Les blessures de l'intimidation : souffrance émotionnelle pour la victime et sa famille

Les blessures du harcèlement : souffrance émotionnelle pour la victime et sa famille

Les blessures de l'intimidation : souffrance émotionnelle pour la victime et sa famille

Rédigé et vérifié par le psychologue. GetPersonalGrowth.

Dernière mise à jour : 14 décembre 2022

L'histoire suivante s'attache à décrire la souffrance causée par les blessures dues à l'intimidation. Il s'agit d'un enfant victime de ce tourment et de ses parents. Expliquez comment cette condition consume les jours qui passent. Parlez des conséquences les plus immédiates des blessures dues à l'intimidation.



Sympt√īmes

"Nous ne savons pas ce qui lui arrive. Il se plaint constamment de maux d'estomac et de maux de tête. Il ne dort plus comme avant. Il se réveille la nuit en détresse et vient dormir avec nous. Il s'inquiète de choses dont il ne se souciait pas avant.

Il a des sautes d'humeur soudaines. Un moment, il est silencieux, le moment suivant, il est intensément en colère et se met à pleurer de désespoir. Il lui arrive aussi de se rebeller lorsque nous lui disons d'arrêter de se ronger les ongles ou de bien se tenir. Nous n'avons jamais vu un tel comportement auparavant.

Il y a quelque chose qui l'angoisse, mais nous ne comprenons pas quoi, car il n'en parle pas avec nous. Nous soup√ßonnons que quelque chose se passe √† l'√©cole. Peut-√™tre subit-il trop de pression ou peut-√™tre qu'un enfant le d√©range. Nous continuons √† demander. On demande aux professeurs, √† ses fr√®res et sŇďurs, aux parents de ses amis. Personne ne sait rien.


Parfois, il est affectueux. Bien qu'il soit habituellement un enfant affectueux, la dépendance qu'il crée commence à nous inquiéter. À certains moments de la journée , ilcherche à attirer notre attention de manière exagérée. Lorsque nous prenons conscience que quelque chose est en train de changer, essayons de profiter de ces moments pour lui parler. Nous voulons comprendre ce qui se passe.


Parfois, il se replie sur lui-même et dit qu'il ne veut pas parler. Il dit qu'il a honte. D'autres fois, en revanche, il ne veut pas aller à l'école, que quelque chose ne va pas. Enfin, il nous dit que certains enfants s'en prennent à lui, l'insultent, le taquinent et parfois même le frappent.

Le monde entier nous tombe dessus. Nous comprenons enfin la source de son angoisse et de son malaise. Ce sont les blessures de l'intimidation.

Contre-mesures

Parlons aux enseignants maintenant. Cette situation doit être résolue. Ces enfants ne peuvent pas se comporter de la sorte sans être réprimandés. Notre enfant ne peut pas continuer à vivre dans cette situation. Ni lui, ni personne d'autre.

Nous devons réorganiser nos idées et comprendre ce que nous pouvons faire, comment nous pouvons agir. Il est difficile, lorsque de telles situations se produisent, de ne pas s'emporter et d'aller dire quelques mots aux intimidateurs et à leurs familles. Cependant, nous savons qu'il est préférable d'éviter d'impliquer l'enfant dans un conflit ou une confrontation directe.


Donc, pour le moment, essayons de nous calmer, les sentiments qui bouillonnent en nous ne nous permettent pas de penser clairement. Prendre du temps et se retirer émotionnellement de la situation nous aidera à nous calmer.

Tout d'abord, l'important est de cr√©er un environnement s√Ľr pour notre b√©b√©. Nous travaillons d√©j√† √† cet objectif, nous faisons tout ce que nous pouvons. L'√©cole va commencer √† prendre des contre-mesures. Les enseignants et les amis surveilleront chaque mouvement et chaque geste des brutes envers notre enfant.

Mais ce n'est pas tout.Les blessures de l'intimidation ont laissé des cicatrices sur les émotions de notre enfant. Bien qu'il ait tout dit, il a toujours peur et est anxieux. Il a toujours le sentiment d'être rejeté de l'école. Que pouvons-nous faire ?


Aider un enfant à surmonter les blessures de l'intimidation

Aider un enfant √† surmonter les blessures caus√©es par les brimades et les abus sociaux n'est pas une t√Ęche facile pour les familles. Voici quelques conseils.

Cr√©er un environnement s√Ľr

Cr√©er un espace s√Ľr et un environnement de confiance : il est essentiel de donner √† l'enfant la confiance que son entourage veillera sur lui. Ils doivent avoir le sentiment que rien ne leur arrivera et que les personnes qui les entourent sont de leur c√īt√©. Il doit √©galement comprendre que les attaquants paieront les cons√©quences de leur comportement. Malgr√© cela, elle peut parfois √™tre difficile pour la victime. Il faut √©viter de surprot√©ger l'enfant, car cela peut cr√©er un cercle vicieux qui cr√©e une d√©pendance et finira par avoir des cons√©quences n√©gatives.


NOTE : M√™me si des contre-mesures ont d√©j√† √©t√© prises dans l'environnement scolaire, l'enfant peut encore montrer une attitude n√©gative envers l'√©cole. Nous devons expliquer que l 'environnement scolaire est d√©sormais s√Ľr. Il doit comprendre que le fait d'aller √† l'√©cole lui fera du bien et l'aidera √† se sentir mieux et √† gu√©rir les blessures caus√©es par les brimades. Si l'enfant a cess√© d'aller √† l'√©cole, nous pouvons faciliter le processus de r√©int√©gration. Pour ce faire, nous pouvons l'exposer petit √† petit √† un environnement scolaire : rencontres avec des amis ou promenades pr√®s de l'√©cole. Dans les cas graves, ce processus peut durer plusieurs heures, jusqu'√† ce que l'enfant se rende compte qu'il n'y a plus de danger.

parler de la souffrance

Nous devons parler aux enfants de leur souffrance. Il faut donner un nom √† cet √©tat d'inconfort. Il se peut que les enfants ne soient pas capables de mettre des mots sur ce qu'ils ressentent. Il peut s'agir d'anxi√©t√©, de tristesse, de col√®re ou d'un cocktail d'√©motions n√©gatives. La prise de conscience est la premi√®re √©tape du traitement de ce qui se passe ou de ce qui s'est pass√©. Nous utilisons des termes adapt√©s √† leur √Ęge et √† leur niveau de d√©veloppement pour les aider √† am√©liorer leur apprentissage. En outre, nous n'avons pas √† exercer de pression. Ils ne doivent pas se sentir responsables de la pr√©sence de certains sympt√īmes.


Techniques de relaxation

Enseigner des techniques de relaxation et d'autres m√©thodes de soulagement √©motionnel. Il est tr√®s important que l'enfant d√©veloppe des ressources qui lui permettent de rel√Ęcher les tensions. La relaxation va l'aider √† calmer la tension physiologique cr√©√©e par l'anxi√©t√© et les √©motions qui l'envahissent. Cela leur permettra de r√©organiser leurs pens√©es et d'avoir des images positives et r√©confortantes.

Expériences positives

Remplissez les journées de votre enfant d'expériences positives qui lui permettent de contrebalancer la souffrance générée par les situations compliquées qu'il vient de vivre. Ces moments ont un grand impact. Ils permettront à l'enfant de conserver dans son esprit des pensées, des images et des souvenirs réconfortants qui remplaceront ceux qui créent un malaise.

PLAN D'ACTION

√Čtablir un plan d'action pour d'√©ventuelles situations conflictuelles futures : nous pouvons leur parler de la mani√®re dont ils peuvent se comporter s'ils se sentent menac√©s ou bloqu√©s. Nous devons faire attention √† la terminologie que nous utilisons. Nous ne voulons pas d√©nigrer leur comportement pass√©, pr√©sent ou futur.

Compétences sociales

Renforcer leurs compétences sociales : les enfants doivent être capables de gérer les conflits. Ils doivent développer des compétences pour réfléchir aux fondements de leur force comportementale. Un style de communication fort est le meilleur moyen de résoudre les situations de conflit, à l'école comme en dehors. Cela aidera les enfants à ne pas se sentir faibles en présence des autres et à être capables de prendre des décisions favorables sans se bloquer.

Demander de l'aide

Parlez de l'importance de demander de l'aide : demander de l'aide ne vous rend pas faible ou moins capable dans un contexte social ou personnel. Il est important de transmettre ce message aux enfants, qu'ils aient été victimes de harcèlement ou non.

Estime de soi

Renforcer leur estime de soi de mani√®re parall√®le et constante : il faut comprendre que les victimes de harc√®lement sont des enfants √† qui l'on a retir√© leur identit√©. Il est donc important de renforcer leur image de soi au quotidien. Bien s√Ľr, il est n√©cessaire de ne pas se laisser aller √† des √©loges excessifs et de fa√ßonner leur chemin.

En conclusion

Les blessures de l'intimidation causent une grande souffrance aux enfants et √† leurs familles. Les personnes qui vivent ces r√©alit√©s doivent faire preuve de compr√©hension et d'empathie pour la douleur qu'elles ressentent. En outre, il est tr√®s important d'√©duquer les enfants aux valeurs de respect, de tol√©rance z√©ro envers la violence et la cruaut√©. La meilleure fa√ßon d'y parvenir est d'en parler ensemble d√®s le plus jeune √Ęge et de montrer l'exemple en tant que parents dans la cellule familiale.

ajouter un commentaire de Les blessures de l'intimidation : souffrance émotionnelle pour la victime et sa famille
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.