close
    search Buscar

    Auto-sabotage : pourquoi nous sommes nos pires ennemis (et comment l'éviter)

    Qui suis-je
    Joe Dispenza
    @joedispenza
    SOURCES CONSULTÉES:

    wikipedia.org

    Commentaires sur l'article:

    avertissement de contenu

    Savez-vous quelle est la définition de l'auto-sabotage ? Non?! Pourtant, il semble que vous soyez un expert en « tirer dans le pied Â» ! Il est temps d'en savoir plus sur ce piège mental et de s'en débarrasser pour toujours.

    "Je ne fais rien contre moi-même, pourtant je suis mon bourreau."

    John Donne.

    Je veux vous raconter une histoire, l'histoire de la souris qui bavarde.

    Lors d'une inondation, un écureuil, un lièvre et un souris bavarde ils se retrouvent désespérément accrochés à un tronc d'arbre, qui est violemment entraîné par la rivière déchaînée.



    Un brave cygne, voyant les trois animaux en difficulté, décide de les aider ; mais il ne peut en aider qu'un à la fois et ses pattes palmées ne lui permettent pas de les saisir.

    Puis se tournant vers l'écureuil, il lui demande de s'accrocher avec sa bouche à sa patte droite.

    Après l'avoir secouru, il donne également les mêmes instructions au lièvre.

    Enfin, épuisé et souffrant, le cygne revient vers la souris bavarde : "Je recommande petite souris, je sais que tu aimes parler, mais si tu veux survivre, serre bien ma patte avec ta bouche et je promets de te sauver."

    "Je le ferai" répondit la souris et ensemble ils laissèrent le tronc presque complètement submergé par les vagues incessantes.

    Les deux animaux volent vers la sécurité, mais à quelques mètres du rivage, la souris bavarde il ne peut pas s'en empêcher et se tournant vers son sauveur, il dit "Je voudrais atterrir dans ...". Sans finir la phrase, la petite souris tombe dans la rivière en crue et disparaît en quelques instants, engloutie par les eaux tumultueuses.


    - La fin -

    La première fois que j'ai lu cette histoire, j'ai pensé à trois choses :

    • 'cette histoire en vaut vraiment la peine !
    • La petite souris plus que bavarde me semble un cogl..ne ! :-RÉ
    • Attendez, nous sommes sûrs que nous sommes si différents de la petite souris... euh, causeuse ?!

    Essayez d'y penser. Nous savons souvent exactement ce que nous devons faire (et ne pas faire) pour parvenir au salut, ou simplement nos objectifs, pourtant nous ne ratons jamais une occasion de saboter notre propre chemin, de nous donner le fameux balle dans le pied.


    Pouquoi?!

    Auto-sabotage : sens et causes

    Nous pouvons définir leautosabotage comme l'ensemble des actions que nous mettons en Å“uvre, plus ou moins consciemment, et qui entravent l'atteinte de nos objectifs à long terme.

    Les formes les plus courantes d'auto-sabotage sont les suivantes :

    • Avoir peur de la échec.
    • Être incapable de dis non".
    • S'inquiéter continuellement
    • Avoir des délires de perfectionnisme.
    • Juger e critiquer continuellement nous-mêmes et les autres.
    • Gémissements.
    • Comparer constamment sa propre vie à celle des autres.
    • Remettre à plus tard.

    Vous trouvez-vous ? Eh bien, je suppose que vous vous demandez toujours... pourquoi diable faisons-nous cela ?!


    L'auto-sabotage a essentiellement 5 provoque:

    1. Nous préférons le "diable que nous connaissons". L'autre jour, je parlais à l'un de mes consultants ici à Londres, lorsqu'il a trouvé cette expression :

    "Mieux vaut le diable que vous connaissez que le diable que vous ne connaissez pas".

    C'est-à-dire qu'il vaut mieux faire face à une situation que nous connaissons, même si elle est désagréable, plutôt que de se lancer dans quelque chose de nouveau et d'inconnu. Ici, réussir signifie nécessairement changer, et notre cerveau n'aime pas les changements, car chaque changement, même positif, nécessite un gaspillage de ressources mentales. Dans ce cas, donc, l'auto-sabotage est un mécanisme visant à nous maintenir dans les limites rassurantes de notre propre zone de confort.

    1. Nous voulons être en contrôle. Même en donnant 110%, personne ne peut nous garantir la réalisation de nos objectifs. Il y a toujours une part d'imprévisibilité. Au contraire, si nous sabotons notre chemin, nous pouvons être sûrs du résultat. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, notre besoin de contrôle nous pousse même à faire ces conneries.
    2. Nous avons de mauvaises habitudes. Des mécanismes mentaux subtils ne sont pas toujours nécessaires pour expliquer nos stratégies d'auto-sabotage : parfois, on se prépare à l'échec, juste parce qu'on a adopté toute une série d'habitudes négatives comme la dépendance sociale, le tabagisme (vous avez déjà ce système pour arrêter). essayé ?), régime, etc.
    3. Nous sommes ennuyés. Comme on le voit, notre cerveau déteste les changements. Mais en même temps il a besoin, de temps en temps, d'un "coup de vie", bref, de quelque chose qui le stimule et ne l'ennuie pas. Il existe de nombreuses façons constructives de stimuler notre esprit, mais vous savez ce que c'est, le côté obscur est toujours plus tentant. Voilà donc que nous sommes prêts à troquer notre bonheur futur contre un éphémère instant de plaisir.
    4. Nous pensons que nous ne le méritons pas. Il existe un certain nombre d'études qui établissent un lien entre l'auto-sabotage et une faible estime de soi. En fin de compte, nous nous préparons à l'échec parce que nous sommes intimement convaincus que nous ne méritons pas le succès et le bonheur.

    Maintenant que nous comprenons ce qu'est l'auto-sabotage, comment il se manifeste et quelles sont ses causes, que diriez-vous de nous en débarrasser une bonne fois pour toutes ?!



    « Pensez à ce que vous pourriez accomplir si vous arrêtiez de mettre un rayon dans la roue. Â»

    Seth Godin.

    Une méthode pratique en deux étapes pour lutter contre l'auto-sabotage

    Francis Bacon avait une voix : "Le savoir, c'est le pouvoir", surla connaissance est le pouvoir". La première étape pour sortir de l'auto-sabotage consiste donc à bien connaître notre ennemi et à l'analyser au microscope comme le ferait un scientifique dans son laboratoire.

    1. Enquête

    Dès que vous avez lu cet article, prenez le temps pour vous de mener une sorte d'enquête scientifique. En effet, pris par le découragement de l'échec, on s'abandonne souvent aux caprices, perdant de la lucidité, mais surtout perdant l'occasion de vraiment comprendre comment on s'est saboté pour la énième fois.

    Voici donc comment réaliser votre enquête :

    • Quand on vit dans une période de « non », tout semble aller de travers. En réalité, les différents domaines de notre vie sont étroitement liés les uns aux autres et nous savons très bien que l'un d'eux est dominant. Qu'est-ce que c'est pour toi ? Dans lequel sphère de ta vie tu te tire une balle dans le pied ? De l'argent? Rapports? Santé? Affiner le champ d'investigation.
    • Eh bien, maintenant que nous savons où chercher, nous devons identifier lequel stratégie d'auto-sabotage nous adoptons plus fréquemment. Référez-vous à ceux identifiés au début de l'article : avez-vous peur d'échouer ? Vous prenez trop d'engagements et ne dites jamais « non » à personne ? Procrastination comme s'il n'y avait pas de lendemain ?!
    • Enfin, nous devons analyser les causes de notre comportement. Encore une fois, choisissez parmi les cinq que je vous ai montrées au début de l'article.

    Le résultat de votre enquête devra ressembler à ceci (c'est un exemple simple) :

    « Mon principal problème est que je argent. J'ai plusieurs projets en tête pour améliorer ma situation financière, mais je continue à remettre à plus tard. Je le fais parce que même si je déteste mon travail actuel, au moins c'est un l'enfer je sais bien. "


    Regardons maintenant la deuxième phase.

    2. Si ... alors ...

    En programmation, la construction « Si… Alors… », connue sous le nom de sélection (ou structure conditionnelle), est l'un des outils les plus puissants disponibles pour les programmeurs. Même les logiciels les plus avancés cachent une forme de « sélection » dans les méandres de leur code.

    Nerd mis à part, ce qui nous intéresse, c'est que l'un des moyens les plus efficaces d'éviter l'auto-sabotage est savoir a priori comment nous nous comporterons lorsqu'une de ces situations classiques se produira dans laquelle nous aimons nous tirer une balle dans le pied.

    C'est pourquoi il est important de faire d'abord notre enquête : maintenant que nous connaissons l'ennemi, nous pouvons le vaincre. En effet, dans cette seconde phase vous devrez établir, en détail, quels comportements vous adopterez à la place de ceux qui ont saboté votre succès jusqu'à présent.

    Voyons quelques exemples pratiques :

    • Je sais… Je me retrouve à reporter mes projets parce que j'ai peur d'abandonner mon travail, donc… Je concentrerai mes efforts sur des activités que je pourrai développer en parallèle, sans renoncer à mon salaire actuel.
    • Je sais… Je dis toujours oui à tout le monde parce que je ne suis pas sûr de moi, donc… J'apprendrai à reporter ma décision de 24 heures ("ok, je te tiens au courant demain").
    • Je sais… J'ai des délires de perfectionnisme parce que je dois toujours avoir le contrôle sur tout, donc… J'apprendrai à appliquer la loi de Parkinson.

    conclusions

    Les combinaisons et les exemples peuvent être infinis, mais à la fin de cet article, j'aimerais que vous vous souveniez de ces trois points clés :

    • Il y a plusieurs formes d'auto-sabotage. Identifiez celui que vous faites le plus souvent.
    • Si on se tire une balle dans le pied, on le fait pour certains motivations qui, aussi absurdes soient-ils, répondent aux besoins de notre cerveau. Si nous les comprenons, nous pouvons les neutraliser.
    • Décidez à l'avance comment vous allez intervenir chaque fois que vous êtes sur le point de mettre un rayon dans la roue.
    ajouter un commentaire depuis Auto-sabotage : pourquoi nous sommes nos pires ennemis (et comment l'éviter)
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.