mots sont notre essence et forment la base de nos relations.

Les mots sont aussi importants que les faits

Derni√®re mise √† jour: 15 Ao√Ľt 2020

Des √©tudes ont montr√© que les mots provoquent diff√©rentes r√©actions dans le cerveau. Les destructeurs, par exemple, augmentent la production de l'hormone du stress. Les √©difiantes, en revanche, entra√ģnent une plus grande s√©cr√©tion des hormones du bien-√™tre.

Nous r√©p√©tons souvent des phrases telles que "Les mots si le vent les emporte" ou "Ce ne sont que des mots", √† la lumi√®re des d√©veloppements de la th√©orie du langage qui ont eu lieu au cours du XXe si√®cle. Aujourd'hui, nous savons que les mots sont de v√©ritables moyens de communication et que les gens ¬ę parlent en marchant ¬Ľ.



Nous sommes tous faits de mots, qui ne sont que la matérialisation d'idées. Et les idées matérialisent la culture. Nous nous relions à nous-mêmes, aux autres et à l'environnement à travers la culture, les idées et les mots. Pour cette raison, ces derniers font partie de l'essence de l'être humain, avec un impact assez important.

"Un seul mot peut influencer les gènes qui régulent le stress physique et émotionnel."
-Andrew Newberg-

Les seuls mots que le vent emporte sont ceux qui ne nous concernent pas. Ceux qui ont plut√īt √† voir avec nous, ou avec nos sc√©narios, comptent et comment. Ils ne s'envolent pas, ils restent l√†, fa√ßonnant nos sentiments et nos √©motions, jusqu'√† ce qu'ils atteignent notre conscience. On peut dire que les expressions verbales sont aussi importantes que les faits.

Le langage et son impact sur le cerveau

L'une des hypothèses les plus intéressantes des neurosciences est que chaque mot génère des réactions différentes dans le cerveau. Les expressions verbales positives et négatives déclenchent des changements quantifiables. L'une des études les plus complètes à cet égard est celle menée par les psychiatres Mark Waldman et Andrew Newberg, auteurs du livre Words can change your brain.



Le livre démontre quelques réactions cérébrales curieuses déclenchées par les mots "oui" et "non". Lorsqu'une phrase commence par le mot "non", le cerveau commence à sécréter plus de cortisol, l'hormone du stress. À son tour, si la phrase commence par "oui", il y a une augmentation de la production de dopamine, l'hormone du bien-être.

Sur la même longueur d'onde, une étude menée par l'Université Friedrich Schiller a montré que les expressions affectueuses et positives activent le cortex préfrontal dorsomédian du cerveau, une zone liée à l'auto-considération et à la prise de décision émotionnelle.

Mots positifs et négatifs

On appelle "mots négatifs" ceux qui véhiculent un message violent ou agressif et qui, d'une manière ou d'une autre, sont destructeurs. Apparemment, ils ont un impact beaucoup plus fort et plus durable que les expressions positives.

Pensez simplement qu'en lisant une liste de mots négatifs, le niveau d'anxiété augmente. Les exemples sont "mort", "maladie", "tristesse", "douleur", "misère", etc.

Certaines études soutiennent que l'effet d'un mot négatif n'est pas le même que celui d'un mot positif. Cet aspect est particulièrement accentué lorsque le terme négatif en question s'adresse expressément à la personne et à ses caractéristiques. Pour adoucir l'effet d'un mot négatif, il faut au moins cinq mots positifs. Une excuse ne suffit pas. Nous devons faire beaucoup mieux.

Des phénomènes intéressants ont également été observés en milieu de travail. Il a été montré, par exemple, que si un employé reçoit souvent des mots d'appréciation et d'appréciation pour le travail effectué, il a tendance à devenir de plus en plus lié à sa propre activité de travail et est amené à être plus coopératif et productif.


Faites attention à ce que vous dites

Une personne peut dire en moyenne 70.000 XNUMX mots par jour. √Čtant un acte si fr√©quent et quotidien, nous ne pouvons pas sous-estimer sa valeur. Apr√®s tout, comme nous l'avons dit, les mots sont notre essence et forment la base de nos relations. L'utilisation correcte des mots a un grand potentiel pour rendre nos vies meilleures ou pires.



Il est donc très important de prêter attention à la façon dont nous utilisons le langage. Surtout dans les situations de tension, de conflit ou de malaise. Dans ces cas, nous devons faire attention non seulement à ce que nous disons aux autres, mais aussi à ce que nous nous disons. Parfois, nous avons simplement besoin d'un moment de silence pour trouver les termes justes pour mieux exprimer ce que nous pensons ou ressentons.


Le potentiel des mots est énorme. Le psychiatre colombien Carlos Cuéllar suggère de commencer et de terminer votre journée en vous remerciant d'être en vie. Ce simple geste suffit à améliorer considérablement notre santé physique et mentale. Nous transformons notre langue en alliée pour notre bien-être personnel et non en piège.

ajouter un commentaire de Les mots sont aussi importants que les faits
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.