close
    search Buscar

    Le stress de la mère modifie les gènes de l'enfant

    Qui suis-je
    Louise Hay
    @louisehay
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Pendant des décennies, nous avons entendu dire que les bébés sont comme des éponges. Maintenant, la science prouve que cette affirmation est vraie. Mais cette énorme capacité d'adaptation à l'environnement est une arme à double tranchant. Dans les premières années de la vie, les neurones ont une énorme plasticité, ce qui signifie que le cerveau peut développer un grand potentiel ou, au contraire, peut subir des dommages difficiles à réparer. Et les parents jouent un rôle déterminant pour faire pencher la balance dans un sens ou dans l'autre.



    La relation que les parents établissent avec l'enfant, leur capacité à satisfaire ses besoins affectifs et même son humeur durant les premières années, influencent le développement psychologique de l'enfant et laissent une empreinte profonde qui l'accompagnera probablement tout au long de la vie.

    En fait, plusieurs études ont établi un lien entre la dépression maternelle et l'apparition de troubles mentaux chez les enfants. Il est également connu que lorsque les parents ont des problèmes conjugaux et se disputent souvent, leurs enfants deviennent émotionnellement précaires et ont de la difficulté à établir des relations saines à l'âge adulte. En outre, il a également été constaté que lorsque les parents sont soumis à un stress sévère, les enfants sont plus susceptibles de développer un problème émotionnel.

    Maintenant, une nouvelle étude menée à l'Université du Wisconsin révèle que les problèmes ne se limitent pas au niveau psychologique, le stress des parents peut également altérer la génétique de leurs enfants en provoquant la formation de connexions dans leur cerveau qui finiront par affecter leur réaction à adversité.

    En fait, c'est la première fois que des scientifiques découvrent un lien entre le stress parental et l'ADN des enfants. Cette étude montre que les parents, et nos expériences en général, peuvent influencer notre génétique.


    La réponse au stress est également déterminée par les gènes

    L'idée que le stress peut endommager l'ADN et le développement du cerveau vient de recherches menées en 2004 à l'Université McGill. Ces chercheurs ont travaillé avec des cobayes et ont découvert que lorsque les mères prenaient soin de leurs petits, un gène était activé qui déclenchait un mécanisme cérébral par lequel les jeunes souris développaient une plus grande tolérance au stress, c'est-à-dire qu'elles étaient capables de mieux s'adapter aux changements, elles étaient moins craintifs et étaient plus susceptibles d'explorer leur environnement.


    Plus tard, une étude de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas avec des humains a révélé que la maltraitance des enfants et la négligence parentale peuvent également réduire au silence les récepteurs des hormones du stress dans le cerveau. Il a été observé que chez les enfants qui avaient été maltraités dans l'enfance et qui se sont suicidés par la suite, le gène qui devait activer les récepteurs des hormones de stress restait inactif.

    Le problème est que lorsque ce gène est réduit au silence, le système naturel de réponse au stress ne fonctionne pas correctement, ce qui rend plus difficile la gestion des problèmes et des adversités, et ces personnes sont plus susceptibles de développer des troubles psychologiques et de se suicider.

    En fait, une autre étude menée à l'Université de la Colombie-Britannique a révélé que lorsque les mères sont déprimées ou anxieuses, le gène responsable de l'activation des récepteurs des hormones du stress a tendance à rester inactif chez les nourrissons. En conséquence, ces enfants seront plus craintifs, auront plus de difficulté à s'adapter aux changements et auront des difficultés à faire face aux situations stressantes. Ou ils seront des enfants grossiers.


    Mères stressées, enfants moins résilients

    Cette nouvelle étude révèle que les enfants n'ont pas besoin d'être maltraités physiquement pour que certaines modifications de l'ADN se produisent. Ces chercheurs ont analysé des centaines de parents pendant plus d'une décennie. Les parents ont rempli une série de questionnaires à différents moments de la vie de leurs enfants : lorsqu'ils étaient bébés, à 3 et 4 ans, et plus tard lorsqu'ils ont atteint l'adolescence. À l'aide de questionnaires, les chercheurs ont évalué le niveau de stress des parents. Après avoir eu 15 ans, les scientifiques ont analysé l'ADN de 109 adolescents.

    Ils ont trouvé des différences dans l'ADN des jeunes dont les parents présentaient des niveaux de stress plus élevés. Il a également été noté que le stress des deux parents n'affectait pas de la même manière. En effet, un niveau élevé de stress chez les mères pendant les premières années des nourrissons était lié à des altérations de 139 gènes. Le stress paternel était moins important, bien qu'il puisse être lié à des changements dans 31 gènes. Cette différence peut être due au fait que de nombreux pères sont moins impliqués dans l'éducation de leurs enfants, de sorte que l'impact de leur état émotionnel est susceptible d'être moindre.


    Une autre découverte importante indique que le stress chez les mères et les pères ne provoque pas de changements significatifs dans l'expression des gènes du nourrisson après l'âge de 3 ans. Cela pourrait être dû au fait que les trois premières années de la vie sont la phase de plasticité cérébrale maximale, lorsque les régions du cerveau sont capables de s'adapter davantage et prennent également en charge les fonctions d'autres secteurs si vous souffrez de lésions cérébrales. À partir de cet âge, le cerveau continue de changer, mais à un rythme plus lent.


    Parmi les gènes altérés (normalement réduits au silence) par le stress, deux sont particulièrement importants pour le développement et le comportement du cerveau, car ils sont liés à la communication cellulaire et aux membranes neurales. L'un des gènes impliqués est Neurog1, qui stimule la croissance de nouveaux neurones, ce qui est essentiel pour le développement, l'apprentissage et la mémoire.

    Les chercheurs expliquent que ces changements dans l'expression de l'ADN affectent la façon dont les connexions neuronales sont établies et donc le fonctionnement du cerveau. En pratique, en faisant taire le gène responsable de l'activation des récepteurs des hormones du stress, l'enfant ne disposera pas des outils neurologiques nécessaires pour faire face aux situations difficiles. S'il n'y a pas assez de récepteurs pour les hormones telles que le cortisol et l'adrénaline, ils restent actifs, provoquant des dommages à l'organisme, tandis que le cerveau est incapable de trouver une solution adéquate. Par conséquent, l'enfant est susceptible d'être plus irritable, impulsif et craintif.

    Cependant, il doit être clair que notre cerveau a une plasticité surprenante, donc malgré les changements dans l'expression des gènes, cela ne signifie pas que ces enfants ne peuvent pas apprendre à gérer le stress de manière assertive en développant une attitude plus résiliente une fois qu'ils atteignent l'adolescence ou l'âge adulte, mais ce sera plus difficile.


    En tout cas, le message pour les parents est clair : le stress est nocif non seulement pour les adultes mais aussi pour les enfants, surtout s'ils sont très jeunes.

    ajouter un commentaire depuis Le stress de la mère modifie les gènes de l'enfant
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.