close
    search Buscar

    Écoute réactive : Écouter pour réfuter, ne pas comprendre

    Qui suis-je
    Louise Hay
    @louisehay
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Avez-vous déjà parlé à une personne et, bien qu'utilisant une quantité énorme d'arguments, avez-vous eu l'impression de parler à un mur ? Même si vous avez essayé d'expliquer vos raisons et de comprendre les siennes pour parvenir à un accord, vous avez probablement eu le sentiment qu'il ne vous comprenait pas ou ne voulait pas vous comprendre.

    Ce n'est pas que vos arguments soient devenus incompréhensibles, il est probable que le dialogue n'ait pas avancé car le canal de communication a été interrompu - ou jamais établi - car votre interlocuteur n'avait pas vraiment l'intention de comprendre mais seulement de réfuter.



    L'écoute réactive : d'abord moi, puis moi et enfin toujours moi

    Epictète a dit qu'« il y a donc une certaine expertise, aussi bien dans la parole que dans l'écoute ». Tout le monde peut entendre, mais peu peuvent écouter.

    L'écoute active est une compétence relativement rare car elle n'implique pas seulement d'écouter ce que l'autre personne dit, mais de prêter attention aux sentiments et émotions sous-jacents. Pour ce faire, il est essentiel de sortir de notre position égocentrique et d'adopter une posture empathique, en parvenant à nous mettre à la place de l'autre pour bien comprendre son message.

    L'écoute active comprend également un véritable intérêt pour la personne et son message. Cela ne veut pas dire que nous sommes d'accord avec ses idées, mais que nous sommes intéressés à les comprendre. C'est pourquoi elle est synonyme de respect et d'ouverture au dialogue.

    Malheureusement, dans une société de plus en plus narcissique, de nombreuses personnes ne parviennent pas à développer l'écoute active. Au lieu d'écouter leur interlocuteur pour comprendre ses idées et ses sentiments, ils se contentent d'écouter ses arguments pour les réfuter, comme s'il s'agissait d'un duel.


    L'écoute réactive, comme j'appelle ce type de communication, se cache derrière ses propres points de vue, elle finit donc par devenir un obstacle au dialogue. Cela implique une réaction aux idées de l'interlocuteur d'un point de vue égocentrique, en appliquant ses propres critères, sans intention de parvenir à un accord mutuellement bénéfique.


    La personne qui met en pratique une écoute réactive se limite à réagir poussée par ses propres émotions, croyances et idées, sans tenir compte de celles de son interlocuteur. De cette façon, il n'est pas possible de créer l'espace partagé nécessaire à la compréhension, ce qui aboutit à un dialogue sourd.

    Comment savoir si une personne a activé l'écoute réactive ?

    1. La personne ne tient pas compte de ce que dit l'interlocuteur. S'il écoute ses arguments, ce n'est que pour les réfuter.

    2. Il ne prête pas attention aux propos de son interlocuteur, faisant preuve d'un manque presque total d'empathie.

    3. Il ne s'intéresse qu'à faire passer son message en se refermant sur tout sujet qui va à l'encontre de ses idées.

    Que cache l'écoute réactive ?

    Beaucoup de gens pratiquent l'écoute réactive parce qu'ils veulent faire valoir leurs arguments, n'importe comment et à quel prix. Au fond, ils ne sont pas intéressés par les idées ou les raisons que vous pouvez leur proposer car leur objectif principal est d'imposer leurs raisons, de faire prévaloir leur vision.

    Ces personnes ne recherchent pas le dialogue, elles lancent plutôt une bataille qu'elles veulent gagner à tout prix. Ils ne prennent pas le dialogue comme une opportunité de grandir mais comme un duel. Par conséquent, ils sont susceptibles de percevoir vos arguments comme une menace, simplement parce qu'ils ne correspondent pas aux leurs, alors ils sentent qu'ils doivent se défendre.


    Cela implique qu'ils ignoreront toute trace de vérité qui pourrait contenir votre message et qui pourrait les aider à changer d'avis, à élargir leur perspective ou à enrichir leur point de vue, car ils ne recherchent que d'éventuelles contradictions, inexactitudes ou hésitations pour riposter.

    Bien sûr, nous pouvons tous pratiquer l'écoute réactive de temps en temps, surtout lorsque nous sentons qu'ils attaquent notre ego et que nous devenons défensifs, mais la prendre comme style de communication implique peu de confiance en soi.


    Une personne mature, affirmée et sûre d'elle ne ressent pas le besoin d'imposer ses arguments, mais est ouverte au dialogue et réceptive aux différents points de vue qui peuvent enrichir sa vision du monde ou l'aider à mieux comprendre qui est devant lui . Ainsi, au fond, l'écoute réactive est l'expression d'un ego fragile ou d'une profonde insécurité personnelle.

    Martin Luther King a déclaré que « votre vérité augmentera dans la mesure où vous saurez entendre la vérité des autres ». Celui qui ferme les portes aux idées des autres court le risque de s'enliser dans une vision de plus en plus limitée du monde, de la vie et de lui-même.

    Les 3 étapes pour désactiver l'écoute réactive

    Parler à une personne qui écoute avec réactivité est déconcertant. Vous êtes susceptible d'essayer différents chemins / sujets et chacun s'écrase dans le mur de l'incompréhension. C'est très frustrant. Dans ces cas, pour que le dialogue se déroule, il est nécessaire de désactiver ce mode d'écoute.

    Tout d'abord, il faut partir du fait que toutes les communications contiennent un certain degré de dispersion puisqu'entre ce que vous pensez et ce que votre interlocuteur comprend il y a la mer, comme le montre l'image ci-dessous. C'est pourquoi vous devez vous assurer que votre message est aussi clair que possible.


    1. Établir un point de départ commun. Continuer à présenter des arguments, indéfiniment, n'aidera pas. Vous devez revenir au début et établir un nouveau point de départ sur lequel vous êtes tous les deux d'accord. Dans une relation, ce point de départ pourrait être que vous vous aimez tous les deux. Dans une relation d'affaires, le point de départ peut être que vous ayez tous les deux besoin de résoudre le problème ou de terminer le projet.

    Cette vérité partagée vous permettra, d'une part, de réduire la distance psychologique qui s'était créée et, d'autre part, d'établir un précédent d'accord qui prédispose positivement au dialogue, en veillant à ce que vous regardiez tous les deux dans la même direction, bien que tout le monde voit quelque chose de différent. Et c'est déjà un grand pas en avant.


    2. Baissez votre garde. Il n'y a rien de pire pour comprendre que de se sentir attaché. Par conséquent, vous devez vous assurer que l'interlocuteur se sente relativement à l'aise. Utilisez un ton de voix doux et calme. Il n'y a pas besoin de s'inquiéter. Faites-lui savoir que vous comprenez ses arguments et sa position, que votre objectif est de parvenir à un accord avec lequel vous vous sentez tous les deux à l'aise, et non d'imposer votre point de vue.

    Si vous parvenez à convaincre votre interlocuteur de démolir les murs qu'il a construits, vous ne parviendrez peut-être pas immédiatement à un accord, mais au moins vos arguments risquent de percer et de changer d'avis plus tard. Pour ce faire, au lieu d'"attaquer" ses idées ou ses sentiments, il serait judicieux de parler de ce que vous ressentez et de la façon dont la situation vous affecte. Au lieu d'accuser, parlez de vous. Se montrer vulnérable est généralement l'outil le plus puissant pour désactiver l'écoute réactive et activer l'écoute active.

    3. Profitez de chaque offre, même minime. À première vue, cela semble être une contradiction, mais la seule façon d'amener une personne à comprendre et à accepter vos arguments est de comprendre et d'accepter les leurs. L'écoute réactive est combattue par l'écoute active. Si vous activez l'écoute réactive, vous n'entrerez dans un dialogue que pour sourds.

    Écoutez les arguments de votre interlocuteur, non pas dans l'intention de les réfuter mais pour chercher des points communs, même infimes, et utilisez-les comme des briques pour créer un discours commun. Incorporez vos idées aux siennes pour progresser petit à petit. La compréhension ne s'obtient pas en passant directement du désaccord à l'accord, mais par petites étapes basées sur des idées ou des sentiments communs. Chaque fois que vous mettez en évidence ces points de contact, vous brisez les barrières entre "moi" et "vous", créant un espace de communication partagé qui facilite la compréhension.

    Enfin, si vous voyez que la compréhension est impossible à ce moment-là, vous feriez mieux de reporter la conversation. Ne discutez pas avec un idiot ou avec une personne qui, à ce moment-là, s'est tellement fermée qu'elle ne peut pas avancer dans le dialogue. N'oubliez pas qu'il vaut parfois mieux maintenir la paix intérieure que d'avoir raison.

    • Séries 89-
    ajouter un commentaire depuis Écoute réactive : Écouter pour réfuter, ne pas comprendre
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.