L'histoire de l'Orange : ce que vous avez à l'intérieur est important

Qui suis-je
Robert Maurer
@robertmaurer
SOURCES CONSULTÉES:

wikipedia.org

Auteur et références

Il y a quelques années, Wayne Dyer a choisi de démarrer sa conférence de croissance personnelle au Canada différemment. Une orange à la main, il a demandé au public :

- Si tu pressais cette orange, qu'en sortirait-il ?

Un jeune homme assis au premier rang le regarda amusé et répondit :

- Du jus d'orange, bien sûr !

- Tu penses qu'il pourrait en sortir du jus de pomme ?


- Non! - répondit le jeune homme en souriant.

- Et le jus de pamplemousse ?


- Pas même!

- Qu'en sortirait-il ?

- Du jus d'orange.

- Pouquoi? Pourquoi le jus d'orange sort-il quand je presse une orange ?

Le jeune homme était visiblement confus, pensant probablement que Dyer se moquait d'eux, mais répondit :

- Eh bien, c'est une orange et c'est ce qu'il y a à l'intérieur.

Dyer hocha la tête et continua :

- Droit. Mais supposons que cette orange ne soit pas une orange, mais que c'est vous et que quelqu'un vous pousse, vous met la pression, vous dit quelque chose que vous n'aimez pas ou vous offense et vous répondez par la colère, la haine, l'amertume et la peur. Pourquoi ces émotions sortent-elles ? La réponse, comme vient de le dire ce jeune homme, est : ce que nous avons à l'intérieur sort. Nous ne pouvons pas contrôler le comportement des autres, mais ce que nous avons à l'intérieur dépend de nous.

Avec cette simple métaphore, Dyer nous offre une grande leçon : chaque fois que nous réagissons avec colère ou peur lorsque quelqu'un nous met dans les cordes, peu importe qui est la personne parce que, d'une certaine manière, nous extériorisons ce que nous avons à l'intérieur.


Dyer ne voulait pas dire que nous devons souffrir passivement lorsque les autres nous font pression ou nous manipulent, il voulait dire que nous devrions être beaucoup plus conscients de nos réactions et vraiment comprendre d'où elles viennent.

Cela signifiait que nous attribuions souvent notre colère, notre colère, notre ressentiment, notre anxiété, notre ennui ou notre frustration aux autres alors que parfois ces sentiments étaient déjà en nous et que la personne ne faisait que les amplifier. Parfois, les attitudes, les mots et les comportements des autres ne sont qu'un diapason avec lequel nous sommes en résonance.


En fait, il est assez courant que lorsque nous sommes nerveux, tout comportement de notre partenaire ou de nos enfants finisse par nous irriter, alors qu'à d'autres moments, ces comportements passent simplement inaperçus. Parfois, lorsque quelqu'un nous presse, ce qui sort de nous est ce que nous avons nourri toute la journée ou peut-être des années.

Locus de contrôle externe vs. Lieu de contrôle interne

Le locus de contrôle est l'un des concepts les moins connus mais les plus importants de la psychologie dans le domaine de la croissance personnelle. Le locus de contrôle est le système de croyances d'une personne lié aux causes de ses expériences et aux facteurs auxquels il attribue son succès ou son échec.

Ce concept se divise en deux catégories : interne et externe. Si une personne a un locus de contrôle interne, elle attribuera à la fois le succès et l'échec à ses efforts et à ses compétences. Une personne avec un locus de contrôle externe attribuera son succès ou son échec à la chance ou au destin, de sorte qu'elle sera moins motivée à lutter en pensant qu'après tout, les résultats ne dépendent pas de lui. Il a également été constaté que ces personnes sont plus sujettes à l'anxiété et à la dépression parce qu'elles croient qu'elles ne contrôlent pas leur propre vie.


Les personnes ayant un locus de contrôle interne, en revanche, ont tendance à être plus proactives, sont plus axées sur le succès et moins susceptibles de souffrir de troubles psychologiques. Bien sûr, ces personnes sont conscientes qu'il existe des facteurs hors de leur contrôle, mais elles choisissent de se concentrer sur ceux qu'elles peuvent contrôler, sur les choses qui dépendent vraiment de leur effort.

Allo stesso modo, quando ci “pressionano” la nostra prima reazione può essere rabbia, frustrazione o delusione, ma se abbiamo un locus di controllo interno, piuttosto che dare libero sfogo a quelle emozioni, nutrirle e diventare burattini delle circostanze, rifletteremo e decideremo come acte. C'est la grande différence entre réagir et agir. À cet égard, Dyer a déclaré: "Nous ne pouvons pas toujours contrôler ce qui se passe à l'extérieur de nous, mais nous pouvons toujours contrôler ce qui se passe à l'intérieur."


Exprimer des émotions négatives peut nous aggraver

Une croyance populaire dit "mieux à l'extérieur qu'à l'intérieur", se référant au fait qu'il est préférable d'extérioriser toutes les émotions négatives que nous avons à l'intérieur. Cependant, cette croyance n'est que partiellement vraie. La façon dont nous extériorisons les émotions est importante. En fait, un groupe de psychologues de l'Université de l'Arkansas a décidé d'examiner les résultats d'études menées au cours des dernières décennies sur l'expression de la colère et a constaté qu'extérioriser cette émotion peut nous faire nous sentir mieux immédiatement, mais ce n'est pas la meilleure chose à faire. à long terme.

Ceci est également confirmé par une enquête menée par des psychologues de l'Université de Buffalo, qui affirment qu'évacuer sa colère après avoir subi un traumatisme n'est pas aussi bon qu'on le croit. Ces chercheurs ont suivi 2.138 11 personnes qui avaient été impliquées d'une manière ou d'une autre dans les événements du XNUMX septembre pendant deux ans pour analyser comment elles faisaient face au traumatisme. Certains ont décidé d'exprimer leur colère et leur frustration face à ce qui s'est passé, d'autres non. Fait intéressant, ceux qui ont exprimé leur colère étaient plus susceptibles de souffrir de stress post-traumatique.


Cette recherche et d'autres suggèrent que, contrairement à la croyance populaire, laisser libre cours aux sentiments négatifs peut être contre-productif, nous plongeant dans un cycle de négativité qui ne nous permet pas de surmonter la situation. Cela ne signifie pas que l'on doit souffrir passivement, mais que l'on doit trouver un moyen de répondre avec plus d'assurance.

Nous devons comprendre que, fondamentalement, l'affirmation de soi émotionnelle profite principalement à nous-mêmes. La colère, la désillusion, l'impuissance, le ressentiment et la culpabilité, entre autres, sont des émotions et des sentiments compréhensibles et valables, mais les nourrir finira par nous faire plus de mal que de bien. Au lieu de cela, nous devrions nous efforcer de cultiver un état de paix intérieure et d'équilibre mental. Nous devons nous rappeler que ce que nous avons à l'intérieur compte, et beaucoup.


  • 88
ajouter un commentaire de L'histoire de l'Orange : ce que vous avez à l'intérieur est important
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.