close
    search Buscar

    Les 3 conseils des stoïciens pour être résilient et développer sa force mentale

    Qui suis-je
    Joe Dispenza
    @joedispenza
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    La force mentale n'est pas un concept nouveau. Il y a des siècles, les philosophes stoïciens parlaient de l'importance de développer la force psychologique nécessaire pour mieux faire face aux adversités de la vie. En effet, d'une certaine manière, on pourrait dire que les stoïciens étaient les précurseurs de la psychologie moderne de l'auto-assistance.

    Développer la force mentale signifie mettre dans votre sac à dos les outils dont vous avez besoin pour affronter la vie. Tôt ou tard, nous devrons faire face à l'adversité, échouer et subir des pertes, dans ces moments-là, si nous n'avons pas la force psychologique nécessaire, nous pourrions être victimes de pensées automatiques négatives et de passions exagérées. Pour cette raison, il est impératif de veiller jour après jour à nourrir notre force mentale.



    Les 3 conseils les plus précieux du stoïcisme pour développer la force mentale

    Les stoïciens partaient d'une idée maîtresse : ils supposaient que ce n'étaient pas les événements qui nous dérangeaient, mais les jugements que nous formulions à leur sujet. Par exemple, le fait que nous soyons licenciés par un employeur peut sembler très mauvais, mais si nous pouvons par la suite trouver un nouvel emploi avec de meilleures conditions, cela aura été une bonne chose. Dire adieu à ce travail nous fera sortir de notre zone de confort.

    Cela signifie que les événements ne sont pas bons ou mauvais en eux-mêmes, c'est l'interprétation qu'on leur donne qui acquiert une valeur positive ou négative. Par conséquent, nous devons supposer que ce ne sont pas les faits, mais nos attentes et leur évaluation qui finiront par nous influencer.

    1. Demandez-vous toujours quel est le pire qui puisse arriver

    L'empereur romain et l'un des plus grands représentants du stoïcisme, Marc Aurèle, a écrit : « Il commence chaque jour en vous disant : aujourd'hui je vais rencontrer des interférences, de l'ingratitude, de l'insolence, de la déloyauté, de l'indisponibilité et de l'égoïsme... »


    Pourquoi devrions-nous commencer la journée avec cette pensée apparemment négative ? Parce que c'est ainsi que nous nous préparons mentalement et que nous ne succombons pas à des attentes irréelles. Cela peut sembler un peu déprimant à première vue, mais la vérité est que les personnes avec lesquelles nous devons nous associer peuvent être particulièrement difficiles. Cependant, nous attendons d'eux qu'ils se comportent bien, alors lorsque des conflits surviennent, nous nous mettons en colère et sommes victimes de frustration.


    Se demander quel est le pire qui puisse nous arriver n'est pas être pessimiste, tout comme souscrire une assurance-vie ne signifie pas vouloir mourir, cela signifie simplement que nous sommes réalistes et que nous voulons être prêts à ce qui pourrait arriver.

    Lorsque nous adoptons un optimisme naïf, il se transforme en un optimisme toxique qui se nourrit d'attentes irréelles concernant des événements indépendants de notre volonté, nous finissons donc par être frustrés et il nous est plus facile d'être victime d'une dépression nerveuse.

    Sénèque nous encourage aussi à nous préparer à l'avance pour que rien ne nous surprenne car, selon ses mots : « l'inattendu a des effets dévastateurs, ajoutant au poids du désastre » de sorte que l'angoisse que nous ressentons augmente. La solution consiste à imaginer le pire des scénarios possibles, pour renforcer le mental et s'y préparer.

    Bien sûr, il ne s'agit pas de faire une tempête dans un verre d'eau et de développer une pensée catastrophique qui augmente encore plus l'angoisse, il s'agit juste d'ajuster notre niveau d'attentes, d'être conscient que les choses ne se passeront pas toujours comme nous le voulons. .


    2. Appliquer la "clause de réserve"

    Le philosophe stoïcien Épictète l'appelait hupexhairesis. Au fond, c'est la même chose que lorsque l'on dit « si la chance le permet » ou le classique « si Dieu le veut ». C'est la clause de réserve, c'est-à-dire reconnaître qu'au moins une partie du résultat est hors de notre contrôle.

    Lorsque vous utilisez la clause de réservation, si les choses ne fonctionnent pas, votre estime de vous-même n'en sera pas affectée et vous ne serez pas tenté de renoncer à vos objectifs. Vous savez que vous n'êtes pas en contrôle à 100 % et, par conséquent, cela ne peut pas être de votre faute à 100 %.

    Ce n'est pas une excuse pour ne pas essayer, cela signifie simplement reconnaître que nous avons un certain contrôle sur le processus mais pas sur le résultat. Par exemple, nous ne pouvons pas viser à obtenir le score le plus élevé à l'examen, mais nous pouvons viser à étudier dur pour obtenir le score le plus élevé possible.


    De cette façon, nous pouvons fixer des objectifs plus réalistes et nous ne serons pas frustrés si nous n'obtenons pas ce que nous voulons. Lorsque nous nous concentrons sur ce que nous pouvons contrôler, il nous est également plus facile de concevoir un plan d'action réaliste. En fait, il a été constaté que lorsque nous nous concentrons sur les résultats, nous avons tendance à être plus faibles, tandis que nous concentrer sur l'effort nous permet de faire mieux.

    Si nous croyons avoir le contrôle total, la réalité nous rappellera que nous ne le sommes pas, ce qui nous mettra en colère et nous abandonnerons plus facilement. Au lieu de cela, concentrez-vous simplement sur ce que nous pouvons contrôler. Clair et simple : faites tout ce que vous pouvez. Sénèque l'a résumé en disant : « Le sage regarde le but de toutes les actions, pas leurs conséquences ; les débuts sont entre nos mains, mais la chance détermine l'issue et cela n'a pas le pouvoir de changer mon verdict sur moi ».

    3. Mettez les choses en perspective


    Lorsque nous sommes déprimés et que nous voulons abandonner, les stoïciens savaient que nous avions besoin d'un peu de recul. Le monde est un endroit merveilleux et la vie est très longue, mais lorsque nous commettons des erreurs, nous les oublions et la seule chose à laquelle nous pouvons penser est ce revers, l'échec ou l'erreur que nous avons commis.

    Donc, nous devons juste prendre du recul et regarder l'ensemble du tableau. Marc Aurèle a dit : "beaucoup des angoisses qui nous hantent sont superflues : n'étant que des créatures de notre imagination, nous pouvons nous en libérer et nous étendre dans une région plus large, laissant nos pensées embrasser l'univers entier".

    Les stoïciens parlaient de « regarder d'en haut » en référence à un simple exercice de perspective. Imaginez-vous vous voir du ciel. Vous remarquerez à quel point vous êtes petit par rapport à la ville et à quel point la ville est petite par rapport à la nation. Vous vous rendrez alors compte que le pays est petit par rapport au monde et plus tard, que la planète n'est qu'un point de la galaxie.


    Cela ne veut pas dire que nous sommes insignifiants, juste que nous sommes parfois pris dans notre interprétation des événements. Le psychologue Daniel Kahneman a qualifié ce phénomène d'« illusion de focalisation » déclarant que « rien dans la vie n'est aussi important que vous le pensez pendant que vous y pensez ».

    Lorsque vous relativisez les problèmes et obtenez une vision plus large, vous serez mieux à même de résister à l'influence de l'illusion de concentration et vous resterez mentalement fort même sous la pression la plus intense.

    • 33Obtenir une croissance personnelle
    ajouter un commentaire de Les 3 conseils des stoïciens pour être résilient et développer sa force mentale
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.