Les lois du détachement pour la libération émotionnelle

Les lois du détachement pour la libération émotionnelle

Ce n'est que lorsque nous serons capables d'appliquer les lois du détachement, battant ainsi l'ego, que nous cesserons enfin de souffrir.

Les lois du détachement pour la libération émotionnelle

Rédigé et vérifié par le psychologue GetPersonalGrowth.

Dernière mise à jour: 29 décembre 2021

Dans l'approche de la croissance personnelle et de la spiritualité, le détachement est crucial pour atteindre le bonheur. C'est dépasser les barrières de la zone de confort pour ne plus vivre dans la peur de perdre des dimensions auxquelles on s'accroche trop. Ce n'est que lorsque nous pourrons appliquant les lois du détachement, vainquant ainsi l'ego, nous cesserons enfin de souffrir.



Essayons un instant d'expliquer ce qu'est le bonheur pour nous. Certains diront que la personne heureuse est celle qui a de grandes ressources, un bon partenaire, un gros compte courant. Tout cela couvre sans aucun doute bon nombre de nos besoins les plus élémentaires.

Mais ces dimensions offrent-elles une authentique sensation de bien-être ? En fait, la définition la plus précise du bonheur est on ne peut plus simple : le le bonheur c'est l'absence de peur, c'est ne pas connaître l'angoisse.

Cela signifie essentiellement savoir aimer, apprécier et s'impliquer de manière plus équilibrée et saine, en se libérant des excès qui enchaînent et enchaînent. Couper leurs ailes.

Pratiquer le détachement est donc la première étape pour atteindre un tel état. C'est se permettre d'être plus libre, plus léger, moins attaché à ce que l'on a ou manque. C'est vivre avec le cœur sans avoir besoin compulsivement de rien ni de personne. En même temps, c'est aussi être capable et savoir se donner aux autres avec authenticité et sans pression.


La libération émotionnelle générée par le détachement offre la possibilité de vivre plus honnêtement. C'est alors que l'option de grandir, d'avancer en toute connaissance de cause, se présente devant nous.


Sans nuire à personne, sans que d'autres nous limitent avec les chaînes de l'amour passionnel, filial ou même maternel. Apprenons donc à mettre en pratique les lois simples du détachement.

Les lois du détachement

Soyez responsable de vous-même

La première loi du détachement invoque un principe fondamental de la croissance personnelle : la responsabilité. Réfléchissons-y : personne n'enlèvera pour nous toutes les pierres que nous trouverons sur la route. Comme si personne ne respirait pour nous ou ne proposait de prendre en charge nos douleurs.

Chacun de nous est l'architecte de sa propre existence et cela demande du courage. Cela signifie que nous devons nous détacher des opinions des autres, du besoin d'être reconnu, de l'approbation extérieure pour réaliser des décisions, des rêves ou des projets. Nous sommes des gens libres, prêts à créer le destin que nous jugeons approprié.

Pleinement conscients du droit d'être les bâtisseurs de son propre destin, nous gardons à l'esprit les dimensions suivantes :

  • Ne mettez pas le bonheur entre les mains des autres. Ne conçois pas l'idée que trouver un partenaire ou toujours recevoir une reconnaissance familiale est essentiel pour être heureux dans cette vie. La solitude est parfois la meilleure compagnie à combler.
  • Si le baromètre de la satisfaction et du bonheur dépend de ce que les autres donnent, il n'y aura que de la souffrance. La raison? Ils répondront rarement à tous les besoins personnels.
  • Cultivez le bonheur, se sentir responsable, mûrir, être conscient de ses décisions et de leurs conséquences, choisir par soi-même et ne jamais laisser son bien-être dépendre de l'avis ou des conseils des autres.

Vivre dans le présent et accepter la réalité

Dans cette vie rien n'est éternel, rien ne reste, tout coule et il reprend son chemin en tissant cet ordre naturel qu'il nous est parfois si difficile d'accepter.



Nous sommes presque toujours concentrés sur tout ce qui s'est passé dans le passé et qui, d'une manière ou d'une autre, devient maintenant un lourd fardeau qui modifie notre présent. Nous sommes souvent tellement "attachés" à tous ces événements d'hier que on oublie le plus important : vivre.

Nous mettons toute notre attention sur les mésententes familiales, sur le traumatisme qui nous entoure et nous affecte, sur la perte, sur la déception sentimentale ou la frustration indépassable... Tout cela sont des ancres qui tiennent, qui nous mettent les chaînes aux pieds et elles sont accrochés à notre âme.

Le détachement s'unit aussi pour se tourner vers le présent et nous permettre de panser nos blessures. Il faut favoriser l'acceptation, assumer la réalité et ne pas résister à certaines épreuves. De plus, un Parfois, nous n'avons pas d'autre choix que de pardonner et même de nous pardonner.

Ce n'est qu'alors que nous nous sentirons plus libres, prêts à apprécier avec tous nos sens l'ici et maintenant, ce cadeau dans lequel nous avons notre véritable opportunité.

Lois du détachement : promouvoir la liberté et laisser les autres aussi être libres

La liberté est la manière la plus pleine, la plus complète et la plus saine de profiter de la vie, de la comprendre dans toute son immensité.

Se détacher ne signifie pas couper les liens ou les établir au nom de la froideur émotionnelle. Plutôt l'inverse. C'est une dimension dans laquelle nous pouvons apprendre à aplanir nos peurs pour aimer de manière plus authentique et respectueuse.


Savoir donner et se laisser recevoir sans pression, sans besoins aveugles, sans angoisse ni avec la peur éternelle d'être abandonné. C'est préférer sans avoir besoin des autres.

Un autre aspect à retenir à propos de la publication est que nous ne sommes pas obligés d'être responsables de la vie des autres. Il ne manque donc pas de ceux qui aspirent à trouver un partenaire pour échapper à la solitude ou même pour panser de vieilles blessures d'hier.


Qu'il soit clair qu'aucun de nous n'a l'obligation d'être un héros. Sauver les autres pour guérir leur solitude ou les fractures causées par d'anciennes relations. Ces liens ne génèrent que de la souffrance.

Les attachements intenses ne sont jamais sains, pensez par exemple à ces parents obsessionnels qui vont trop loin dans la protection de leurs enfants et les empêchent de mûrir, d'avancer en toute sécurité pour explorer le monde.

Le détachement est vital dans ces cas, car il permet de dépasser les limites de la certitude pour apprendre de l'inattendu, de l'inconnu.

Acceptez que les pertes arrivent tôt ou tard

Dans chaque courant bouddhiste et spirituel, il y a l'idée d'impermanence. Nous parlons de cette dimension dans laquelle nous sommes obligés de comprendre que dans cette vie rien ne dure, que rien ne peut durer éternellement.

Les relations et même les choses matérielles changent, mûrissent et souvent même disparaissent. Nous acceptons donc l'idée de changement, d'absence et même de perte comme une loi vitale sur laquelle nous ne pouvons fermer les yeux.

Certaines personnes s'en iront pour toujours, des enfants grandiront, certains amis cesseront d'être et certains amours quitteront la chaleur de notre main… Cependant, bien d'autres choses viendront. Car la vie est changement, mais aussi mouvement et tout cela fait partie des lois du détachement.

Et à ce titre, nous devons apprendre à l'accepter pour l'affronter avec plus d'intégrité. Avec plus de force. Mais ce qui ne changera jamais, c'est la capacité d'aimer : on commence toujours par soi-même.

conclusions

Si vous voulez commencer à pratiquer les lois du détachement, vous devrez d'abord apprendre un identifier les émotions et les sentiments générés par l'élément d'attachement (il peut s'agir d'une personne, d'une situation ou d'un objet).

Alors demandez-vous quel but cela remplit dans votre vie et gardez toujours cela à l'esprit. Alors soyez reconnaissant pour ce qu'il a fait pour vous et laissez-le partir.

ajouter un commentaire de Les lois du détachement pour la libération émotionnelle
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

End of content

No more pages to load