La semaine a 7 jours, "un jour" n'en fait pas partie

Qui suis-je
Louise Hay
@louisehay
SOURCES CONSULTÉES:

wikipedia.org

Auteur et références

Si vous avez tendance à tergiverser en disant « un jour je le ferai », vous devez savoir que « un jour » ne fait pas partie des 7 jours de la semaine. L'habitude de tergiverser indéfiniment - ou jusqu'à ce que vous n'ayez pas d'autre choix que de faire face à la situation - n'est pas bonne et finira par vous heurter, car les problèmes non résolus ont tendance à continuer de croître dans la zone où nous les reléguons.


Le poids des problèmes non résolus

Souvent, cela nous afflige plus de penser aux choses qui nous attendent que de les affronter. Le report des tâches et des décisions ne les fera pas disparaître de notre esprit, au contraire, ils deviendront un fardeau supplémentaire. Chaque fois que nous reportons quelque chose, notre subconscient en prend note, une sorte d'avertissement qui reste actif comme une alarme.


Si nous développons l'habitude de reporter tout ce que nous ne voulons pas traiter, notre esprit finira par se remplir de notes mentales. Ces rappels constants deviendront une source de tension, de mauvaise humeur et de confusion mentale. Par conséquent, le poids du problème que nous avons reporté s'ajoutera au poids du rappel constant, ainsi que l'incertitude de ne pas savoir comment tout va se passer.

Lorsque nous devons gérer de nombreuses notes mentales, nous courons le risque de souffrir d'un blocage mental. La perspective de tous les problèmes que nous devons résoudre est tout simplement écrasante. Et notre équilibre mental cède sous son poids. Dans de nombreux cas, cette attrition entraîne des symptômes psychophysiques, allant d'un mal de tête récurrent de type tension à un épuisement constant ou à des problèmes de peau.

Si la procrastination est si mauvaise, pourquoi le faisons-nous ?

Les biopsychologues de la Ruhr-Universität Bochum ont la réponse. Ils ont examiné le cerveau de 264 personnes pour comprendre pourquoi certaines ont tendance à tergiverser au lieu de faire face directement aux problèmes. Ils ont découvert que les personnes ayant un mauvais contrôle avaient une amygdale plus large. De plus, la connexion fonctionnelle entre l'amygdale et le cortex cingulaire dorsal antérieur était plus faible. Qu'est-ce que ça veut dire?



L'amygdale est une sorte d'épicentre émotionnel qui active la réaction de combat ou de fuite. Face à une situation, quelle qu'elle soit, l'amygdale fait ressortir des expériences similaires du passé pour déterminer si ce stimulus est dangereux ou non. Il nous met également en garde contre les éventuelles conséquences émotionnelles négatives de nos actions. En d'autres termes, cela nous fait décider en quelques secondes si cette situation est dangereuse et, par conséquent, quelque chose que nous devons éviter.

L'amygdale choisit également parmi une gamme de comportements, en donnant la priorité à certains et en inhibant d'autres. Cela signifie que les personnes ayant une plus grande amygdale ont appris de leurs erreurs passées et évaluent plus méticuleusement leurs actions et leurs conséquences futures. Cependant, ce qui peut sembler positif a aussi un côté négatif.

Le cortex cingulaire dorsal antérieur utilise les informations fournies par l'amygdale pour choisir les actions que nous devons effectuer. Si l'interaction entre l'amygdale et le cortex cingulaire dorsal antérieur est plus faible, l'amygdale effectuera son travail d'analyse émotionnelle, mais nous ne pourrons pas réussir à mettre en œuvre les actions correspondantes. En fait, les chercheurs ont découvert que les personnes ayant une plus grande amygdale se sentent plus anxieuses face aux conséquences négatives d'une action, elles ont donc tendance à douter et à remettre à plus tard.

Nous ne sommes pas "condamnés" à tergiverser

Cette connexion "défectueuse" entre l'amygdale et le cortex cingulaire dorsal antérieur s'est formée au fil des années, c'est le résultat de comportements passés dans lesquels nous avons décidé qu'il était préférable de reporter la résolution du problème.


La bonne nouvelle est que nous pouvons le corriger car notre cerveau a une neuroplasticité extraordinaire, ce qui signifie que nous pouvons modifier les connexions fonctionnelles. Des neuroscientifiques de l'Université de Pittsburgh, par exemple, ont montré que seulement 8 semaines de méditation transcendantale suffisent pour réduire le volume de l'amygdale, afin qu'elle soit moins réactive et cesse de tout considérer comme une menace, tout en augmentant le volume de l'amygdale. cortex préfrontal, qui est celui qui nous aide à prendre des décisions rationnelles, améliorant la connexion entre les deux.



Par conséquent, la prochaine fois que vous envisagez de reporter cette activité à « un jour » qui ne viendra jamais, essayez de savoir pourquoi vous la reportez et établissez un plan d'action pour corriger cette tendance.

Fuentes:

SchlĂĽter, C. et. Al. (2018) La signature structurelle et fonctionnelle du contrĂ´le d'action. Sciences psychologiques ; 1-11.


Taren, AA et. Al. (2015) L'entraĂ®nement Ă  la mĂ©ditation de pleine conscience modifie la connectivitĂ© fonctionnelle de l'Ă©tat de repos de l'amygdale liĂ©e au stress : un essai contrĂ´lĂ© randomisĂ©Soc Cogn Affect Neurosci ; 10(12) : 1758-1768.

  • 48
ajouter un commentaire de La semaine a 7 jours, "un jour" n'en fait pas partie
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.