close
    search Buscar

    Envie d'étudier : trouvez-le en 3 étapes

    Qui suis-je
    Robert Maurer
    @robertmaurer
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    je ne veux pas étudier est la phrase que j'entends le plus souvent aux étudiants, suivie de quelques variantes telles que :

    • "Je ne veux plus étudier" (impliquant que vous l'aviez d'abord, puis pour une raison quelconque, il a disparu)
    • "Je ne peux pas étudier"
    • "Je n'ai pas envie d'étudier"

    Et quand ils me disent ou m'écrivent ces phrases, je perçois clairement le fond de désespoir / exaspération derrière, comme si ne pas vouloir étudier était une marque indélébile de malheur.



    Et pas, comme nous allons le voir, quelque chose de tout à fait normal et pour lequel, avec un petit effort, une solution peut être trouvée.

    Dans l'article d'aujourd'hui, nous analyserons donc étape par étape comment vous donner envie d'étudier.

     Épidémiologie du refus d'étudier

    Je vais d'abord vous confier un secret : presque personne ne veut étudier.

    Les gens veulent manger, dormir, s'amuser, sortir avec des amis, jouer au tennis, mais normalement ils n'étudient pas.

    Donc, vous n'êtes pas du tout bizarre, vous n'avez pas à vous sentir coupable, vous n'avez pas à être trop stressé par qui que ce soit, encore moins par vous-même.

    Car ce qu'il faut vouloir étudier, c'est un mythe qui se transmet de génération en génération, comme s'il était normal de l'avoir.

    Alors que c'est exactement le contraire.

    En fait, je pense que si un groupe de lauréats du prix Nobel avait été invité à concevoir une activité que les garçons / filles de 20 ans ne veulent pas vraiment faire, ces cerveaux auraient probablement dessiné quelque chose comme s'asseoir ces garçons pendant 5 heures .. une journée à table, immobile, stylo et surligneur à la main, à étudier.



    De là découle une conséquence évidente :

    si vous essayez de résoudre vos problèmes d'étude en essayant de trouver l'envie d'étudier "avec un marteau", vous perdez probablement votre temps et vous vous trompez d'objectif.

    De plus, vous risquez aussi de passer du générique « ne pas vouloir » au plus spécifique « je déteste étudier », justement à cause d'un excès d'effort.

    C'est ce que j'appelle "l'effet lentille" : c'est-à-dire que c'est un peu comme quand ta mère, enfant, te fait manger des lentilles de force et donc, si tout simplement tu ne les aimais pas avant, maintenant tu les détestes ( tiré d'une histoire vraie, la mienne).

    Voyons donc 3 astuces qui, une fois intériorisées et mises en pratique, vous donneront envie d'étudier ou de revenir.

    1 - L'envie d'étudier n'est pas si importante

    …. puis contrôlez votre dialogue mental en donnant aux problèmes les bonnes proportions !

    J'essaie de simuler le dialogue interne dans le cerveau d'un étudiant qui ne veut pas étudier, en faisant un collage de phrases que les lecteurs du blog m'ont écrites.

    Peut-être que vous vous retrouvez dans certains d'entre eux :

    Je suis un gâchis... Je ne veux pas étudier, je ne veux vraiment pas. Pourquoi ne puis-je pas m'engager ? La date de l'examen approche et je suis de plus en plus en retard. Mhhh... Je ne me présenterai peut-être pas et le préparerai mieux la prochaine fois... Non, je ne peux pas, j'ai déjà dit à tout le monde que je passerai l'examen... A partir de demain j'essaie de vraiment étudier... j'espère, il y a des jours que j'essaye de me donner envie de mettre ma tête sur le livre, mais il n'y a pas de vers.


    Les raisons psychologiques de ce travail mental peuvent être multiples.

    Mais, dans la plupart des cas, ils peuvent être résolus en les remplaçant simplement par le court dialogue interne suivant.


    Cerveau: "Je ne veux pas étudier"

    Tu: "Peu importe, étudie la même chose"

    Trop facile?

    Mais en fait, si vous y réfléchissez, étudier est simple!

    Ce n'est pas comme courir un marathon, gravir une montagne ou gagner un tournoi.

    Ce sont des activités complexes, nécessitant des mois d'entraînement, de régime, de préparation et une grande volonté.

    Étudier en comparaison est trivial.

    Levez-vous simplement du canapé, allez à votre bureau, ouvrez votre livre et allez étudier. Si vous le souhaitez, vous pouvez même sauter la partie où vous vous levez du canapé !

    Bien sûr, étudier vite et bien est encore une autre chose, mais pour y arriver (et vous y arriverez) il faut faire le premier pas indispensable : ouvrir le livre.

    Et même en l'absence totale de désir, vous conviendrez avec moi qu'ouvrir un livre est un effort abordable pour n'importe qui.

    Sauf que, lorsque vous vous répétez sans cesse « je ne veux pas étudier » ou « je ne peux pas étudier », vous donnez inconsciemment à ces sensations un pouvoir énorme, en faisant une véritable barrière physique, une montagne infranchissable.

    C'est un cas typique de prophétie auto-réalisatrice.

    Donc, en résumé, la première et la plus importante chose à faire pour surmonter votre manque d'envie d'étudier est d'arrêter de lui donner autant d'importance !


    2 - L'envie d'étudier est un choix

    …. et donc tu n'as pas besoin d'étudier par désir, le désir va et vient, mais par choix.

    En fait, c'est par choix que tout doit être fait, qu'il soit simple ou difficile.

    Vous choisissez ce qui vous intéresse, ou qu'ils font partie de vos objectifs, ou qui, pour une raison quelconque, sont importants, puis vous effectuez le choix quel que soit le désir.


    Le choix doit prévaloir sur le désir, car le choix est ce que votre cœur et votre cerveau ont décidé à un certain moment qu'il était précieux pour vous, tandis que le désir n'est rien de plus que l'humeur du moment.

    Le choix est ce qui vous rend libre, mais le désir est ce qui vous rend esclave, fondamentalement de vous-même.

    Alors, quand vous n'avez pas envie d'étudier, revenez mentalement au choix que vous avez fait et aux raisons qui l'ont soutenu.

    Pour ce faire, vous devez libérer votre esprit du dialogue interne et fixer le contenu de ce dialogue sur le papier, de manière à ce qu'il prenne forme.

    Lorsque vous sentez que vous voulez étudier zéro, avant même d'atteindre cet extrême, prenez un stylo et du papier puis :

    1. Essayez de vous rappeler pourquoi vous avez choisi le cours dans lequel vous êtes
    2. Faites une liste de tous ses points positifs
    3. Faites une liste de tous ses inconvénients
    4. Envisagez explicitement la possibilité de changement. C'est faisable ? Avez-vous des alternatives que vous aimez?
    5. Décrivez brièvement ce que vous recherchez dans vos études, les possibilités qu'elles vous offrent, si elles vous rapprochent ou non du type de vie qui vous intéresse
    6. Enfin, si vous le pouvez, identifiez des modèles que vous aimeriez suivre, quelqu'un que vous aimeriez devenir

    L'ordre dans lequel vous devez aborder les différents points n'est pas aléatoire :

    • Le premier point fait référence aux raisons originales pour lesquelles vous avez fait votre choix
    • Le deuxième et le troisième ils décrivent comment vous vous sentez maintenant que vous vivez le choix fait.
    • Les trois derniers au lieu de cela, ils se réfèrent à l'avenir, considérant les deux alternatives possibles et où le choix fait peut vous conduire.

    Les réponses que vous vous donnez :

    • Ils vous diront si ce que vous faites a du sens pour vous et dans quelle mesure cela a du sens pour vous
    • Ils vous feront reconsidérer votre motivation initiale, pour voir si et comment elle a changé
    • Ils vous sortiront de l'inertie, soit en vous ramenant aux livres, soit en vous faisant décider de changer de voie

    3 - L'envie d'étudier est une habitude

    …. et comme toute bonne habitude, il peut être pris ou perdu.

    Les étudiants qui parviennent à étudier de manière cohérente ne se mettent pas dans des livres tous les jours, serrant leur force de volonté avec un effort énorme.

    Au lieu de cela, ils y vont doucement, en pilote automatique, parce qu'ils ont pris l'habitude de le faire.

    A l'inverse, ceux qui échouent à étudier le sont souvent parce qu'ils ont acquis des habitudes qui ne les favorisent pas : ils étudient dans un environnement plein de distractions, se perdent entre la télévision et la console, repoussent sans cesse l'heure de commencer, etc.

    Comme nous l'avons vu d'autres fois, tout ce que nous faisons grâce à la volonté consomme beaucoup d'énergie, à la fois physique et psychique, tandis que tout ce que nous faisons grâce aux habitudes nous coûte peu d'effort.

    Pour se débarrasser du problème du désir d'étudier, il est donc essentiel que vous développiez de bonnes habitudes et abandonniez les mauvaises :

    • essayez de toujours étudier au même endroit et aux mêmes heures, en créant un environnement que vous aimez et en éliminant tout type de distraction
    • faites une liste de toutes les habitudes qui vous distraient et vous font perdre votre temps, puis brisez-les les unes après les autres
    • planifiez votre temps avec un système de liste de tâches, comme la méthode Ivy Lee
    • utilise des techniques de productivité comme celle de la tomate ou du journal de bord
    • utilisez le système stimulus/action/récompense pour déclencher et renforcer vos habitudes, comme expliqué dans cet article sur la volonté 

    (Si vous voulez en savoir plus sur les mécanismes de avoir une volonté d'acier, lis le Kata de la Volonté, disponible sur Amazon)

    Conclusions sur le désir d'étudier

    La vie est une résistance continue à l'inertie…. Qui se lasse de vouloir, ne veut rien (Friedrich Nietzsche) 

    Pour conclure, je veux vous laisser deux réflexions finales.

    La première est que, comme cela arrive souvent, ce qui fonctionne pour le studio peut également fonctionner dans d'autres domaines.

    Repensez un instant aux trois conseils que je viens de vous donner pour augmenter votre envie d'étudier :

    • Contrôlez votre dialogue mental en donnant aux problèmes les bonnes proportions
    • Garder conscience de ses choix, et avec lui de la motivation qui les a déterminés
    • Développez des habitudes qui servent vos objectifs, pas contre eux.

    Ils sonnent bien dans tant d'autres aspects de la vie aussi, n'est-ce pas ?

    Voilà donc que bien étudier n'est plus seulement une fin en soi, mais c'est une opportunité de construire une véritable discipline d'esprit et de caractère.

    La deuxième réflexion finale que je vous laisse aujourd'hui est que le désir d'étudier n'est presque jamais un bouton marche/arrêt.

    Il change de jour en jour, d'examen en examen, de session en session.

    Ceci, pour certains étudiants, est une source de stress énorme, car ils ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas donner de continuité à leur détermination.

    A ceux-là, je veux dire que, encore une fois, c'est quelque chose d'absolument normal.

    La volonté est une sensation qui fluctue, qui augmente et diminue, qui se perd et se retrouve cycliquement.

    Ceux qui méditent savent de quoi je parle.

    Vous voyez, lorsque vous méditez, vous devez créer une sorte de vide mental en vous, en évitant d'errer votre esprit vers des pensées extérieures.

    Votre esprit, cependant, inévitablement et sans même que vous vous en rendiez compte, s'enfuit continuellement vers une pensée.

    Ceux qui sont débutants le vivent très mal, s'exaspèrent et stressent, et à la fin évidemment méditent mal.

    Ceux qui ont plus d'expérience, en revanche, savent que ce processus de concentration/distanciation est tout à fait normal, et chaque fois que l'esprit s'enfuit il le rattrape et le ramène. doucement et calmement où était-il.

    Avec l'envie d'étudier la même chose doit arriver : on n'atteint jamais un point de « on » total et permanent, c'est une distraction continue et retrouvez-vous.

    C'est pourquoi le trouver « au marteau » est non seulement difficile, mais aussi très frustrant.

    Si au contraire vous acceptez ces fluctuations comme faisant partie du jeu et, en utilisant les stratégies que nous avons vues ci-dessus, vous vous ramenez à chaque fois, doucement et calmement, vers un état idéal, en plus d'améliorer vos résultats vous éviterez le stress et améliorerez votre qualité de vie.

    Une salutation. Antoine.

    ajouter un commentaire depuis Envie d'étudier : trouvez-le en 3 étapes
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.